L'empathie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'empathie

Message par Sophie le Jeu 25 Avr 2013 - 8:55

Définition wiki :

"L'empathie (du grec ancien ἐν, dans, à l'intérieur et πάθoς, souffrance, ce qui est éprouvé) est une notion désignant la « compréhension » des sentiments et des émotions d'un autre individu voire, dans un sens plus général, de ses états non-émotionnels, comme ses croyances (il est alors plus spécifiquement question d'« empathie cognitive »). Cette compréhension se produit par un décentrement de la personne (ou de l'animal) et peut mener à des actions liées à la survie du sujet visé par l'empathie, indépendamment, et parfois même au détriment, des intérêts du sujet ressentant l'empathie. En langage courant, ce phénomène est souvent rendu par l'expression « se mettre à la place de » l'autre.
Dans l'étude des relations interindividuelles, l'empathie est différente de la sympathie, de la compassion ou de la contagion émotionnelle."

J'ouvre ce post parce que je crois que c'est une notion importante dans le chemin spirituel et le rapport à l'autre (et à soi-même).

L'empathie s'accompagne de (ou s'appuie sur) le détachement.
C'est à mon sens ce qu'exprime la phrase parlant de décentrement, pouvant mener à des actions liées à la survie de l'autre, indépendemment de soi (grosso modo hein je résume).

L'empathie est une qualité développée notamment beaucoup dans les professions d'aide, ou tous les rôles d'aide quels qu'il soient.

Le terme décentrement est pas très "joli", et il ne veut pas du tout dire que l'on se décentre (que l'on abandonne son propre centre), c'est un décentrage lié au petit moi simplement.
On s'oublie, (on oublie son petit moi), pour écouter l'autre et le comprendre, selon sa réalité à lui.

Mais bien sûr on ne perd pas son centrage profond dans notre être, on ne perd pas sa conscience ni son individualité.

L'empathie est essentielle pour aider, parce qu'elle permet d'aider l'autre là où il en est, selon ce qu'il perçoit et vit, et donc de lui répondre ou l'accompagner en rapport avec sa situation intérieure, et non en calquant sur lui notre propre vision du monde.

C'est en cela d'ailleurs que l'empathie est très différente de la contagion émotionnelle.
La contagion émotionnelle c'est tout d'un coup je me mets moi à ressentir les émotions de l'autre, mais dans mon propre monde à moi. Cela ne peut pas aider l'autre personne, parce que l'on n'est plus du tout neutre ni centré, on est embarqué dans nos propres émotions qui ont été réveillées par celles de l'autre.
En réalité on ne ressent pas les émotions de l'autre, on ressent les notres, qui pour x raisons ont été réveillées par ce que dit ou vit l'autre.

L'empathie est bien sûr liée à l'écoute, une écoute globale, pas seulement des mots ou du sens mental des choses.

L'empathie est la démarche intérieure de recevoir l'autre dans sa globalité, sans rien rejeter de lui ni "décortiquer", pour simplement le comprendre (prendre avec), comme l'embrasser dans sa totalité.

Cela est possible quand on a suffisamment purifié en soi ce que le vécu de l'autre peut toucher, que l'on est comme un "os creux" pour reprendre les mots d'un homme médecine amérindien, et si l'on se rend compte que l'on est touché personnellement, alors aller voir ce qui est touché et pourquoi, et le purifier.

Je ne crois pas que l'empathie se force ou se décide, je crois que l'on peut avoir l'intention d'écouter avec empathie, mais que si on rencontre des résistances, on doit les accepter et surtout voir en soi ce qui se passe.
Rien ni personne ne nous oblige à tout comprendre d'emblée, et l'important est comme en toute chose de faire de son mieux.

Je crois aussi que, pour relier cela à l'écoute et la communication, il est préférable de pouvoir dire à quelqu'un : "là je suis touché personnellement par ce que tu exprimes, ça me fait réagir personnellement et je ne suis pas neutre". Plutôt que prétendre l'écouter et tout comprendre alors que ça serait faux à ce moment-là.

L'empathie est un acte d'amour et il commence par soi-même, car on ne peut pas donner ce qu'on n'a pas en soi.

Et pour finir, je crois que c'est très important de bien réfléchir et faire son introspection sur les différentes notions évoquées dans la dernière phrase de la définition que j'ai citée plus haut.
Empathie, sympathie, compassion, contagion émotionnelle. Ce sont vraiment des notions différentes. Qui d'ailleurs chacune pourrait mériter développement.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie

Message par Marie le Jeu 25 Avr 2013 - 14:55

Sophie a écrit:

(,...,)
C'est en cela d'ailleurs que l'empathie est très différente de la contagion émotionnelle.
La contagion émotionnelle c'est tout d'un coup je me mets moi à ressentir les émotions de l'autre, mais dans mon propre monde à moi. Cela ne peut pas aider l'autre personne, parce que l'on n'est plus du tout neutre ni centré, on est embarqué dans nos propres émotions qui ont été réveillées par celles de l'autre.
En réalité on ne ressent pas les émotions de l'autre, on ressent les notres, qui pour x raisons ont été réveillées par ce que dit ou vit l'autre.
.


Merci de ces précisions, intellectuellement c'est ok, mais à bien y réfléchir, je ne suis pas certaine d'avoir bien fait la part des deux. Sage
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie

Message par ananie le Jeu 25 Avr 2013 - 18:21

Excellentes explications.

J'ajouterai que le simple fait d'être dans l'empathie, et de bien comprendre l'autre et son ressenti est déjà une aide en soi, même sans rien en faire, même sans donner aucun conseil.

D'ailleurs souvent la meilleure aide que l'on puisse apporter à l'autre dans sa souffrance, c'est de le comprendre, très profondément, sans chercher à le faire sortir de sa souffrance.

Car c'est la pleine acceptation de la souffrance qui permet d'en sortir.

Et si l'on accepte complètement l'autre avec sa souffrance, en la comprenant (je parle d'une compréhension qui n'est pas seulement intellectuelle), cela l'aide à son tour à s'accepter avec sa souffrance, à faire la paix, et donc à guérir par un processus naturel qui nait de cette acceptation.

Mais il est impossible d'accepter l'autre avec sa souffrance, si nous portons la même en nous de manière non résolue.
Si c'est le cas, on ne va pas pouvoir s'empêcher de donner des conseils, de chercher des solutions, pour que l'autre sorte au plus vite de sa souffrance qui, quelque part nous angoisse.

Mais les conseils et solutions sont la plupart du temps totalement inutiles, et dans les rares cas ou ils servent à quelque chose, il y a toujours eu d'abord une phase de pleine acceptation qui les précédait.

C'est pourquoi les bons thérapeutes qui favorisent grandement la guérison de la souffrance des personnes qui viennent les voir ne donnent pas de conseils ni de solutions, mais ils ont une grande capacité d'empathie.


Pour préciser : les conseils et solutions ont selon moi une grande utilité dans certains cas (pour guider, orienter vers un travail sur soi, vers une technique, un chemin...etc), mais leur utilité est vraiment très limité pour ce qui est de guérir la souffrance en profondeur.

Les conseils et solutions peuvent soulager pendant quelques instants la souffrance, mais sur le long terme, ils empêchent souvent la guérison en profondeur.

Par exemple si j'ai une culpabilité par rapport à telle ou telle chose, et que l'on me dit que je n'ai pas de raison de culpabiliser, qu'on me donne telle ou telle explication ("ce n'est pas de ta faute", "tu n'y étais pour rien", "ce qui s'est passé c'est ça"...etc), cela va m'apaiser quelques temps, mais revenir plus tard. Rien ne sera résolu.

Tandis que si je suis face à quelqu'un qui écoute ma culpabilité, qui me laisse l'exprimer sans chercher de solutions, qui la comprend, je vais pouvoir la faire sortir de moi en la vivant pleinement et en mettant des mots dessus, je vais me sentir compris, soutenu, accepté, je vais pouvoir plonger profondément dans cette culpabilité, et voir ses racines profondes, ses causes. Ce qui guérira cette culpabilité en profondeur, et elle ne reviendra plus.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie

Message par Sophie le Ven 26 Avr 2013 - 8:11

J'ajouterai que le simple fait d'être dans l'empathie, et de bien comprendre l'autre et son ressenti est déjà une aide en soi, même sans rien en faire, même sans donner aucun conseil.

D'ailleurs souvent la meilleure aide que l'on puisse apporter à l'autre dans sa souffrance, c'est de le comprendre, très profondément, sans chercher à le faire sortir de sa souffrance.

Complètement d'accord et d'ailleurs tu l'as expliqué dans la suite de ton message, et je te rejoins, c'est le principe même de l'empathie. Accepter l'autre en totalité veut bien dire justement ne pas chercher à le faire être autrement que ce qu'il est à ce moment-là, ne pas chercher à le contrôler ou l'amener à ressentir autre chose que ce qu'il ressent.


Mais il est impossible d'accepter l'autre avec sa souffrance, si nous portons la même en nous de manière non résolue.
Si c'est le cas, on ne va pas pouvoir s'empêcher de donner des conseils, de chercher des solutions, pour que l'autre sorte au plus vite de sa souffrance qui, quelque part nous angoisse.

A moins que dans l'instant on en soit conscient, et que l'on accepte en soi cette souffrance qui fait écho, et du coup on va le faire en même temps que l'autre, peut-être on l'aidera moins parce qu'on sera moins présent, mais au moins on ne le tirera pas à l'extérieur de lui en cherchant des solutions.
Je crois à la "guérison conjointe" parfois, si on saisit en conscience ce que l'autre touche en nous par son vécu, qu'on retourne vers l'intérieur de soi à ce moment-là, et que l'on fasse déjà en soi cette acceptation.

Mais les conseils et solutions sont la plupart du temps totalement inutiles, et dans les rares cas ou ils servent à quelque chose, il y a toujours eu d'abord une phase de pleine acceptation qui les précédait.

C'est pourquoi les bons thérapeutes qui favorisent grandement la guérison de la souffrance des personnes qui viennent les voir ne donnent pas de conseils ni de solutions, mais ils ont une grande capacité d'empathie.

Complètement d'accord. D'ailleurs je l'ai vérifié avec ma thérapeute sur deux exemples distincts.
D'habitude elle écoute beaucoup, est très empathique, et reformule simplement ou fait des corrélations pour m'éclairer (mais sans me donner de conseils).
Il y a eu une seule séance où elle est partie dans les conseils, et j'en suis sortie pas très bien, au lieu de provoquer l'apaisement que j'ai d'habitude après les séances, et de libérer les émotions, de provoquer des déclics, etc de manière douce et intérieure, là j'ai été comme en réaction pendant toute la période jusqu'à la séance suivante. Je réagissais à ses conseils, je m'en suis rendue compte qu'après, j'étais tendue, comme si je me battais contre quelque chose.
Parce que j'avais pas été entendue pleinement, et ça m'avait pas vraiment aidée du coup.

Alors que les séances d'après elle a recommencé à être dans l'empathie et l'écoute vraiment, et là à chaque fois ça m'aide beaucoup.
Je suis entendue. Après, les "solutions", les manières d'agir, je les trouve moi, elles émergent toutes seules quand quelque chose en moi s'est guéri.

Parce qu'en fait les manières d'agir, on les connait en nous, c'est juste que quand elles sont obscurcies ou masquées par nos souffrances, ben on y accède pas. Mais naturellement quand on guérit, on sait quoi faire, quoi ne pas faire, et comment se diriger.


Pour préciser : les conseils et solutions ont selon moi une grande utilité dans certains cas (pour guider, orienter vers un travail sur soi, vers une technique, un chemin...etc), mais leur utilité est vraiment très limité pour ce qui est de guérir la souffrance en profondeur.

Je suis d'accord, les conseils ne guérissent pas. Ils donnent une direction pour guérir (si tant est qu'ils soient bien orientés, ce qui est encore une autre question Laughing ). Mais ils ne guérissent pas.
Tout simplement je crois parce qu'un conseil vient de l'extérieur, or une guérison se fait à l'intérieur, et depuis l'intérieur de soi.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie

Message par ananie le Ven 26 Avr 2013 - 10:13

Sophie a écrit:Accepter l'autre en totalité veut bien dire (...) ne pas chercher à l'amener à ressentir autre chose que ce qu'il ressent.
Oui c'est exactement ça.

A moins que dans l'instant on en soit conscient, et que l'on accepte en soi cette souffrance qui fait écho, et du coup on va le faire en même temps que l'autre, peut-être on l'aidera moins parce qu'on sera moins présent, mais au moins on ne le tirera pas à l'extérieur de lui en cherchant des solutions.
Oui !

Il y a eu une seule séance où elle est partie dans les conseils, et j'en suis sortie pas très bien, au lieu de provoquer l'apaisement que j'ai d'habitude après les séances, et de libérer les émotions, de provoquer des déclics, etc de manière douce et intérieure, là j'ai été comme en réaction pendant toute la période jusqu'à la séance suivante. Je réagissais à ses conseils, je m'en suis rendue compte qu'après, j'étais tendue, comme si je me battais contre quelque chose.
Parce que j'avais pas été entendue pleinement, et ça m'avait pas vraiment aidée du coup.
Oui j'ai eu aussi de temps en temps la même expérience.
Je crois que c'est lorsque l'on touche en soi à quelque chose qui fait écho (d'une manière ou d'une autre, pas toujours en effet miroir) à quelque chose chez le thérapeute qui n'est pas tout a fait réglé.

Mais les bons thérapeutes sont généralement eux mêmes en thérapie et en supervision (où ils discutent de leurs consultants, et de leur propres réactions vis à vis de ceux ci avec un autre thérapeute) ce qui leur permet de voir ce qui avait accroché en eux, et de se réajuster.

Du coup, la séance d'après, il m'est souvent arrivé de sentir que c'était bien plus fluide, même par rapport au même sujet, comme si le thérapeute avait résolu quelque chose en lui même.

les manières d'agir, on les connait en nous, c'est juste que quand elles sont obscurcies ou masquées par nos souffrances, ben on y accède pas. Mais naturellement quand on guérit, on sait quoi faire, quoi ne pas faire, et comment se diriger.
Exactement !

C'est cool, cette discussion donne aussi une petite idée de ce que peut être un processus thérapeutique avec un thérapeute pour ceux qui ne l'ont pas expérimenté.

Mais cela dit, on sait vraiment ce que c'est et ce que fait l'écoute empathique quand on l'a reçue.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum