Spiritualité et sexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Mer 18 Jan 2012 - 20:00

Une vie sexuelle est-elle compatible avec une vie spirituelle ?

Si oui comment ?

Est ce que cette notion de sexualité vous pose quelques difficultés par rapport à vos idéaux spirituels ?
Serait-il possible de les réconcilier ?
Comment ?


Je pose quelques questions comme ça en vrac pour lancer le sujet, mais ne vous sentez pas limités par ces questions.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Mer 18 Jan 2012 - 20:10

Pour ma part, je crois que sexualité et spiritualité peuvent tout à fait aller ensemble.

La sexualité peut même, à mon avis, mener à une expérience très profonde d'amour et de transcendance.

Pour cela il faut je crois évidement de l'amour, mais aussi à mon avis du lâcher prise.
Car accéder à la transcendance, c'est lâcher le mental.

Ainsi dans le sexe, cela demande je crois d'établir une véritable complicité avec le partenaire, de trouver un "terrain d'entente", puis de se laisser aller à sa spontanéité.
Car c'est en abandonnant le contrôle que l'on peut vraiment rentrer dans quelque chose de transcendant et de divin.

Et divin ne veut pas dire pour moi dénué d'humanité, d'émotion, de sensibilité, de fougue ou de passions. A mon avis la spontanéité contient tout cela.



Enfin je terminerais en donnant la définition psychologique de la perversion. Parce que le langage courant en donne tout un tas d'idées complètement fausses, qui ont tendance à générer des angoisses chez certaines personnes (j'ai tel fantasme, suis-je pervers ?).

La perversion ce n'est pas telle ou telle pratique : avec certaines pratiques qui seraient perverses, d'autres pas.
La perversion c'est de ne pas pouvoir prendre son pied si telle pratique est absente.
Si par exemple vous aimez le faire avec des bottes en cuir rouge de temps en temps, ou que les bottes de votre partenaire vous stimulent, cela n'a rien de pervers.
Par contre, si vous ne pouvez plus vous passer de ces bottes et que sans elles, il vous est impossible de jouir, alors c'est une perversion.


Donc tant que l'on peut varier les plaisirs, tout en respectant l'autre et en l'accompagnant aussi dans son plaisir à lui, je crois qu'il n'y a aucun soucis.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par air le Mer 18 Jan 2012 - 22:11

Je suis d'accord avec tes propos ananie.

Par contre, dans ma voie, à partir d'un certain niveau de pratique, il n'est plus possible d'avoir une activité sexuelle normale (ce qui n'empêche pas malgré tout, j'imagine, de conserver une certaine activité sexuelle, pour satisfaire son ou sa partenaire, mais probablement sans plaisir, et pour les hommes, sans érection). Comme dit mon maître, lorsque la Kundalini va en haut, il n'y a plus rien en bas Very Happy

Je ne sais pas si c'est généralisable aux autres voies.
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 48
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Jeu 19 Jan 2012 - 8:05

Air a écrit:Je ne sais pas si c'est généralisable aux autres voies.
Je ne crois pas.

Dans la tradtion chrétienne, ils sont assez réservés sur la sexualité, donc c'est difficile de savoir pour ce qui est des Saints qui étaient toujours en couple, s'ils avaient toujours une sexualité ou non.

Par contre dans le bouddhisme tibétain, certains grands maîtres réalisés continuaient à avoir des rapports sexuels.
Les yogis fous en faisant même une forme de pratique pour éveiller les autres.

Une histoire sur le maître accomplit Drukpa Kunley :
Au cours de ses voyages, Drukpa Kunley entendit parler d'une jeune fille admirablement belle, nommée Sumchock, dont la description faisait penser à une dakini. Il se mit en devoir de la rencontrer. Quand il l'eut trouvée, celle-ci reconnut son visiteur que la renommée avait précédé. Drukpa Kunley et Sumchock se mirent à échanger des propos en chantant à travers la fenêtre ouverte de la maison où la jeune fille servait du thé à son maître. Elle éloigna ce dernier en lui faisant croire que des chasseurs avaient tué une bête dans la montagne et que, en se hâtant, il pourrait en avoir sa part. Dès qu'il fut parti, elle fit entrer le moine errant et lui demanda de la tirer du samsara dont elle était prisonnière, s'il était un véritable lama. Comme elle proposait du thé à son invité, "il la prit par la main, l'amena jusqu'au lit de son maître, l'y étendit, souleva sa jupe et regarda fixement son mandala inférieur. Puis, il ajusta son organe viril au lotus du mandala, entre la chair blanche, aussi lisse que de la crème de yack des cuisses. Leur rapport ainsi étroitement établi, l'acte d'union s'accomplit et il lui donna plus de plaisir et de satisfaction qu'elle n'en avait jamais éprouvés." Ensuite, ils se régalèrent. Ils burent du thé et du chang (bière d'orge), mangèrent de la viande et la jeune femme s'exclama qu'elle avait obtenu tout ce que son coeur désirait. Drukpa Kunley s'apprêta alors à prendre congé. Sa nouvelle amie désirait ardemment le suivre. Elle lui promit en tout obéissance. Alors, le fou divin l'emmena dans une caverne où il l'enferma pour y méditer et prier en pensant à lui. Et c'est ainsi que Sumchock gagna son corps de lumière à l'aube du quatrième jour!
Source :
http://jean.dif.free.fr/Images/Tibet/Chrono/Chrono.html#Drukpa


Il me semble aussi que dans certaines voies hindouistes la vie sexuelle n'est pas considérée comme incompatible avec le plus haut niveau de réalisation spirituelle.
Mais je n'ai pas d'exemple précis de ce côté là.


En fait je pense qu'il y a des voies où rien n'est incompatible avec le plus haut niveau de réalisation spirituelle. Tout peut être transformé et participer de la lumière divine.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Bruno C. le Ven 20 Jan 2012 - 12:34

Merci d'ouvrir ce sujet Ananie. Il est tout à la fois passionnant et douloureux pour moi. Parmi mes problèmes psychologiques, il y a notamment la compulsion sexuelle, dont je commence à me rétablir. La compulsion n'a bien sur rien à voir avec la sexualité, au même titre que la boulimie n'est pas de l'alimentation. Elle traduit une recherche égoïste de plaisir en pensant combler un vide, celui du sentiment de ne pas être aimé, reconnu et de ne pas exister. Je crois que des psychanalystes mettent en parallèle la jouissance et la mort. Il y a eu chez moi, dans la recherche de jouissance (pas que sexuelle, d'ailleurs) une façon de me noyer, de disparaître aux yeux de ce qui pouvait m'apparaître insupportable.
Ce problème est psychologique, mais il est aussi spirituel : il traduit un manque de foi dans l'amour de Dieu, dans le fait que cet amour est là, présent en moi. Autrement dit une difficulté à s'abandonner à cet amour. En fait, Dans la compulsion ou tout autre comportement toxicomaniaque on s'abandonne à la jouissance, sans pour autant lâcher prise. Un sophrologue spécialiste des addictions me disait que le toxicomane recherche la tout puissance infantile.

Alors, oui je crois que la sexualité peut-être un chemin spirituel. Celui du lâcher prise, par l'abandon à quelqu'un d'autre, un autre radicalement autre, d'un autre sexe qui permet d'unifier son humanité. C'est livrer son intimité à quelqu'un en qui on fait une entière confiance et qui donne un visage humain à Dieu, un Fils ou une Fille de Dieu. Je pense aussi que le mariage, par son caractère sacré, peut-être le cadre de cette sexualité spiritualisée.
avatar
Bruno C.

Messages : 56
Date d'inscription : 26/12/2011
Masculin Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Ven 20 Jan 2012 - 14:20

Merci Bruno.

Sur le vide, le sentiment de ne pas être aimé, tu as le sujet suivant :
http://www.forumspirituel.fr/t139-le-manque-d-amour?highlight=manque+d+amour

Bruno a écrit:je crois que la sexualité peut-être un chemin spirituel. Celui du lâcher prise, par l'abandon à quelqu'un d'autre, un autre radicalement autre
Très bien dit je trouve.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Loryan le Lun 23 Jan 2012 - 14:27

Sujet intéressant mais très difficile à cerner en une seule rubrique, il y a des romans à écrire.

Quelques réflexions moins longue que d'habitude en pagaille pour commencer.

- Biologiquement la sexualité est un acte de reproduction qui nous pousse à transmettre ou à partager notre patrimoine, nos acquis, biologique (mais pas que).
Ce que je trouve intéressant dans ce contexte purement biologique ce sont 2 mots qui caractérisent cette énergie : création et partage
-Il est intéressant de voir dans le monde animal dans un premier temps que ce règne plus proche de nous que les plantes ne se pose pas autant de question existentielle que nous. Pourtant les sociétés animales largement axées sur la sexualités comportent énormément de similitudes avec les sociétés humaines. Mâles ou femelles dominants, séduction, fidélité, conquête de partenaires, castes patriarcales ou matriarcales, homosexualités, orgies sexuelles, notions de couples et de famille, etc...
- Une chose encore que nous montre la nature c'est que l'énergie sexuelle est souvent l'énergie principale de la raison d'exister et que bien souvent la manifestation de cette énergie consomme une part énorme de l'énergie de l'être considéré, au point d'être parfois "mortelle".
Les saumons se "tuent" dans leur acte sexuel, nombre d'insecte "recycle" le mâle après l'accouplement, l'acte sexuel est fréquemment un acte dans lequel des animaux débordent d'agressivité au point de se blesser (alors que l'animal évite presque toujours de se blesser dans la nature en évitant les conflits inutiles). Les fleurs, organe sexuel de la plante, sont incroyables.. elles n'ont de raison d'exister que par manifestation de leur sexualité. Ce dernier exemple je crois porte en lui un mystère de la sexualité.
Combien d'êtres humains fascinés par les fleurs les observent, les offrent sans jamais penser une seule fois qu'ils ont devant eux un simple organe sexuel.
Les fleurs sont pour moi la preuve magnifique que la nature aime la sexualité et que cela peut-être d'une beauté incroyable pour peu qu'on sache la regarder.

Quand on en vient aux humains tout devient compliqué, sans doute parce que l'être humain raisonne sur son instinct sexuel, et sans doute aussi parce qu'il le transcende en comprenant peut-être ce qu'il y a derrière.
Même si il existe tout un tas de dérives, de perversion on ne peut isoler la sexualité de l'amour dans un être humain.
C'est il me semble une condition propre au règne humain. Comme si nous nous situions à la frontière de l'instinct et de la volonté. Peut-être cela explique t-il tous ces problèmes que nous rencontrons, car il me semble que le propre de l'être humain c'est de vouloir "choisir' la raison d'être de sa sexualité là où le végétal et l'animal "obéissent" à l'essence de cette force.

En tant que chemin spirituel je pense qu'il y a plusieurs cas qui pour la plus part découle d'une simple analyse logique de cette énergie.
Une intéressante citée plus haut concerne cette fameuse part d'énergie sexuelle dans notre énergie totale.
Je passe sur kundalini et compagnie que je ne maitrise pas du tout, mais on peut admettre que nous dépensons une quantité énorme d'énergie rien qu'autour de la manifestation et le contrôle de l'énergie sexuello-affective. l’exemple de l'adolescence ou tout semble tourner autour de ça le montre bien.
Hors un être spirituel qui voudrait consacrer un maximum d'énergie à sa réalisation où à l'aide aux autres aura que 2 choix basiques.
- trouver plus d'énergie
- répartir sa dépense d'énergie.
Hors si l'énergie sexuelle est le plus gros poste de dépense énergétique disponible, quoi de plus étonnant que des techniques de maitrise, de dérivation, de contrôle de l'énergie sexuelle soient si répandue ?

Je crois que tout est une question de ce qu'on veut faire de sa vie.
L'énergie sexuelle est là en chacun de nous est c'est une énergie de création formidable.
Que l'ont veuille la consacrer à aimer quelqu'un, à la partager, à se faire plaisir, à la transcender ou à la transformer... tout est fonction d'un choix de vie.
L'important je pense n'est pas vraiment dans la nature des relations sexuelles mais plutôt dans la conscience que l'on a de son utilisation.

N'importe quel humain sait qu'il existe des actes sexuels mécaniques pour lesquels il n'éprouve aucun plaisir réel ni aucun satisfaction de conscience. Des actes qui n'ont de sexuels qu'un simple fait biologique le plus souvent sous la contrainte instinctive ou mentale.
Mais peut-on dire que ces actes rendent heureux ?

Je crois que l'énergie sexuelle est une énergie de création et de partage qui "doit" obligatoirement se faire en conscience si on veut être heureux.
Est-ce que le saumon est heureux quand il meure après avoir frayé ? aucune idée mais il me semble certain qu'il a la satisfaction d'avoir accompli le but de son existence.
Alors pour l'être humain quel est le but de l'existence ?
A chacun de le définir il me semble, cela semble être un privilège humain à travers l'expérience de l'individualité.

Certains fonderont des familles avec plein d'enfants, d'autres aimeront des tas d'hommes et de femmes, se consacreront à une seule personne, partiront dans le caritatif ou la contemplation....
Je ne pense pas qu'on puisse définir la sexualité heureuse d'un être humain à sa place.
Encore moins par des moralités parfois douteuses souvent castratrices ou frustrante qui engendre un mal être existentiel potentiellement destructeur.

Allez je termine et je vous montre a tous un bel organe sexuel :
Rose





Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Lun 23 Jan 2012 - 17:39

Merci pour ce post Loryan !

J'ai beaucoup aimé, et particulièrement :

Loryan a écrit:Combien d'êtres humains fascinés par les fleurs les observent, les offrent sans jamais penser une seule fois qu'ils ont devant eux un simple organe sexuel.
Les fleurs sont pour moi la preuve magnifique que la nature aime la sexualité et que cela peut-être d'une beauté incroyable pour peu qu'on sache la regarder.

Je ne pense pas qu'on puisse définir la sexualité heureuse d'un être humain à sa place.

Sage

Et effectivement, c'est dur de tout dire sur la sexualité en un seul sujet, mais j'espère que l'on aura l'occasion d'en ouvrir d'autres.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par air le Lun 23 Jan 2012 - 21:39

Bonsoir,

Merci pour ce post, Loryan. Je voudrais juste nuancer un passage :
Loryan a écrit:Quand on en vient aux humains tout devient compliqué, sans doute parce que l'être humain raisonne sur son instinct sexuel, et sans doute aussi parce qu'il le transcende en comprenant peut-être ce qu'il y a derrière.
Même si il existe tout un tas de dérives, de perversion on ne peut isoler la sexualité de l'amour dans un être humain.
C'est il me semble une condition propre au règne humain. Comme si nous nous situions à la frontière de l'instinct et de la volonté. Peut-être cela explique t-il tous ces problèmes que nous rencontrons, car il me semble que le propre de l'être humain c'est de vouloir "choisir' la raison d'être de sa sexualité là où le végétal et l'animal "obéissent" à l'essence de cette force.
En fait selon moi, la "complication" de la sexualité est graduelle et ne démarre pas avec les humains. Chez les primates par exemple, on constate de l'infidélité, et des mâles qui "complotent" et se cachent pour copuler avec la femelle d'un dominant sans se faire pincer, en se cachant, en surveillant le moment où le mâle dominant n'est pas dans les parages, etc.

Bref, comme pour beaucoup de comportements que l'on dit spécifiquement humains, on constate qu'ils apparaissent graduellement avec le niveau de conscience et d'intelligence des espèces. Plus une espèce possède un haut niveau de conscience, d'individualité et d'intelligence, plus elle s'en sert et plus son comportement devient comparable à celui des humains.

en définitive, il y a peu de choses (si tant ait qu'il y en ait) spécifiquement humaines, et la complexité des relations sociales et de la psyché d'une créature vivante semble proportionnelle à son niveau de conscience, toutes espèces confondues.

coeur
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 48
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Lun 23 Jan 2012 - 22:09

Pour ma part je crois que chez les animaux, il n'y a pas tellement de filtre entre l'impulsion de l'instinct et l'action.
L'animal met son instinct en action de manière immédiate.

Ce qui n'est pas le cas de l'homme qui peut filtrer ses impulsions instinctives par sa raison et ses sentiments. C'est un avantage et un inconvénient :
- Un avantage parce que l'homme peut spiritualiser ses instincts, c'est à dire les mettre au service de l'amour.
- Un inconvénient parce que la raison et les sentiments personnels peuvent aussi pervertir l'instinct.

De manière imagée, je dirais que les instincts sexuels, dans la nature, ne sont ni hautement spirituels, ni infernaux. Mais ils peuvent le devenir chez l'homme.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Greenman le Mar 31 Jan 2012 - 17:35

Bonjour, sunny

Je suis bien d'accord avec tout ce que vous avez écrit, chaque point que vous avez soulevé me semble très essentiel.

Avant de rajouter une petite tartine d'observations sur les différents chemins possibles, j'ai relevé ce petit texte sur un site chrétien (www.pasaj.ch), utile car on "lapide" fréquemment la religion chrétienne à ce sujet, sans chercher soi-même les joyaux spirituels qui peuvent s'y trouver. (personnellement, les idées populaires communément admises vont au panier, sans passer par la case départ et sans recevoir les 20000 francs. Very Happy Forgeons-nous notre propre opinion et notre propre profondeur).
Voici ce petit texte :

La Bible parle d’un amour fort comme la mort, plus brûlant que le feu, où corps et âme, deux amants ne pensent qu’à leur amour dans une totale réciprocité et oubli d’eux-mêmes.
Dieu est-il contre le sexe ?

Ce serait difficile puisque c’est lui qui l’a créé ! La Genèse insiste sur la joie de Dieu à créer l’être humain homme et femme : " Homme et femme il les créa ". C’est une bonne nouvelle car l’homme s’écrie : " Oui vraiment celle-là est os de mes os et chair de ma chair ! " (Genèse 2,23). Nous avons été marqués par des siècles de méfiance et de puritanisme mais il ne faut pas mêler la Bible à tout ça. Pour la Bible, l’être humain est créé sexué. Il a un corps et c’est ce corps qui entre en contact avec Dieu, c’est ce corps qui est appelé à être sauvé, qui est appelé à s’unir à d’autres. Et l’engagement le plus profond est celui que rappelle Jésus : " L’homme abandonnera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un " (Matthieu 19,5). C’est unité n’est pas fusion. Elle exprime ce désir de se donner tout entier à l’autre, corps et âme, et c’est dans l’acte sexuel que cette union prend le plus fortement sens. Rien de ce que nous faisons avec notre corps n’est étranger à notre foi. N’oublions pas qu’au cours de l’Ancien Testament il y a ce magnifique chant d’amour très sensuel (et même érotique si nous donnons à ce beau mot souvent galvaudé son sens premier, ce qui est signifie l’attrait de l’éros qui est l’amour de la chair) le Cantique des Cantiques. Il parle d’un amour fort comme la mort, plus brûlant que le feu, où deux amants ne pensent qu’à leur amour dans une totale réciprocité et oubli d’eux-mêmes. Ce chant exprime le cour de Dieu : entrer avec nous dans une relation d’amour, personnelle, faite de don de soi et de réciprocité. La meilleure image qui en existe sur terre est celle d’un amour véritable.
Mais pourquoi Dieu a t-il créé l’homme sexué ? Cela provoque aussi bien des souffrances !
Bien sûr ! Comme la vie elle-même ! Dès le départ cette dimension sexuée introduit un manque. Nul ne se suffit à soi-même. Chacun a comme un trop plein d’amour à donner et il cherche quelqu’un qui l’accueillerait. Dieu a trouvé un merveilleux moyen pour nous faire comprendre le secret de la vie. " Qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir " comme résume saint Paul. Un manque et un désir de l’autre est inscrit au cour de notre nature humaine. Dans l’amour il y a son propre plaisir bien sûr et parfois, on s’aime soi-même lorsqu’on aime, mais, au bout du compte, la surprise est que c’est le désir de l’autre et non le sien propre, qui l’emporte dans un amour véritable. Alors on est prêt à donner sa vie pour que l’autre vivre et l’on oublie même son petit intérêt. Saint Paul le résume d’une phrase qui est très exigeante : " La femme ne dispose pas de son corps mais le mari, pareillement ne dispose pas de son corps aussi. " (1 Corinthiens 7,4). C’est une véritable révolution à l’échelle de l’humanité ! Pour la première fois dans l’histoire, les droits et devoirs des conjoints sont définis de façon totalement réciproque. Alors bien sûr cette dépossession mutuelle, cela n’est pas facile, c’est même un chemin de toute une vie. Mais c’est le secret du bonheur.
Pourquoi Jésus ne s’est-il pas marié ?
Jésus a vécu ce don d’une autre façon. Il dit "nul n’a de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis". Jésus a fait une révolution d’une portée inouïe. En rendant la vie consacrée possible, il a fait du mariage et de la sexualité, une vocation. Autrefois, et encore aujourd’hui dans bien des sociétés traditionnelles, tout le monde doit se marier et avoir des enfants. C’est une chose naturelle et même obligatoire. Pas d’échappatoire et, s’il n’y a pas d’enfants, l’homme a le droit de divorcer ou répudier sa femme pour en avoir. Jésus dit non : l’amour humain a sens et valeur pour lui-même. Deux personnes qui s’aiment, même s’ils ne peuvent avoir d’enfants, font alliance. C’est un don de soi réciproque. S’il y a des enfants tant mieux ; c’est un fruit mais l’arbre peut être beau même s’il ne porte pas de fruits. On peut toujours aimer. Ce sont les fruits de la charité et toute personne peut en porter qu’elle soit mariée ou non, stérile ou non.
Non, nul n’est obligé de coucher pour être normal. Aujourd’hui on fait croire que si l’on n’a pas quelqu’un, on est nul : " Si tu es seul, c’est que tu n'es pas intéressant ". Non c’est un choix libre. Tant que je n’ai pas construit une relation solide vraiment fondée sur un amour sincère, je peux très bien rester tout seul, avoir des amis, des relations, des gens que j’aime. On ne se donne tout entier que pour aimer vraiment et en s’engageant par une parole.
Comment éviter les blessures ?
Chacun a à vivre sa sexualité quelle que soit sa situation. C’est un don merveilleux mais pas facile à utiliser. La sexualité est à l’origine de très grandes joies mais aussi de grandes blessures. C’est risqué comme conduire une super Ferrari sur autoroute. Si je ne veux pas finir dans le décor, il vaut mieux que je me connaisse moi-même comme chauffeur et que je connaisse la voiture ! Si je prends les moyens de ne pas faire n’importe quoi, je pourrais faire de ce cadeau une formidable occasion pour entrer en communication et même en communion avec les autres. Si je transforme l’autre en objet pour mon plaisir. Si je fais confiance à quelqu’un en croyant qu’il s’engage comme moi alors qu’en fait il ne m’a rien promis. Si j’agis sans penser aux conséquences, je cours le risque d’être très profondément déçu. Tout ce que je fais avec mon corps marque ma personnalité profonde, mon être intime, mon âme.
Pourquoi l’Eglise lie-t-elle si fortement la sexualité au mariage ?
Pourquoi le mariage est-il décisif, Parce qu’il est fondé sur une parole libre et réciproque de se donner à l’autre pour toujours. C’est le désir naturel de l’amour. Celui qui dirait qu’il veut bien se marier mais pour cinq ans ne récolterait que le plus profond mépris. L’amour porte ce désir de durer : " Je te fiancerai à moi pour toujours " (Osée 2,21). Et même le désir de dépasser la mort ; C’est pourquoi le Cantique des Cantiques conclut par ces mots : " L’amour est fort comme la Mort. Les grandes eaux ne pourront éteindre l’amour, ni les fleuves le submerger. Qui offrirait toutes les richesses de sa maison pour acheter l’amour, ne recueillerait que mépris " (Cantique 8,6.7). Le don de son corps dans l’amour à un être que j’aime est le plus grand signe que je puisse donner de mon désir de me donner. D’un autre côté, c’est aussi le lieu de ma plus grande vulnérabilité. Se rendre vulnérable en se mettant dans de mauvaises conditions c’est comme partir à la guerre en maillot de bain, c’est aller au casse-pipes !
Vécue sans l’engagement de tout l’être, sans une délibération où tout ce que je suis - sentiment, passion, mémoire, intelligence et volonté - est engagé, la sexualité devient brute et animale. Elle prend tout son sens par la parole libre par laquelle un être humain engage sa vie et sa liberté vis-à-vis d’un autre. Elle acquiert alors une noblesse extraordinaire. C’est géant !
Source : www.inxl6.org Tiré de la Revue Croire Aujourd’hui Jeunes Chrétiens

Jean-Paul II a écrit : La sexualité, par laquelle l’homme et la femme se donnent l’un à l’autre, n’est pas quelque chose de purement biologique, mais elle concerne la personne humaine dans ce qu’elle a de plus intime. Elle ne se réalise de façon vraiment humaine que si elle est partie intégrante de l’amour dans lequel l’homme et la femme s’engagent entièrement l’un vis-à-vis de l’autre jusqu’à la mort. La donation physique totale serait un mensonge si elle n’était le fruit d’une donation personnelle totale.
------------------------------------------------------------------ fin de citation.
------------------------------------------------------------------

Bien sûr, la notion de durée éternelle est interprétée de façon différente aujourd'hui, où les gens considèrent que cette fidélité est une sincère disposition d'esprit et de coeur à un moment T, mais pouvant être contredite dans l'avenir. On pourrait rétorquer évidemment que si "c'est contredit dans l'avenir", c'est que le don n'était pas total au départ... enfin bon, c'est un débat sans fin car il s'agit d'une posture générale personnelle... Perso, ce que je crois avoir ressenti au cours de mon parcours de vie, dans mon ancienne vie romantique, dans mes méditations, dans mes grâces, etc, dans la mesure de l'humilité de mon parcours bien sûr, c'est que la fidélité, ou plutôt le don total et réel de soi dont elle n'est que la conséquence, a un lien direct avec la sublimation des énergies sexuelles, la capacité d'amour authentique et inconditionnelle, le détachement spirituel (être uni inconditionnellement à 1 personne détache beaucoup plus que de papillonner selon moi), la force d'engagement en général, l'innocence, la maturité, la non identification au corps physique, etc, et ce, malgré que l'on soit avec quelqu'un, toujours la même, en permanence. Car c'est une alchimie secrète : si on se donne totalement, à être prêt à en mourir, on voit finalement le Divin dans l'autre, le coeur se purifie, les énergies se subliment, et on se détache des corps et de la matière en réalité, c'est un parcours spirituel et initiatique dans ce sens. L'être ainsi détaché sera ô combien encore plus détaché et fort dans la vie courante, plus question de s'attacher à des fariboles puisqu'on s'est détaché de la source même de l'énergie du désir, en la sublimant. Après, tout le reste suit, bien sûr, et l'être est épanoui. Chacun peut vérifier cela à son humble niveau, pas besoin d'être arrivé au bout du chemin, ni d'être spécialement avancé.. Je suis incapable de ce chemin, personnellement, ça ne me parle pas en plus, mais ça ne m'a pas empêché d'aller à tâtons pour voir ce qu'il en était un peu..

Mais le point crucial, ce que cela implique directement et immédiatement, et qu'il faut bien regarder de face, sans tabou ni peur, c'est que pour que ce chemin soit efficace et réel, pour l'optimiser disons, le don réel et total d'amour doit être le plus sincère possible, sinon, on gaspille de l'énergie vitale dans la même proportion que l'on n'est pas sincère, et ça impacte sur le chemin spirituel en le ralentissant. (ce qui a fait dire à Amma une fois : "il n'y a pas de différence de nature entre vous qui êtes ici à l'ashram en tant que renonçants, et ceux qui sont en famille dans le monde. Ce qu'il y a c'est que si vous faites votre chemin correctement, vous allez simplement plus vite qu'eux, c'est tout... et non pour parader et se croire supérieur, mais pour ensuite servir ces gens du monde, justement, qui bien souvent, souffrent ou sont perdus").
J'aime beaucoup cette phrase d'Amma, elle est sublime, et en donnant un but concret d'amour solidaire et unitaire pour faire 1, conformément à l'advaïta vedanta, relance la motivation des renonçants qui parfois se relâchent, pour ceux qui n'ont pas une soif ardente d'un divin trop abstrait pour eux.

A noter que dans cette gamme progressive de comportement amoureux dans le couple, tout n'est pas figé du début à la fin. Le tantrisme n'est pas qu'activité sexuelle, n'oublions pas qu'un chemin initiatique va forcément vers la non-dualité, vers la liberté face à tout conditionnement car rien n'est naturel, ainsi, si le don est total, cela épanouira inévitablement certains centres subtils en sublimant et en faisant "monter" les énergies, ce qui réduira les activités sexuelles puisque l'être sera de moins en moins dépendant de l'extérieur et de moins en moins identifié au corps physique...
L'épanouissement est la liberté intérieure et il n'y a rien de bien ou de mal, il faut simplement être totalement libre de pouvoir choisir la sexualité ou non. être capable de tout sans frustration, c'est la non-dualité. (je me suis aperçu que pour avancer, on ne devait jamais oublier la non-dualité même si on n'y est pas, car c'est un fil d'Ariane...).
Tout ceci se fait traditionnellement avec des pratiques spirituelles en parallèle, bien sûr, méditation, mantras, prières, etc, pour que les sublimations deviennent possibles, sinon on risque fort de s'attacher et non de se détacher...
Et c'est pas terminé. Une fois que la sublimation des énergies est effective et que l'être est au-delà de l'obligation sexuelle pour exprimer son amour, et bien, il peut alors revenir vers l'activité sexuelle pour parvenir au fameux tantrisme fusionnel : il fallait juste être capable de tout avant de parvenir à cette fusion, sexualité et absence de sexualité. (ce qui sous entend être capable aussi de mourir d'amour pour le monde, puisque la transformation de l'énergie sexuelle en ojas -énergie spirituelle- pousse fortement vers l'amour de tout et tous et non vers une seule personne seulement).

Bien entendu, comme d'habitude, il va sans dire que le new age oublie l'essentiel, ici cette étape intermédiaire d'épanouissement des centres et énergies, donc de l'amour inconditionnel, précipitant ses auditeurs du haut d'une falaise directement dans le néant. Mais on a l'habitude avec le new age... Dans le tantrisme, c'est tellement plus marqué qu'ailleurs que si on va en Inde, les indiens disent systématiquement aux occidentaux : "écoutez, c'est très grave, laissez tomber ce chemin car on vous a forcément dit des montagnes d'âneries en Occident. ou alors, nettoyez votre esprit de tout ce que vous savez à ce sujet, et restez pour pratiquer ici une démarche authentique. instruisez vous ici car l'essentiel de cela n'est pas dans les livres." Voilà ce qu'on prend dans les dents en Inde si on parle de ça. Laughing

Pour conclure ce petit post, récapitulons de façon non exhaustive et rapide les chemins où la sexualité de vie de couple ne gène pas :

Dans les voies duelles :

- Les chemins chrétien, hindou, bouddhiste, etc etc, y compris les pratiques tantriques, proposent tous des parcours scindés en 2, où seule la vitesse d'avancement crée une différence : soit un parcours de célibataire en monastère, soit une vie de marié dans le monde. Mais si on n'a pas de pratique spirituelle, on n'avance pas, bien sûr, ou très lentement.

- Le judaisme et la religion musulmane imposent, je crois, une vie de couple.
Bon, j'aime pas trop les obligations pour ma part, car c'est un signe de dualité très fort, ce qui me hérisse le poil dans une certaine mesure, ou du moins dans une mesure certaine. Very Happy Mais j'imagine bien que ces 2 religions proposent "en secret" des voies différentes, comme avec le soufisme par exemple...
Ces religions comptent sur une Grâce divine qui interviendra inopinément à un moment donné, du fait d'un comportement correct, et de ce que je sais, c'est une position très efficace et très authentique. (je critiquais juste le fait de ne pouvoir suivre que ce chemin quand on vit dans ces sociétés là, rien d'autre).

Dans les voies non-duelles :

- Le Soufisme, le Taoisme, le Zen, l'Advaïta Vedanta, le tch'an, etc, ne s'embarrassent pas de considérations dualistes directement car elles sont analysées comme des illusions. (la sexualité est dualiste puisque le corps physique est dualiste, ainsi que les chakras, les émotions, les énergies, l'ego individuel, etc, tout cela est illusion dans l'Absolu).
Le cherchant se positionne en témoin du Soi, et seule l'enquête du Soi prévaut (l'Atma Vichara de Ramana Maharshi par exemple). La Lumière qui descend par la Grâce issue de cette introspection intérieure positionnera le cherchant au delà des contingences du monde et tout lui sera parfaitement égal, le bien et le mal, le chaud ou le froid, le célibat ou le couple, le bonheur et le malheur, etc, car il sera établi dans le Soi.
La sexualité n'est pas un obstacle au départ mais il faut être capable d'être au delà de ça à un moment donné, car être assujetti à une obligation ou à un instinct est un signe de dualité. Donc, le cherchant, s'il n'est pas établi dans la Conscience, doit faire un effort considérable de ne pas s'identifier du tout à ce qu'il fait, afin d'être au delà de l'acte, quel qu'il soit. Ce qui est évidemment très difficile, et c'est pour cela que certains couplent ce chemin avec les purifications opérées par la montée de Kundalini dans les chemins dualistes qu'ils pratiquent donc en partie. (alors que pour un puriste de la non-dualité, il n'est pas question de se soucier de Kundalini...).


Voilà, je vois le problème comme ça en gros, ma vision est théorique avec une toute petite part de pratique, et tout ce post n'engage que moi bien sûr, il est juste une base de discussion pour éclaircissements ultérieurs et autres précisions contradictoires...

bonne soirée à tous,

Bisou
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Mar 31 Jan 2012 - 20:27

Merci pour ce post.
J'ai particulièrement noté ce qui suit car cela me semble une clé importante :
Greenman a écrit:il fallait juste être capable de tout avant de parvenir à cette fusion, sexualité et absence de sexualité
C'est valable pour la sexualité et pour tout un tas d'autres choses.
A mon sens si on choisit une vie avec sexualité parce que le célibat est pour nous un échec où nous sommes malheureux, je crois que l'on s'égare.
Et si l'on choisit une vie sans sexualité parce que la vie de couple a été pour nous un échec (parce que l'on n'arrivait pas à y être heureux, ou parce que l'on ne savait pas gérer son attachement...), alors je crois aussi que l'on s'égare.

A mon sens la réalisation spirituelle implique de pouvoir être heureux en toutes situations. Célibat ou vie de couple.
Mais bon... en attendant d'être réalisé, c'est normal de ne pas toujours y arriver à être heureux.

Ce que je veux dire c'est qu'un détachement de quelque chose dans quoi on a échoué n'est pas un détachement. C'est une fuite.

Je me souviens de quelque chose que dit Charles Rafaël Payeur :
il y a parfois des personnes qui veulent rejoindre leur communauté spirituelle. Ils arrivent en disant : "je suis prêt à tout quitter pour vivre avec vous et entrer dans une démarche spirituelle". Alors on leur demande : "qu'avez vous ? avez vous réussit votre vie de couple ? votre vie professionnelle ? votre vie sexuelle ? avez vous des amis ?" Si la réponse à toutes ces questions est "non" alors l'entrée dans la communauté est fermée à ces personnes... car elles ne quittent rien mais fuient l'échec de leur vie.

De même pour la sexualité : il ne faut pas, à mon avis, se penser évolué parce que l'on est capable de vivre sans sexualité, ou parce que l'on est capable de vivre avec une vie sexuelle.
Car très souvent nous nous trouvons pleins de justifications, mais en réalité, là où nous en sommes, c'est plus facile pour nous, et l'autre vie nous poserait plus de difficultés.
Ce n'est pas un problème : mieux vaut avancer avec ce que nous sommes, là où nous sommes, mais à mon sens, il faut toujours reconnaître ses faiblesses afin de les travailler dans le chemin qui est le notre.

Car si nous ne nous voilons pas la face, les problèmes d'une vie sans sexualité surgiront au sein même de notre vie de couple ; et les problèmes d'une vie avec sexualité surgirons aussi dans une vie de célibat.
Car les problématiques sont en nous, pas dans les situations extérieures.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Lydie le Mer 1 Fév 2012 - 7:40

ananie a écrit:
Je me souviens de quelque chose que dit Charles Rafaël Payeur :
il y a parfois des personnes qui veulent rejoindre leur communauté spirituelle. Ils arrivent en disant : "je suis prêt à tout quitter pour vivre avec vous et entrer dans une démarche spirituelle". Alors on leur demande : "qu'avez vous ? avez vous réussit votre vie de couple ? votre vie professionnelle ? votre vie sexuelle ? avez vous des amis ?" Si la réponse à toutes ces questions est "non" alors l'entrée dans la communauté est fermée à ces personnes... car elles ne quittent rien mais fuient l'échec de leur vie.

Arnaud Desjardins le disait aussi Sage Sage
avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Loryan le Mer 1 Fév 2012 - 16:12

ananie a écrit:
Car si nous ne nous voilons pas la face, les problèmes d'une vie sans sexualité surgiront au sein même de notre vie de couple ; et les problèmes d'une vie avec sexualité surgirons aussi dans une vie de célibat.
Car les problématiques sont en nous, pas dans les situations extérieures.


Cette phrase semble bien résumer ce qu'on entend ou lit partout en ce monde.
C'est comme si cela résumait la problématique de tous les êtres concernant l'amour sexué.
"J'ai personne et quelqu'un me manque"
"j'ai quelqu'un mais ça ne va pas comme je voudrais"

Chacun trouve ses solutions, mais il semble en effet qu'une des solutions soient peut-être dans l'acceptation de sa nature bien avant la recherche sans cesse de nouveaux choix.

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Greenman le Mer 1 Fév 2012 - 17:04

Bonjour, sunny

Je suis d'accord avec vous 3, et je voulais juste rajouter des trucs qui me semblent importants :

Oui, Ananie, être en couple ou sans sexualité n'est pas un signe d'évolution, ces situations sont même d'ailleurs une illusion totale sur le plan ultime où nous sommes immuables et immobiles. Qui dit illusion dit égalité parfaite entre les illusions. C'est un simple choix de vie qui n'aboutira pas à autre chose que celui qui fait le chemin soit-disant d'une autre manière.

La phrase : "il fallait juste être capable de tout avant de parvenir à cette fusion, sexualité et absence de sexualité", est imparablement liée à sa suite : "ce qui sous entend être capable aussi de mourir d'amour pour le monde, puisque la transformation de l'énergie sexuelle en ojas -énergie spirituelle- pousse fortement vers l'amour de tout et tous et non vers une seule personne seulement."

Je dis ça parce que quelqu'un qui n'a pas sublimé ses énergies et ses désirs vers un amour plus large ne peut pas vivre une absence totale de sexualité je crois, sinon il sera frustré ou pas très bien, ou mal épanoui en général en tout cas (comme tu le dis dans ta conclusion). Ainsi, on ne choisit pas d'être sans sexualité il me semble, la non-action sexuelle vient naturellement de même qu'on tombe amoureux naturellement dans le cas contraire, et si quelqu'un "choisit" avec le mental d'être sans sexualité, et bien... oui, Ananie et Loryan, ya maldonne d'une certaine façon, c'est clair. J'ai déjà vu ça plusieurs fois, aussi bien à l'ashram d'Amma que chez des jeunes moines chrétiens en noviciat qui se plaignaient qu'on ne leur avait donné aucune indication sur la transcendance de la sexualité, même au séminaire, car c'était un sujet tabou..
Quant au judaisme et dans l'islam, ce célibat n'existe normalement pas car considéré comme déséquilibré et non naturel..

Alors, bien sûr, je crois qu'il faut faire attention à ne pas schématiser et étiqueter les choses : ici, on parle en donnant des mots et des idées dans les grandes lignes pour les besoins du dialogue, mais en pratique, les choses sont plus nuancées et surtout pas limitées du tout. Ainsi, un jeune moine peut être déséquilibré sexuellement au départ, c'est possible, mais en faisant son chemin au monastère, il purifie son esprit peu à peu, s'affine et reçoit des Grâces divines qui font qu'il aura fait le chemin de sublimation d'une autre manière qu'avec la vie dans le monde. Et c'est très fréquent, ça, sinon les monastères n'auraient pas survécu, évidemment. Donc, il n'y a pas de limites et les voies du Seigneur sont impénétrables, heureusement, sinon ça voudrait dire qu'on peut circonscrire la Vérité dans le cadre limité d'un topic de forum. Very Happy

De la même façon, on rate sa vie de couple des fois, et puis si on s'affine et mûrit, les choses se passent d'une toute autre manière par la suite, le ratage de départ ne condamne personne et on ne doit pas s'identifier à ce ratage.
Ce qui implique donc que celui qui fuit vers la sexualité ou vers la non-sexualité est dans l'erreur, oui, c'est certes de mauvais augure, mais ça ne veut rien dire pour le futur, car qui sait ce qu'il va réussir à faire par la suite ? Il faut bien trouver un moyen de se redresser car, comme tu le dis Ananie, avant la Réalisation, il n'y aura pas bonheur réel de toute façon la plupart du temps, et la personne dans un tel échec ne sera pas forcément capable non plus de s'analyser toute seule ou avec un psy.. La solution est cachée quelque part peut être, et la personne choisit son destin en fait, son karma, sans en avoir la conscience... Rien n'arrive au hasard.
La vie est totalement en dehors des rails du mental, et perso, j'adore cette phrase du Christ :
"les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers..."

On en arrive donc à ce que font Payeur, Desjardins ou d'autres :

Gurdjieff faisait ça aussi, seulement pour les problèmes d'argent. Il fallait payer 1000 roubles je crois pour être avec lui, et à des gens qui se plaignaient de ne pas avoir cet argent, des proches de Gurdjieff répondaient : "quand on n'est pas capable de se débrouiller pour obtenir ces roubles, c'est de très mauvais augure pour un chemin qui est ici bien plus difficile !"

ça me parait très logique en effet, et même indispensable. Mais je mettrais des réserves dans certains cas (c'que j'suis casse-pieds, lol ) :

C'est valable si celui qui reçoit n'est pas un Avatar. S 'il s'agit d'un Avatar, toutes les conceptions et questions-réponses sautent. Allez, une p'tite histoire pour la route : un homme très violent et apparemment méchant, alcoolique invétéré et insulteur, était venu à l'ashram de Ramakrishna, et ce Dernier avait donné comme consigne de le laisser aller à sa guise. Rapidement, cet homme dérangea tout le monde, il insultait Ramakrishna, bousculait les méditants en les insultant et en donnant même à l'occasion une gifle par ci par là. Tous les grands disciples tinrent conseils pour l'expulser mais Ramakrishna, impassible, insistait depuis le début pour qu'on laissât cet homme, en donnant comme consigne à ses disciples de lâcher prise. Finalement, cet alcoolique paumé donna un jour un coup de poing sur le visage de Ramakrishna. Avec pour conséquence qu'il entra en samadhi sur le champ et irradiait de Lumière. Les disciples étaient mécontents de ça et se plaignirent à Ramakrishna :
"nous méditons longuement depuis des années et .. pas de samadhi. Cet homme vient, il t'insulte et te frappe, et il sort de cette affaire apparemment réalisé."
Réponse de Ramakrishna : "je vous avais dit de lâcher prise...."

Ce genre d'histoires foisonnent autour d'êtres comme Ma Anandamayi, Ramana Maharshi, etc, où plus d'une personne arrivée désaxée et perdue est repartie ou est restée le ciel au coeur et la Conscience en tête...

Amma ne pose pas de question d'habitude, Elle regarde la personne et dit oui ou non, mais Elle répète souvent que les gens qui ne se mettent pas dans le Dharma de l'ashram seront forcés de repartir car les énergies sont telles dans un ashram que les personnes mal positionnées auront des événements qui les éloigneront...
(si tel est leur destin, car certains échappent à ça vu que les voies du Seigneur etc...vous connaissez la suite qui nous empêche de dogmatiser Very Happy )

Desjardins posait des questions comme Payeur et demandait de simples lettres de motivation, et par la suite, il s'est mis à regarder les gens longuement dans les yeux en silence en lisant tout à l'intérieur pour transmettre un message essentiel par le coeur... ce qui ressemble à ce que fait Amma...

Mais ce sont des exceptions qui confirment la règle, ça, ok...

Bonne soirée

Bisou

avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Mer 1 Fév 2012 - 20:15

Greenman a écrit:quelqu'un qui n'a pas sublimé ses énergies et ses désirs vers un amour plus large ne peut pas vivre une absence totale de sexualité je crois, sinon il sera frustré ou pas très bien, ou mal épanoui en général en tout cas
Oui et je dirais que c'est tout aussi valable pour quelqu'un qui vit une vie sexuelle et de couple.
Pour être plus clair :
"quelqu'un qui n'a pas sublimé ses énergies et ses désirs vers un amour plus large ne peut pas vivre une vie sexuelle harmonieuse je crois, sinon il sera frustré ou pas très bien, ou mal épanoui en général en tout cas".

Alors, bien sûr, je crois qu'il faut faire attention à ne pas schématiser et étiqueter les choses : ici, on parle en donnant des mots et des idées dans les grandes lignes pour les besoins du dialogue, mais en pratique, les choses sont plus nuancées et surtout pas limitées du tout. Ainsi, un jeune moine peut être déséquilibré sexuellement au départ, c'est possible, mais en faisant son chemin au monastère, il purifie son esprit peu à peu, s'affine et reçoit des Grâces divines qui font qu'il aura fait le chemin de sublimation d'une autre manière qu'avec la vie dans le monde.
Oui je suis totalement d'accord avec toi.
On a tous une disharmonie au départ. Je ne disais pas qu'il fallait être pleinement harmonisé pour commencer un chemin spirituel, mais plutôt que dans ce chemin, il fallait, à un moment ou à un autre, se confronter à ses disharmonies intérieures.

Et j'ajouterais également que tout ce que je dis ici, je le dis également pour moi : je fais aussi avec ce que je suis et ce que je peux, et je ne prétends pas être exempt de toute attitude de fuite.

Desjardins posait des questions comme Payeur et demandait de simples lettres de motivation, et par la suite, il s'est mis à regarder les gens longuement dans les yeux en silence en lisant tout à l'intérieur pour transmettre un message essentiel par le coeur... ce qui ressemble à ce que fait Amma...
Oui je crois qu'une personne comme Amma n'a besoin de poser aucune question, elle sait... c'est tout. Elle échappe à toutes les règles.
Les règles ne sont utiles qu'aux personnes qui ne sont pas pleinement réalisées, et il est important, même en ce cas, d'y apporter une certaine souplesse, comme tu le soulignes.

J'estime beaucoup Payeur, et son enseignement chrétien est une pure merveille, mais je ne le place pas au niveau de réalisation d'Amma.


Loryan a écrit:C'est comme si cela résumait la problématique de tous les êtres concernant l'amour sexué.
"J'ai personne et quelqu'un me manque"
"j'ai quelqu'un mais ça ne va pas comme je voudrais"
Oui en définitive je crois que ce n'est pas un problème de sexe, de couple ou autre.
C'est pourquoi ce manque, cette insatisfaction permanente ne peut ni se résoudre par le couple, ni par l'abstinence.
Et en même temps elle peut se résoudre en nous, dans la situation où nous sommes, quelle qu'elle soit : en ayant une vie sexuelle ou pas.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Greenman le Mer 1 Fév 2012 - 21:30

Oui, Ananie, je ne parlais pas pour toi mais en général, bien sûr.
Et moi même, si je devais retirer la part de théorie dans mes posts, il ne resterait pas grand chose, snif... clown

Tu écris une superbe conclusion :

"C'est pourquoi ce manque, cette insatisfaction permanente ne peut ni se résoudre par le couple, ni par l'abstinence.
Et en même temps elle peut se résoudre en nous, dans la situation où nous sommes, quelle qu'elle soit : en ayant une vie sexuelle ou pas."
cheers

Il faut que je lise ce Payeur, j'en entend souvent parler ici alors que je n'ai même jamais vu un bouquin de lui.

Hello


_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Jeu 2 Fév 2012 - 9:01

Greenman a écrit:Il faut que je lise ce Payeur, j'en entend souvent parler ici alors que je n'ai même jamais vu un bouquin de lui.
Mieux vaut commander des conférences en mp3 que de le lire : il y a beaucoup plus de choses en audio. C'est avant tout un conférencier.
Voir ici pour le lien avec le site sur lequel on peut commander :
http://www.forumspirituel.fr/t51-charles-rafael-payeur?highlight=payeur

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Aliséa le Ven 3 Fév 2012 - 19:12

ananie a écrit:Merci pour ce post.
J'ai particulièrement noté ce qui suit car cela me semble une clé importante :
Greenman a écrit:il fallait juste être capable de tout avant de parvenir à cette fusion, sexualité et absence de sexualité
C'est valable pour la sexualité et pour tout un tas d'autres choses.
A mon sens si on choisit une vie avec sexualité parce que le célibat est pour nous un échec où nous sommes malheureux, je crois que l'on s'égare.
Et si l'on choisit une vie sans sexualité parce que la vie de couple a été pour nous un échec (parce que l'on n'arrivait pas à y être heureux, ou parce que l'on ne savait pas gérer son attachement...), alors je crois aussi que l'on s'égare.

A mon sens la réalisation spirituelle implique de pouvoir être heureux en toutes situations. Célibat ou vie de couple.
Mais bon... en attendant d'être réalisé, c'est normal de ne pas toujours y arriver à être heureux.

Ce que je veux dire c'est qu'un détachement de quelque chose dans quoi on a échoué n'est pas un détachement. C'est une fuite.

Je me souviens de quelque chose que dit Charles Rafaël Payeur :
il y a parfois des personnes qui veulent rejoindre leur communauté spirituelle. Ils arrivent en disant : "je suis prêt à tout quitter pour vivre avec vous et entrer dans une démarche spirituelle". Alors on leur demande : "qu'avez vous ? avez vous réussit votre vie de couple ? votre vie professionnelle ? votre vie sexuelle ? avez vous des amis ?" Si la réponse à toutes ces questions est "non" alors l'entrée dans la communauté est fermée à ces personnes... car elles ne quittent rien mais fuient l'échec de leur vie.

De même pour la sexualité : il ne faut pas, à mon avis, se penser évolué parce que l'on est capable de vivre sans sexualité, ou parce que l'on est capable de vivre avec une vie sexuelle.
Car très souvent nous nous trouvons pleins de justifications, mais en réalité, là où nous en sommes, c'est plus facile pour nous, et l'autre vie nous poserait plus de difficultés.
Ce n'est pas un problème : mieux vaut avancer avec ce que nous sommes, là où nous sommes, mais à mon sens, il faut toujours reconnaître ses faiblesses afin de les travailler dans le chemin qui est le notre.

Car si nous ne nous voilons pas la face, les problèmes d'une vie sans sexualité surgiront au sein même de notre vie de couple ; et les problèmes d'une vie avec sexualité surgirons aussi dans une vie de célibat.
Car les problématiques sont en nous, pas dans les situations extérieures.


Pas facile pour moi de m'exprimer sur ce sujet et sur un forum mais Ananie j'avais juste envie de te mettre ces smileys

Sage Love
avatar
Aliséa

Messages : 66
Date d'inscription : 21/12/2011
Féminin Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Nouraya le Sam 4 Fév 2012 - 4:01

Il me semble que nous demeurerons insatisfaits tant que nous cherchons l’absolu dans le relatif et tant que nous exigeons du relatif d’être ou de devenir un absolu. Nous entretenons ainsi notre sentiment d’exil, de séparation et de manque, car dès que nous nous fixons un but, il devient hors de nous, nous le projetons et nous projetons vers lui. La dualité s’installe ainsi et éloigne le sentiment d’union, d’unité et de fusion en attendant la réalisation, ce qui me pousse à me demander ce qu’est la réalisation ? j’irai plus loin, un être réalisé est-il parfait ? Ou bien nous le considérons ainsi car nous l’assimilons à l’absolu qui nous dépasse, dans ce cas, et auquel nous tendons ?
S’il est parfait, il serait inutile de chercher à s’identifier à lui car nous nourririons ainsi notre manque, mais s’il est imparfait ou sur la voie de la perfection, nous le sommes tous dans ce cas et ce serait à chacun de nous de suivre sa propre voie, de rester à l’écoute de ce qui peut apaiser ses sens et sa quête de sens.

Le poète soufi Rumi, considérait sa fusion amoureuse sexuelle avec le bien aimé comme un avant-gout de sa fusion avec le divin, alors que st François d’assise sublimait son amour et son désir envers Clara, qui d’entre eux deux était le plus heureux ou le plus proche de la réalisation ? Celui qui s’est adonné à ses sens ou celui qui a sacrifié ses sens pour le Sens ? Pourtant tous les deux étaient les Héraults de l’Amour et ont nourrit l’énergie d’amour dans l’univers.

J’ai l’impression que chaque être est unique, a son propre rythme, ses propres besoins, ses propres cycles qui changent selon l’Age, les expériences, la pratique et les stimulations extérieures. Plus la pratique est régulière et intense, plus nous devenons plein et présent à la Présence, et moins nous ressentirons un manque à combler ou une insatisfaction.
Bonne journée Rose
avatar
Nouraya

Messages : 165
Date d'inscription : 24/11/2011
Féminin Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par domi35 le Sam 4 Fév 2012 - 9:10

Bonjour coeur

"Tout est rencontre, union, fusion, création, fécondité, et vie" aussi bien pour la création d'un Univers, que pour la création de la vie dans son ensemble... c'est l'harmonie céleste, une symphonie parfaite



Rose
avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par ananie le Sam 4 Fév 2012 - 12:56

Nouraya a écrit:Il me semble que nous demeurerons insatisfaits tant que nous cherchons l’absolu dans le relatif et tant que nous exigeons du relatif d’être ou de devenir un absolu.
Complètement d'accord avec ça.
J'ai l'impression que c'est cela la clé du problème.
Que ce soit pour la sexualité ou autre chose : on cherche l'amour de Dieu dans des objets extérieurs alors qu'il se trouve en nous.
Ainsi on demande à notre conjoint de nous aimer comme Dieu aime. On demande aussi que notre sexualité ou notre abstinence nous comble comme Dieu nous comblerait.
Mais c'est impossible, rien ni personne ne peut répondre à cette demande, à part Dieu en nous. A moins que la chose ou la personne en question éveille véritablement Dieu en nous.

Et merci Aliséa et Domi.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritualité et sexualité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum