La passion du Christ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La passion du Christ

Message par ananie le Jeu 12 Jan 2012 - 20:59

Selon moi les évènements qui constituent la passion du Christ peuvent être vus comme des scènes mythiques sur lesquelles on peut méditer pour apprendre à transcender la douleur, à rester dans l'amour malgré celle-ci et à aller au delà de son moi.

Mais cela est ma vision et les mystères chrétiens (ou d'autres traditions spirituelles) n'obéissent à aucune définition figée : on peut en trouver sans cesse de nouvelles et aller toujours plus loin dans le mystère, en allant en même temps toujours plus loin dans la communion avec le Divin.

Dans la passion, on insiste souvent sur la souffrance, mais celle-ci n'est là à mon avis que pour révéler l'amour. Car quel amour est plus grand que celui d'accepter de tout souffrir et de tout perdre, jusqu'à sa vie, pour mener les autres à la libération, au véritable bonheur ?

Un texte pour approfondir :
http://ananie.over-blog.com/article-34316708.html

Extrait :

Les Saints et les Pères de l’Église disent qu'une des meilleures pratiques chrétiennes est de contempler les évènements du Gologotha. Car par cette contemplation, on se relie à la force spirituelle, à l'état de conscience que Jésus Christ vivait dans ces évènements. Et c'est cet état de conscience, c'est à dire l'Amour de Dieu (Père et Fils), le Saint Esprit, qui nous purifie peu à peu de tout le mal qui pollue notre conscience, jusqu'à nous unir à Lui.

Ainsi l'important dans la Passion ce n'est pas la souffrance, c'est l'Amour... Et la souffrance que vit le Christ n'est là que pour révéler son Amour. En effet, il le dit lui-même : « il n'y a pas de plus grand Amour que de donner sa vie pour ses amis ».

C'est cet Amour qui nous libère de notre enfermement sur nous-mêmes car pour Aimer en de telles circonstances, il faut sortir de soi-même, accéder à une transcendance, ou, dit d'une autre manière, rentrer au plus intime de soi-même, se relier à sa nature véritable où l'on rencontre Dieu qui dépasse notre égo, notre moi.

(...)

Jésus Christ a choisit l'Amour et transcendé son égo : dans sa volonté, ses plaisirs sensoriels, son désir de reconnaissance, ses épreuves et même sa mort. Il l'a fait dans les pires circonstances qui soient, afin qu'en méditant sur sa Passion nous puissions recevoir une puissance, un Amour qui nous permettra de transcender notre égo dans toutes les difficultés que nous pourrons rencontrer. Ainsi par son chemin de croix Il nous a ouvert une voie vers la libération.


Dernière édition par ananie le Jeu 1 Mar 2012 - 6:00, édité 1 fois

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Marie le Ven 13 Jan 2012 - 7:17

S'offrir en sacrifice...

Il y a peu, j'ai fait le rapprochement entre les sacrifices qu'on faisait a Dieu pour l'honorer (ça ne me touche pas, mais j'essaye de comprendre), et le Christ "agneau" qui se laisse immoler.

J'ai du mal mais j'essaye de comprendre.

Ce que j'avais compris avant c'était l'importance de défendre l'Amour, jusqu'à la mort.

Mais je n'arrivais pas à comprendre ce que venait faire un agneau là-dedans! Embarassed Laughing
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Ven 13 Jan 2012 - 9:44

Les sacrifices que l'on fait à Dieu représente des parties de nous mêmes qu'on lui donne pour qu'il devienne un avec elle et s'en serve.
On peut donner sa colère à Dieu pour qu'il en fasse une force d'affirmation.
On peut lui donner sa tendresse pour qu'il en fasse une capacité à être doux envers ceux qui en ont besoin.
On peut lui donner sa peur pour qu'il la transforme en courage.

Sacrifier des choses à Dieu c'est les placer dans l'amour pour qu'elles se transforment.

Extrait du psaume 50 : "Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'acceptes pas d'holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un coeur brisé et broyé."
Ces deux versets expliquent que le véritable sacrifice ce n'est pas de brûler des choses extérieures, mais d'offrir à Dieu nos défauts pour qu'il les transforme.

De même au temps des hébreux, les animaux sacrifiés pourraient aujourd'hui être considérés comme tous nos bas instincts que nous plaçons dans la puissance divine pour en faire quelque chose de pur.

Tout cela peut être considéré comme un processus intérieur plutôt qu'extérieur.

Sinon pour moi l'agneau renvoit à la douceur, à l'humilité. Se donner comme un agneau c'est accepter sa sensibilité, sa fragilité, ne pas chercher à être tout puissant.
Cela s'oppose à ce que à l'époque on attendait du Christ : on voulait qu'il devienne un roi tout puissant, qui rétablirait le pouvoir d'Israel et expulserait les romais du pays. Mais il est devenu un roi d'amour dont le règne n'est pas de ce monde.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Bruno C. le Ven 13 Jan 2012 - 10:59

Merci Ananie de proposer ce post. J'ai longtemps eu beaucoup de mal avec la notion de sacrifice. "Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort lente" comme disait Brassens. Very Happy
La manière dont tu présentes la Passion du Christ m'intéresse. Abandonner des choses de soi pour être dans l'Amour et finalement révéler ce que l'on peut être véritablement : un humain qui vit dans la confiance et dans l'amour. J'ai lu une fois que la Passion du Christ - lequel a été tenté aussi par la peur et la déception au Jardin des Oliviers - était "le Grand lâcher prise". J'aime assez bien cela. Lâcher mes tentations, mes peurs, mes cupidités, qui sont bien moindres que ce que Jésus a pu vivre, pour m'en remettre à Dieu afin qu'il transforme tout cela au service de Sa Volonté.
Régulièrement, j'essaye d'avoir cette prière : "Que Ta volonté soit faite et non la mienne", quand il est dur pour moi de lâcher prise.
avatar
Bruno C.

Messages : 56
Date d'inscription : 26/12/2011
Masculin Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Ven 13 Jan 2012 - 12:17

Bruno a écrit:J'ai lu une fois que la Passion du Christ - lequel a été tenté aussi par la peur et la déception au Jardin des Oliviers - était "le Grand lâcher prise". J'aime assez bien cela. Lâcher mes tentations, mes peurs, mes cupidités, qui sont bien moindres que ce que Jésus a pu vivre, pour m'en remettre à Dieu afin qu'il transforme tout cela au service de Sa Volonté.
Je partage aussi cette vision des choses.

Régulièrement, j'essaye d'avoir cette prière : "Que Ta volonté soit faite et non la mienne", quand il est dur pour moi de lâcher prise.
C'est aussi une clé importante pour moi.
D'ailleurs cette phrase est le point de départ de la passion du Christ.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par samadhi le Ven 13 Jan 2012 - 13:36

bonjour

les questions que soulèvent la passion du christ est très subtil, il existe pas mal de réponse sur le plan théologique selon les schismes des religions. bien des malheurs dans l'histoire sont arrivé a cause de ses points de détailles. car les gens voit tout cela par le prisme de l’intelligence, et rarement par le cœur.

la passion se vie et se revis par les portes initiatique que contient le voyage que le christ fait pour arriver au sommet de la colline. ( ça demanderais un sujet entier sur le forum a luis tout seul).

pour les sacrifices, se qu'il faut voir dans tout cela , c'est que les rituelle de sacrifice et la façons de voir les dieux étais bien différent d’aujourd’hui.
pour comprendre que, a tel page des textes sacré demandent des sacrifices et que a tel page il ne faut pas en faire, vient du faite que ça ne s'adresse pas au même énergie et en vérité au même divinité vibratoire, même si c'est dans le même livre ( les écritures sont compliqués).

l’offrande d’animaux et parfois même de gens pour les cultures animistes étaient la clé qui permettait d’ouvrir la porte énergétique sur le plan magique. les religions dites plus moderne reposaient sur c'est ancien modèles, ou la magie était partout.

fort heureusement, l’élévation de la vibration humaine et le développement de la conscience intelligente qui a grandis en même temps qu l'humanité avançait, a permis de sortir de se cycle, et tout sacrifice et a proscrire dans la plus part des religions modernes.

il y a deux façons d’accéder et d'ouvrir des portes invisibles. par les sacrifices ou par le cœur. deux façons de se servir des mémoires du sang. l'une par la magie, l'autre par l’élévation de son cœur solaire. une voie lunaire, une voie solaire.

en faites les chrétiens remplacent le sang par le vin; subtil...
et tout une connaissance magique et ésotérique s'y rattache. travailler avec le prisme de Melckisedeck et fort intéressent et très élever vibratoire-ment. cela passe par l’étude de la non violence qui est la clé aux énergie vibratoire élever.

voila pourquoi l’archétype qui incarne le masque de Melckisedeck vient régulièrement dans pas mal de tradition ( sous plein de forme et d'aspect différent) redonner une vois qui enseigne l'ouverture du cœur solaire par la paix, la joie et l'amour.

pour les chrétiens, le rituel de l'eucharistie contient l'essence absolue des "mémoires de vérité", c'est l'acte qui transcende par "les voix magique" ( qui jadis était utiliser par le sang) et chacun reçois selon c'est œuvre et son niveau de développement personnel, jamais plus, jamais moins.

voila j’arrête la pour faire cour , mais il y aurait tant a dire sur tout cela, car la se trouve la clé du Christianisme sur le plan magique ( modification de soi par un élément-aliment transcendent qui modifie le plan vibratoire et agis sur les interactions chimiques et alchimiques qui permet aux gens de "devenir autres". on devient se que l'on mange.) " symbolique de la galette des rois " .

"rois cœur solaire", gouverner son royaume avec sagesse. ( vivre en considérant son corps comme l'essence du temple sacré et y organiser, un royaume de paix et de fertilité.) ainsi l'homme devient pharaons et gouverne ses émotion sans se laisser gouverner par elle.

le mental du psychisme passe alors, sur le sur-mental qui relie l'intelligence a l’âme, pour un ensemble de réflexion aligner, corps, esprit, âme.
terre, lune, soleil. la myrrhe l’encens et l’or, les mannes et les trois grâces symboliques des rois mages, vivent et interagie enfin en "l'homme sage et complet".

voila, un des intérêts d'aller a la messe, prendre de temps a autres, l'eucharistie.

la paix sur vous...

sunny sunny sunny




avatar
samadhi

Messages : 25
Date d'inscription : 06/01/2012
Masculin Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Sam 14 Jan 2012 - 4:32

Marie a écrit:S'offrir en sacrifice...

Dans la passion du Christ c’est le fils de l’homme qui est sacrifié afin que le fils de Dieu apparaisse dans son corps de lumière et devienne témoignage vivant de tout ce qu’il a prêché, et indique ainsi à ses disciples et à ceux qui entendront la Bonne Nouvelle, le chemin à suivre afin d’avoir accès à la vie éternelle. Le corps de chair devrait être sacrifié afin de permettre au corps de lumière de participer à l’éternité.

La passion du christ relate par ses étapes toutes les épreuves que peut vivre un être humain. Les épreuves de l’existence qui purifient, et permettent à l’ame de s’envoler et de retrouver l'essence.
Si nous lisons les étapes de la passion, nous réalisons que le christ a vécu toutes les situations dramatique et extrêmes qu’un être humain peut affronter dans sa vie, à commencer par le complot préparé pour faire taire sa voix différente qui indique une autre voie de libération, cette voix qui a été appréciée et honorée par une femme qui lui versa le parfum sur sa tête, mais critiquée aussi par les matérialistes qui ont élu la matière comme dieu.
Jésus a été trahi aussi par ses proches, renié, il a ressenti l’effroi et l’angoisse, « mon âme est triste à en mourir », la vulnérabilité et la peur « Abba ! Tout t’est possible : éloigne de moi cette coupe », l’abandon [ses disciples s’enfuirent lorsqu’il a été livré], l’humiliation, la moquerie, la condamnation de la foule [qui quelques jours auparavant l’acclamait], bien plus, cette même foule a choisi de libérer Barrabas[le fils du père], un meurtrier, un fils qui détruit la vie au lieu de libérer le fils qui promet une vie nouvelle et éternelle.

Mais la passion du christ n’a pas été uniquement vécue au niveau émotionnel et psychique, son corps aussi a été brisé, torturé et crucifié à la fin.

Jésus en quelques heures a vécu, expérimenté et éprouvé toutes les souffrances que peut affronter un être incarné. Tout cela en silence et dans l’abandon total à la volonté du père, tout en étant conscient qu’il accomplissait ainsi sa mission. Juste une plainte et un instant de doute avant de rendre son âme « Eloi Eloi, lama shabachthani » le mot shabachtani, s’accompagne en araméens, et en arabe d’un geste, celui de rejeter et d’éloigner. Mais ce même geste est à double sens, lorsque quelqu’un me rejette c’est je l’ai auparavant rejeté aussi.

Mais cette fraction de rejet était indispensable à la séparation de l’âme d’avec le corps, car tant que l’essence de Dieu anime le corps, il ne peut mourir et le corps matériel du christ devait mourir afin qu’il ressuscite dans la gloire.

Jésus est allé jusqu’au bout de sa foi par amour pour le Père, et par amour pour ses frères. Il ne pouvait accomplir sa mission qu’en sacrifiant son corps de chair. I love you

avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Sam 14 Jan 2012 - 12:58

Je suis d'accord avec ta version Nouraya.

Par contre pour moi le corps de chair n'est pas le corps physique, c'est l'égo.
De même quand St Paul parle de "la chair", il parle de l'égo, et non du corps physique.

Et à mon sens Jésus n'avait pas besoin de rejetter son corps physique, mais seulement son égo.
D'ailleurs il ne s'est jamais séparé de son corps physique. D'après la tradition chrétienne, il est monté au ciel corps et âme, il a transmuté son corps physique en lumière.
Ainsi, même son corps physique n'est pas mort, puisque lui aussi a été rescussité. C'est son égo qui est mort sur la croix.

Comme pour tous les miracles qu'à fait Jésus, il y a un enseignement spirituel derrière la résurrection, qui dit que le corps physique ne doit pas être rejeté dans la voie spirituelle, mais que lui aussi doit participer au divin.

C'est un enseignement qu'on rejetté les gnostiques ou les cathares qui opposent esprit et matière : pour eux l'esprit et bon, mais la matière et le corps sont mauvais par nature et doivent être rejetés.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Dim 15 Jan 2012 - 6:47

ananie a écrit:
Et à mon sens Jésus n'avait pas besoin de rejetter son corps physique, mais seulement son égo.
Mais peut- on parler d'un Ego chez le Christ? Et lequel? Il est venu accomplir les écritures, a aimé, aidé, soigné, enseigné et est allé jusqu'au bout de sa mission, guidé en cela par les prophètes qui l'ont devancé, mais surtout exécutant la volonté du Père afin de le glorifier. Comment peut-on parler d’un ego lorsque ce n’est pas notre volonté qui s’exprime ?

ananie a écrit:D'ailleurs il ne s'est jamais séparé de son corps physique. D'après la tradition chrétienne, il est monté au ciel corps et âme, il a transmuté son corps physique en lumière.
Tout à fait. Il n’avait donc plus un corps de chair.

ananie a écrit:Ainsi, même son corps physique n'est pas mort, puisque lui aussi a été rescussité.
S’il n’était pas mort il n’aurait pu ressusciter, et c’est sur cette mort/résurrection instantanée qu’a été bâtit le credo chrétien et les mystères. Le christ le dit dans jean 12,36 « c’est maintenant le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté bas ; et moi élevé de terre. »
Qui est le prince de ce monde sinon Satan, [celui qui sépare], c’est la retranscription du mot arabe Chit, Chaytan pour le pluriel et l’exagération, [qui vient lui-même du nom du dieu égyptien Seth. Seth est identifié au mal et à la mort qui sépare les cellules, désintègre le corps de chair afin que l’âme se libère].


ananie a écrit:Comme pour tous les miracles qu'à fait Jésus, il y a un enseignement spirituel derrière la résurrection, qui dit que le corps physique ne doit pas être rejeté dans la voie spirituelle, mais que lui aussi doit participer au divin.
Mais bien sûr, le christ n’a jamais rejeté le corps de chair, il le considérait comme le temple de l’esprit, et il fallait prendre soin de ce temple et l’entretenir, tout en reconnaissant qu’il est éphémère et que seul l’esprit a accès à la vie éternelle.

ananie a écrit:C'est un enseignement qu'on rejetté les gnostiques ou les cathares qui opposent esprit et matière : pour eux l'esprit et bon, mais la matière et le corps sont mauvais par nature et doivent être rejetés.
Je ne suis pas dualiste dans mon approche, et je dirais que toutes les énergies de l’univers ont leurs raisons d’être, elles participent chacune à sa façon à mettre en valeur l’énergie qui lui est opposée, et à maintenir ainsi l’équilibre dans l’univers.

Bon dimanche I love you Bisou
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 9:01

Nouraya a écrit:Mais peut- on parler d'un Ego chez le Christ? Et lequel? Il est venu accomplir les écritures, a aimé, aidé, soigné, enseigné et est allé jusqu'au bout de sa mission, guidé en cela par les prophètes qui l'ont devancé, mais surtout exécutant la volonté du Père afin de le glorifier. Comment peut-on parler d’un ego lorsque ce n’est pas notre volonté qui s’exprime ?
Effectivement Jésus n'avait pas d'égo.
Je me suis mal exprimé.
Par sa passion, il a montré qu'il n'en avait pas.
Et en méditant sur sa passion, nous pouvons nous libérer du notre.

Pour le reste, ce que j'ai écris était en rapport ave cela :
Nouraya a écrit:cette fraction de rejet était indispensable à la séparation de l’âme d’avec le corps
Cela m'a donné l'impression d'une vision dualiste.

Et ta dernière phrase ci dessus ressemble aussi une vision dualiste :
" toutes les énergies de l’univers ont leurs raisons d’être, elles participent chacune à sa façon à mettre en valeur l’énergie qui lui est opposée, et à maintenir ainsi l’équilibre dans l’univers. "
Sans dire que l'esprit est bon et la matière mauvaise (qui est un dualisme extrême), le simple fait de les opposer est une vision dualiste selon les chrétiens.

L'esprit et le corps, la spiitualité et la matière, à mon sens ne doivent pas être séparé, mais unis. Et selon moi c'est le sens de la démarche spirituelle.

De plus, il me semble que rien ne dit que Jésus se soit séparé de son corps. Son corps est mort, mais il l'a ressucité et transphormé en lumière.

Quand à dire qu'ensuite il n'avait pas du tout de corps physique je n'en sais rien. Dans les évangiles il a même l'air de chercher à prouver qu'on peut encore le toucher et qu'il peut manger. Il insiste même en disant qu'il n'est pas un esprit.

Evangile de Luc (après la mort et la résurrection) :
"Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement.Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé.
Il le prit et le mangea devant eux.

En même temps, j'avoue que je ne comprends pas bien ce passage. C'est un mystère pour moi.
Enfin je ne le comprends pas au sens évènementiel, mais au sens spirituel, je crois que ça dit qu'un être réalisé n'a pas besoin d'être désincarné pour être pleinement unis au divin.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Mar 17 Jan 2012 - 4:11

ananie a écrit:Nouraya a écrit:cette fraction de rejet était indispensable à la séparation de l’âme d’avec le corps

ananie a écrit:Cela m'a donné l'impression d'une vision dualiste.
Pourtant nous avons bel et bien un corps et une âme, lorsque l’âme anime le corps nous sommes vivants, et dès qu’elle le quitte il devient inanimé. Si cela s’appelle dualisme, je suis peut- être dualiste sans le savoir.


ananie a écrit:Et ta dernière phrase ci dessus ressemble aussi une vision dualiste :
" toutes les énergies de l’univers ont leurs raisons d’être, elles participent chacune à sa façon à mettre en valeur l’énergie qui lui est opposée, et à maintenir ainsi l’équilibre dans l’univers. "
ananie a écrit:Sans dire que l'esprit est bon et la matière mauvaise (qui est un dualisme extrême), le simple fait de les opposer est une vision dualiste selon les chrétiens.
Mais les chrétiens font quand même une distinction entre le bien du mal, le haut et le bas, les vertus et les vices , les ténèbres et la lumière etc… peut-on d’ailleurs reconnaitre la lumière sans les ténèbres ?
ananie a écrit:L'esprit et le corps, la spiitualité et la matière, à mon sens ne doivent pas être séparé, mais unis. Et selon moi c'est le sens de la démarche spirituelle.
Ils sont unis tant que nous sommes vivants [mais même unis il faudrait bien les distinguer en les nommant]. Morts nous n’avons aucune prise sur la matière. Elle se désintégrera d’elle-même.


ananie a écrit:De plus, il me semble que rien ne dit que Jésus se soit séparé de son corps. Son corps est mort, mais il l'a ressuscité et transphormé en lumière.
Le fils de l’homme est mort, alors que Dieu en lui n’est pas mort. D’ailleurs peut-on tuer dieu ?
Et là je trouve la réponse dans jean 10, 16-18 : « c’est que je donne ma vie pour la reprendre, on ne me l’ôte pas. Je la donne de moi-même. J’ai pouvoir de la donner et pouvoir de la reprendre. »


ananie a écrit:Quand à dire qu'ensuite il n'avait pas du tout de corps physique je n'en sais rien. Dans les évangiles il a même l'air de chercher à prouver qu'on peut encore le toucher et qu'il peut manger. Il insiste même en disant qu'il n'est pas un esprit.

Evangile de Luc (après la mort et la résurrection) :
"Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n'osaient pas encore y croire, et restaient saisis d'étonnement.Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé.
Il le prit et le mangea devant eux.

Sa première apparition fut à Marie de Magdala, mais elle ne l’avait pas reconnu avant qu’il ne l’appelle par son nom. S’il était en chair, pourquoi ne l’aurait-elle pas reconnu ?
Sa deuxième était devant les pèlerins d’Emmaüs, là aussi ils ne l’ont reconnu que lorsqu’il a pris le pain et le bénit, pourtant il avait cheminé avec eux.
J’ai l’impression qu’il y a plusieurs formes de manifestations et plusieurs niveaux de perception. Reconnaitre le seigneur, c’est naitre et renaitre avec lui. Concernant M.M c’est l’amour qu’elle voue à « Son Seigneur » qui lui a permis de le percevoir, et cette perception est passée par l’ouïe, Alors que pour les pèlerins d’Emmaüs, qui étaient rongés par le désespoir et le doute, il apparut mais : « leurs yeux étaient empêchés de le reconnaitre. » ils étaient deux, et deux jours après sa mort, il chemina avec eux, il fallait dépasser la dualité pour percevoir le seigneur, ceci s’est fait à travers « la fraction du pain » , la communion et la vue. Sinon, il avait demandé aux disciples de se réunir et de l’attendre [le troisième jour] au sommet de la montagne, [la montagne symbolisant le plus haut degré d’élévation spirituelle, là où le Noüs [ou la fine pointe de l’âme] est à l‘œuvre], « alors il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence de l’écriture, et il leur dit : « ainsi était-il écrit que le christ souffrirait et ressusciterait d’entre les morts le troisième jour. », auparavant il avait bien dit, détruisez ce temple et je le reconstruirai en 3 jours. Et c’est là qu’il les a invités à le toucher. Dans le 1 réside le principe [l’amour], le 2, l’union des complémentaires, le 3 étant le fruit de l’union, une vie nouvelle.


ananie a écrit:En même temps, j'avoue que je ne comprends pas bien ce passage. C'est un mystère pour moi.
Enfin je ne le comprends pas au sens évènementiel, mais au sens spirituel, je crois que ça dit qu'un être réalisé n'a pas besoin d'être désincarné pour être pleinement unis au divin.

Qui peut prétendre comprendre tout ce qui est rapporté dans les écritures, d’ailleurs Origène le dit : « la lettre enseigne l’histoire, le sens allégorique, ce qu’il faut croire, le sens moral ce qu’il faut faire, et le sens anagogique, ce qu’il faut espérer. » entre l’histoire et l’espoir, il y a juste un cheminement dans la foi et l’humilité afin de percevoir et reconnaitre.
Bonne journée Rose
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Mar 17 Jan 2012 - 5:42

En fait le dualisme dans les courants gnostiques chrétiens consistait à dire qu'il fallait rejetter le corps et la matière, et s'en séparer pour aller vers l'esprit.
On peut opposer lumière et ténèbres... Mais pas vraiment esprit et corps pour les chrétiens. Au contraire ces deux là sont censés être réunis.

Ainsi le chemin ce n'est pas de sortir du corps et de la matière pour aller vers l'esprit (parce que le corps et la matière ne seraient pas spirituels), c'est de percevoir l'esprit dans le corps et la matière pour les unir.

C'est un peu ce dualisme là que j'avais cru percevoir dans tes propos.

(Je parle de dualisme dans le sens chrétien, ce qui n'est pas la même chose que la notion orientale de dualité).

Enfin pour moi, même l'humanité de Jésus n'est pas morte à sa crucifixion.
C'est un peu cela que représente la résurection de la chair : la spiritualisation de notre humanité, qui ne doit pas être rejetée ou mourir, mais à mon avis pleinement assumée.
Jésus est pleinement homme et pleinement Dieu, les deux unis et inséparables.

Enfin pour le corps de Jésus après la résurrection, je crois que cela me dépasse.
Je crois qu'il n'avait pas un corps physique comme nous.
Mais je ne crois pas qu'il était juste un pur esprit comme n'importe quel mort.

Je rapproche cela des morts de certains grands maîtres dans le bouddhisme tibétain, qui (en 3 jours aussi il me semble) font disparaitre leur corps physique en le transformant en lumière.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Mer 18 Jan 2012 - 5:50

ananie a écrit:
En fait le dualisme dans les courants gnostiques chrétiens consistait à dire qu'il fallait rejetter le corps et la matière, et s'en séparer pour aller vers l'esprit.
J’ai l’impression qu’ils considéraient le corps avec ses désirs et ses passions comme une entrave sur la voie de l’évolution spirituelle et de l’union avec dieu. C’est pourquoi par ex, Origène s’est castré lui-même afin de se consacrer à la spiritualité, et il considérait qu’ainsi il suivait les pas du christ. Mais son acte a été condamné par ses contemporains et les évêques de l’église, qui eux prônaient le contrôle des désirs, sans l’amputation du corps. Mais le rejet du corps et le fait de le soumettre [abstinence, autoflagellation, jeunes prolongés etc..], n’était pas limité aux gnostiques, st Ignace de Loyola par ex, était catholique, les moines du mont Athos sont orthodoxes et jusqu’à maintenant, ils ne permettent à aucune femme d’escalader leur mont, afin qu’ils ne soient pas tentés par le péché qu’elle représente pour eux. Les pratiques ascétiques, ont jalonné toute l’histoire de l’église, indépendamment de ses courants. Et ces pratiques étaient faites non pas pour rejeter le corps mais pour dominer ses désirs afin d’être disponibles pour l’esprit.
Sinon les gnostiques chrétiens, considéraient que l’homme a besoin de la gnose [la connaissance à travers l’expérience directe de dieu] afin de se libérer du monde matériel inferieur. Cette gnose se fait à travers la raison du cœur, et privilégie une lecture ésotérique des écritures. En bref, c’est chercher le Sens au-delà des sens, la Réalité au-delà des réalités.


ananie a écrit:On peut opposer lumière et ténèbres... Mais pas vraiment esprit et corps pour les chrétiens. Au contraire ces deux-là sont censés être réunis.
Mais pourquoi faut-il opposer le corps à l’esprit. Nous savons de quoi le corps humain est composé mais savons-nous de quoi l’esprit est composé ? Comment opposer un connu à un inconnu ?

ananie a écrit:Ainsi le chemin ce n'est pas de sortir du corps et de la matière pour aller vers l'esprit (parce que le corps et la matière ne seraient pas spirituels), c'est de percevoir l'esprit dans le corps et la matière pour les unir.
Je n’ai jamais avancé le contraire. J’ai juste précisé qu’une fois que l’âme quitte le corps il devient inanimé donc mort. Le corps se désintègre [personne n’emporte son corps avec lui après la mort], et l’âme individuelle rejoint la Grande Ame] je suppose, car je n’ai aucune certitude à ce niveau.


ananie a écrit:Enfin pour moi, même l'humanité de Jésus n'est pas morte à sa crucifixion.
La mort de l’homme était une étape indispensable à la glorification du Père, sinon il aurait pu éviter la crucifixion. Dis-moi Ananie, tes yeux de chair voient ils Jésus en chair parmi nous ?

ananie a écrit:C'est un peu cela que représente la résurrection de la chair : la spiritualisation de notre humanité, qui ne doit pas être rejetée ou mourir, mais à mon avis pleinement assumée.
Par sa résurrection, le Christ nous a prouvé que si nous le suivons, nous vaincrons le prince de ce monde [la mort], et nous aurons ainsi la vie éternelle.

ananie a écrit:Jésus est pleinement homme et pleinement Dieu, les deux unis et inséparables
.
Sans aucun doute, mais jésus lui-même n’a jamais dit qu’il était pleinement Dieu. A la question qui m’a beaucoup travaillé, qui est Jésus ? Mon père spirituel m’a demandé de faire un exercice afin de découvrir par moi-même qui il était. Il m’a donc demandé de prendre les évangiles et de noter les noms que Jésus se donnait et de les méditer par la suite. Ça a été très instructif pour moi.

ananie a écrit:Enfin pour le corps de Jésus après la résurrection, je crois que cela me dépasse.
Je crois qu'il n'avait pas un corps physique comme nous.
Mais je ne crois pas qu'il était juste un pur esprit comme n'importe quel mort.
C’est un mystère, et il en demeurera un tant que nous avons une approche intellectuelle/mentale des écritures. Le jour où nous nous abandonnons à la volonté du seigneur et que nous nous livrons complètement à lui, il se dévoilera et enlèvera les voiles qui nous aveuglent et nous coupent de l'intelligence du coeur et de la claire vision.
Sinon, je ne cherche plus à savoir qui est le Christ ou Jésus, l’essentiel pour moi est qu’IL EST, et qu’il est bien Vivant.

Bonne journée au sein de la Lumière et l'Amour I love you Rose
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Mer 18 Jan 2012 - 10:31

Nouraya a écrit:J’ai l’impression qu’ils considéraient le corps avec ses désirs et ses passions comme une entrave sur la voie de l’évolution spirituelle et de l’union avec dieu. C’est pourquoi par ex, Origène s’est castré lui-même afin de se consacrer à la spiritualité, et il considérait qu’ainsi il suivait les pas du christ. Mais son acte a été condamné par ses contemporains et les évêques de l’église, qui eux prônaient le contrôle des désirs, sans l’amputation du corps. Mais le rejet du corps et le fait de le soumettre [abstinence, autoflagellation, jeunes prolongés etc..], n’était pas limité aux gnostiques, st Ignace de Loyola par ex, était catholique, les moines du mont Athos sont orthodoxes et jusqu’à maintenant, ils ne permettent à aucune femme d’escalader leur mont, afin qu’ils ne soient pas tentés par le péché qu’elle représente pour eux. Les pratiques ascétiques, ont jalonné toute l’histoire de l’église, indépendamment de ses courants. Et ces pratiques étaient faites non pas pour rejeter le corps mais pour dominer ses désirs afin d’être disponibles pour l’esprit.
Pour moi c'est une dérive de certains courants chrétiens, qui mène au rejet du corps, de la sexualité, du couple, à l'auto-flagellation...
Je ne me sens pas du tout en accord avec cette vision des choses.
Les chrétiens catholiques ou orthodoxes ont parfois proné ces pratiques, mais ils n'ont jamais dit que c'était la seule voie possible.
De plus je ne crois pas au rejet du corps et des désirs, je crois à leur purification, ce que les mystiques chrétiens ont toujours enseigné. A mon avis, le rejet du coprs qu'on leur a attribué est une mauvais compréhension.

Tous ceux qui ont essayé de dominer leurs désirs les ont vu ressurgir en force, et parfois même avec des déviances.
Les mystiques chrétiens n'ont jamais rejeté leur désir par la force, ils les ont transmutés et tournés vers Dieu, ce qui à mon sens change tout.


Pour Origène, ce n'est pas du tout prouvé qu'il s'est castré lui-même. Cette thèse est parfois remise en question de nos jours.
Et pour quelqu'un qui enseignait sans cesse à ne jamais prendre les écritures au pied de la lettre, cela me parait fort probable qu'il l'ai fait en en arrivant jusque là.


Sinon les gnostiques chrétiens, considéraient que l’homme a besoin de la gnose [la connaissance à travers l’expérience directe de dieu] afin de se libérer du monde matériel inferieur. Cette gnose se fait à travers la raison du cœur, et privilégie une lecture ésotérique des écritures. En bref, c’est chercher le Sens au-delà des sens, la Réalité au-delà des réalités.
En fait je parle des courants gnostiques chez les premiers chrétiens.
La notion dont tu parles ici (connaitre directement Dieu par la gnose) est partagée par tous les catholiques et orthodoxes.
Par contre pour les gnostiques, elle ne serait possible qu'en rejetant le corps et la matière. D'ailleurs beaucoup de gnostiques rejettent la notion de résurection puisqu'elle enseigne à ne pas rejeter le corps et les désirs, mais à les transmuter (la transmutation ce n'est pas le truc des gnostiques, leur truc c'est le rejet).
Voir ici sur les gnostiques :
http://www.forumspirituel.fr/t234-les-courants-gnostiques-chretiens#4992

Mais pourquoi faut-il opposer le corps à l’esprit.
Justement je ne les oppose pas. Je ne les vois pas comme deux pôles complémentaires, mais comme deux parties d'une même chose qu'il s'agit d'unir.

personne n’emporte son corps avec lui après la mort
Jésus et Marie, comme certains grands maîtres tibétains sont censés avoir transmuté leur corps en lumière, et l'avoir emporté.
Ce n'est pas un corps de chair, mais de chair transmuté en lumière.
A la limite on peut dire qu'ils n'ont pas emporté leur corps, mais on ne peut pas dire qu'ils l'ont laissé (puisqu'il n'en restait rien 3 jours après leur mort, et sans crémation).

En fait je crois que l'ont peut tranmuster le corps, les désirs, les émotions, bref toute notre humanité, pour l'unir au divin.
Je ne crois pas, comme les gnostiques que nous devons rejeter tout cela pour nous unir au divin.
Je crois que le chemin spirituel consiste à assumer pleinement notre humanité, et nos faiblesses et à y faire entrer peu à peu la lumière.
Tout ce que je dis ici tourne autour de cela en fait...


Enfin lorsque Jésus dit qu'il est fils de Dieu, il dit qu'il est divin.... Tout en restant humain.
Pour moi, le chemin c'est l'union, par l'amour, de ces deux natures, et pas l'opposition de l'une à l'autre, ou le combat de l'une pour dominer l'autre.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Marie le Mer 18 Jan 2012 - 13:33

Je suis en accord avec toi ananie sunny

Il n'ya que pour la sexualité que je ne suis pas au clair .
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Mer 18 Jan 2012 - 20:00

Pour la sexualité, il faudrait un sujet à part entière...

C'est fait :
http://www.forumspirituel.fr/t235-spiritualite-et-sexualite#4998

Comment commencer une discussion sur la passion du Christ pour aboutir à la sexualité ? scratch
lol!

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Jeu 19 Jan 2012 - 3:40

ananie a écrit:Pour moi c'est une dérive de certains courants chrétiens, qui mène au rejet du corps, de la sexualité, du couple, à l'auto-flagellation...
Je ne me sens pas du tout en accord avec cette vision des choses.
C’est pareil pour moi. Car je considère que si je suis née avec un corps, il faudrait bien ne pas le détruire, mais en prendre soin et l’entretenir. Mais malheureusement l’idée que le corps est un péché a prévalu depuis les premier siècles, ce qui a poussé certaines institutions et croyants à le détruire et à le maltraiter croyant en cela être délivré du péché.

ananie a écrit:Les chrétiens catholiques ou orthodoxes ont parfois prôné ces pratiques, mais ils n'ont jamais dit que c'était la seule voie possible.
Mettons que l’église orientale était plus tolérante au niveau sexuel que l’église occidentale qui a imposé le célibat et la chasteté a ses prêtres.


ananie a écrit:Tous ceux qui ont essayé de dominer leurs désirs les ont vu ressurgir en force, et parfois même avec des déviances.
Les mystiques chrétiens n'ont jamais rejeté leur désir par la force, ils les ont transmutés et tournés vers Dieu, ce qui à mon sens change tout.
Tout à fait.

ananie a écrit:Pour Origène, ce n'est pas du tout prouvé qu'il s'est castré lui-même. Cette thèse est parfois remise en question de nos jours.
Et pour quelqu'un qui enseignait sans cesse à ne jamais prendre les écritures au pied de la lettre, cela me parait fort probable qu'il l'ai fait en en arrivant jusque-là.
Ce que je retiens d’Origène c’est sa pensée, les analyses pointues du nouveau testament qu’il nous a laissées dans ses livres.

ananie a écrit:Justement je ne les oppose pas. Je ne les vois pas comme deux pôles complémentaires, mais comme deux parties d'une même chose qu'il s'agit d'unir.
Mais ils sont unis à la base, c’est notre intellect qui aime classifier, définir et nommer qui les désunit.

ananie a écrit:Jésus et Marie, comme certains grands maîtres tibétains sont censés avoir transmuté leur corps en lumière, et l'avoir emporté.
Ce n'est pas un corps de chair, mais de chair transmuté en lumière.
A la limite on peut dire qu'ils n'ont pas emporté leur corps, mais on ne peut pas dire qu'ils l'ont laissé (puisqu'il n'en restait rien 3 jours après leur mort, et sans crémation).
Les corps de certains saints dans mon pays sont restés intacts et le sont toujours même 100 ans après leur mort. Et ce ne sont pas des momies, l’un d’eux a été exposé dans un cercueil en verre, on voyait sa sueur couler. Ce même saint est apparu dans une photo prise en début du siècle dernier, mais plusieurs années après sa mort, il paraissait debout derrière les frères qui avaient posé sur cette photo. Son corps était étendu presque vivant dans le cercueil, alors que nous le voyons debout dans la photo [est-ce cela le corps de lumière ?]

ananie a écrit:En fait je crois que l'ont peut tranmuster le corps, les désirs, les émotions, bref toute notre humanité, pour l'unir au divin.
Je ne crois pas, comme les gnostiques que nous devons rejeter tout cela pour nous unir au divin.
Je crois que le chemin spirituel consiste à assumer pleinement notre humanité, et nos faiblesses et à y faire entrer peu à peu la lumière.
Je te rejoins complètement à ce niveau.

ananie a écrit:Enfin lorsque Jésus dit qu'il est fils de Dieu, il dit qu'il est divin.... Tout en restant humain.
Tout à fait. Mais il n’a jamais dit qu’il était Dieu, tout Dieu.
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Jeu 19 Jan 2012 - 5:54

Mettons que l’église orientale était plus tolérante au niveau sexuel que l’église occidentale qui a imposé le célibat et la chasteté a ses prêtres.
Oui c'est juste.
A noter que le célibat des prêtres n'existait pas dans les premiers siècles.

De plus, si l'église a imposé le célibat à ses ministres, elle n'a jamais dit que l'on ne pouvait pas atteindre la sainteté en étant marié. La plupart des Saints conseillaient de faire selon sa nature, chacun ayant un chemin différent.

Son corps était étendu presque vivant dans le cercueil, alors que nous le voyons debout dans la photo [est-ce cela le corps de lumière ?]
Le corps de lumière dont je parle, appelé "Corps de Gloire" dans la tradition chrétienne ce n'est pas cela.
Il ne peut exister en plus du corps physique, puisqu'il est le corps physique transmuté et ressuscité.
Ainsi après la réssurection de Jésus, il n'y avait plus aucune trace de son corps physique.
Pareil avec la VIerge Marie.

S'il reste un corps physique, un cadavre, alors je ne crois pas qu'il puisse y avoir un "corps de Gloire".
Mais je ne suis pas sur et certain de cela non plus.
Ce sont des notions qui m'échappent.

Il faudrait peut-être l'éclairage d'autres traditions, car le "corps de Gloire" semble correspondre au "corps Arc en ciel" des tibétains. C'est le corps physique qui se fond en lumière et disparait complètement (sans crémation ni rien).

Tout à fait. Mais il n’a jamais dit qu’il était Dieu, tout Dieu.
Oui c'est juste.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par domi35 le Dim 22 Jan 2012 - 18:03

Bonsoir ananie coeur

‘Je suis le début et la fin, l’alpha et l’oméga’ voilà pour moi le corps de gloire, celui qui est digne d’ouvrir le livre et d’en briser les sceaux.

'celui qui a vaincu'

'Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux ? Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder. Et je pleurai beaucoup de ce que personne ne fut trouvé digne d'ouvrir le livre ni de le regarder. Et l'un des vieillards me dit: Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Judas, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux. Et je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui était là comme immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.(Apocalypse 5)

Domi Rose

avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Jeu 1 Mar 2012 - 6:01

Je continue ici une discussion commencée avec Maïna au sujet du film la passion du Christ :
Maina a écrit:A mon sens la théâtralisation de la souffrance par le gore est à un niveau ou un autre une manière d'exorciser de la peur et de la violence. Pourquoi pas, mais au moins alors il faut l'assumer comme ça et avoir du recul. C'est de la catharsis pure et simple.
Mais ça n'a pas vocation à un message quelconque à mon sens.
Gibson à mon sens a mis en scène ses propres peurs et en même temps la réponse qu'il a trouvée vis à vis de ces peurs.
Après, je ne suis pas lui, donc il est évident que ceci n'est que mon point de vue.
Oui c'est possible que pour Mel Gibson ce soit cela, je ne sais pas.
Mais pour ma part, quand j'ai regardé ce film, j'en ai eu les larmes aux yeux.

Mais je ne me suis pas concentré sur la souffrance du Christ, j'ai essayé de me concentrer sur ce qui lui a fait dire oui à cela, sachant qu'il était innocent et qu'il souffrait autant.
Et là dedans j'ai vu de l'amour, un amour infini qui lui permettait de tout supporter dans la paix. C'est cela qui m'a ému.

Être capable de souffrir comme cela pour montrer un chemin de libération aux autres, je trouve cela fabuleux.

Mais j'ai longtemps perçu cela comme tu en parles (pas seulement le film, pour moi, mais la Passion en général).
C'est le fait de méditer régulièrement sur la Passion qui m'a fait la percevoir sous un autre angle.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Jeu 1 Mar 2012 - 6:10

J'ai toujours eu du mal avec cette idée que Jésus avait lavé les péchés de l'humanité par sa passion.
Quand on voit le résultat, on peut se demander s'il n'a pas un peu raté son boulot... Very Happy

J'ai entendu un diacre récemment qui expliquait cela de manière très juste à mon avis :
Du côté de Dieu, c'est déjà fait.
Comme si Dieu avait préparé tous les jetons de lavomatic qu'il fallait pour tout le monde.
Il suffit d'aller à lui et de recevoir gratuitement ces jetons pour mettre en route la machine à laver.

J'aime bien cette image... Et aller à lui pour recevoir les jetons, chez les chrétiens c'est méditer sur la passion.
En effet, c'est la passion qui nous fait transcender la souffrance, c'est à dire la vivre en restant dans l'amour. Car s'il y a une chose qui nous fait sortir de l'amour et de la paix, c'est bien la souffrance.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Marie le Jeu 1 Mar 2012 - 7:14

ananie a écrit:En effet, c'est la passion qui nous fait transcender la souffrance, c'est à dire la vivre en restant dans l'amour. .

Cela m'ouvre une porte d'analyse, belle et constructive. Avant, la passion (pas celle du Christ mais la passion amoureuse) je trouvais ça dangereux et nul, puis j'ai vécu une expérience de cet ordre et j'ai voulu que ce soit comme tu dis, mais je n'y croyais pas, en même temps (conflit interne). Ta phrase me montre en tout cas que je n'avais peut être pas tout à fait tort.
Pour en revenir au Christ, j'ai les mêmes conflits internes; sacrifice? oui, mais alors, pourquoi le sacrifice pour nous est-il tellement décrié et moi-même, par mon travail, j'aide plusieurs "sacrifiés de la vie" à s'en sortir ...Et re-conflit interne...Pfff!!!

Pour autant, être chrétienne et suivre les pas du Christ quand une part de moi n'est pas d'accord car elle ne comprend pas, ben c'est encore un conflit interne de plus. Rouleau

Merci donc pour cette phrase qui fait regarder les choses de plus haut. Bisou
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par ananie le Jeu 1 Mar 2012 - 8:42

Marie a écrit:Cela m'ouvre une porte d'analyse, belle et constructive. Avant, la passion (pas celle du Christ mais la passion amoureuse) je trouvais ça dangereux et nul, puis j'ai vécu une expérience de cet ordre et j'ai voulu que ce soit comme tu dis, mais je n'y croyais pas, en même temps (conflit interne). Ta phrase me montre en tout cas que je n'avais peut être pas tout à fait tort.
Dans la phrase que tu cites, je parlais exclusivement de la passion du Christ, pas de la passion en général.

Pour en revenir au Christ, j'ai les mêmes conflits internes; sacrifice? oui, mais alors, pourquoi le sacrifice pour nous est-il tellement décrié et moi-même, par mon travail, j'aide plusieurs "sacrifiés de la vie" à s'en sortir ...Et re-conflit interne...Pfff!!!

Pour autant, être chrétienne et suivre les pas du Christ quand une part de moi n'est pas d'accord car elle ne comprend pas, ben c'est encore un conflit interne de plus.
Je t'invite à lire le texte que j'ai mis en lien en début de sujet, si tu veux.
ça pourra peut-être te donner un éclairage là dessus.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Nouraya le Dim 4 Mar 2012 - 4:36

ananie a écrit:
En effet, c'est la passion qui nous fait transcender la souffrance, c'est à dire la vivre en restant dans l'amour. Car s'il y a une chose qui nous fait sortir de l'amour et de la paix, c'est bien la souffrance.
un lien qui illustre ce que tu as avancé et qui explique la passion comme une victoire sur..
http://www.youtube.com/watch?v=ZEi3PEnFCEo&feature=endscreen&NR=1
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: La passion du Christ

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum