Le jugement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jugement

Message par ananie le Mar 14 Fév 2012 - 9:11

Je crois que si le jugement signifie ''discerner ce qui est juste de ce qui ne l'est pas'' (définition du mot jugement), alors il faut se juger et juger les autres.

Beaucoup évitent de se juger ou de juger les autres parce qu'ils ne sont pas capable d'aimer tout en voyant quelque chose qui n'est pas juste.
Or c'est ça le véritable amour : aimer tout en voyant ce qui n'est pas juste. Aimer, sans condition aucune.

Mais c'est vrai que le mot jugement n'est pas utilisé en ce sens dans les milieux spirituels.
D'ailleurs je n'ai toujours pas de définition claire de ce mot dans le langage spirituel. Est ce que ça serait un synonyme de ''rejet'', ou de ''ne pas aimer'' ? Pourquoi en ce cas mettre le mot de ''jugement'' là dessus ?

Le mot jugement parle de discernement, d'esprit critique. Ce sont d'excellentes qualités qui font souvent défaut dans de nombreuses démarches spirituelles.
On a diabolisé ce mot, et il a perdu tout son sens je trouve.


EDIT :
En fait en regardant dans le dictionnaire, je me rend compte que le mot jugement peut avoir deux sens différents :
- Evaluation, perspicacité.
- Et sentence.

Dans le milieu spirituel, il est en fait utilisé selon la deuxième définition.

Mais il y a souvent une confusion : j'entends souvent des personnes dire à une autre ''ne me juge pas'', alors que la personne en question est en train d'exprimer une critique (parfois constructive) et pas une sentence.
D'autres disent sans cesse ''je ne juge pas'', mais parce qu'il ne veulent pas se positionner face aux autres par peur du conflit.

Ce ''ne pas juger'' est un peu trop souvent utilisé à mon goût avec un motivation de peur de ne pas être aimé ou de peur du conflit.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Lydie le Mar 14 Fév 2012 - 10:45

C'est certain, du moment qu'on dit notre ressenti, du moment que ça ne va pas dans les sens de l'autre, cette personne pense qu'on la juge. En fait, ça n'a rien avoir souvent. Et ce n'est pas parce qu'on n'a pas les mêmes ressentis qu'on ne peut pas aimer, apprécier une autre personne. Et ce n'est pas parce qu'on aime quelqu'un qu'il faut tout accepter. Tu en avais parlé dans un autre topic d'ailleurs.

Dans la tête de beaucoup de personnes c'est effectivement une confusion et malheureusement ça envenime des situations dans lesquelles au départ il n'y avait pas matière à fouetter un chat Very Happy

avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 11:42

Sur un plan basico-basique, je crois que beaucoup d'entre nous réagissent en négatif vis à vis du jugement parce que le jugement dans un sens "aliéné" (c'est à dire une critique qui n'est pas constructive, mais qui est un dénigrement ou une projection personnelle sur l'autre) a très largement cours, et notamment dans notre éducation.
Je crois que dans l'enfance, on "subit" de nombreux jugements, qui sont loin d'être ce que tu expliques Ananie, car ils ne sont ni dans le discernement, ni dans l'observation de ce qui est juste ou pas.

Pour ma part, je réagis mal au "jugement", dans le sens lorsque je le ressens comme une ingérence et le fait que la personne pense à ma place.
En gros lorsque quelqu'un me dit "tu es comme ci, tu es comme ça" en m'assénant une soi disant vérité sur moi, et que je sens derrière qu'en réalité la personne ne fait que projeter sa perception sur moi, c'est à dire en fait qu'elle parle "à ma place", ne me laissant pas la liberté d'exprimer mon propre vécu.
Je ressens personnellement du "jugement" dans un sens pénible et inapproprié quand il n'y a pas de réelle écoute, et aussi quand la personne ne sait pas dire "je".

Parce qu'avant de parler des autres, il faut déjà savoir parler de soi.
Avant de dire "tu es comme ci", il faut déjà savoir soi-même se regarder dans le miroir, et dire je ressens cela, je pense cela, ceci est ma réalité, je l'assume en tant que telle.

Or, nombre de gens disent volontiers "tu" avant de savoir dire "je".

C'est la bonne vieille histoire de regarder la poutre qu'on a dans son oeil avant de regarder la paille chez le voisin (ou un truc dans ce genre Laughing je suis pas spécialiste des paroles bibliques... ).

C'est très rare les personnes qui savent juger au sens le plus "noble" et pur du terme, c'est à dire user de discernement et de perspicacité, dans une critique constructive et honnête.

Et puis j'en reviens à ce que je dis toujours - je radote Laughing - mais je crois quand même que poser des questions pour mettre en évidence quelque chose à quelqu'un est toujours plus ouvert et respectueux de l'autre que de lui asséner des affirmations, fussent-elles constructives et justes.

Après tout, c'est à chaque de faire son examen de conscience.

Donc on peut poser des questions, mettre en évidence des choses chez l'autre si cela semble approprié et qu'il souhaite aussi en recevoir (car à quelqu'un qui n'a rien demandé je vois pas trop pourquoi on irait lui dire ses "quatre vérités" comme ça de but en blanc), mais l'évaluation de soi-même, de sa propre avancée, l'objectivité sur soi, c'est de la responsabilité de chacun.

Si par ailleurs, une personne a un comportement pénible ou qui nous fait du mal, une attitude agressive ou autre, on a toujours plusieurs manières d'exprimer et de se positionner.
On peut dire "tu est vraiment désagréable" (ce qui induit en plus une confusion, parce qu'on parle d'un état de la personne à un moment donné, mais dans une phrase qui peut laisser entendre que la personne est tout le temps comme ça, que l'on juge non pas son attitude ponctuelle mais la personne dans son entier) ;
ou bien dire quelque chose comme "je n'apprécie pas la manière dont tu me parles".

Après si la personne prend comme un jugement la deuxième phrase, cela lui appartient aussi.
Mais au moins on s'est positionné honnêtement, en parlant de soi avant de parler de l'autre.
C'est à dire qu'on a pris sa propre responsabilité dans la situation.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 11:50

PS : pour prendre un exemple concret, Lydie, par rapport à ce que tu m'as écrit hier, "j'ai l'impression que tu te mets des carcans etc..."
J'ai pu recevoir tranquillement cette phrase parce que tu as dit "je", "j'ai l'impression que", ce qui laisse sous entendre que tu exprimes ce que tu sens, mais pas que tu l'imposes.
Libre à moi d'en faire ce que je veux.

Mais si tu m'avais dit "tu te mets vraiment dans des carcans"... comme ça de but en blanc, ben que ma réaction soit purement "affective" ou pas, de toute façon ce qui est quasiment certain me connaissant c'est que la première chose que je me serais dit c'est "mais elle est qui pour me définir comme ça ce que je fais, et la manière dont je vis mon chemin intérieur ?"

Le "Je" change tout.
Parce que cela montre que la personne en face est consciente d'elle-même et honnête dans son propos.

Pour moi, quand on émets quelque chose, on peut aussi cristalliser de l'énergie.
Et notamment quand on dit "tu es comme ci ou ça", "tu fais ci ou ça".
Or cristalliser quelque chose chez l'autre, ça ne l'aide pas, et ça ne le rend pas plus libre pour s'exprimer et évoluer.
Peut-être que là ça rejoint le côté "sentence" de la définition du mot jugement.
Qui coupe complètement tout échange possible.

Après, pour ce qui me concerne, j'ai été jugée énormément, et pas de manière positive, donc il est certain que ça a laissé des empreintes en moi qui réagissent encore.
J'ai tellement eu la sensation pendant des années que des tas de gens autour de moi prétendaient savoir mieux que moi qui j'étais, qu'aujourd'hui, j'apprécie pas beaucoup qu'on vienne m'expliquer sentencieusement ce que je suis, ce que je fais etc...
C'est peut-être de la fierté mal placée, mais je pense que la personne la mieux placée pour parler de soi, c'est soi-même.
Une personne extérieure peut éclairer le point de vue, de façon complémentaire, mais cela suppose d'avoir déjà écouté et laissé l'autre s'exprimer librement.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Lydie le Mar 14 Fév 2012 - 12:21

maïna a écrit:
Pour moi, quand on émets quelque chose, on peut aussi cristalliser de l'énergie.

Ce qu'on pense est une énergie, ce qu'on verbalise aussi, le pourquoi il faut faire attention à ce que l'on dit. Je pense pareil.
Ca n'empêche pas que parfois il y a des dérapages, on est humains. Mais le tout est d'y faire attention.

Lance Coeurs

avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par ananie le Mar 14 Fév 2012 - 12:35

Oui c'est juste ce que tu dis Maïna.

Il y a aussi des déséquilibres de ce côté là.

Il y en a dans les deux sens en fait : certains profitent aussi de ce "tu me juges" pour ne jamais se remettre en question et écraser les autres sans que l'on n'ait rien le droit de leur dire.

Sur le parler en disant "je", je suis bien d'accord.
D'ailleurs il me semble que c'est ce que je fais de manière générale, comme ici sur le forum.
Mais dans certains cas, le "tu" est aussi approprié pour poser des limites.
En fait c'est valable avec les personnes qui sont incapables d'empathie (et il y en a vraiment beaucoup), et qui n'ont aucune considération pour ce qu'elles font subir à l'autre. Et dans ces cas là, parler en disant "je" n'est d'aucune utilité, et il me semble que le "tu" devient nécessaire.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 13:12

Arf, oui avec les personnes incapables d'empathie, le "je" ne sert à rien parce qu'elles n'écoutent pas.
Personnellement, j'essaye quand même de rester centrée dans le "je".
Par contre si au bout d'un moment la personne vraiment continue et dépasse les bornes, alors que j'ai exprimé plein de fois les limites, ben ça se termine par un dernier "Je" -> "j'ai dit tout ce que j'avais à dire, je ne me sens pas entendue ni respectée, et je ne souhaite pas continuer de cette manière donc... au revoir. "

En fait, c'est peut-être très personnel hein... mais je considère que si la personne par son absence d'empathie et sa résistance a réussi à me faire sortir de mon "éthique", de mon centrage, que je me retrouve à lui dire "tu" alors que ça ne correspond pas à mon souhait et ma vision dans la communication, c'est que de toute façon y'a un bug, parce que avec cette personne je ne peux pas vivre ce que je souhaite vivre dans des relations.
Donc je préfère laisser tomber, et m'éloigner.

En gros, s'il y a pas de place pour le Je dans une relation avec quelqu'un parce que la personne s'en fout de ce que je ressens et qu'elle ne sait pas non plus parler en son nom à elle, ben je vois pas ce que j'ai à vivre et à partager avec elle....

Après, si j'ai pas le choix que d'être en relation avec cette personne - par des circonstances auxquelles je ne peux pas "échapper", je vais m'arranger pour limiter au maximum les interactions, et revenir à une communication très "froide", de type impersonnel, sans plus du tout m'occuper de ce que l'autre veut, ou pense.
En gros, d'une manière ou d'une autre, au bout d'un moment, je zappe.
Intérieurement ou extérieurement, ou les deux.



Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 13:14

Lydie a écrit:
maïna a écrit:
Pour moi, quand on émets quelque chose, on peut aussi cristalliser de l'énergie.

Ce qu'on pense est une énergie, ce qu'on verbalise aussi, le pourquoi il faut faire attention à ce que l'on dit. Je pense pareil.
Ca n'empêche pas que parfois il y a des dérapages, on est humains. Mais le tout est d'y faire attention.

Lance Coeurs


Oui bien sur on peut déraper... encore heureux Very Happy
Je crois que de toute manière, on peut très bien reconnaître chez quelqu'un quand c'est simplement un "dérapage", ou que c'est un comportement récurrent que la personne ne veut pas remettre en question...

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Lydie le Mar 14 Fév 2012 - 13:21

maïna a écrit:

En gros, s'il y a pas de place pour le Je dans une relation avec quelqu'un parce que la personne s'en fout de ce que je ressens et qu'elle ne sait pas non plus parler en son nom à elle, ben je vois pas ce que j'ai à vivre et à partager avec elle....

Je dirais même que c'est la conséquence un peu de ça

ananie a écrit:En fait c'est valable avec les personnes qui sont incapables d'empathie (et il y en a vraiment beaucoup), et qui n'ont aucune considération pour ce qu'elles font subir à l'autre. Et dans ces cas là, parler en disant "je" n'est d'aucune utilité, et il me semble que le "tu" devient nécessaire.

Je me rend compte dans vos échanges qu'effectivement, je suis plus dans le "je" et le "tu" viens lorsqu'en face il y a un "mur". Parfois le "tu" peux permettre de faire réagir plus efficacement la personne si elle est bornée pour passer après dans une discussion avec le "je" Very Happy
avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 13:31

J'essaye pour ma part de n'utiliser le "tu", si je ne peux pas faire autrement, que pour poser des faits concrets et objectifs.
"Tu n'as pas fait la vaisselle", c'est pas un jugement négatif, c'est un constat, point.

Ca m'arrive évidemment de déraper, mais c'est disons mon "but", ce que j'essaye d'atteindre, ne plus renvoyer vers l'autre aucune affirmation sur lui-même qui puisse être subjective.

Il m'arrive aussi d'utiliser le "tu", ou de manière plus globale tous les pronoms qui concernent l'autre (ton, ta, te...), pour rendre quelque chose à quelqu'un.
"Tu as dit - écrit ceci précisément, cela ne m'appartient pas, c'est ta vision et je te la rends".

Mais en général je fais ça surtout quand je pose des actes symboliques quand je dois vraiment me libérer de quelque chose, une projection qu'on a faite sur moi, en la redonnant explicitement à la personne concernée.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 13:33

En fait c'est un peu "idiot" ou un résidu de mon vécu je ne sais pas, mais quand j'entends quelqu'un qui me parle avec une rafale de "tu tu tu tu tu", j'ai l'impression d'entendre une mitraillette Laughing

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 14:09

Quelques observations qui me viennent aussi sur le jugement pour compléter le post initial :

-> évaluer, juger, discerner, suppose un système de référence. On juge toujours, même de manière saine, par rapport à quelque chose.
Donc je crois qu'on ne peut véritablement juger dans le bon sens du terme, y compris soi-même, que quand est pleinement conscient de ce par rapport à quoi on juge = son référentiel interne.
Si le référentiel est perverti d'une manière ou d'une autre -> c'est à dire inconscient en partie, que nos jugements sont donc pilotés par d'anciennes croyances, d'anciennes émotions, alors il sera de toute manière biaisé. Donc risquera de faire plus de mal que de bien.

-> autre chose : je pense que des personnes qui réagissent très mal et ont l'impression qu'on les juge tout le temps, ben c'est que elles-mêmes même inconsciemment se jugent et se flagellent tout le temps mentalement. Donc quand elles disent "tu me juges", pour le coup, elles font aussi une belle projection sur l'autre de leur propre réalité interne.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Bruno C. le Mar 14 Fév 2012 - 17:48

J'ai reçu beaucoup de jugements, dans le sens "sentence", dans ma jeunesse, notamment, venant de mon père (et aussi un peu de ma mère) et l'entourage (école etc). "Tu n'es qu'un intello"', "tu ne sais pas te servir de mes mains", "tu ne fais pas assez ceci ou cela". "Tu es moche"... Ou à l'inverse, il pouvait y avoir des jugements excessivement positifs. Mais au-delà de la famille, le quotidien et toutes les relations sont remplies de jugements qui, à la base, expriment peut-être la peur de l'autre et une façon de l'éliminer symboliquement. Ce type de jugement, empêche la rencontre; ferme toute relation.
Je fonctionne aussi comme ça encore régulièrement et ne suis pas exempt de commérages par exemple. La logique du bouc émissaire est très présente je trouve dans les groupes sociaux. Il y a une sorte de jouissance à casser l'autre. J'en ai été victime et, hélas, il m'est arrivé de le reproduire pour d'autres. Je pense que c'est un vrai combat spirituel que d'être en vérité avec l'autre, de commencer par l'écouter, et de lui dire par exemple "ce que tu me dis ou ce que tu fais a cet écho là en moi". Le sophrologue avec qui je travaille, qui s'inspire de Carl Rogers parle d'un "non jugement de principe", pour d'abord accueillir l'autre ou s'accueillir soi-même, puis ensuite discuter à partir de l'écho que produit une conversation chez lui. Cela ne l'empêche pas de me dire quand il pense que je suis loin de ma nature et des mes valeurs.
avatar
Bruno C.

Messages : 56
Date d'inscription : 26/12/2011
Masculin Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Hermann le Mar 14 Fév 2012 - 20:25

Excellent, ça répond à une question que je me posais hier.
Je me demandais si repérer, même sans le chercher, les failles et dysfonctionnements, qu'elles soient extérieures, chez les autres ou chez soi, était juger.
Si on n'en tient pas compte, si on ne blesse pas ou ne rejette pas la personne, voire si on s'en sert pour apprendre à la connaitre, est-ce que c'est juger ?

Je suis content qu'émerge cette distinction fondamentale entre esprit critique.discernement, et sentence (verdict, condamnation).

De toute façon, parfois, à force de ne pas juger, et d'ériger ça en principe absolu, on juge le jugement, on condamne les personnes qui jugent.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par ananie le Mar 14 Fév 2012 - 20:45

Maina a écrit:Arf, oui avec les personnes incapables d'empathie, le "je" ne sert à rien parce qu'elles n'écoutent pas.
Personnellement, j'essaye quand même de rester centrée dans le "je".
Par contre si au bout d'un moment la personne vraiment continue et dépasse les bornes, alors que j'ai exprimé plein de fois les limites, ben ça se termine par un dernier "Je" -> "j'ai dit tout ce que j'avais à dire, je ne me sens pas entendue ni respectée, et je ne souhaite pas continuer de cette manière donc... au revoir. "
Pour ma part, j'ai un peu trop tendance à faire preuve de patience vis à vis des gens irrespectueux.
Mais commencé à apprendre dernièrement, que parfois, rentrer dedans en disant "tu" et en étant un peu virulent, était ce qui était le meilleur pour l'autre, et la seule chose qu'il pouvait entendre. Car s'en aller ne lui permet pas de se libérer et d'avancer.
Mais cela demande de savoir très bien maitriser le "je" d'abord, de dire des choses très justes, et de ne pas être emporté par sa colère, mais de s'en servir.

Beaucoup de grands êtres réalisés utilisent parfois le "tu" de manière très bénéfique.

En définitive, je crois qu'il n'y a pas de recette. Tout ce qui compte c'est d'être soi-même harmonisé : si on n'est harmonisé, quoi que l'on fasse, se sera bénéfique, et si on ne l'est pas, quoi que l'on fasse, cela ne donnera pas grand chose de bon.


Dans ce dont tu parles Bruno, il me semble que c'est une position un peu particulière, car un thérapeute n'est pas un proche (ami, famille) de son client. Il n'est donc pas impliqué de la même façon avec son client qu'avec ses proches. Et pareil pour le client : même s'il éprouve pas mal de chose vis à vis du thérapeute, il n'a pas avec lui le même rapport qu'avec ses proches.


Hermann a écrit:Je me demandais si repérer, même sans le chercher, les failles et dysfonctionnements, qu'elles soient extérieures, chez les autres ou chez soi, était juger.
Pour rejoindre mon idée de "l'important c'est d'être harmonisé", je dirais que là aussi il n'y a pas de recette.
Le principal c'est surtout de se demander : "pourquoi je cherche la faille et le dysfonctionnement chez l'autre ?". Il y a toujours une ou des causes à ça, et quand on les aura trouvées et travaillé dessus, le reste suivra.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Hermann le Mar 14 Fév 2012 - 21:06

ananie a écrit:
Hermann a écrit:Je me demandais si repérer, même sans le chercher, les failles et dysfonctionnements, qu'elles soient extérieures, chez les autres ou chez soi, était juger.
Pour rejoindre mon idée de "l'important c'est d'être harmonisé", je dirais que là aussi il n'y a pas de recette.
Le principal c'est surtout de se demander : "pourquoi je cherche la faille et le dysfonctionnement chez l'autre ?". Il y a toujours une ou des causes à ça, et quand on les aura trouvées et travaillé dessus, le reste suivra.
Oui, tout à fait.
Ceci dit j'ai bien précisé "même sans le chercher". En tous cas pas consciemment, pas volontairement. Parfois ça saute aux yeux malgré nous. Ce qui n'est pas forcément agréable d'ailleurs.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mar 14 Fév 2012 - 21:16

Ananie a écrit:Mais commencé à apprendre dernièrement, que parfois, rentrer dedans en disant "tu" et en étant un peu virulent, était ce qui était le meilleur pour l'autre, et la seule chose qu'il pouvait entendre. Car s'en aller ne lui permet pas de se libérer et d'avancer.

... là je crois que tu es bien plus altruiste que moi Very Happy
Quand quelqu'un me pompe et ne me respecte pas pendant un certain temps et ce malgré ce que j'ai pu dire pour poser les limites, je t'avoue que je me soucie pas spécialement de le "faire avancer", je commence par me préserver moi...

Après, je pense aussi que ça dépend des gens à qui on a à faire.
Je veux dire que certaines personnes aiment le conflit, elles s'en nourrissent en fait, et je crois même qu'inconsciemment elles le provoquent pour qu'on leur file de l'énergie (quitte à ce que ça soit de la colère, peu importe, ça les nourrit), donc plus on va se mettre en colère contre elles, plus elles sont contentes à un certain niveau.
Donc avec des gens comme ça, je crois que quand on leur "rentre dedans" ben en fait on alimente leur moulin au final.

Hermann a écrit:Je me demandais si repérer, même sans le chercher, les failles et dysfonctionnements, qu'elles soient extérieures, chez les autres ou chez soi, était juger.

Pour moi cela rejoint ce que je voulais évoquer plus haut, la notion de référentiel sur lequel on se base pour repérer ce qu'on appelle les "failles".
Une faille n'en est une que par rapport à un système de référence.
Dans un autre système, ça n'en sera pas une.
Donc là... tout est très relatif, c'est pour ça que je suis très très prudente avec le jugement pour ce qui me concerne, fut-il "positif", "objectif", ou ce qu'on veut, ça n'en reste pas moins une évaluation vraiment très relative d'une certaine réalité.

Si on est dans un dialogue avec l'autre, et que l'on partage grosso modo le même "système de valeurs", comme c'est le cas sur ce forum par exemple, on peut s'apporter des "jugements" -> dans le sens discernement, parce que l'on pratique un système de référence relativement proche, malgré nos différences de chemin.

Mais si tu essayes d'appliquer ton système de référence (par exemple : spirituel, la recherche de soi, de l'évolution etc...) à quelqu'un qui est pas du tout là-dedans, ben au mieux ça ne sert à rien du tout et c'est complètement à côté de la plaque, au pire ça le "déconsidère" pour pas grand chose à mon avis.

J'ai vécu ce truc avec mon père, arrivé à un moment où mon discernement me disait que à certains endroits y'avait des grosses failles de comportement, de personnalité, des gouffres même.
Mais ça c'est ma vision, avec ma réalité personnelle, lui il vit sa réalité selon ses critères, et d'ailleurs j'ai pu me rendre compte qu'inversement pour lui mes critères à moi étaient aberrants -> en sens inverse lui considère que moi j'ai plein de failles Laughing
C'est un cercle sans fin, qui a "raison" ? qui a "tort" ? franchement y'a des fois je pense tout simplement que certains système de pensée et de description du monde ne peuvent tout simplement pas communiquer, à part un peu comme deux étrangers qui se rencontrent et qui font connaissance en se demandant "et toi alors, c'est comment dans ton pays ? ta culture c'est comment ?"

Ce qui est important pour nous ne l'est pas forcément pour l'autre.

Et en nous-même, je crois que le plus important c'est de savoir mettre en relation nos aspirations, nos souhaits profonds, et ce que nous manifestons réellement.
Voir s'il y a un décalage, et là oui peut s'exercer le discernement je crois.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Hermann le Mar 14 Fév 2012 - 21:31

maïna a écrit:
Hermann a écrit:Je me demandais si repérer, même sans le chercher, les failles et dysfonctionnements, qu'elles soient extérieures, chez les autres ou chez soi, était juger.
Si on est dans un dialogue avec l'autre, et que l'on partage grosso modo le même "système de valeurs", comme c'est le cas sur ce forum par exemple, on peut s'apporter des "jugements" -> dans le sens discernement, parce que l'on pratique un système de référence relativement proche, malgré nos différences de chemin.

Mais si tu essayes d'appliquer ton système de référence (par exemple : spirituel, la recherche de soi, de l'évolution etc...) à quelqu'un qui est pas du tout là-dedans, ben au mieux ça ne sert à rien du tout et c'est complètement à côté de la plaque, au pire ça le "déconsidère" pour pas grand chose à mon avis.
Oui oui, je suis bien d'accord, j'ai remarqué en effet. Laughing
Mais bon, moins facile de maîtriser ses pensées que ses paroles.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par ananie le Mar 14 Fév 2012 - 21:45

Maina a écrit:je t'avoue que je me soucie pas spécialement de le "faire avancer", je commence par me préserver moi...
Je crois que ça va ensemble.
Si on écoute la vie en soi, elle fera ce qui est juste pour nous préserver et faire avancer l'autre.
Car si on écoute ce qui est juste pour soi, la lumière en soi, cela éveille nécessairement la lumière chez l'autre.
Ensuite soit il l'accepte et change, soit il ne l'accepte pas et fuit.

J'ai vécu ce truc avec mon père, arrivé à un moment où mon discernement me disait que à certains endroits y'avait des grosses failles de comportement, de personnalité, des gouffres même.
Mais ça c'est ma vision, avec ma réalité personnelle, lui il vit sa réalité selon ses critères, et d'ailleurs j'ai pu me rendre compte qu'inversement pour lui mes critères à moi étaient aberrants -> en sens inverse lui considère que moi j'ai plein de failles Laughing
C'est un cercle sans fin, qui a "raison" ? qui a "tort" ?
Je crois que c'est important dans certains cas de voir les failles de l'autre, surtout s'il nous pollue, et d'oser se dire qu'il a vraiment un problème
Pour cela il faut une référence juste.
Si la référence est en soi-même, dans son pouvoir personnel (pour employer un terme chamanique), évidement personne n'a raison ou tord, puisque l'on se situe au niveau du relatif et que là, il n'y a pas de vérité.
Mais à un autre niveau, il y a une vérité absolue et transcendante, qu'il inclue son propre bien et celui de l'autre.
Pour cela je crois qu'il faut se relier à quelque chose de pur et de transcendant, en dehors de notre moi.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Sophie le Mer 15 Fév 2012 - 15:52

Je suis en partie d'accord, mais cela me semble délicat dans certaines situations, on ne sait pas toujours finalement ce qui est transcendant, ce qui ne l'est pas...

Enfin j'essayerai de préciser ma pensée là-dessus mais je perçois que dans certains cas, on peut pas vraiment savoir finalement.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par ananie le Mer 15 Fév 2012 - 20:20

Je crois qu'il y a des cas, où il est absolument nécessaire de savoir, de mettre en soi-même les choses au clair.
En particulier lorsqu'il y a un malaise ou un conflit récurent.

Car le fait de ne pas voir clairement ce qui est juste laisse les choses en suspend il me semble.
Comme une question, un doute qui dérange, qui empêche de trouver la paix.
Dans la relation avec l'autre, mais aussi et surtout en nous.

Et on peut se demander pourquoi on les laisse en suspend. Si ça ne nous arrange pas quelque part.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jugement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum