Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par Sophie le Mer 19 Juin 2013 - 12:22

Voilà j'ouvre ce post à ce sujet parce que je crois que c'est un juste équilibre à trouver, et que parfois on ne sait pas trop, finalement, ce qu'il est juste de dire ou pas, à nos parents notamment, concernant leur attitude vis à vis de nous, ce qui nous a fait du mal etc.

Je ne suis pas du tout partisane de tout dire, tout leur balancer sous prétexte de s'exprimer. Parce que d'une part ça ne résoud pas les choses complètement, c'est apaisant de pouvoir dire les choses et d'entendre par exemple des excuses sincères (quand cela arrive que ça donne lieu à de l'écoute et des excuses, ce qui est pas toujours le cas), mais les blessures que nous avons du fait de cela, ce n'est pas le simple fait que notre parent concerné les entende qui les guérit. 
D'autre part, parce que souvent ça ne sert à rien, ils ne peuvent pas changer le passé ni ce qu'ils ont fait. Et ça peut aussi être se remettre dans une attitude d'enfant de leur demander implicitement de nous guérir de ce qu'ils nous ont fait. 

Mais je pense qu'il y a des exceptions à cela, que dans certains cas c'est juste de dire, clairement, les choses. 

Notamment quand un parent par exemple a une perception totalement erronée de la manière dont il s'est comporté et qu'il s'appuie dessus pour justifier certaines attitudes dans le présent encore, ou qu'il entretient une illusion sur le fait qu'il ait été tellement bien etc comme parent. 

Je prends un exemple un peu caricatural, mais que j'ai déjà observé. 
Un père violent, qui dénie sa propre violence et la minimise, en disant qu'il a toujours fait ce qui était bien pour ses enfants etc. Alors qu'il pétait des crises de rage terrifiantes, qu'il a un tempérament colérique qu'il minimise totalement, et qu'il déforme complètement la réalité du coup. 
Là je pense que c'est juste d'insister en s'affirmant et en disant s'il le faut des exemples précis : "si tu as été violent, telle fois où tu as fait ça, et ça et ça". 
Parce que je crois que c'est du respect de soi-même d'affirmer la manière dont les choses se sont passées quand il y a un déni ou un rejet de réalité en face. 

Voilà, quelques idées sur ce sujet, pour commencer, et je suis intéressée de lire vos avis sur la question...

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par ananie le Mer 19 Juin 2013 - 20:54

A ce sujet, selon moi, c'est comme s'il y avait deux aspects en nous mêmes : l'adulte que nous sommes aujourd'hui, et les parties d'enfant qui a été blessé et qui n'a pas pu l'exprimer.

Et lorsque nous sommes confrontés à des difficultés face à nos parents ou à des personnes qui leur ressemblent par le comportement, il y a deux ressentis qui se chevauchent en nous : celui de l'adulte dans le présent, mais aussi les ressentis de l'enfant que nous avons été.

Selon moi, il est important, et même indispensable de guérir ces parties d'enfant qui n'ont pas pu s'exprimer.
Pour cela, il faut comprendre ce qu'a vécu cet enfant, l'aider, mais il faut aussi accepter et exprimer les émotions dont cet enfant en nous est porteur : la peur, la colère, la peine, la joie...etc.
La compréhension intellectuelle ne suffit pas : il faut laisser s'exprimer les émotions du passé qui sont toujours piégées en nous et n'ont pas pu sortir.

En acceptant et en exprimant ce ressenti de l'enfant, cela permettra qu'il ne revienne plus sans cesse se superposer sur la situation présente, et nous y verrons plus clair dans notre quotidien. Nous serons aussi plus libre.


Cependant, je ne crois pas que ce ressenti de l'enfant doit être exprimé aujourd'hui à nos parents. Ils ne pourraient rien y changer et ne comprendraient pas.
De plus, pour cet enfant blessé que nous portons en nous, ce ne serait pas forcément réparateur.

Ces émotions de l'enfant doivent plutôt, à mon sens, s'exprimer en thérapie, ou seul, en méditation...etc.

Une fois qu'elles auront été exprimées, l'adulte que nous sommes pourra s'exprimer et se positionner face à ses parents avec ce qu'il ressent ici et maintenant, et plus comme un enfant qui attend une réparation, mais comme un adulte qui dit "stop" quand cela est juste de le faire.

Dans le présent on peut dire "stop", et l'autre peut réagir en fonction de ce stop.

Mais on ne peut pas arrêter l'autre dans le passé, puisque le passé et révolu.

Or la partie d'enfant en nous ne s'adresse pas aux parents du présent, mais à ceux du passé.
Il n'y a que la partie adulte en nous qui peut s'adresser à nos parents du maintenant de manière à ce qu'ils entendent.


Pour en revenir à l'exemple que tu cites du père qui a été violent.

S'il n'en dit rien dans le présent, cela ne sert à rien de lui exprimer notre ressentiment. Ce n'est pas approprié à la situation présente.

Mais bien en entendu, pour s'en libérer il faut accepter ce ressentiment et pouvoir l'exprimer à un moment ou à un autre (seul, ou en thérapie).

Si ce père continue à être violent, dans ses propos par exemple, le fait d'accepter et d'exprimer, par un travail personnel (méditation, thérapie...) les peurs, peines et colères de l'enfant que nous avons été, nous permettra, en tant qu'adulte, de ne plus avoir peur, et d'oser nous opposer à lui, au lieu de baisser la tête. Par exemple.


Maintenant, si ce père dit "J'ai toujours été bien pour mes enfants". Il faut voir, c'est un cas particulier. Parce qu'ici cela parle d'une situation passée, mais en même temps c'est aussi dans le présent que ce père n'a pas une attitude juste en mentant sur sa conduite.

Dans ce cas, je ne sais pas vraiment.

Ce dont je suis assez persuadé par contre, c'est qu'il faut d'abord vider toutes les émotions de l'enfant.
Sinon il est impossible d'y voir clair et de réagir de manière adéquate dans la situation présente. Une fois cet enfant intérieur guéri, ce qu'il est juste de faire dans le présent nous apparaitra clairement.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par Yukarie le Jeu 20 Juin 2013 - 23:52

je vis cette interrogation en ce moment : j'aimerai interroger mon père sur certains éléments de mon enfance. (comme quoi même après 60 ans, l'enfance nous poursuit ... j'espère être assez claire pour notre propos car je n'ai pas envie de donner le détail de ce qui me préoccupe sur cette partie du forum


Le problème c'est que mon père a 85 ans , je n'ai donc pas envie de l'agresser.

Comment tourner mes questions pour qu'elles ne deviennent pas un reproche ?

J'ai beau tourner les phrases dans tous les sens , il y a toujours ce genre d'interprétation possible, car certaines attitudes de mes parents ont généré de la souffrance chez moi (et chez mon frère par la même occasion). Mais aujourd'hui, je sais que c'était un passage obligé pour mon incarnation. J'avais besoin de passer par ces étapes. Donc dans mon esprit il n'y a pas de reproche.

J'étais à deux doigts de renoncer, quand j'ai vu au cours d'une conversation que lui-même cherchait à me parler de cette enfance. Je crois qu'il a envie de m'informer de ces étapes de ma vie avant de quitter cette terre. La conversation se passait sur le quai de la gare, le train est arrivé ...

Je dois revoir mon père en juillet. Je me suis débrouillée pour que nous soyons seuls. Qui sait ?

En fait dans cette histoire, je me dis que lui aussi a peut être besoin de s'exprimer, ou même qu'il a peut être quelque chose a vivre avant son départ, pour prendre conscience des effets de ses actes, et profiter de ce qu'il lui reste à vivre (il est parti pour être centenaire) pour son progrès spirituel.

Voilà, je n'affirme rien, j'ai surtout des interrogations.
avatar
Yukarie

Messages : 156
Date d'inscription : 31/03/2012
Féminin Age : 67

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par ananie le Ven 21 Juin 2013 - 4:23

Là c'est encore différent dans ce que tu décris Yukarie, car tu as besoin d'informations.

Et je crois effectivement que si on le peut l'idéal est de connaître autant que possible notre histoire.

Surtout si tu dis que lui aussi semble avoir envie de te parler.

Mon impression c'est que tu peux toujours essayer et voir ce que ça donne, il y aura toujours moyen de rattraper les choses si besoin.

Sinon, je crois que si on fait une démarche telle que celle là, c'est avant tout pour soi qu'il faut la faire, et pas pour faire évoluer le parent.
Tout simplement parce qu'il n'a rien demandé.
Et de manière générale, je crois que l'aide apportée sans une demande préalable de la personne aidée n'est pas juste (ça mériterait presque un sujet encore ça...).

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par Sophie le Jeu 18 Juil 2013 - 8:57

J'ai réfléchi assez longuement à ce sujet, je ne sais pas si je suis d'accord avec toi Ananie complètement. Vider les émotions d'enfant, oui, mais pour l'inutilité de dire certaines choses, je ne suis pas sûre.
Ce que pour ma part j'ai expérimenté c'est que les choses passées ont encore une influence dans le présent, avec l'un de mes deux parents, quelque chose a été brisé qui fait qu'aujourd'hui la relation est ce qu'elle est, et moi j'ai pris certains chemins, et j'ai une certaine distance.
Or cette distance a pu m'être reprochée assez souvent.
Et je ne suis pas d'accord avec l'idée de dire que ça servirait à rien de dire ce que j'ai ressenti et qui a fait que je me suis éloignée, même si ce sont des choses de mon enfance qui sont révolues et auxquelles l'autre ne peut plus rien changer.

Quand par exemple la confiance envers quelqu'un a été rompue profondément, cela induit un certain type de relation, qui n'est pas le même que quand on est en confiance.
Si l'autre ne sait pas pourquoi, il ne comprendra jamais et peut-être même souffrira de cette situation.
Je crois que desfois il faut parler du passé aussi pour comprendre ce qui se passe dans le présent, et parce que les actes et les choix que l'on fait ont des conséquences. Ca me semble pas très juste qu'un parent soit totalement "épargné" des conséquences de ses actes et de ses choix envers ses enfants surtout quand il se plaint d'une situation ou d'un certain positionnement de la part de ses enfants justement.

Pour prendre un exemple caricatural, un père ou une mère qui n'a jamais été présent ou qui n'a fait aucune attention à ses enfants, et qui va se plaindre une fois qu'ils sont adultes qu'ils ne viennent pas trop le voir, ou qu'ils sont assez distants, ben, euh... y'a comme un bug là.
Il s'agit pas de vengeance, il s'agit de causes et conséquences, et c'est trop facile de critiquer une attitude que l'on a en grande partie générée par son propre comportement.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par ananie le Ven 19 Juil 2013 - 9:45

Oui effectivement pourquoi pas, si ça permet de donner une explication au comportement actuel.

Après pour ma part je n'ai jamais trop ressenti le besoin d'exprimer à mes parents un reproche vis à vis du passé.

Je dis les choses du présent qui me gène, mais pas celles du passé parce que pour moi ça n'aurait pas tellement de sens par rapport au présent.

Peut-être que ça viendra après, ou pas, je ne sais pas. Peut être aussi que cela dépend de l'histoire de chacun.

Sinon il faut peut-être essayer de le faire et voir ce que ça donne comme résultats.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par Sophie le Sam 20 Juil 2013 - 4:57

Oui je pense que ça dépend du vécu, et ça dépend aussi si les parents eux-mêmes parlent du passé.
D'un des deux côtés de ma famille, ça parle beaucoup du passé et il y a beaucoup de piques qui ont tendance à sortir de manière plus ou moins voilée, en rapport au passé justement. Du coup, ça change un peu la donne, parce que ne pas reparler du passé avec des gens qui te le foutent régulièrement dans les dents, euh... ben y'a un moment ça va quoi lol
Disons qu'arrivé à un certain stade c'est aussi une manière dire : bon c'est bon là, tu me reproches des trucs, mais tu as été parfait toi ? Laughing

y'a pas mal d'injustices et d'absurdité dans ma famille là-dessus, chacun voit ses grands malheurs et petits bobos, en parle, éventuellement balance des choses en sous main, mais finalement ne va pas cash dire le problème à la personne concernée.
Je crois que moi j'ai été confrontée à ça. Soit je ruminais ça pendant encore mille ans, soit j'arrêtais de me cacher derrière mon petit doigt, je disais ce que j'avais à dire, en en acceptant les conséquences, et voilà, basta, au moins on peut tourner la page et avancer.

Ca a été souvent assez mal perçu parce que je pense c'était vécu comme une exigence d'excuses ou autre, alors que c'était pas ça, c'était juste dire : voilà la vérité de ce que moi j'ai vécu, point. Après, on va pas rester là-dessus cent ans et personne peut réparer et guérir ce qui est en moi à part moi, mais voilà quoi, arrêtez de définir qui je suis, ce que je vis et ce que j'ai vécu.

Cette partie-là de ma famille a aussi une facheuse tendance à me "décortiquer" dans mon dos si je puis dire, en gros à réinventer ma réalité, décider ce qui est bon pour moi, faire un tas de suppositions, décider que je suis comme ci et comme ça et ci et ça, enfin bref, c'est pénible, ça donne le sentiment que la principale intéressée, moi, n'a même pas son mot à dire.

Bref tout ça pour dire que dans l'atmosphère d'hypocrisie, de mensonge et de non dit de cette partie de ma famille, le besoin de parler et de dire la vérité est peut-être plus apparent et plus profond que dans d'autres genres d'ambiance, je ne sais pas, en tout cas pour moi c'est comme lever un couvercle, ou ouvrir la fenêtre dans une pièce embrumée et où on ne peut plus respirer.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dire ou pas les choses du passé à nos parents (et autres personnes qui ont pu nous blesser)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum