S'aimer et arrêter de se valoriser

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 9:37

A mon avis le plus grand et le plus fréquent obstacle au cheminement spirituel, c'est le fait de chercher à se valoriser... aux yeux des autres, mais aussi et surtout à ses propres yeux.

Nous avons tous plus ou moins tendance à :
- chercher sans cesse à nous reconnaitre ou nous faire reconnaitre comme quelqu'un d'exceptionnel.
- passer du temps à nous remémorer nos qualités et à nous en flatter intérieurement.
- chercher à compenser ce que nous avons de disharmonieux en nous, en nous trouvant des excuses, en le justifiant, ou en mettant beaucoup plus en valeur des qualités que nous avons à côté.

C'est cette recherche de valorisation constante qui fait que certains s'arrêtent en chemin, en se croyant réalisés dès qu'ils ont vécu une forte expérience spirituelle.
C'est elle qui nous empêche de voir nos défauts pour travailler dessus et nous en libérer.

Mais surtout, c'est elle qui nous empêche de nous accepter et de nous aimer tels que nous sommes, avec nos défauts, nos imperfections et nos faiblesses.

Tant que l'on cherche à se valoriser, je crois qu'il n'y a pas de progression spirituelle possible.

Et pour aller plus loin, j'irai même jusqu'à dire qu'il ne s'agit pas de cesser de chercher à se valoriser, mais qu'il s'agit aussi de se dévaloriser.
C'est à dire de chercher sans cesse nos défauts, nos faiblesses, voir que nous ne sommes pas grands choses, que nous ne méritons pas nos réussites, que nos qualités ne nous appartiennent même pas puisqu'elles viennent de Dieu. Cela revient à nous rendre petit, pour faire grandir Dieu en nous.

Mais cela remet en question tout le fonctionnement de notre égo.

Pour y arriver sans que cela soit vécu comme une torture, mais plutôt comme un vrai bonheur (et c'est possible !!! on peut éprouver un immense bonheur, de se dire "je suis plein de défauts !!, je suis un gros naze !" car à ce moment là, la présence de DIeu augmente en nous), il faut sortir de la confusion que nous faisons sans cesse entre amour et valorisation.

On peut s'aimer en se voyant plein de défauts.
Mais la valorisation s'oppose totalement à l'amour. Quelque part la valorisation dit : "si tu n'es pas parfait, je ne t'aimerait pas ! Je t'aimerai à la seule condition que tu sois sans défauts et bien mieux que les autres !".

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par air le Dim 15 Jan 2012 - 11:03

ananie a écrit:Nous avons tous plus ou moins tendance à :
- chercher sans cesse à nous reconnaitre ou nous faire reconnaitre comme quelqu'un d'exceptionnel.
- passer du temps à nous remémorer nos qualités et à nous en flatter intérieurement.
- chercher à compenser ce que nous avons de disharmonieux en nous, en nous trouvant des excuses, en le justifiant, ou en mettant beaucoup plus en valeur des qualités que nous avons à côté.
Je ne suis pas certain que ce soit le fonctionnement de tout le monde. Est-ce que ça ne correspond pas à un fonctionnement particulier, lié à un chemin de vie où l'on a manqué de reconnaissance, ou bien été beaucoup dévalorisé, durant l'enfance par exemple ?

ananie a écrit:C'est elle qui nous empêche de voir nos défauts pour travailler dessus et nous en libérer.
Je ne suis pas certain non plus que cette attitude empêche de voir les défauts. A mon sens, le psychisme n'a pas un fonctionnement unilatéral et régulier, il procède par phases, à certains moments on est dans un mode de dépréciation, à d'autres moments, de valorisation, à d'autres moments encore, dans un mode de fonctionnement plus neutre et objectif. Et tout cela, je pense, à divers degrés et dans des proportions variables selon le parcours de chacun et son fonctionnement interne.

ananie a écrit:Tant que l'on cherche à se valoriser, je crois qu'il n'y a pas de progression spirituelle possible.
Je ne serais pas aussi tranché pour ma part. J'ai l'impression que la progression spirituelle peut passer par tous les chemins imaginables, qu'il n'y a pas de limites ni de normes établies à ce qui peut nous amener ou nous ramener à Dieu. Pour certains, le chemin s'éclaircit progressivement, d'autres sont frappés par la grâce, et je ne pense pas que tout le monde ait besoin de commencer par cesser de se valoriser pour progresser.

Pour le reste je suis plutôt d'accord avec toi.
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 48
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 12:38

Air a écrit:Je ne serais pas aussi tranché pour ma part. J'ai l'impression que la progression spirituelle peut passer par tous les chemins imaginables, qu'il n'y a pas de limites ni de normes établies à ce qui peut nous amener ou nous ramener à Dieu. Pour certains, le chemin s'éclaircit progressivement, d'autres sont frappés par la grâce, et je ne pense pas que tout le monde ait besoin de commencer par cesser de se valoriser pour progresser.
Oui tu as tout à fait raison, je n'ai pas assez nuancé.

Air a écrit:Je ne suis pas certain que ce soit le fonctionnement de tout le monde. Est-ce que ça ne correspond pas à un fonctionnement particulier, lié à un chemin de vie où l'on a manqué de reconnaissance, ou bien été beaucoup dévalorisé, durant l'enfance par exemple ?
Pour le fait de chercher à se valoriser soi-même, j'ai quand même l'impression que presque tout le monde le fait un peu.
Pour certains qui ont beaucoup manqué d'amour de la part de leurs parents, cela est très prononcé : parce qu'ils cherchent, à tord, à remplacer le manque d'amour par de la valorisation, et comme ça ne marche pas, c'est sans fin. Pour d'autres c'est beaucoup plus subtil et ça ne se voit presque pas (sauf pour eux mêmes, s'ils ont développé une grande vigilance intérieure).

A mon avis, tant que l'on a un égo, il y a toujours un peu de ça quelque part.
Car l'égo c'est se faire une image de soi. Celui qui n'a pas d'égo est, mais ne se définit pas par une image qu'il a de lui-même puisqu'il ne se limite à aucune représentation.
Et à partir du moment où l'on se définit par une image, on cherche nécessairement à la valoriser.

Cela est d'autant plus présent, je trouve, chez les gens qui sont en recherche spirituelle. Car la recherche spirituelle est très souvent motivée par une blessure profonde.

C'est tout de même assez rare de voir quelqu'un qui est très bien dans sa peau entamer une démarche spirituelle profonde. ça arrive bien sur, mais j'ai l'impression que ce n'est pas le plus fréquent.

Air a écrit:Je ne suis pas certain non plus que cette attitude empêche de voir les défauts. A mon sens, le psychisme n'a pas un fonctionnement unilatéral et régulier
Oui, ce que je voulais dire, c'est que dans les moments où l'on se ment à soi-même sur ce que l'on est véritablement, c'est généralement du à un désir de se valoriser, de garder une bonne image de soi-même.
Et plus on est dans ce désir de se valoriser, moins on est prêt à se remettre en question.
Dit autrement on pourrait dire : moins on s'aime, moins on se sent suffisament en sécurité intérieurement pour se remettre en question. Et moins on s'aime, plus on cherche à se valoriser.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Diunddhy le Dim 15 Jan 2012 - 13:54

Intéressant et très vaste sujet... Amour-propre "bien placé", estime de soi, humilité bien placé aussi (sans fausse modestie)... tout un package !

Me vient en mémoire une phrase de Sri Râmakrishna invitant à "diriger" l'orgueil (puisqu'on ne peut pas l'annihiler, car est un des corolaire de l'ego et du sentiment d'individualité nécessaire au fonctionnement humain, à l'incarnation) : "Si vous avez de l'orgueil, qu'il vienne de la pensée que vous êtes le serviteur et le fils de Dieu! Les grands hommes ont une nature d'enfant. Ils se sentent toujours des enfants devant Dieu et n'ont point d'orgueil. Toute leur force est de Dieu, "venant de Lui et Lui appartenant" et ne vient pas d'eux-mêmes."

Je pense aussi à un texte que j'ai lu récemment et qui m'a beaucoup plut sur la confiance en soi (j'espère ne pas être hors sujet, mais tout ça pour moi, c'est dans la même veine) :

http://www.psychanalyse-en-mouvement.net/articles.php?lng=fr&pg=10 I love you


Dernière édition par Diunddhy le Dim 15 Jan 2012 - 13:57, édité 1 fois
avatar
Diunddhy

Messages : 193
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 42
Localisation : Anahata

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Kenzo le Dim 15 Jan 2012 - 13:56

A la lecture de ce fil, j'en comprend qu'il est des plus difficile d’être dans la justesse. Si le manque d'amour entraîne par compensation une valorisation de soi, le fait d'en être conscience doit'il nous amener a arrêter de ce valoriser. L'ego dans ce jeu d'équilibre et de constatation peut aussi nous amener a des demie prise de conscience pour retourner la situation : si je me valorise c'est que je manque d'amour et ce donc j’arrête de me valoriser auprès des autres pour être aimé.

J'aurais plutôt tendance a mener a fond et a son bout cette valorisation, jusqu’à son extrémité, celle ou sa limite créer une sorte de rupture. De la l'Illimité peu poindre, par une prise de conscience.

Mais il y a une limite. On ne peu tout faire a fond au risque de ce perdre comme on ne peut tout rejeter au risque de ce fourvoyer.

Il y a certainement un tri a faire, car l'ego mal mener par ascece n'engendre pas nécessairement une progression vers plus de conscience comme tout faire a fond n'engendre pas plus de prise de conscience. Il y a un tri de ce qui est le plus important pour soi. On peu le définir avec un Guide.
L'etre humain a besoin de reconnaissance, c'est un besoin fondamental au meme titre que manger et le besoin de sécurité par exemple.

Eroder les désir, car ce valoriser est un désir, aussi, commence par une mise au point de ce qui est vraiment important a porter au bout, et ce qui est important de mettre de coté.

Le manque d'amour et le besoin de reconnaissance, sont deux piliers important dans la vie humaine. Il n'existe que très peu d'homme ou femme, qui ne cherche a etre aimé et ce valoriser pour etre reconnu et etre aimer. C'est un besoin humain dont les subtilité sont infinie. C'est pourquoi il est important dans un premier temps de faire le tri, de voir ce qui est une compensation grossière psychologique d'un besoin fondamental comme le besoin de reconnaissance. Voir aussi ce qui ce rapporte au désir sexuel. En effet certain peuvent ce valoriser pour conquérir des partenaires. Voir aussi de ce qui ce rapporte de sa personnalité. Etc.

On peu être humble et ce valoriser. Humble car 'on comprend que l'on est la proie de notre vie interne, et ceux donc que l'on a très peu prise sur soi et que l'on est donc bien petit, face a Dieu, mais aussi a notre vie interne. Dans ce cadre la, la valorisation n'a plus le même pouvoir car il est accompagné pour que ce fruit murise et ce détache de l'arbre.

Vaste sujet pour ma part. L'etre humain est une foret dense.

avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Sophie le Dim 15 Jan 2012 - 14:38

Je crois que ce que tu expliques Ananie rejoint la notion d'objectivité ou pas sur soi.
Finalement, dans une certaine "humilité", c'est à dire quand on est à sa juste place en soi, on ne se valorise ni ne se dévalorise à mon sens.
On se voit comme on est, point.
Sans jugement, sans fuite non plus, on accepte ce que l'on est, tout en sachant que cela n'est aussi qu'une "photo" à un instant T et que l'on évolue et change en permanence, selon nos efforts pour cela, mais aussi selon les expériences que la vie nous présente.

On peut avoir été orgueilleux, et puis se rendre compte - en actualisant son regard sur soi - qu'une certaine expérience vécue nous a fait lâcher une partie de cet orgueil. Que d'une certaine façon, on ne peut même plus nourrir cet état comme auparavant en soi, parce que la vie nous est "passée au travers" et nous a transformé.




Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 16:23

Diunddhy a écrit:l'orgueil (puisqu'on ne peut pas l'annihiler, car est un des corolaire de l'ego et du sentiment d'individualité nécessaire au fonctionnement humain, à l'incarnation)
Selon moi l'orgueil est effectivement un corolaire de l'égo. Mais à mon sens l'égo et le sentiment d'individualité ne sont pas nécessaire au fontionnement humain et à l'incarnation.
Amma par exemple fonctionne sans égo et sans aucun sentiment d'individualité.
La vie, ou Dieu se sert d'elle un peu comme d'une marionnette. Elle est agit par Dieu.

Mais tant qu'il y a un égo, effectivement, je crois qu'il y a nécessairement de l'orgueil.

Kenzo a écrit:J'aurais plutôt tendance a mener a fond et a son bout cette valorisation, jusqu’à son extrémité, celle ou sa limite créer une sorte de rupture.
En théorie ça peut sembler possible. Mais pour ma part je n'ai pu que constater, jusqu'à présent, que personne ne s'était jamais libéré de la valorisation ainsi, bien au contraire.
Et pourtant j'en ai vu aller très très loin dans cette recherche de valorisation.

Mais je suis totalement d'accord avec toi lorsque tu dis qu'il ne sert à rien de réprimer les désirs de l'égo. Cela ne fait que les renforcer.
Il faut prendre les choses par un autre bout je crois.

Kenzo a écrit:L'etre humain a besoin de reconnaissance, c'est un besoin fondamental au meme titre que manger et le besoin de sécurité par exemple.
Je ne crois pas.
D'ailleurs les recherches en psychologies disent que l'enfant a besoin d'attachement, d'amour, pas de reconnaissance.

S'il n'a pas reçu cet amour, alors il refoule ce besoin. Puis il crée un fantasme sur ce besoin. Et le fantasme ajouté au besoin crée un désir de reconnaissance.
Mais c'est un désir qui cache un besoin profond que la personne refuse de voir. Ce n'est pas un besoin : c'est une illusion qui a été ajoutée sur un besoin.
Car voir le besoin tel qu'il est, et le manque qui en découle, était trop douloureux.
De plus désirer sans cesse permet d'espérer, inconsciemment, qu'un jour notre besoin fondamental sera satisfait.

Mais il n'en est rien, le besoin n'a pas été comblé, c'est comme ça. Rien ne peut changer cette réalité.

Si la réalité est vue telle qu'elle est, il reste la peine du manque d'amour de l'enfant, peine qui peut aboutir à un deuil et à une résolution.
Il s'agit d'accepter qu'il y ait eu ce manque, et d'arrêter de chercher à le compenser sans cesse. Et c'est comme ça qu'il disparait.

Alors que le désir, qu'il soit satisfait ou frustré n'abouti toujours qu'a plus de désirs. Il ne peut jamais être résolu.

De plus, tant que nous n'acceptons pas de faire le deuil de nos manques d'enfance, nous sommes incapable de recevoir profondément l'amour des gens qui nous aiment vraiment. Car la sensation de manque est bien trop présente dans notre inconscient.


Sinon je suis pleinement en accord avec ce que dit Ramakhrisnha.
D'ailleurs si on regarde les grands Saints, ils ne se valorisaient jamais, et avaient souvent tendance même à se dévaloriser (avec un grand Bonheur).

Quand on dit merci à Amma pour ses bénédictions, elle répond : "je ne fais rien, c'est Dieu qui fait tout. S'il n'y avait pas Dieu, il n'y aurait devant vous qu'une folle bonne a enfermer".

Je me souviens que Greenman dit aussi souvent que lorsqu'un dévôt lui demande si c'est elle qui a agit pour lui amener telle ou telle situation favorable, elle répond "moi, je n'ai rien fait du tout". A mon avis elle le pense vraiment et ce n'est pas une façon de parler par humilité. Je crois aussi qu'en disant cela, elle cherche à dire au dévôt ce qu'elle dit à d'autre moment : "je ne fais rien, Dieu fait tout à travers moi".
Autrement dit : mon individualité n'est rien, je n'en ai même plus conscience (ou plutôt je n'y crois plus). Dieu se sert de mon corps que je lui ai totalement abandonné.


Dernière édition par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 16:38, édité 2 fois

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Diunddhy le Dim 15 Jan 2012 - 16:35

Ananie a écrit:Amma par exemple fonctionne sans égo et sans aucun sentiment d'individualité.
La vie, ou Dieu se sert d'elle un peu comme d'une marionnette. Elle est agit par Dieu.

...oui, mais tant qu'on est pas des Avatars ou de vrais Éveillés quoi lol!
avatar
Diunddhy

Messages : 193
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 42
Localisation : Anahata

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 16:37

Diunddhy a écrit:...oui, mais tant qu'on est pas des Avatars ou de vrais Éveillés quoi
Oui dans ce sens là je suis complètement d'accord.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Chrysoprase le Dim 15 Jan 2012 - 17:24

Je suis d'accord avec ce que vous dites et j'ajouterais quelque chose d'important, qui est que cette recherche d'amour de reconnaissance et de valorisation est un vrais problème quand elle est le seul et unique moteur de la vie de la personne. Car j'imagine que pour quelqu'un qui a comme moteur premier d'être dans la spiritualité, et en second ou 3 ème, ce besoin de valorisation. cette personne aura moins de difficulté sur son chemin spirituel que celle qui a le besoin d'être valorisé comme moteur. Celui ci pourra lire, trouver des source de réflexion sur la voie spirituel, il lui faut d'abord faire le deuil de croire que sa vie c'est: je veux être valoriser.

avatar
Chrysoprase

Messages : 329
Date d'inscription : 05/11/2011
Féminin Age : 36
Localisation : in my body

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Kenzo le Dim 15 Jan 2012 - 17:31

ananie a écrit:

Kenzo a écrit:L'etre humain a besoin de reconnaissance, c'est un besoin fondamental au meme titre que manger et le besoin de sécurité par exemple.
Je ne crois pas.
D'ailleurs les recherches en psychologies disent que l'enfant a besoin d'attachement, d'amour, pas de reconnaissance.

S'il n'a pas reçu cet amour, alors il refoule ce besoin. Puis il crée un fantasme sur ce besoin. Et le fantasme ajouté au besoin crée un désir de reconnaissance.
Mais c'est un désir qui cache un besoin profond que la personne refuse de voir. Ce n'est pas un besoin : c'est une illusion qui a été ajoutée sur un besoin.
Car voir le besoin tel qu'il est, et le manque qui en découle, était trop douloureux.
De plus désirer sans cesse permet d'espérer, inconsciemment, qu'un jour notre besoin fondamental sera satisfait.

Mais il n'en est rien, le besoin n'a pas été comblé, c'est comme ça. Rien ne peut changer cette réalité.

Si la réalité est vue telle qu'elle est, il reste la peine du manque d'amour de l'enfant, peine qui peut aboutir à un deuil et à une résolution.
Il s'agit d'accepter qu'il y ait eu ce manque, et d'arrêter de chercher à le compenser sans cesse. Et c'est comme ça qu'il disparait.

Alors que le désir, qu'il soit satisfait ou frustré n'abouti toujours qu'a plus de désirs. Il ne peut jamais être résolu.

De plus, tant que nous n'acceptons pas de faire le deuil de nos manques d'enfance, nous sommes incapable de recevoir profondément l'amour des gens qui nous aiment vraiment. Car la sensation de manque est bien trop présente dans notre inconscient.




Dans le vedanta l'on parle de besoin fondamentaux propre a chaque etre humain. Ces besoins fondamentaux sont de ce nourrir, le besoin de sécurité, la sexualité, le besoin de reconnaissance... Ce dernier peut etre mis en parallèle avec le besoin de valorisation. Dans ce cadre la il ne s'agit pas de blessure de l'enfance, mais d'un besoin fondamental. C'est sur ce point qu'il faut distinguer ce qui relève de la compensation et de ce qui est fondamental.
avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 17:38

Kenzo a écrit:Dans le vedanta l'on parle de besoin fondamentaux propre a chaque etre humain. Ces besoins fondamentaux sont de ce nourrir, le besoin de sécurité, la sexualité, le besoin de reconnaissance...
Je crois qu'il faudrait vérifier la traduction et voir si le Védanta ne parle pas plutôt d'un besoin d'amour.
Où alors c'est que l'on ne met pas la même chose derrière la notion de reconnaissance.

Sinon je ne différencie pas forcément besoin fondamental et blessure d'enfance.
Tout dépend de l'age de cette blessure.
Si la blessure se situe avant 2 ans, elle touche à un besoin fondamental. Comme celui d'amour qui n'a pas été comblé par exemple.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Kenzo le Dim 15 Jan 2012 - 17:58

ananie a écrit:
Kenzo a écrit:Dans le vedanta l'on parle de besoin fondamentaux propre a chaque etre humain. Ces besoins fondamentaux sont de ce nourrir, le besoin de sécurité, la sexualité, le besoin de reconnaissance...
Je crois qu'il faudrait vérifier la traduction et voir si le Védanta ne parle pas plutôt d'un besoin d'amour.
Où alors c'est que l'on ne met pas la même chose derrière la notion de reconnaissance.

Sinon je ne différencie pas forcément besoin fondamental et blessure d'enfance.
Tout dépend de l'age de cette blessure.
Si la blessure se situe avant 2 ans, elle touche à un besoin fondamental. Comme celui d'amour qui n'a pas été comblé par exemple.

Traditionnellement le vedanta accorde 4 besoins fondamentaux (dharma, atha, kama, Moksa), le besoin de reconnaissance, lui, y est parfois inclus dans des enseignements plus moderne.
Les besoins fondamentaux ne serait pas du a une blessure de l'enfance : la sexualité, la Libération, les plaisirs, etc. mais bien d'une vie en soi qui s'anime.
Si l'on débouche sur la théorie que tout désirs et besoins proviennent des souffrances vécu pendant l'enfance, alors cela ne me parait ne pas être juste. La Vie qui s'écoule en nous a besoin de nous pour s'exprimer, sans que cela ne découle forcement d'une souffrance.
avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Dim 15 Jan 2012 - 20:47

J'ai du mal m'exprimer.
Aucune théorie ne dit que les besoins fondamentaux viennent de blessures d'enfance.
Ils existent pour toutes personnes.

Par contre les manques peuvent naitre dans l'enfance si ces besoins ne sont pas satisfaits.

En gros : tout bébé a besoin d'amour. Si ce besoin est satisfait, l'adulte correspondant sera certainement en paix vis à vis de ce besoin.
S'il n'est pas satisfait, l'adulte aura une anxiété latente dans toute nouvelle relation. Car il ressentira ce manque de manière permanente au fond de lui.

Les désirs quand à eux, sont issus du mental. Ce ne sont pas des besoins fondamentaux (mais ils peuvent se greffer sur ceux-ci).
Ainsi l'adulte dont le besoin naturel d'amour n'a pas été satisfait éprouvera une angoisse et un manque d'amour. Pour compenser cela, il pourra par exemple développer un désir excessif de reconnaissance. Mais même lorsque ce désir sera comblé, il n'en sera jamais pleinement satisfait pour autant.
Car ce qu'il éprouve au fond de lui, ce n'est pas un désir de reconnaissance, mais un besoin d'amour.

Je ne crois absolument pas au besoin de reconnaissance en fait, sauf si on entend ce besoin comme celui d'être aimé pour ce que nous sommes, avec nos qualités et nos défauts... ce que j'appelle un besoin d'amour.



Sinon, j'ai dis plus haut, qu'aller au bout de la quête de valorisation ne pouvait pas mener à grand chose.
En fait ce n'est pas juste. Il peut y avoir une profonde remise en question et un changement, si la personne qui suit cete quête de valorisation va au bout de la souffrance engendrée par celle-ci.
Cette voie est extrêment efficace, et nécessaire pour certains.
Mais pour ma part, je ne l'aime pas beaucoup, et préfère m'en abstenir. Quand je peux éviter d'aller au bout de la souffrance pour avancer, et me remettre en question avant, je préfère.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Kenzo le Dim 15 Jan 2012 - 22:37

Pas forcement le bout de la souffrance. En faisant les choses en pleine conscience, il y a une prise de conscience, et cela ne nécessite pas forcement de souffrir. On ne souffre pas quant on accepte le jeu qui est que le monde de la forme ne peu amener a une complétude.

Il y a certaine choses en nous qui s'anime et veulent s'exprimer, et l'on ne peu négocier avec. C'est pourquoi il est important de définir ce qui est important ou non a concrétiser et sur quel fait.

Je pense qu'il y a le danger que l'ego puisse dire cela me conviens ou non.

avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Lun 16 Jan 2012 - 7:15

Pour ma part je crois que l'on ne change que par amour ou par souffrance.

Par amour du divin et de sa propre véritable nature (ce qui est la même chose) on peut réussir à lâcher ce qui tôt ou tard nous aurait fait souffrir.

Mais lorsque cet amour n'est pas assez fort, il faut souffrir sufisament de quelque chose qui, par nature ne peut mener qu'à la souffrance (comme la quête de valorisation), pour le lâcher.

Ou alors on peut aussi comprendre, en faisant les choses en pleine conscience comme tu le dis, que cela ne nous mènera qu'à la souffrance. Et par peur de la souffrance le lâcher.

C'est malheureux, mais je crois bien que c'est la réalité : pour changer soi on aime le divin, la transcendance, soit on souffre (ou on appréhende la souffrance).


Sinon je crois que lorsque l'on suit l'égo, par définition on n'accepte pas vraiment que le monde de la forme ne peut mener à une complétude.
Si on était vraiment conscient de cela, on ne le suivrait pas, et on irait vers ce qui mène à la complétude, car c'est ce que nous cherchons au fond.
Et même notre égo, ce qu'il cherche c'est la complétude.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Bruno C. le Lun 16 Jan 2012 - 12:38

Ce sujet m'intéresse beaucoup. Je pense que je vais le relire plusieurs fois.
Ce qui m'a amené à chercher une voie spirituelle, c'est effectivement la souffrance. Je souffre de dépendances et de compulsions diverses dont je parlerai peut-être un peu plus ici quand je penserai que le moment est venu d'en parler. Je suis en thérapie psychologique mais je sais que ma maladie est surtout spirituelle, qu'à l'origine il y a effectivement une séparation d'avec Dieu et un manque de foi dans Son amour (un prêtre m'a encore dit récemment : "on croit souvent qu'il faut faire un tas de choses plus ou moins morales pour Dieu alors qu'il ne nous demande juste d'accueillir Son Amour).
En consultation psy, en sophrologie aussi, il se dégage que je vis une forte insécurité intérieure, sans doute issue de ma petite enfance. Je cherche à compenser cette peur par la recherche d'une hypermaitrise sur les choses, notamment dans le plaisir immédiat. Je ressens un besoin de plaisir, voire de jouissance, dont l'absence est vécue douloureusement. Mais comme tu dis, Ananie, plus je laisse le désir prendre les rênes (ce qui est différent de prendre conscience de ce désir, ce qu'il signifie, avec quelle réponse au manque il cherche...) plus il devient gourmand. Sans doute suis-je encore sous la coupe de cette peur de ne pas exister, d'être privé de quelque chose d'essentiel, que je recherche dans la tentation de la toute puissance sur les autres et les événements. C'est bien sûr l'égo qui parle. Le travail psy, l'éloignement des objets de compulsion aussi, me fait prendre conscience de la souffrance liée au vide et que la clef est sans doute dans le travail de deuil d'acceptation du vide (dont j'ai déjà lu qu'il était la vraie réalité spirituelle, celle dans laquelle on lache complètement prise). Peut-être que cesser la valorisation de soi, et chercher tout ce qui de manière insidieuse vise à faire vivre l'égo à la place de Dieu, est une piste à explorer.
avatar
Bruno C.

Messages : 56
Date d'inscription : 26/12/2011
Masculin Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Lun 16 Jan 2012 - 16:35

Bruno a écrit:Je suis en thérapie psychologique mais je sais que ma maladie est surtout spirituelle
Pour ma part, j'ai tendance à croire que les problèmes spirituels ont tous une origine prsyhchologique.
Et je n'ai jamais autant avancé dans la foi que depuis que j'ai fais une thérapie (en sophrologie aussi Very Happy ... sophro analyse, pas sophro comportementale).

plus je laisse le désir prendre les rênes (ce qui est différent de prendre conscience de ce désir, ce qu'il signifie, avec quelle réponse au manque il cherche...)
Oui il y a une grande différence entre se laisser dominer par son désir et l'écouter.
C'est un peu cela que je disais plus haut par : il faut le prendre par un autre bout... Se laisser emporter par le désir ne mène à rien, mais le refouler non plus. Le truc c'est de l'écouter, de l'observer en profondeur, jusqu'à arriver à sa racine et guérir.
Cela prend du temps.

Le travail psy, l'éloignement des objets de compulsion aussi, me fait prendre conscience de la souffrance liée au vide et que la clef est sans doute dans le travail de deuil d'acceptation du vide
Pour ma part en tous cas, c'est toujours comme cela que j'ai résolu mes problèmes internes. ça marche carrément et pour être tout à fait sincère, je crois que rien d'autre ne marche vraiment en profondeur.

De plus, si la nature à horreur du vide, Dieu l'adore et on le trouve toujours dans un coin de celui-ci Wink


Sinon si tu veux parler de problèmes perso (quand tu le sens bien sur), tu peux ouvrir un sujet dans [Privé] Journaux des membres du forum, expériences personnelles. Dans cette rubrique, les sujets ne peuvent être lus que par les memebres du forum.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Sophie le Jeu 8 Mar 2012 - 12:00

Je remonte ce post pour une petite réflexion qui me semble aller dans le sujet.

Il me semble que lorsque l'on a fait des choses dont on n'est pas fier, on peut avoir tendance d'abord à se chercher des excuses, ou des explications, des justifications.
Et que cela est une forme déguisée de valorisation, parce qu'on a trop de difficulté à se voir comme on a agi, à accepter nos actes ou nos paroles telles quelles.

Alors on cherche à compenser en rehaussant l'image de soi-même, par des excuses.

Et pour trouver le chemin de l'amour de soi, on doit d'abord laisser tomber les excuses et les explications, accepter ce que l'on ressent par exemple de la honte, ou de la tristesse, ou autre.... et accepter d'avoir agi de telle manière.
Et s'aimer tout en sachant pleinement comment on a agi.

Je crois aussi que l'on fait ça avec d'autres, quand on n'arrive pas à leur pardonner, ou qu'on n'arrive pas se guérir d'une blessure, parce que la reconnaître impliquerait de "ternir l'image" d'une personne que l'on aime, ou avec qui on a un lien affectif.
Alors on trouve des excuses et des explications à la personne, au lieu d'entrer pleinement dans ce qu'on ressent, et de l'accepter, et de trouver la ressource en soi alors pour aimer l'autre sans lui trouver d'excuses, c'est à dire pour l'aimer aussi avec ce qu'il a pu faire ou dire, l'aimer en acceptant la blessure qu'il nous a causée.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Jeu 8 Mar 2012 - 12:53

Oui Sage

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par isabelle le Jeu 8 Mar 2012 - 15:21

merci pour se partage
avatar
isabelle

Messages : 13
Date d'inscription : 03/03/2012
Féminin Age : 58
Localisation : midi pyrénée

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Jeu 8 Mar 2012 - 16:45

Après, je crois que lorsque l'on s'adresse à l'autre, il ne faut pas oublier que généralement, il n'est pas prêt à lâcher ce fonctionnement de chercher la valorisation pour se sentir bien.

Même si cela est illusoire, il faut à mon sens en tenir compte.

Ainsi lorsque l'on parle à l'autre en lui disant les choses et en faisant attention à ne pas trop le dévaloriser, et à relever aussi ses qualités, souvent, le message est beaucoup mieux entendu, et l'autre est plus à même de se remettre en question.

Après, avec certaines personnes, on peut dire les choses plus directement, mais je crois qu'il faut bien savoir à qui l'on s'adresse.
Car parfois, un manque de douceur peut faire que notre message sera rejeté d'emblée, sans même que la personne ait pris la peine d'y réfléchir.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Sophie le Ven 9 Mar 2012 - 7:33

Je réfléchissais à ce que tu as écrit, et je réalise que ce dont tu parles là, je le fais seulement aujourd'hui dans un cadre bien précis : professionnel. (ou assimilé, c'est à dire quand j'aide quelqu'un).
Justement parce que mon travail c'est de faire passer des messages, donc de veiller à ce qu'ils puissent passer le mieux possible, ceci dit sans renier ma propre éthique non plus (équilibre que je trouve petit à petit au fil du temps).

Dans mes relations personnelles, je n'ai plus de temps ni d'énergie pour cela.
Et il se trouve d'ailleurs (sans doute par voie de conséquence de ce que j'émets) que je suis entourée de gens qui se remettent eux-mêmes spontanément en question, donc je n'ai pas à le faire, ni à les "ménager" de cette manière (j'en aurais de toute façon pas envie je crois).


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par ananie le Ven 9 Mar 2012 - 14:16

Oui je crois que si on doit faire ça tout le temps, on s'épuise.
C'est reposant de côtoyer des gens qui se remettent spontanément en question.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Soudhamani le Ven 9 Mar 2012 - 16:12

Le mieux encore est d'aimer les autres dans toutes leurs limites et toutes leurs (soit disant) imperfections.
Derrières elles c'est toujours l'Amour qui cherche enfin à perçer .


Aimer relève de l'Être , se valoriser relève de l'ego .

Tant que l'on est identifié à l'ego , aimer/s'aimer relève du parcours du combattant car l'individu est plus ou moins enchevêtré dans un fatras de sentiments /émotions /contradictions continuellement en conflits et changeantes.
Puis c'est encore cette fausse identification qui cherche alors à limiter la casse en s'excusant , réparant ou en se valorisant plus ou moins maladroitement pour limiter les dégâts .

Tandis qu'à travers l'Être , c'est uniquement Dieu en Soi qui est aimé , celà ne laisse pas de place ni à la valorisation , ni à la confusion .
avatar
Soudhamani

Messages : 63
Date d'inscription : 13/12/2011
Féminin Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: S'aimer et arrêter de se valoriser

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum