Le don

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le don

Message par Sophie le Mar 28 Fév 2012 - 14:34

Donner signifie offrir sans contrepartie.
Du moins sans contrepartie que l'on détermine, ou que l'on demande explicitement.

Après sur un plan subtil, l'énergie circule, et donner implique recevoir, donc ce qui n'est pas "rétribué" d'une certaine manière visible, l'est d'une autre manière. Cela peut être des prises de conscience, quelque chose qui nous revient pour notre évolution personnelle...

Lorsque l'on donne beaucoup, il ne faut donc pas s'étonner de recevoir beaucoup, et parfois même d'une manière que l'on peut avoir de la difficulté à "gérer" (trop plein d'énergie qui nous revient, et nous pousse encore plus à travailler sur nous et à nous transformer).

On ne peut pas toujours savoir je crois, lorsque l'on donne quelque chose en toute sincérité, s'il y a une attente inconsciente existant en nous.
Cela peut être l'attente d'une reconnaissance, d'une valorisation, d'un remerciement.

Généralement on se rend compte de ça quand ce que l'on attendait inconsciemment ne vient pas, cela peut alors faire remonter des émotions, qui sont le révélateur qu'il y a quelque chose à éclairer en nous.

Par exemple si l'on a donné de l'aide à un ami à un moment, étant convaincu à cet instant-là - consciemment - que l'on donnait sans rien attendre en retour. Et puis plus tard survient une situation où l'on demande soi-même de l'aide à cet ami, et là la personne ne peut pas, ou ne veut pas.
Si l'on ressent à ce moment-là une frustration ou que l'on ne peut pas accepter ce non de la part de l'autre, avec des pensées du genre "ben mince, quand il a eu besoin de moi, j'étais là pour lui moi...", cela peut montrer que l'on a crû donner sincèrement sans rien attendre, mais qu'en fait nous avions une attente inconsciente : que cette personne nous rende la pareille un prochain jour.

Bon c'est un exemple basique, il peut y avoir différents types d'attentes inconscientes cachées dans l'acte de donner.

Ca ne doit pas nous empêcher de donner, au contraire, même si nous avons des motifs égotiques ou inconscients dessous, ils se révèleront en temps utile, et cela nous permettra d'évoluer.

En cela par exemple, on peut dire dans l'exemple ci-dessus, que nous avons quand même reçu quelque chose mais sous une forme que nous n'attendions pas : nous recevons un non, et que ce "non" nous soit agréable ou désagréable à entendre, c'est de toute manière un retour que nous pouvons saisir pour comprendre des choses sur soi.

Je crois que l'on peut aussi vivre des situations "intermédiaires", dans lesquelles on donne à la fois sans attendre, tout en étant conscient que notre ego attend quand même quelque chose en retour.
C'est à dire agir dans l'énergie du don, tout en étant pleinement conscient qu'une part de nous n'y adhère pas totalement à cet instant, mais que ça n'est pas grave, ça ne nous empêche pas d'agir selon notre aspiration la plus élevée : celle d'apprendre à donner sans attendre rien en échange.

Et cela aussi peut nous faire évoluer, je crois même que ces situations sont les plus propices à évoluer, parce que cela dissout une part de l'ego, de savoir qu'il est présent, que l'on attend quelque chose, mais d'agir quand même dans une aspiration plus élevée.
Je crois que cela dissout une part de l'illusion de l'ego justement.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par samadhi le Mar 28 Fév 2012 - 16:21

le don est la clé a tout, tout est don. Gratuité" du latin gratuitus,latin gratia, gratia est synonyme de grâce. En théologie, la gratuité désigne le caractère libre et entier du don de la grâce et du salut offert par Dieu.

On nomme grâce, en théologie, une disposition de faveur divine. Elle a aussi le sens de pardon, affection, amour et bienveillance. la gratuité est en rapport direct avec le "Charisme" du grec χαρισμα qui est le "Don".

Le don est transmis sous l'archétype de l' Esprit-Saint, il est avant tout un don de Dieu, le don "d'amour". Ce don inclut tous les autres don quand l'ouverture du cœur se fait, ils sont le « don de prophétie », « don de foi », « don de paroles de sagesse », « don de paroles de connaissance », « don de discernement spirituel », « don de guérison », « don de miracle » et le dernier, qui est le « don d'interprétation du parler en langues » ou glossolalie ( le pratiquant reçoit le don de prier à haute voix dans une langue étrangère qu'il ne connaît). de plus, tout cela se trouve et se traverse en soi, par la réparation, grâce au "pardon".

la racine "par", de pardonner, vient du latin "per", qui veut dire, "tout", "totalité", "globalité".
comme dans le mot "parfait" qui veut dire "faire total", "faire complet" . ainsi, se pardonner veut dire, se donner le tout, la totalité, la globalité.

il s'agit donc d'un geste envers soi même, par lequel nous nous fessons "complet" horizontalement.
nous nous accordons le tout qui a aussi, une dimension spirituelle et magique dans sa dimension verticale.

la connaissance de soi et du monde, est symbolisé par une "rose de connaissance alchimique", qui se trouve au centre de la croix de vie. le sens du pardon , et le non jugement et donc la première marche de son escalier de paix, qui même au "cœur de soi même". la ou des mystères transcendant supérieur (ésotérisme), s'aligne sur la réalités intelligente inférieur (exotérisme), "l'axe " de la croix et le point d’équilibre alchimique.

la boucle et bouclé.

la paix sur vos marches du devenir par vos chemins de croix, puissiez vous devenir le bâtisseur de l'escalier magique qui mène au temple extatique qui se trouve profondément caché dans le centre du cœur.

sunny sunny sunny

avatar
samadhi

Messages : 25
Date d'inscription : 06/01/2012
Masculin Age : 52

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 9:29

Dans toutes les civilisations, même les plus spirituelles, le don est toujours accompagné du contre-don. Comme le potlatch chez les Amérindiens, bien connu des anthropologues.
Cela signifie qu'un don est toujours accompagné d'un retour, et que celui-ci est souvent (voire toujours) attendu, même si ce n'est pas formulé (car cela va de soi). Il s'agit d'un système.

Le don me semble être la matérialisation d'une pensée, d'une intention, sous forme de parole (invitation, compliment) ou d'acte (bien matériel, service), en faveur de quelqu'un d'autre, qui lui est bénéfique. Mais comme la parole est énergie, l'énergie circule toujours, elle ne va jamais à sens unique pour rester bloquée quelque part.

Donc je me demande pourquoi on parle de don gratuit, et d'acte désintéressé. Est-ce possible dans l'absolu ?
Au-delà des belles paroles, je ne le pense pas, puisque le donateur en retire toujours un bénéfice. Déjà, donner, c'est se mettre en position avantageuse par rapport à celui qui reçoit, sauf bien sûr si ce don résulte d'une contrainte ou d'une demande. Mais s'il est fait spontanément, . C'est pourquoi il est parfois difficile de recevoir, d'accepter un don. D'une part pour ne pas se sentir en situation d’infériorité par rapport au donateur, d'autre part pour ne pas se sentir obligé d'effectuer une contrepartie.

En effet, le don a à voir avec l'amour, mais aussi avec le pouvoir (dans des proportions très variables). J'avais créé un topic au sujet du pouvoir :
http://www.forumspirituel.fr/t137-le-pouvoir?highlight=pouvoir
La question de la contrepartie est d'ailleurs très subtile : donner autant qu'on a reçu ? Plus ? Moins ? Quand ? Sous quelle forme ?

En tous cas il me semble difficile de ne rien recevoir en échange d'un don, ne serai--ce que parce que l'univers est formé d'énergie et que cette énergie circule. Même un être réalisé reçoit en retour, et n'est donc pas dans le don gratuit. Peut-être alors la gratuité ne se situe-t-elle pas dans une absence de retour, mais dans une absence d'attente d'un retour.
Pourtant, il me semble qu'il y a là un paradoxe. Si un être réalisé est pleinement conscient de tout, il sait qu'il aura un retour. Certes, il ne fait pas ce geste dans l'espoir d'un retour, mais il sait quand même que son geste ne sera pas sans effet pour lui-même.
Même sans aucune contrepartie matérielle ou autre, il recevra, selon ses croyances, du karma positif, des grâces, plus de chance d'accéder au Paradis, etc.

Donc je pense que le don ne consiste pas vraiment à donner de l'énergie (sous quelque forme que ce soit), mais à la transformer (et déjà, à la faire circuler).
Cela me semble rejoindre ce passage du post de Maïna :
maïna a écrit:Après sur un plan subtil, l'énergie circule, et donner implique recevoir, donc ce qui n'est pas "rétribué" d'une certaine manière visible, l'est d'une autre manière.
Au Moyen Age, tout seigneur faisait des dons aux monastères et autres établissements ecclésiastiques (et donc aux saints par leur intermédiaire), en terres, revenus, etc. C'était une pratique normale. Ils ne demandaient rien en échange, et ne recevaient rien de matériel, mais recevaient toujours une récompense spirituelle (outre une récompense symbolique augmentant leur pouvoir et leur prestige) : les moines priaient pour eux, pour le salut de leur âme, pas seulement celle du donateur, mais de sa famille, et surtout de ses ancêtres et de ses descendants, donc de toute sa lignée.
Donc il ne s'agissait ni d'un don pur, gratuit et désintéressé, ni d'un don appelant un contre-don, mais d'une transformation. L'énergie matérialisée, issue de la Terre, s'en retournait au Ciel.

Ne me demandez pas où je veux en venir, je n'en sais rien moi-même. lol!
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 9:30

(suite au prochain post)


Dernière édition par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 13:40, édité 1 fois
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 9:32

« De même que l’eau éteint le feu, ainsi l’aumône efface le pêché » (Ecclésiastique, III, 33). Et là on dirait qu'il ne s'agit pas seulement d'une transformation, mais aussi d'une purification, de la même façon qu'on travaille à se libérer de ce qui nous pèse. Puisque le don consiste avant tout à se dessaisir de quelque chose.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Sophie le Mer 29 Fév 2012 - 11:01

Ben en tout cas tu l'as posté trois fois ton message Very Happy Very Happy

Sinon, en fait je trouve que c'est assez clair où tu en arrives, le fait que le don est une transformation, et cela me parle complètement.

J'explique un peu rapidement pourquoi j'ai mis ce post : c'est suite à une réflexion que j'ai eue sur la lecture du Tarot bénévole que j'ai beaucoup pratiquée sur un forum, depuis environ trois ans, et suite à ma lecture d'un article sur un site de tarologue où il parle du rapport à l'argent.
Je vais citer le passage ça sera plus simple :


Pour que les choses soient saines (naturelles) il faut qu'il y ait un échange.
Le tarot gratuit, sans échange, dans une démarche d'esprit véritablement altruiste peut être en tout cas très efficace, pour peu que le fond de l'acte suive une démarche claire et non machiavélique.
L'absence d'échange n'existe pas car la nature régule tout. Seulement la manière dont elle régule n'est pas forcément intelligible par les acteurs d'un "don". C'est pour cela qu'il est préférable de faire un retour, d'une manière ou d'une autre, au niveau de ses possibilité sincères.
L'absence de transaction peut-être aussi dangereux par manque de compensation : le tarologue n'a peut être pas la ressource à évacuer les énergies reçues par le consultant. Ces énergies ne sont pas seulement des angoisses, mal-être et ambiances, mais tout le contexte qui, même positif, elles envahissent le tarologue.
Le fait de payer, crée une alchimie subtile (mécanisme psychique diront certains) qui libère et assainit la situation pour tout le monde, le consultant aussi !

Voici la source : http://www.azimutconcept.com/tarot/s_tarot.htm

Et quand j'ai lu ça je me suis dit "wow wow wow, depuis trois ans que je lis le tarot abondamment de façon bénévole, je n'avais pas vraiment pris cette donnée en compte....".

Ajouté à ça une discussion avec Greenman à propos de la Charité, qui pousse à évoluer, parce qu'on se prend le retour en quelque sorte de la lumière et de l'intention qu'on émet en se plaçant dans cette optique de donner.

Donc bref, tout ça m'a interrogée sur la notion de don.
Et j'y pense sur plein de niveaux différents, plein de domaines.
Que ça soit le don matériel, le don spirituel, le don humanitaire en allant carrément jusqu'aux gens qui dédient leur vie entière à cela........

Par rapport à ce que tu dis Hermann ici :
En tous cas il me semble difficile de ne rien recevoir en échange d'un don, ne serait-ce que parce que l'univers est formé d'énergie et que cette énergie circule. Même un être réalisé reçoit en retour, et n'est donc pas dans le don gratuit. Peut-être alors la gratuité ne se situe-t-elle pas dans une absence de retour, mais dans une absence d'attente d'un retour.

Ca rejoint ce que je disais un peu plus haut, que l'on reçoit de toute façon quelque chose mais que le truc se situe dans le fait de ne pas attendre de manière égotique ce retour.
Ou alors de l'attendre mais en pleine conscience.

Plus globalement ce que je retire de tout ça, c'est que ben comme d'hab, le vrai problème vient de quand on se ment à soi-même.
En se disant "mais non je n'attends rien..." alors que l'on attend quelque chose, ou bien alors que l'on sait de toute manière qu'il y aura un retour énergétique.

Je pense en effet qu'un être réalisé sait comment circule l'énergie, donc il ne prétendra pas qu'il ne reçoit rien en retour. Mais par contre, comme tu le dis, il ne va pas chercher à contrôler la forme de ce retour sous forme de reconnaissance ou de remerciement ou autre. Il va probablement laisser faire, en acceptant ce que Dieu lui renvoie.

Et puis pour finir, c'est très bien qu'il y ait ce retour énergétique Very Happy C'est ce qui permet de continuer à donner Very Happy
Parce que sinon on se "viderait" sans jamais se remplir et on n'aurait plus rien à donner.
Alors que là, plus on donne gratuitement, plus on est nourri, et cela permet à la fois de se guérir soi-même et aussi de continuer à pouvoir donner.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 11:17

Ah oui pardon, j'ai fait une fausse manip'. Laughing
Comme on ne peut pas supprimer un post, je crois que je vais devoir effacer le texte et écrire une connerie à la place...
A moins qu'Ananie supprime le doublon ? Merci.

Oui, tout à fait, ça rejoint ce que tu disais.

Et je suis d'accord que le vrai problème n'est pas d'attendre quelque chose en retour (ce qui est inévitable et même souhaitable), mais de (se) faire croire qu'on n'attend rien en retour, ce qui conduit inévitablement à la manipulation sous une forme ou une autre.
Et, oui, c'est intéressant et ça me parait important cette notion de contrôle que tu évoques (qui rejoint d'ailleurs la problématique du pouvoir).
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Sophie le Mer 29 Fév 2012 - 15:33

Pour rebondir sur la notion de contrôle que tu évoques, il me semble en fait que c'est quand on refuse en partie le don qui nous est fait que l'on donne pouvoir à l'autre.
Quand une part de nous n'est pas d'accord avec le fait de recevoir ce don, alors là oui, il y a un lien énergétique qui se crée d'une manière inappropriée.
Soit parce que l'on prête à l'autre certaines intentions, et du coup on a l'impression qu'on est redevable de quelque chose ; soit parce que l'on ne comprend pas que l'on n'a rien à "redonner" puisque de toute façon une circulation d'énergie se fera, donc on peut laisser faire la vie et accueillir ce don.

Savoir recevoir pleinement je crois que c'est aussi difficile que savoir donner pleinement Laughing

Apprendre à ne pas être gêné de recevoir, accueillir l'autre dans ce qu'il veut donner, je crois que cela aussi ça se "travaille" ou ça se "cultive" disons en soi.

Je crois que dans les relations, c'est un beau cadeau que l'on fait à quelqu'un aussi de recevoir ce qu'il donne à un instant T, car il n'y a pas de hasard non plus, ni pour lui, ni pour soi-même, si cet "échange" a lieu.

Parfois je me dis que cette histoire de recevoir est liée en partie à la phrase de la Bible, "tendre l'autre joue".
Je ne sais pas ce que peuvent en dire les chrétiens, et plus érudits que moi sur la bible, mais moi je ressens ça comme ça.
Tendre l'autre joue, c'est reconnaître que l'autre a donné quelque chose, et même si c'est une baffe, bon ben ok, c'est ça que tu as donné là maintenant.
Je le reçois pleinement, même si ça fait me mal.
Et je "tends l'autre joue" parce que là tu as donné ça, mais tu peux aussi donner autre chose, peut-être que la fois prochaine, ça sera autre chose.

Pour en revenir à l'histoire du don, étant donné qu'il y a cette circulation d'énergie, je crois du coup que quand on donne, on apprend en même temps à recevoir.
Et parfois c'est ce qui peut coincer, quand on est dans une logique consciente de vouloir donner, donner, donner, on envisage pas toujours l'autre aspect, le fait de recevoir.
C'est ce qui fait par exemple que certaines personnes veulent bien donner beaucoup, mais refusent aux autres la joie de pouvoir à leur tour leur donner quelque chose.
Et là je crois que l'ego lié au don peut se développer, dans le sens être trop fier de donner tout le temps, et ne pas savoir être assez ouvert et humble pour recevoir de la part de l'autre.

On peut aussi s'enfermer dans le rôle de celui qui donne tout le temps.
(et là si ce que je dis sent le vécu, c'est parce que ça en est ! Laughing )

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 15:51

maïna a écrit:Pour rebondir sur la notion de contrôle que tu évoques, il me semble en fait que c'est quand on refuse en partie le don qui nous est fait que l'on donne pouvoir à l'autre.
Quand une part de nous n'est pas d'accord avec le fait de recevoir ce don, alors là oui, il y a un lien énergétique qui se crée d'une manière inappropriée.
Soit parce que l'on prête à l'autre certaines intentions, et du coup on a l'impression qu'on est redevable de quelque chose ; soit parce que l'on ne comprend pas que l'on n'a rien à "redonner" puisque de toute façon une circulation d'énergie se fera, donc on peut laisser faire la vie et accueillir ce don.

Savoir recevoir pleinement je crois que c'est aussi difficile que savoir donner pleinement Laughing
Je suis complètement d'accord, et c'est parfois difficile à vivre, au quotidien, quant on est confronté à des gens qui ne veulent pas recevoir, à cause de peurs infondées. Ca peut même être presque une forme de violence.

maïna a écrit:Parfois je me dis que cette histoire de recevoir est liée en partie à la phrase de la Bible, "tendre l'autre joue".
Je ne sais pas ce que peuvent en dire les chrétiens, et plus érudits que moi sur la bible, mais moi je ressens ça comme ça.
Tendre l'autre joue, c'est reconnaître que l'autre a donné quelque chose, et même si c'est une baffe, bon ben ok, c'est ça que tu as donné là maintenant.
Je le reçois pleinement, même si ça fait me mal.
Et je "tends l'autre joue" parce que là tu as donné ça, mais tu peux aussi donner autre chose, peut-être que la fois prochaine, ça sera autre chose.
Oui, justement, tout à l'heure je pensais à ça : la violence est une forme de don, parait-il. Après tout, la violence entraîne elle aussi une contrepartie. Et on dit "donner un coup" par exemple.

En tous cas don et violence ne vont pas l'un sans l'autre.
Si je reprends mon exemple des nobles et des moines au Moyen Age, un historien avait employé l'expression, pour qualifier l'attitude des premiers envers les seconds : "offrir et ravir". D'un côté les seigneurs donnaient des biens aux églises, d'un autre côté ils attaquaient leurs terres et leurs paysans. Et ce qu'ils prenaient était même parfois précisément les biens qu'ils avaient donné ! Il y avait entre les guerriers et les moines des conflits qui pouvaient durer des siècles, passant d'une génération à une autre, jalonnés de dons, de contestations de dons, de confirmation de dons, de litiges, d'arbitrages, de réconciliations, de trahisons, d'escarmouches, etc. Pour les deux parties, c'était un jeu indispensable à la perpétuation de leur pouvoir et à l'entretien de la relation entre eux. Sans ces dons et sans ces violences, la mémoire du lien originel se perd, la relation devient distante voire s'oublie.
C'est un peu comme les cadeaux et les disputes dans un couple. Laughing
La violence consiste donc soit à donner (mais en négatif), soit à prendre.
Ces deux types d'action, don et violence, font partie d'un même et unique système d'échange, de circulation...
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Hermann le Mer 29 Fév 2012 - 16:08

maïna a écrit:Pour en revenir à l'histoire du don, étant donné qu'il y a cette circulation d'énergie, je crois du coup que quand on donne, on apprend en même temps à recevoir.
Et parfois c'est ce qui peut coincer, quand on est dans une logique consciente de vouloir donner, donner, donner, on envisage pas toujours l'autre aspect, le fait de recevoir.
C'est ce qui fait par exemple que certaines personnes veulent bien donner beaucoup, mais refusent aux autres la joie de pouvoir à leur tour leur donner quelque chose.
Et là je crois que l'ego lié au don peut se développer, dans le sens être trop fier de donner tout le temps, et ne pas savoir être assez ouvert et humble pour recevoir de la part de l'autre.
Oui, c'est une question d'équilibre, ce qui confirme que le don gratuit et à sens unique n'est pas si pertinent que ça, alors qu'il est mis en avant car pétri de bons sentiments...
Je pense que si on ne sait pas recevoir, c'est qu'on ne sait pas donner non plus, du moins de manière juste, qu'on ne donne pas pour de bonnes raisons.
Et c'est vrai que refuser de recevoir, refuser un don fait de bon coeur (même si ce don cache des attentes inconscientes), qu'il soit un cadeau, un service, un encouragement, un compliment, etc., prive effectivement d'une joie et peut même faire mal, faire l'autre se sentir impuissant voire rejeté, donc c'est presque une forme de violence (involontaire ou non).

Oui, fier de donner tout le temps, sans recevoir, parce que donner offre une position avantageuse, presque un pouvoir sur l'autre.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 46
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le don

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum