On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Ven 25 Nov 2011 - 21:05

On peut se libérer de la souffrance, pas de la douleur.

Se sont grosso modo les mots de Jack Kornfield (je cite de mémoire), probablement liés à l'expérience suivante :

"C’est en Thaïlande qu’il rencontre Ajahn Chah (1919-1992), reconnu pour avoir été l’un des plus grands maîtres bouddhistes du 20ème siècle. Il fait partie des moines de la forêt, une tradition thaïe du bouddhisme theravada centrée sur la méditation.
Lors de leur première entrevue, Ajahn Chah dit à Jack Kornfield : « J’espère que vous n’avez pas peur de souffrir. » – « Que voulez-vous dire par là ? » lui demande Kornfield étonné. « Il y a deux sortes de souffrance » lui répond le méditant, « la souffrance que vous essayez de fuir, qui vous suivra partout, et la souffrance que vous acceptez de regarder en face, trouvant la libération que le Bouddha nous a enseigné."
(Source : http://psychologie-meditation.blogspot.com/2011/09/jack-kornfield-une-psychologie.html)

La douleur fait partie de la vie, elle est inévitable. Qu'elle soit physique ou morale.

Lorsqu'elle vient de nos mémoires karmiques (de cette vie ou d'autres), et qu'elle n'est pas directement liée à la situation présente (mais qu'elle s'y superpose) la regarder bien en face en la laissant s'exprimer en nous sera le processus même de purification de ce karma.

Mais sans parler de souffrances dues au karma à purifier, même les grands êtres réalisés peuvent éprouver de la douleur physique ou de la peine. Cependant, elle est vécue dans la paix et la joie issue de cette paix (une joie profonde, pas euphorique et extérieure).

La souffrance c'est le rejet de cette douleur inévitable, qui nous fait la voir comme quelque chose de mauvais dont nous devons à tous prix nous défaire.
Ce rejet crée un conflit en nous, et nous enlève la paix qui nait de la pleine acceptation de tout ce qui est.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Sophie le Sam 26 Nov 2011 - 9:35

Oui je suis d'accord avec ce que tu as écrit Ananie.
Lorsque l'on arrive à contacter la douleur et à l'accepter, on se libère de la souffrance.

Je pense d'ailleurs que si parfois on vit des trucs très durs, cela nous fait avancer parce que ça nous oblige quelque part à aller contacter cette différence entre douleur et souffrance, à l'explorer et à trouver le chemin qui permet de se libérer de la souffrance.
Ce qui ensuite rayonne dans toute notre vie, c'est comme une confiance qui s'installe.

C'est quelque chose que je ressens fugacement pour l'instant, mais qui s'installe progressivement.
Le fait de sentir que faire confiance à sa capacité d'accepter la douleur, permet d'être plus libre, plus serein, car alors on ne cherche plus en permanence à éviter d'avoir mal, on laisse venir ce qui est, on contrôle moins de choses.
Cela crée comme tout un espace ouvert et confiant en soi.

Il y a eu un moment où j'ai crû que la douleur pouvait me faire "sombrer" littéralement, mais je me trompais, ce n'était pas la douleur, c'était la souffrance (donc le refus, la résistance, vis à vis de la douleur).

Je crois aussi que - pour quelle raison je ne sais pas - on a collé sur la douleur tout un truc négatif, et qu'il y a comme une croyance inscrite en nous qui dit que l'on n'a pas le droit d'avoir mal.
C'est ce qui crée la souffrance.

Je m'interroge vraiment sur le pourquoi de cette croyance, je ne sais pas si c'est moral, ou lié à certains schémas collectifs, ou simplement lié à notre propre peur de la douleur.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 10:05

Oui, je suis d'accord avec vous.
Les bouddhistes disent que la douleur n'est qu'une sensation, et que ce qui crée la souffrance, ce n'est pas la douleur, c'est le fait de ne pas accepter cette douleur, ce qui lui donne de l'énergie, la laisse vivre et grandir, s'imposer.
Et qu'il faut regarder cette douleur en face, l'observer, se fondre en elle, devenir la douleur, et qu'on en sera alors libéré. Peut-être même qu'elle aura quelque chose à nous apprendre.
Ils conseillent aussi de méditer sur la douleur. C'est-à-dire, si on ressent une légère douleur, en méditation, de ne pas la refuser, mais de l'accueillir et l'observer, ce qui permettra, à partir de ce laboratoire, d'appliquer ce principe dans la vie courante, pour des douleurs plus importantes. Progressivement, bien sûr, car c'est un exercice très difficile.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 10:17

maïna a écrit:Je m'interroge vraiment sur le pourquoi de cette croyance, je ne sais pas si c'est moral, ou lié à certains schémas collectifs, ou simplement lié à notre propre peur de la douleur.
Je me demande si ce n'est pas parce qu'on s'est éloignés de notre nature primitive, on s'est civilisés, policés, on s'est coupés de nos instincts, on s'est mis à ignorer ces signaux d'alarme naturels. Ce qui englobe tes trois hypothèses.
Et maintenant on lutte pour se les réapproprier. Laughing
Ça me fait penser à un texte que j'ai écrit il y a quelques jours, faudra que je le poste, tiens...
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 11:38

Complètement d'accord avec vous.

Sinon pour ta dernière question Maina, c'est vrai que ce n'est pas évident de remonter à l'origine de cette croyance.
En tous cas dans le présent je dirais que ce refus de la douleur vient d'une confusion entre plaisir et bonheur et -ce qui va ensemble- entre douleur et malheur.

Alors qu'en réalité je pense que le bonheur c'est d'être en accord avec sa nature profonde véritable qui est amour, et pour cela il est nécessaire d'accepter la réalité telle qu'elle est.


Dernière édition par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 11:41, édité 1 fois

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Sophie le Sam 26 Nov 2011 - 11:39

Oui, je suis assez d'accord avec ce que tu dis Hermann.
La douleur est quelque chose qui touche de façon "primitive" ou primale.
Y'a qu'à voir les animaux, les animaux ressentent la douleur mais pas la souffrance à mon sens. Parce qu'un animal qui a mal, par exemple physiquement, ben il est pas là à le nier ou se débattre pour pas la ressentir, au contraire, il fait avec, et c'est d'ailleurs ce qui lui permet de guérir vite, car toute son énergie se concentre pour la guérison.

Je pense que c'est pareil pour les enfants, jusqu'à un certain âge. L'enfant crie, pleure, manifeste qu'il a mal. Du coup, ça passe beaucoup plus vite (enfin sauf si on l'engueule et qu'on l'empêche de crier en lui disant que c'est pas bien... là commence le mécanisme qui conditionne et qui commence à créer de la souffrance là où il y avait simplement de la douleur).

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 11:49

Maina a écrit:Y'a qu'à voir les animaux, les animaux ressentent la douleur mais pas la souffrance à mon sens.
Je ne suis pas sur de cela.
A mon sens les animaux sont eux aussi dans le rejet de la douleur. Peut-être même parfois plus que nous puisqu'ils n'ont même pas la capacité de réagir autrement.
Eux sont conditionnés par l'instinct et à mon sens l'instinct ne peut pas mener à la libération.
Accepter la douleur, c'est parfois s'extraire de l'instinct qui voudrait nous pousser à fuir pour nous préserver.
N'étant pas complètement soumis à l'instinct, un homme peut faire bien pire qu'un animal, mais il peut aussi faire mieux.
Il est très rare qu'un animal fasse passer le bien de l'autre avant le sien (sauf s'il s'agit de sa progéniture, mais là c'est encore de son propre bien qu'il s'agit selon moi), très rare aussi qu'un homme le fasse, mais ça arrive.

Ce qui permet de sortir de la souffrance, c'est de se tourner vers les autres et de les aimer plus que notre confort personnel. C'est cela qui permet d'accepter une certaine part de douleur inévitable.
Or l'instinct ne va pas forcément dans ce sens là s'il n'y a pas aussi la compassion pour le guider.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Faceilla le Sam 26 Nov 2011 - 12:04

maïna a écrit:Y'a qu'à voir les animaux, les animaux ressentent la douleur mais pas la souffrance à mon sens.

je ne suis pas sûre de ça. J'ai un chat depuis 6 ans et demi qui adore ma fille cadette. Celle-ci est partie vivre en coloc depuis quelques mois. A chaque fois qu'elle vient à la maison, le chat l'ignore et fait comme si elle ne la voyait pas. Cette nuit ma fille a dormi ici, ce matin le chat a passé son temps à aller lui faire des câlins.
De même je voyageais beaucoup avant et partais plusieurs semaines à chaque fois, et le chat ignorait pendant toutes mes absences ma fille qui pourtant s'occupait d'elle alors qu'en temps normal elles étaient très proches.
J'en déduis qu'un animal ressent les absences et peut tout à fait en être réellement contrarié, voire "attristé".

Faceilla

Messages : 18
Date d'inscription : 20/11/2011
Féminin Age : 59
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par air le Sam 26 Nov 2011 - 12:09

maïna a écrit:Je crois aussi que - pour quelle raison je ne sais pas - on a collé sur la douleur tout un truc négatif, et qu'il y a comme une croyance inscrite en nous qui dit que l'on n'a pas le droit d'avoir mal.
C'est ce qui crée la souffrance.

Je m'interroge vraiment sur le pourquoi de cette croyance, je ne sais pas si c'est moral, ou lié à certains schémas collectifs, ou simplement lié à notre propre peur de la douleur.
Il suffit déjà de constater le double emploi du mot "mal". On a "mal" lorsqu'on ressent de la douleur, et on fait le "mal", par opposition au "bien". Ce double sens du mot "mal" à lui seul résumé l'amalgame.

Mais c'est tout naturel en fait, à un premier niveau de compréhension, tout ce qui est désagréable est considéré comme une mauvaise chose. Et donc, tout naturellement, la douleur est une mauvais chose, c'est un mal, dans le temps on parlait d'ailleurs souvent de malheurs causés par le "malin".

Ce n'est que lorsqu'on considère les choses dans une approche plus profonde, plus spirituelle qu'on réalise que les choses ne sont pas si simples, qu'une chose désagréable peut être une bonne chose et une chose agréable peut être une mauvaise chose.

coeur

avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 12:14

Faceilla a écrit:J'en déduis qu'un animal ressent les absences et peut tout à fait en être réellement contrarié, voire "attristé".

Oui mais la tristesse peut faire partie de la douleur dont on parle ici.
La souffrance qui vient du rejet de cette tristesse cela pourrait être par exemple d'en vouloir à celui qui nous a rendu triste et de cesser de l'aimer alors qu'il n'y peut rien.

A mon sens la souffrance cela va obligatoirement avec une diminution de l'amour (pour soi-même ou autrui).
Si l'on ressent de la douleur tout en continuant à aimer les autres, on est dans quelque chose de juste selon moi.
Les grands êtres réalisés peuvent même vivre une tristesse profonde par amour en voyant les êtres enfermés dans leurs souffrances. ça par exemple je ne suis pas convaincu qu'un animal en soit capable.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par air le Sam 26 Nov 2011 - 12:17

... Et je suis également d'accord avec Guillaume Very Happy

Ça colle d'ailleurs avec ce que je disais, au niveau instinctif, il est impossible de ne pas faire l'amalgame entre le mal et la douleur. Et donc, les animaux ne peuvent pas "comprendre" et accepter cette douleur. Ils ne perçoivent que son côté désagréable.

Ce n'est que lorsqu'ils sont à l'article de la mort que leur cerveau distille des endorphines qui les laissent accepter leur fin en paix.
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 12:58

ananie a écrit:
Maina a écrit:Y'a qu'à voir les animaux, les animaux ressentent la douleur mais pas la souffrance à mon sens.
Je ne suis pas sur de cela.
A mon sens les animaux sont eux aussi dans le rejet de la douleur. Peut-être même parfois plus que nous puisqu'ils n'ont même pas la capacité de réagir autrement.
Eux sont conditionnés par l'instinct et à mon sens l'instinct ne peut pas mener à la libération.
Accepter la douleur, c'est parfois s'extraire de l'instinct qui voudrait nous pousser à fuir pour nous préserver.
N'étant pas complètement soumis à l'instinct, un homme peut faire bien pire qu'un animal, mais il peut aussi faire mieux.
Il est très rare qu'un animal fasse passer le bien de l'autre avant le sien (sauf s'il s'agit de sa progéniture, mais là c'est encore de son propre bien qu'il s'agit selon moi), très rare aussi qu'un homme le fasse, mais ça arrive.

Ce qui permet de sortir de la souffrance, c'est de se tourner vers les autres et de les aimer plus que notre confort personnel. C'est cela qui permet d'accepter une certaine part de douleur inévitable.
Or l'instinct ne va pas forcément dans ce sens là s'il n'y a pas aussi la compassion pour le guider.
Ahlala, passionnant ce sujet, en fait. Que de rebondissements ! Laughing
Au départ j'étais d'accord avec Maïna, mais là tu m'as convaincu, Guillaume.
J'irais même plus loin, pour reprendre ton argument, certains animaux abandonnent ou laissent mourir leur progéniture sans état d'âme, et même certaines mères n'hésiteront pas à dévorer leurs enfants pour se nourrir.

Au moins l'avantage c'est que du coup ça donne plus de foi en l'humanité. Smile
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 12:59

air a écrit:
maïna a écrit:Je crois aussi que - pour quelle raison je ne sais pas - on a collé sur la douleur tout un truc négatif, et qu'il y a comme une croyance inscrite en nous qui dit que l'on n'a pas le droit d'avoir mal.
C'est ce qui crée la souffrance.

Je m'interroge vraiment sur le pourquoi de cette croyance, je ne sais pas si c'est moral, ou lié à certains schémas collectifs, ou simplement lié à notre propre peur de la douleur.
Il suffit déjà de constater le double emploi du mot "mal". On a "mal" lorsqu'on ressent de la douleur, et on fait le "mal", par opposition au "bien". Ce double sens du mot "mal" à lui seul résumé l'amalgame.

Mais c'est tout naturel en fait, à un premier niveau de compréhension, tout ce qui est désagréable est considéré comme une mauvaise chose. Et donc, tout naturellement, la douleur est une mauvais chose, c'est un mal, dans le temps on parlait d'ailleurs souvent de malheurs causés par le "malin".

Ce n'est que lorsqu'on considère les choses dans une approche plus profonde, plus spirituelle qu'on réalise que les choses ne sont pas si simples, qu'une chose désagréable peut être une bonne chose et une chose agréable peut être une mauvaise chose.

coeur

Bien vu !
En plus, une fois n'est pas coutume, on est sur la même longueur d'ondes, je m'étais fait la même réflexion l'autre jour en marchant, sur ce double sens du mot "mal", mais j'avais oublié, merci de ce rappel. Laughing
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Sophie le Sam 26 Nov 2011 - 15:34

Il suffit déjà de constater le double emploi du mot "mal". On a "mal" lorsqu'on ressent de la douleur, et on fait le "mal", par opposition au "bien". Ce double sens du mot "mal" à lui seul résumé l'amalgame.

Oh purée oui, j'avais pas pensé à ça, mais c'est énorme maintenant que tu le dis.
Le simple mot "mal" réveille dans le cerveau en même temps la notion de douleur et la notion de morale.
Du coup c'est logique que ça crée un drôle de conflit à l'intérieur.

Pour ce qui est des animaux, je suis en partie d'accord avec vous, mais je me demande vraiment si y'a pas une sorte de mimétisme quand un chat par exemple commence à bouder comme un humain le ferait. Je veux dire que les animaux domestiques, pour moi y'a un truc biaisé parce qu'à force de vivre avec des humains, ils peuvent être imprégnés aussi.
Et beaucoup de gens parlent d'ailleurs de ce mimétisme chez leurs animaux, par exemple un chat qui se met à aller faire pipi dans les toilettes, ou copier ce que font les humains alors que lui-chat n'aurait sûrement jamais fait ça.
Si mimétisme il y a au niveau physique, ben pourquoi pas au niveau psychologique aussi...

Eux sont conditionnés par l'instinct et à mon sens l'instinct ne peut pas mener à la libération.

Je crois qu'on va aussi devoir lancer un post sur la notion d'instinct... Laughing
Parce que pour moi l'instinct peut être relié à des tas de choses, et donc selon comment on le considère, il peut à mon sens être un instrument de libération.

Ce qui permet de sortir de la souffrance, c'est de se tourner vers les autres et de les aimer plus que notre confort personnel. C'est cela qui permet d'accepter une certaine part de douleur inévitable.

Je ne sais pas.
Je crois que l'acceptation n'est pas seulement liée à des pratiques ou attitudes spirituelles. Je crois que c'est lié à la non-intervention du mental.
On peut accepter quelque chose tel que c'est parce qu'on est dans un simple constat de ce qui est, et sans que cela fasse intervenir la notion de compassion ou même le rapport aux autres.

Je veux dire que quelqu'un d'hyper pragmatique mais pas du tout "spirituel" pourra peut-être accepter une douleur telle quelle, parce que... ben c'est comme ça, il voit le monde comme il est et s'il a mal, il a mal, point.

L'acceptation de la douleur est liée au principe de réalité.
Quand on est bien ancré, bien connecté à soi, et à ce qui nous entoure, et que l'on a trouvé une certaine neutralité en soi, donc un calme mental, on peut simplement accepter ce qui est. Donc par exemple la douleur si douleur il y a.
Je crois même qu'arrivé à un certain stade, on pourra ressentir la douleur sans que cela déclenche des émotions (je fais la distinction entre émotion et ressenti).
La douleur pour moi est le fait de ressentir un choc dans son énergie, le fait que les émotions et le mental interviennent là-dessus vient de notre attachement à cette manière de percevoir la réalité (mentale et émotionnelle).

On peut le voir d'ailleurs là encore chez les enfants.
Je vais prendre un exemple perso, parce que c'est le seul que j'ai sous la main.
Quand j'avais quatre ans, ma mère a perdu un bébé.
Je n'ai pas eu d'émotions, ni de pensées, (je le sais parce que je suis remontée jusqu'à l'événément), tout simplement parce qu'à mon âge alors, je n'avais aucune idée sur la mort, ou le fait qu'un bébé finalement s'en aille avant de naître etc. Je savais même pas ce que ça voulait dire.
Par contre j'ai eu un choc énergétique, une douleur donc.
Assez forte, qui a laissé pas mal d'empreintes en moi.
Lorsque je suis remontée à l'événement, j'ai ressenti le choc énergétique, une douleur très forte, toute une perturbation de mon énergie, c'est ce qui s'était passé à l'époque.
Ce choc était lié au lien que j'avais avec ma mère, et au fait que énergétiquement j'avais commencé à être reliée au bébé dans son ventre. Donc le bébé meurt, je l'ai ressenti.
C'était une douleur à l'état pur, sans aucune intervention du mental et des émotions.

Pour moi les enfants du moins jusqu'à un certain âge n'ont pas d'émotions.
Avant qu'on me tombe dessus, j'explique.
Les enfants ont des sensations, des ressentis, un accès direct à l'énergie.
Mais les émotions étant reliées au mental, tant qu'un enfant n'est pas mentalement conditionné, ce ne sont pas des émotions qu'il a, c'est une perception directe de la réalité énergétique.

Les émotions pour moi interviennent quand on n'a plus accès directement à l'énergie, alors au lieu que la douleur (ou autre), les mouvements énergétiques en nous et qui nous impactent, soient directement perçus, exprimés sans rencontrer aucune résistance en soi, ils suivent tout un chemin beaucoup plus complexe parce qu'ils doivent contourner tous nos filtres, toutes nos idées, notre description figée de la réalité etc.

Pour moi ce qui permet de distinguer la douleur de la souffrance, ce qui se passe énergétiquement de ce qui se passe émotionnellement, c'est que les émotions - telles que je concçois l'émotion - sont toujours explicables. On souffre parce que, on est en colère parce que, on est triste parce que. On peut toujours coller une raison pour expliquer une émotion.
En revanche, une douleur, une sensation, c'est une vibration énergétique, et on ne l'explique pas, on la ressent, c'est tout.
Si je fais un parallèle avec la douleur physique, ça se comprend bien.
Si on demandes à quelqu'un "pourquoi tu as mal ?" alors qu'il a une blessure ouverte au bras... ben la seule chose qu'il pourrait répondre c'est soit que la question est idiote Laughing soit faire un cours d'anatomie en expliquant que les nerfs qui sont là sont touchés donc blablabla.

Mais en réalité, ça ne fait que décrire un état de fait. La douleur est un état de fait. La souffrance, les émotions, sont une interprétation de cet état de fait, selon notre propre système de description du monde.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 16:02

Moi mon chat me dérangeait souvent pour boire au robinet.

Enfin, ça fait pas tellement avancer le débat.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Sophie le Sam 26 Nov 2011 - 16:07

Laughing Laughing

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 20:16

Maina a écrit:On peut accepter quelque chose tel que c'est parce qu'on est dans un simple constat de ce qui est, et sans que cela fasse intervenir la notion de compassion ou même le rapport aux autres.
Oui je suis d'accord avec cela, mais je dirais jusqu'à un certain point seulement.
Parfois certains êtres peuvent en arriver à accepter de supporter une certaine douleur si cela est pour le bien des êtres.
Je pense par exemple à certains maitres tibétains qui prennent sur eux la souffrance des autres pour la purifier.

Je veux dire que quelqu'un d'hyper pragmatique mais pas du tout "spirituel" pourra peut-être accepter une douleur telle quelle, parce que... ben c'est comme ça, il voit le monde comme il est et s'il a mal, il a mal, point.
Oui.
Maintenant, s'il éprouve de l'amour pour les autres, qu'il soit "spirituel" ou pas, à mon avis il vivra beaucoup mieux sa douleur.

C'est vrai donc que jusqu'à un certain point, on peut accepter la douleur sans nécessairement se tourner vers les autres.
Par contre je suis assez convaincu du fait que lorsque l'on n'accepte pas une douleur, on en devient nécessairement moins aimant envers les autres (je parle d'amour véritable, et pas de fuite dans l'attention aux autres pour éviter de se sentir soi-même).

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Sam 26 Nov 2011 - 20:25

Maina a écrit:Parce que pour moi l'instinct peut être relié à des tas de choses, et donc selon comment on le considère, il peut à mon sens être un instrument de libération.
Je crois que c'est comme beaucoup de choses : l'instinct à mon avis doit lui aussi participer à notre spiritualité. C'est à dire que bien harmonisé, guidé par l'amour et la sagesse, il peut devenir un excellent guide.
Mais être enfermé dans l'instinct primaire biologique (instinct de survie, de procréation...), comme les animaux, sans avoir le choix d'y réagir ou pas, peut entrainer encore plus de souffrances je crois.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Opale le Mar 29 Nov 2011 - 19:28

Quand j'etais enfant, je ne voulais qu'une seule chose: abolir la souffrance dans le monde.

Il m'as fallus faire un tres gros travail sur moi pour accepter les qualitès et le role de la souffrance.

Je pense que celui qui choisi cette voie avant de s'incarner choisi un chemin initiatique qui developpe enormement de sagesse et d'empathie. On ne peu comprendre la vie, aimer les gens d'un amour inconditionnel, si l'on a pas soi meme souffert et experimenter la douleur du corps ou de l'esprit. A condition tout de meme d'avoir une certaine ouverture spirituelle.

Je refuse encore la souffrance mais je remercie tout les enseignements precieux qu'elle m'as dispenser.

Je m'inscrit neanmoins dans la philosophie bouddhiste qui vise a s'exonerer de la souffrance pour laisser place a l'expression de l'etre essentiel.


avatar
Opale

Messages : 120
Date d'inscription : 25/11/2011
Féminin Age : 48
Localisation : Lutece

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Mar 29 Nov 2011 - 19:47

Oui mais dans le bouddhisme (comme dans toutes les traditions spirituelles en fait) se libérer de la souffrance (de la douleur si on suit la terminologie de ce sujet) c'est l'accepter pleinement, et ne plus la voir comme quelque chose de négatif.
Ce qui ne signifie pas non plus la voir comme quelque chose de positif.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par air le Mar 29 Nov 2011 - 19:57

Opale a écrit:On ne peu comprendre la vie, aimer les gens d'un amour inconditionnel, si l'on a pas soi meme souffert et expérimenté la douleur du corps ou de l'esprit.
C'est une question que je me suis souvent posée, mais je ne suis pas certain que ce soit nécessaire en réalité. Peut-être que cela nécessiterait un sujet à part entière... Wink
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Opale le Mar 29 Nov 2011 - 20:04

Je suis daccord ananie,, il s'agit bien de ne plus avoir d'affect quel qu'il soit envers la souffrance..

Je suis simplement en chemin et il me reste encore beaucoup de travail a faire. Surement a cause de mon histoire personnelle qui ne rend pas facile ce detachement.. Tres difficile quand on vois des proches souffrir dans des proportions inacceptable.. J'ai beau avoir des connaissances je n'arrive pas encore a accepter.

J'ai perdu encore dernierement une grand mere qui a vecu un veritable calvaire durant des annees avec un cancer virulent qui l'as torturè jusqu'a son dernier souffle. Cette femme etait un amour de gentillesse..
Sa mort a ete pour moi un reel soulagement au dela de la perte physique..

avatar
Opale

Messages : 120
Date d'inscription : 25/11/2011
Féminin Age : 48
Localisation : Lutece

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Mar 29 Nov 2011 - 20:37

Opale a écrit:il s'agit bien de ne plus avoir d'affect quel qu'il soit envers la souffrance..
Tout dépend de ce que tu appelles "affect".
Notre grand défaut à nous les êtres en chemin, c'est que nous pensons que vivre un affect désagréable nous éloigne du bonheur. Alors que ce qui nous en éloigne c'est de refuser le désagréable.

Un être réalisé hindouiste, Sri Nisargadatta Maharaj, disait qu'en réalité plaisir et douleur étaient béatitude.
Lorsque quelqu'un lui disait qu'il n'aimait pas la douleur, il lui disait "c'est ce que vous croyez".

Je ne parle pas de masochisme bien sur, mais de cesser de juger ce que nous ressentons.
Le critère pour juger nos attitudes d'esprit (si on veut marcher vers l'éveil) ne devrait pas être "est ce que c'est agréable pour moi ou désagréable pour moi ?", mais plutôt "est ce que cela me rend plus vrai et meilleur pour les autres ou pas ?".

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Opale le Mar 29 Nov 2011 - 21:09

Je suis daccord avec tout cela hormis la question de se preoccuper si on est meilleur pour les autres ou pas. En tout cas pas dans un premier temps.
Tu n'existe pas en exclusivitè pour les autres meme si on est daccord que tu as un role as jouer dans leur vie et que l'on ne peu exister que dans l'interraction avec le monde qui est exterieur a nous( d'ou font partis les autres)

D'autre part, la notion de veritè est propre a chacun. tu ne peu donc pas etre le vrai et le meilleur qui corresponde au critere de chacun.

C'est dailleurs un leure de n'exister qu'a travers le regard de l'autre. Mais peut etre ne voulais tu pas dire cela, ou en tout cas pas dans ce sens là. Mais comme c'est cet aspect que tu as mis en avant, ca m'as interpellè..

Ne melangeons pas empathie et preoccupation du bien d'autrui avec nos reponses interieures.

Je dirais donc plutot ainsi: "Suis je meilleur et plus vrai avec moi meme?"

car nous avons tous plus ou moins un probleme avec ca.
D'ou nos incarnations successives..

Et en second plan: en etant plus vrai avec moi meme, je suis plus vrai avec les autres et le monde qui sont aussi une part de moi.
avatar
Opale

Messages : 120
Date d'inscription : 25/11/2011
Féminin Age : 48
Localisation : Lutece

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par ananie le Mer 30 Nov 2011 - 6:10

Oui cela commence par être vrai avec soi même.

Mais je ne parlais pas de se préoccuper du regard de l'autre, mais, dit autrement, de faire la volonté divine.
En fait il s'agit de sortir de l'attitude égocentrique.

Quand on agit réellement par amour de l'autre, on n'est rarement reconnu par l'autre. Puisque l'amour c'est délivrer l'autre de ce qui l'enferme, ce qui est parfois désagréable.
Mais effectivement cela commence par se délivrer soi-même.

C'est un synergie en fait je crois : plus on veut être meilleur pour les autres, plus on se délivre soi-même. Car sans cette motivation qui inclue aussi les autres, tout ce qui nous pousse à avancer c'est la souffrance.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: On peut se libérer de la souffrance pas de la douleur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum