Le pouvoir

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pouvoir

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 0:55

Rappel du premier message :

Qu'est-ce que le pouvoir ?

Pouvoir appartient au même registre que vouloir, devoir ou avoir, un verbe devenu substantif.
On parle d'ailleurs, de la même façon, au substantif, de devoirs, de bon vouloir, ou même d'un avoir.

Le pouvoir semble donc correspondre lui aussi à une intention, comme vouloir, devoir, ou même avoir (puisque "j'ai" correspond davantage à un désir de posséder qu'à une possession réelle, totale, permanente).

Mais le vrai pouvoir n'est pas celui qu'on croit.

Habituellement on pense que le pouvoir est celui qu'on exerce sur les autres ou sur les choses, donc sur l'extérieur.
Ça a donc à voir avec une volonté de contrôle. Qui correspond à un manque en nous, à des peurs.
Pouvoir sur les autres, voire contre les autres.
Là ça a à voir avec une volonté de nuire, un besoin plutôt. Pour les mêmes raisons.

Ce pouvoir peut revêtir de multiples aspects.
Depuis le subtil chantage affectif jusqu'à la contrainte physique voire les atteintes à l'intégrité corporelle en passant par la manipulation, le dénigrement, la flatterie, les menaces, la séduction, etc.

Mais je pense que le vrai pouvoir n'est pas un pouvoir sur les autres voire contre les autres, mais un pouvoir sur soi. Dans un premier temps. Et, mieux, un pouvoir avec les autres, pour les autres.

Sinon, ça fait un moment que je me demande, de temps à autre, quelle est la différence entre pouvoir et puissance.
Peut-être que le pouvoir correspond à l'intention et à l'action, alors que la puissance est une sorte de capital, une réserve, une énergie. Qui peut être un capital pour contrôler ou pour nuire comme un capital pour aider et donner.

J'attends vos avis. Smile
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas


Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 23:23

air a écrit:Sans vouloir chipoter, il me semble que, si dans la langue française il n'y a pas de synonymes ayant exactement la même signification, ce n'est pas le cas d'autres langues et en particulier de l'anglais, car les mots anglais peuvent avoir trois origines différentes (saxe, française et je ne sais plus pour la troisième) et du coup, il peut y avoir jusqu'à 3 synonymes exacts.

Il me semble que c'est ce qu'un de mes professeurs d'anglais nous avait expliqué. C'est à vérifier.

C'est pour cela que le français est la langue diplomatique par excellence, par les nuances et subtilités extrêmes qu'elle est capable d'apporter par ces synonymes qui n'en sont pas vraiment.

sunny
J'avais appris en philosophie qu'il n'y avait jamais deux mots, dans aucune langue au monde, voulant dire exactement la même chose. Et ça parait d'ailleurs tout à fait logique.
Pour l'anglais, il y a effectivement parfois deux mots correspondant à un seul mot en français. Mais ça ne signifie pas pour autant qu'ils veulent dire la même chose.
Par exemple si on prend pig et pork, les deux veulent dire porc. Mais le premier s'applique à l'animal, le second au porc en tant que denrée culinaire. Le premier est d'origine saxonne et le second d'origine latine (plus exactement française). Au Moyen Age, époque à laquelle s'est formée la langue anglaise, les paysans étaient anglo-saxons (d'où pig pour l'animal de ferme), la noblesse parlait français depuis l'invasion de l'Angleterre par les Normands (d'où pork pour la table).
Sinon, le français est en effet une langue subtile (et complexe). Mais contrairement à une idée reçue, il existe plus de mots dans le vocabulaire de la langue anglaise, qui est pourtant une langue plus technique, plus pragmatique, que dans la langue française.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Sam 26 Nov 2011 - 23:30

ananie a écrit:J'ai même tendance à penser qu'en définitive nous ne sommes manipulés que par nos tendances égocentriques.
Oui, je suis d'accord. Mais c'est vrai à un niveau profond.

ananie a écrit:Sinon le pouvoir peut aussi s'entendre comme des possibilités : pouvoir faire ceci ou cela. Ce qui fait que l'on assimile parfois le pouvoir extérieur à la liberté, alors que la liberté ne peut être qu'intérieure... Tant que nous n'aurons pas de pouvoir sur nos tendances négatives, nous ne nous sentirons jamais libres je crois, et nous serons facilement manipulables.
Oui, ça revient à la différence entre pouvoir sur les autres (ou l'extérieur), donc contrôle, d'une part (un pouvoir illusoire), et pouvoir sur soi, donc maîtrise, d'autre part.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Nouraya le Dim 27 Nov 2011 - 4:01

Ananie a écrit:Je replacerai même ça dans le contexte de la manipulation psychologique ou le manipulateur n'a que le pouvoir que lui donne le manipulé. Et ce pouvoir est souvent donné en se basant sur l'égo du manipulé : son désir d'être reconnu, sa culpabilité...etc.
Ou son besoin de survivre, d’assumer les besoins de sa famille. Que peux-tu faire face à un directeur qui abuse de son pouvoir et menace de te congédier si tu ne lui fais pas ses 4 volontés, traite ses subordonnes en esclaves ?
Soit tu te plies à ses exigences avec amertume, en pensant à ta famille que tu dois nourrir, car la loi ne te protège pas. Soit tu te dresses et tu lui dis, tu n’as aucun pouvoir sur moi, mais à ce moment-là, tu te retrouves à la porte, sans travail et sans indemnités dans la plupart des pays. Pour cela, il faut avoir beaucoup de force intérieure, mais surtout il faudrait être dans la foi, la confiance et l’abandon le plus total à l’univers et à ses desseins pour nous.
Dans le premier cas l’employé accepte et scelle son état de victime et c’est un cercle vicieux duquel il pourrait difficilement s’échapper.
Dans le deuxième cas, l’employé aurait posé une action juste au présent, espérant que de chaque décision juste découlerait une action juste, et une conséquence juste. Mais Il aurait, quand même, perdu son emploi car il aurait refusé l’injustice, respecté le divin en lui et refusé la condition de victime. Le directeur n’a plus de pouvoir sur lui, car cet employé sait que sa survie ne dépend que de celui qui l’a créé.

Ananie a écrit:
Sinon le pouvoir peut aussi s'entendre comme des possibilités : pouvoir faire ceci ou cela. Ce qui fait que l'on assimile parfois le pouvoir extérieur à la liberté, alors que la liberté ne peut être qu'intérieure..
complètement d'accord avec toi.


Dernière édition par Joy le Lun 28 Nov 2011 - 8:29, édité 1 fois (Raison : citations (rajout pseudo + balises)
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Dim 27 Nov 2011 - 4:11

Oui Nouraya, dans certains cas c'est beaucoup plus complexe.

Je parlais plus de l'aspect conditionnement psychologique, qui nous empêche d'être libre intérieurement : Par exemple on recherche la valorisation des autres parce que la société nous l'a inculqué, mais quelque part on a adhéré à ce conditionnement à cause de nos propres tendances à une certaine forme d'orgueil (je m'inclue aussi là dedans bien sur).

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Nouraya le Dim 27 Nov 2011 - 4:23

ananie a écrit:Oui Nouraya, dans certains cas c'est beaucoup plus complexe.

Je parlais plus de l'aspect conditionnement psychologique, qui nous empêche d'être libre intérieurement : Par exemple on recherche la valorisation des autres parce que la société nous l'a inculqué, mais quelque part on a adhéré à ce conditionnement à cause de nos propres tendances à une certaine forme d'orgueil (je m'inclue aussi là dedans bien sur).
oui tu as raison, mais derrière cet orgueil n'y a-t-il pas un besoin d'acceptation de la part de l'autre, un besoin de reconnaissance, un besoin d'aimer et d'être aimé d'une part, et une peur viscérale d'être exclu, banni et puni?
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Dim 27 Nov 2011 - 4:45

Nouraya a écrit:oui tu as raison, mais derrière cet orgueil n'y a-t-il pas un besoin d'acceptation de la part de l'autre, un besoin de reconnaissance, un besoin d'aimer et d'être aimé d'une part, et une peur viscérale d'être exclu, banni et puni?
Oui, un besoin qui vient à mon avis de vieilles souffrances de l'enfance que l'on a pas pu pleinement vivre et exprimer.
Du coup, comme elles ne peuvent pas sortir, elles restent en nous.
Une fois ces souffrances vidées je crois que l'on a plus besoin d'être aimé, car nous retrouvons l'amour qui a toujours été là au plus profond de nous.
Mais c'est un long travail c'est sur... Peut-être même de toute la vie.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Marie le Dim 27 Nov 2011 - 8:57

ananie a écrit:, dans certains cas c'est beaucoup plus complexe.

Je parlais plus de l'aspect conditionnement psychologique, qui nous empêche d'être libre intérieurement : Par exemple on recherche la valorisation des autres parce que la société nous l'a inculqué, mais quelque part on a adhéré à ce conditionnement à cause de nos propres tendances à une certaine forme d'orgueil (je m'inclue aussi là dedans bien sur).

Certaines valeurs mal comprises peuvent aussi être en cause; ainsi : "l'Amour est patient et plein de bonté; l'Amour n'est point envieux; l'Amour ne se vante point et ne s'enfle point d'orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne recherche point son intérêt, ne s'irrite point et ne soupçonne point le mal; il ne se réjouit point de l'injustice mais de la vérité, il excuse tout, croit tout espère tout et supporte tout".
de la bible.

Mal comprise cette phrase peut pousser à laisser autrui prendre ou garder du pouvoir sur soi, avec l'impression d'aimer mieux. Heureusement qu'il y a cette autre phrase pour compenser : "aime ton prochain comme toi-même."
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Sophie le Dim 27 Nov 2011 - 11:24

Je crois aussi que quand on se retrouve dans une situation - fut-elle très complexe - où l'autre a irrémédiablement un pouvoir sur soi (parce que par exemple on peut pas se permettre de l'envoyer promener), c'est important de se demander pourquoi et comment on s'est retrouvé dans cette situation.
Parce que nous avons une responsabilité dans la trajectoire que prend notre vie, donc quand nous nous retrouvons dans une certaine situation, quelque chose en nous a contribué à créer cette situation.

On discute de la notion de pouvoir sur l'autre de façon "négative" en quelque sorte depuis le début du fil, comme si c'était toujours mal vécu notamment.
Mais le fait que quelqu'un ait un pouvoir sur nous parfois nous satisfait, à un certain niveau. Cela nous évite de prendre certaines décisions, cela nous donne le sentiment que quelqu'un nous dit ce qu'on a à faire quand soi-même on ne le sait pas.
Donc on entretient parfois même inconsciemment des situations où quelqu'un a un pouvoir sur soi, par confort en quelque sorte, et ensuite si une personne déborde un peu trop dans ce sens, alors là on se rebelle Laughing

Finalement je crois que quand on se met en situation que quelqu'un puisse nous punir, nous diriger etc.... on ne fait que reproduire ou rechercher un truc de la relation avec nos parents.

D'ailleurs nouraya, tu parles de besoin de reconnaissance, d'être aimé etc... et ça va dans le même sens. Tout ça en général est lié à notre relation à nos parents, et aux blessures qu'il en reste encore.



Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Kenzo le Dim 27 Nov 2011 - 11:37

maïna a écrit:Je crois aussi que quand on se retrouve dans une situation - fut-elle très complexe - où l'autre a irrémédiablement un pouvoir sur soi (parce que par exemple on peut pas se permettre de l'envoyer promener), c'est important de se demander pourquoi et comment on s'est retrouvé dans cette situation.
Parce que nous avons une responsabilité dans la trajectoire que prend notre vie, donc quand nous nous retrouvons dans une certaine situation, quelque chose en nous a contribué à créer cette situation.




Oui, je serais d'accord sur ce point que tu soulève Maina.

Comme il est dit "Notre etre attire a nous tout éléments de notre vie" ou encore "tout est guru"

avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Dim 27 Nov 2011 - 12:24

Marie a écrit:Mal comprise cette phrase peut pousser à laisser autrui prendre ou garder du pouvoir sur soi, avec l'impression d'aimer mieux. Heureusement qu'il y a cette autre phrase pour compenser : "aime ton prochain comme toi-même."
Oui comme dans tous les textes sacrés, et je dirais même dans tous les textes en général, il faut replacer les phrases dans leur contexte.

Maina a écrit:Je crois aussi que quand on se retrouve dans une situation - fut-elle très complexe - où l'autre a irrémédiablement un pouvoir sur soi (parce que par exemple on peut pas se permettre de l'envoyer promener), c'est important de se demander pourquoi et comment on s'est retrouvé dans cette situation.
Oui il peut y avoir une part de ça, et même dans une situation inextricable (il y en a parfois je crois), nous avons une part de responsabilité karmique.
Si nous souffrons de la manipulation d'autrui, il y a de grandes chances, aussi difficile que cela soit à admettre, que nous ayons exercé la même manipulation dans d'autres vies.
Se le dire et faire un travail pour purifier ce karma aide bien souvent à sortir plus vite d'une situation difficile.
Et de plus cela aide à reprendre une part de responsabilité et de possibilité d'action, et à ne pas se morfondre dans le statu de victime.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Sophie le Dim 27 Nov 2011 - 12:33

La notion de pouvoir "sur" (quelqu'un ou quelque chose, y compris soi-même) renvoie à mon sens à la notion d'autorité.
Et celle-ci renvoie à la notion de légitimité.
Qu'est-ce qui fait qu'une société fonctionne et que c'est pas la rebellion incessante ? le fait que nombre de personnes considèrent une certaine autorité comme légitime (pour x raisons, conditionnées ou librement réfléchies).

Qu'es-ce qui fait qu'un enfant écoute ses parents -> le fait qu'ils ont une autorité que l'enfant accepte comme légitime.

Lorsque l'on "prend pouvoir sur", on se donne une autorité sur (quelque chose ou quelqu'un).
Si cette autorité est légitime, et que l'on est à sa place en l'utilisant, alors en général il n'y a pas de problème du mons sur un plan éthique (après la personne en face peut mal le vivre mais du fait de choses qui sont en elle et qui sont en rebellion par exemple contre cette autorité qu'elle n'accepte pas).
Exemple : un supérieur hiérarchique qui demande à son subordonné d'effectuer un travail qui fait partie de ses attributions.

Il arrive que l'on se plaigne d'une autorité alors que pourtant on a "signé", en sachant en connaissance de cause ce que ça impliquait pour soi.
Ca se passe parfois à des niveaux très subtils.
On peut se rendre compte qu'on a en réalité donné son accord à quelque chose, contre lequel on se révolte ensuite.
Que ce soit par un contrat en bonne et due forme, ou bien par nos actes, nos paroles, à un moment donné.

Par exemple une femme qui se mettrait en position vis à vis de son mari ou de sa famille de prendre sur elle toutes les tâches ménagères, qui "s'esclavagiserait" elle-même au départ, en prenant tout sur elle, par bonne volonté, besoin de s'identifier à un certain rôle féminin ou autre, pourrait ensuite reprocher à sa famille de l'obliger à faire tout cela.
Et cela peut même être "vrai" dans le sens où sa famille s'est tellement habituée à ce que ça soit elle qui fasse tout, que ça devient une règle tacite.
Mais en réalité c'est une contrainte que cette femme s'est imposée à elle-même au départ, en ne posant pas ses propres limites.

Il arrive que l'on "éparpille" autour de soi dans diverses relations, en la morcelan en quelque sorte, l'autorité légitime sur notre propre vie.
On donne à untel l'autorité sur telle partie de nous-mêmes, à un autre l'autorité sur telle autre partie de nous etc etc.... et finalement on se dépossède soi-même... de soi-même, et de sa propre autorité intérieure, celle qui consiste à être le maître de sa propre vie.
La télé a l'autorité de nous dire ce qu'on doit penser et de quoi on a peur ; notre conjoint a l'autorité de nous faire sentir bien ou mal selon qu'il porte un regard positif ou négatif sur nous ; nos enfants ont l'autorité de nous faire nous sacrifier pour eux ; notre patron a l'autorité de nous donner de quoi subsister etc...

Et au final, on se retrouve comme un "royaume", aux multiples "rois", extérieurs à soi, donc écartelé et ouvert aux quatre vents et aux volontés de toutes ces autorités extérieures.

Il arrive que l'on puisse plus facilement récupérer le pouvoir, l'autorité en soi, dans certains domaines que dans d'autres.
Quand une situation en arrive à nous mettre en position de devoir respecter l'autorité qu'on a placé à l'extérieur, ou crever de faim, évidemment ça semble "inextricable".

Il ne faut parfois pas s'obstiner à défaire immédiatement un noeud qui n'a pas de solutions immédiates, mais par contre on peut agir ailleurs, commence rà récupérer tous les morceaux de son propre pouvoir que l'on peut déjà récupérer.
Commencer à se recentrer, se reconcentrer, reconstituer notre propre pouvoir de décision intérieur, partout où c'est possible, y compris dans des toutes petites choses qui parfois en cachent des bien plus grandes.

Et la première chose que l'on peut tenter de ramener en soi, c'est le pouvoir et la maîtrise de ce que l'on ressent et la manière dont on le vit.
Parce que le pire enchaînement à mon sens, celui qui dépossède réellement et en profondeur nous dépouille de notre identité, c'est le fait de laisser aux autres le pouvoir de nous faire nous sentir comme ci ou comme ça, heureux ou malheureux, bien ou mal.

On ne peut pas toujours résoudre les situations dans la matière tout de suite, mais on peut agir en soi sur comment on se sent, et la manière que l'on a de vivre ces situations extérieures et matérielles.



Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Dim 27 Nov 2011 - 13:08

maïna a écrit:La notion de pouvoir "sur" (quelqu'un ou quelque chose, y compris soi-même) renvoie à mon sens à la notion d'autorité.
Et celle-ci renvoie à la notion de légitimité.

maïna a écrit:Lorsque l'on "prend pouvoir sur", on se donne une autorité sur (quelque chose ou quelqu'un).
Si cette autorité est légitime, et que l'on est à sa place en l'utilisant, alors en général il n'y a pas de problème du mons sur un plan éthique (après la personne en face peut mal le vivre mais du fait de choses qui sont en elle et qui sont en rebellion par exemple contre cette autorité qu'elle n'accepte pas).

Exactement. Les notions d'autorité et de légitimité sont très liées à la notion de pouvoir.
Mais si quelqu'un exerce un pouvoir sur quelqu'un en vertu d'une autorité naturelle et légitime, je pense que c'est un pouvoir "avec" et non un pouvoir "sur".
Pas forcément au sens de coopération, de réciprocité, de partage du pouvoir, mais dans le sens que le pouvoir "avec" quelqu'un découle de l'intention d'agir pour son bien, alors que le pouvoir "sur" découle de l'intention de le dominer, profiter de lui, l'exploiter, etc.
Bien sûr, c'est caricatural, il y a toutes sortes de nuances à apporter, mais je pense que ce sont les deux grands pôles.
Pour moi le pouvoir qu'exercent des parents sur leurs enfants (je parlerais d'ailleurs plutôt d'autorité que de pouvoir, et en plus les enfants peuvent exercer un pouvoir sur leurs parents) est un pouvoir "avec" et non un pouvoir "sur".
Il n'empêche qu'effectivement un pouvoir légitime résultant d'une autorité naturelle, avec de bonnes intentions, ou librement accepté, peut parfois être vécu comme pas légitime, abusif, avec des périodes de rébellion, etc.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Dim 27 Nov 2011 - 13:12

maïna a écrit:Je crois aussi que quand on se retrouve dans une situation - fut-elle très complexe - où l'autre a irrémédiablement un pouvoir sur soi (parce que par exemple on peut pas se permettre de l'envoyer promener), c'est important de se demander pourquoi et comment on s'est retrouvé dans cette situation.
Parce que nous avons une responsabilité dans la trajectoire que prend notre vie, donc quand nous nous retrouvons dans une certaine situation, quelque chose en nous a contribué à créer cette situation.

On discute de la notion de pouvoir sur l'autre de façon "négative" en quelque sorte depuis le début du fil, comme si c'était toujours mal vécu notamment.
Mais le fait que quelqu'un ait un pouvoir sur nous parfois nous satisfait, à un certain niveau. Cela nous évite de prendre certaines décisions, cela nous donne le sentiment que quelqu'un nous dit ce qu'on a à faire quand soi-même on ne le sait pas.
Donc on entretient parfois même inconsciemment des situations où quelqu'un a un pouvoir sur soi, par confort en quelque sorte, et ensuite si une personne déborde un peu trop dans ce sens, alors là on se rebelle Laughing

Finalement je crois que quand on se met en situation que quelqu'un puisse nous punir, nous diriger etc.... on ne fait que reproduire ou rechercher un truc de la relation avec nos parents.

D'ailleurs nouraya, tu parles de besoin de reconnaissance, d'être aimé etc... et ça va dans le même sens. Tout ça en général est lié à notre relation à nos parents, et aux blessures qu'il en reste encore.



Oui ! Exactement.
Je crois qu'en effet c'était important de dire qu'abandonner son pouvoir aux autres, ou les laisser exercer un pouvoir, c'est aussi leur déléguer nos responsabilités, s'en débarrasser, donc finalement il n'y a pas de victime. Mais je crois que la plupart du temps c'est inconscient.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Dim 27 Nov 2011 - 13:17

Le pouvoir de l'autorité est à mon avis très souvent nécessaire pour ordonner les choses.

Il est faussé et devient nuisible si celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au dessus des autres.

Il est juste lorsque celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au centre des autres : ainsi il essaie d'avoir une vision d'ensemble et d'ordonner les choses pour le bien commun.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Sophie le Dim 27 Nov 2011 - 13:20

J'aime bien cette disctinction que tu fais Hermann, pouvoir avec et pouvoir sur, je trouve ça très parlant effectivement.

Quand je bossais en bureau, ma supérieure hiérarchique était une femme remarquable qui m'a montré ce qu'un "chef", une autorité dans le domaine professionnel, pouvait (et devait) être dans sa forme la plus impeccable.
Ce qu'elle demandait, je le faisais, parce que ça faisait partie de mon travail ; elle le demandait de façon claire, et avec une légitimité, et non comme des caprices mais parce que la situation nécessitait ce travail à ce moment-là.
Elle pouvait entendre les délais dans lesquels je pouvais m'en occuper, et pouvais me signaler s'il y avait urgence ou pas.
Bref, c'était souple, et cadré en même temps, c'est à dire que c'était un rapport d'autorité hiérarchique qui était sain et "normal" finalement, ce qu'il devrait toujours être entre deux adultes autonomes et centrés.
C'était un "pouvoir avec", nous bossions ensemble, elle était officiellement celle qui décidait de certaines choses, mais le rapport d'autorité ne créait pas un rapport de hiérarchie personnelle, c'est à dire que c'est pas parce que c'était ma chef qu'elle se posait comme supérieure à moi en tant qu'individu.

Il m'est apparu que dans ma "carrière" (j'aime pas ce mot Laughing) avant ce boulot-là, j'avais déjà eu des chefs comme ça, mais j'étais dans une trop grande rebellion intérieure pour m'en rendre compte et du coup j'étais convaincue qu'ils étaient injustes ou durs avec moi, alors que c'était seulement moi qui n'acceptais pas ma position et mes attributions en toute conscience et responsabilité.
Du coup je n'étais moi-même pas dans le respect ni des gens avec qui je travaillais, ni de la structure globale dans laquelle j'étais intégrée.
Je trouvais tout un tas de raisons pour justifier mon refus de cette autorité, et le refus de mon propre travail, par exemple les injustices dans la structure où j'étais, je cherchais refuge dans les syndicats, la défense soi-disant des autres salariés etc.... mais en fait c'était complètement faux, c'était juste une fuite par rapport à mes propres responsabilités, et une rebellion un peu contre tout et n'importe quoi, mais sans en avoir conscience.

C'est pendant une manif que j'en ai pris conscience, et là ça a été radical, net comme un couperet qui tombe.
Jétais en train de brailler des slogans, et la colère était en train de monter, mais je savais même plus contre quoi j'étais en colère tout d'un coup ; le pauvre petit bonhomme là-bas enfermé dans son bureau du conseil général ? je le connaissais même pas, pourquoi j'aurais été en colère contre lui précisément ?
Je me suis dédoublée d'un coup, je crois que je suis "sortie de mon corps" ou un truc dans le genre, enfin je sais pas, mais tout d'un coup j'étais Moi, à côté de moi, et je me suis vue hurler, me rebeller, sans même savoir contre quoi.
Ca a été vraiment un flash de compréhension instantanée.

De retour "dans mon corps", et à mon bureau, en très peu de temps, j'ai arrêté tout, les syndicats, les prétextes, les échappatoires, et je me suis reconcentrée sur moi. J'ai pas pour autant réussi à revenir dans mon propre travail, parce que quelque chose de plus profond en moi n'y adhérait pas, je comprenais pas ce que je faisais là, mais au moins j'ai arrêté d'accuser les autres d'être les responsables de ma propre rebellion.
De croire que leur autorité était abusive alors qu'en réalité c'était moi qui la refusait, pour des raisons qui n'appartenaient qu'à moi.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Morceau à replacer dans "le pouvoir"

Message par Sophie le Dim 27 Nov 2011 - 14:04

ananie a écrit:Le pouvoir de l'autorité est à mon avis très souvent nécessaire pour ordonner les choses.

Il est faussé et devient nuisible si celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au dessus des autres.

Il est juste lorsque celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au centre des autres : ainsi il essaie d'avoir une vision d'ensemble et d'ordonner les choses pour le bien commun.

Oui et je voulais rapprocher ce que tu dis aussi du rôle des thérapeutes et guides qui nous aident à avancer.

Pour moi un guide ou un thérapeute c'est quelqu'un à qui on reconnaître une certaine autorité, dans un certain cadre, légitime, et bienveillant en principe, dans l'intention de se guérir et de prendre sa vie en main.
C'est donc une autorité qu'on place à l'extérieur de soi aussi, mais dans un but tout à fait différent, et si le thérapeute est clean, alors cela peut être très fructueux, car cette "autorité provisoire" à un moment de notre vie, pour nous aider à un moment, disparaîtra d'elle-même quand nous n'en aurons plus besoin.

Il arrive d'ailleurs que l'on ne puisse pas se passer d'une telle aide extérieure, parce qu'on s'est tellement dépossédé de soi-même, que même la décision de récupérer son propre pouvoir personnel, on n'en trouve plus la force et l'énergie en soi, parce qu'on a dilapidé toute son autorité à l'extérieur.
Donc en douceur, et dans un temps de transition et de guérison, on est en quelque sorte "obligé" de placer encore un peu d'autorité hors de soi, en demandant de l'aide, certaines pistes ou réponses, ou "instructions" à une tierce personne.
Mais dans ce cas, c'est fait pour notre bien, et en principe le thérapeute qui est conscient de son rôle et honnête ne prendra pas pouvoir sur nous pour autant.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Dim 27 Nov 2011 - 22:39

air a écrit:Sans vouloir chipoter, il me semble que, si dans la langue française il n'y a pas de synonymes ayant exactement la même signification, ce n'est pas le cas d'autres langues et en particulier de l'anglais, car les mots anglais peuvent avoir trois origines différentes (saxe, française et je ne sais plus pour la troisième) et du coup, il peut y avoir jusqu'à 3 synonymes exacts.

Il me semble que c'est ce qu'un de mes professeurs d'anglais nous avait expliqué. C'est à vérifier.

C'est pour cela que le français est la langue diplomatique par excellence, par les nuances et subtilités extrêmes qu'elle est capable d'apporter par ces synonymes qui n'en sont pas vraiment.

sunny
C'est vrai que la langue française a longtemps été la langue diplomatique par excellence, mais ce n'est pas pour cette raison, ça ne tient pas à des causes linguistiques, mais à des causes historiques. D'ordre politique et culturel.
Et on en revient à cette notion de pouvoir.
La France a souvent dominé le reste de l'Europe, et a régulièrement joué un rôle de premier ordre dans le concert des nations. Depuis saint Louis au XIIIe siècle qui arbitrait les conflits entre les souverains occidentaux et était en relation avec l'empereur de Mongolie, jusqu'à Napoléon 1er, en passant par Louis XIV.
La langue française jouait aussi un rôle prépondérant, sur le plan culturel et dans les cours européennes, jusqu'en Russie.
Donc la langue peut être un instrument de pouvoir.

Sinon, les langues sont aussi le reflet d'une civilisation, de la vision du monde d'un peuple. Elles expriment cette vision.
Par exemple un peuple de guerriers et éleveurs semi-nomades n'aura pas la même vision du monde qu'un peuple d'agriculteurs sédentaires, et donc pas la même culture, et ça se reflète dans la langue, et pas seulement dans le vocabulaire.
Pour reprendre le cas de la langue anglaise, elle s'est formée sous fond d'invasions qui ont dominé politiquement l'île : les rois anglo-saxons venus des bouches du Rhin puis les rois vikings francisés venus de Normandie. C'est le pouvoir qui a contribué à façonner la langue.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Kenzo le Dim 27 Nov 2011 - 23:10

Hermann a écrit:La France a souvent dominé le reste de l'Europe, et a régulièrement joué un rôle de premier ordre dans le concert des nations. Depuis saint Louis au XIIIe siècle qui arbitrait les conflits entre les souverains occidentaux et était en relation avec l'empereur de Mongolie, jusqu'à Napoléon 1er, en passant par Louis XIV.


Ouais ba en ce moment on est mal barré avec Sarko lol!

entre parenthèse soit dit en passant rendeer


Dernière édition par Joy le Lun 28 Nov 2011 - 12:10, édité 1 fois (Raison : Correction citation (rajout pseudo)
avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Nouraya le Dim 27 Nov 2011 - 23:24

Ananie a écrit:Une fois ces souffrances vidées je crois que l'on a plus besoin d'être aimé, car nous retrouvons l'amour qui a toujours été là au plus profond de nous.
je crois que le besoin d'aimer et d'être aimé ne dépend pas des souffrances de l'enfance et de la libération de ces souffrances. D'habitude j'analyse les situations, je reconnais mes blessures, et je passe, je ne m'accroche pas au passé. Mais l'énergie d'amour est vitale pour moi. Je ne parle pas de l'amour entre homme et femme,[ car là je peux être amoureuse ou pas ], je parle d'un état, d'une voie aussi et d'une voix qui me pousse toujours aimer toujours plus [ ca s'étend à tous les règnes ], à vivre en amour parce que je ne peux et ne veux vivre autrement.
je te rejoins sur l'idée que l'amour est au plus profond de nous, mais il faut aussi l'extérioriser, l'exprimer. Une rose ne peut garder son parfum pour elle seule. Elle recoit la lumière et offre sa beauté et son parfum Rose .



Dernière édition par Joy le Lun 28 Nov 2011 - 8:32, édité 1 fois (Raison : citations (rajout pseudo + balises)
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Nouraya le Lun 28 Nov 2011 - 0:04

Ananie a écrit:Le pouvoir de l'autorité est à mon avis très souvent nécessaire pour ordonner les choses.

Il est faussé et devient nuisible si celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au dessus des autres.
Et abuse de son pouvoir et n'accepte aucune limite à ses abus. Des fois on tente d'analyser la situation, pour comprendre si elle est karmique, ou si nous l'avons voulu consciemment ou inconsciemment, si elle est inscrite dans notre carte astrologique, si nous avons une prédisposition à attirer ces situations complexes et inextricables etc.. Mais des fois ca ne dépend pas de nous, de notre passé karmique ou pas, certaines personnes au pouvoir abusent que nous soyons présents ou pas. Leurs employés se plaignent, certains pleurent, d'autres consultent le médecin au moins une fois par semaine etc.. là il s'agit non de chercher dans notre passé les causes, mais d'agir. Dans un premier temps pour lui expliquer ses abus et tenter de lui faire changer de comportement, et si elle ne comprend pas, mieux vaut présenter sa démission et partir afin de ne vivre pas en victime.

Ananie a écrit:Il est juste lorsque celui qui possède l'autorité ou le pouvoir se place au centre des autres : ainsi il essaie d'avoir une vision d'ensemble et d'ordonner les choses pour le bien commun.
Très bien dit et formulé sunny


Dernière édition par Joy le Lun 28 Nov 2011 - 8:09, édité 1 fois (Raison : citations (rajout pseudo + balises)
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Hermann le Lun 28 Nov 2011 - 10:29

A nos modos adorés :
Est-ce qu'il serait possible de transférer les derniers échanges, à partir de mon post d'hier à 15 h (en mettant la référence à ce présent topic), sur un nouveau topic, privé, qu'on pourrait par exemple intituler "Problèmes de régulation d'énergies" ?
Merci.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Bout du sujet régulation énergétique

Message par Sophie le Lun 28 Nov 2011 - 10:35

Nouraya a écrit:Mais des fois ca ne dépend pas de nous, de notre passé karmique ou pas, certaines personnes au pouvoir abusent que nous soyons présents ou pas. Leurs employés se plaignent, certains pleurent, d'autres consultent le médecin au moins une fois par semaine etc.. là il s'agit non de chercher dans notre passé les causes, mais d'agir. Dans un premier temps pour lui expliquer ses abus et tenter de lui faire changer de comportement, et si elle ne comprend pas, mieux vaut présenter sa démission et partir afin de ne vivre pas en victime.

Ce que fait cette personne ne dépend pas de nous.
Mais pourquoi nous nous sommes retrouvés face à une personne comme ça, ça ça dépend en partie de nous et de nos problématiques inconscientes.
Pourquoi nous avons "choisi" que cette personne se trouve sur notre route, c'est ça qui trouve sa racine dans nos blessures et nos souffrances, ou même un passé karmique plus ancien.

Il y a par exemple des gens qui ont tellement un "besoin de faire justice", qu'ils se retrouvent sans arrêt dans des situations comme ça, où il y a des injustices, des abus de pouvoir etc...
Tout simplement parce qu'ils se sont dirigés vers les situations qui allaient leur permettre de faire ce dont ils ont besoin.

Quand on parle de chercher la cause en soi, il ne s'agit pas de se croiser les bras non plus et de ne rien faire, si la situation l'exige il faut agir aussi, mais l'un n'empêche pas l'autre et au contraire même, l'action est d'autant plus efficace qu'elle n'est pas aveugle. Et que l'on est conscient de pourquoi on vit ça.



Dernière édition par Joy le Lun 28 Nov 2011 - 12:45, édité 1 fois (Raison : CORRECTION CITATION (Rajout pseudo dans les balises)

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Plume le Lun 28 Nov 2011 - 11:05

Hermann a écrit:A nos modos adorés :
Est-ce qu'il serait possible de transférer les derniers échanges, à partir de mon post d'hier à 15 h (en mettant la référence à ce présent topic), sur un nouveau topic, privé, qu'on pourrait par exemple intituler "Problèmes de régulation d'énergies" ?
Merci.
Je m'en occupe d'ici une vingtaine de minutes.

ÉDIT (Joy) : C'est ici : http://www.forumspirituel.fr/t136-p-problemes-de-regulation-d-energie
avatar
Plume

Messages : 1011
Date d'inscription : 08/11/2011
Féminin Age : 50
Localisation : Terra

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Lun 28 Nov 2011 - 13:31

J'ai essayé de remettre de l'ordre entre les sujets "Le pouvoir" et "Problème de régulation énergétique".$
Si cela est possible essayez s'il vous plait de faire des post sur le pouvoir dans le sujet correspondant et pareil pour les posts correspondants aux problèmes de régulation énergétique.
Merci Very Happy

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par ananie le Lun 28 Nov 2011 - 13:52

Nouraya a écrit:je crois que le besoin d'aimer et d'être aimé ne dépend pas des souffrances de l'enfance et de la libération de ces souffrances. D'habitude j'analyse les situations, je reconnais mes blessures, et je passe, je ne m'accroche pas au passé. Mais l'énergie d'amour est vitale pour moi. Je ne parle pas de l'amour entre homme et femme,[ car là je peux être amoureuse ou pas ], je parle d'un état, d'une voie aussi et d'une voix qui me pousse toujours aimer toujours plus [ ca s'étend à tous les règnes ], à vivre en amour parce que je ne peux et ne veux vivre autrement.
je te rejoins sur l'idée que l'amour est au plus profond de nous, mais il faut aussi l'extérioriser, l'exprimer. Une rose ne peut garder son parfum pour elle seule. Elle recoit la lumière et offre sa beauté et son parfum
Complètement d'accord avec toi sur le besoin de donner de l'amour, besoin qui appartient à notre nature véritable, divine.
Par contre je crois qu'en tant qu'adulte nous n'avons pas vraiment besoin d'en recevoir. Mais seulement d'en donner.
Là dessus :
http://www.forumspirituel.fr/t139-le-manque-d-amour#2370

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pouvoir

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum