Le travail sur la colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le travail sur la colère

Message par Sophie le Mar 8 Nov 2011 - 1:25

C'est un sujet sur lequel j'aimerais partager mon vécu parce que j'ai été et peux être encore parfois ce qu'on appelle "colérique", ce qui peut prendre plein de degrés différents de la simple irritabilité à la fureur.

On parle souvent des émotions, qu'il faut les laisser sortir etc... mais je pense que chaque émotion a une tonalité particulière et des caractéristiques particulières.
La colère notamment pour moi, de mon expérience en tout cas, n'est pas une émotion première, c'est une émotion seconde, c'est à dire la réaction à une autre émotion, qui est intervenue "avant" ou "en amont", même si cet avant est une fraction de seconde avant, un temps imperceptible.

La colère à mon sens est la réaction interne qui consiste à rejeter quelque chose, une émotion, une blessure, une souffrance, une peur, quelque chose qui pour une raison x ou y nous met en "danger" (le danger est une notion très subjective, donc danger à comprendre dans le sens de notre monde intérieur, selon ses paramètres et notre vécu).

C'est donc une énergie qui projette, ou qui cherche à projeter hors de soi. D'ailleurs quand on est en colère on dit souvent qu'on est "hors de soi".

C'est la raison à mon sens pour laquelle notamment on a besoin que la colère se déverse sur quelque chose ou quelqu'un, qu'elle trouve une direction, car intrinsèquement la colère est une énergie en mouvement, qui doit trouver une direction.
A défaut que ça soit à l'extérieur, on la retourne contre soi-même.

On ne peut pas "travailler la colère" en tant que tel, j'ai essayé longtemps, et si l'on ne va pas chercher l'émotion ou les émotions sources auxquelles la colère est une simple réaction, tout le travail qu'on peut faire ne va rien changer dans le fond.
On contrôlera peut-être mieux sa colère, ou la manière dont on l'exprime, mais c'est tout. Elle sera toujours susceptible de se réveiller.

Ceci est pour ce qui concerne le fait d'avoir de la colère "permanente" disons, de façon latente, en rapport avec des choses du passé non guéries.

Après pour ce qui est du "réflexe de la colère", il est pour moi lié à un refoulement, même imperceptible. Lorsque l'on a tendance à se mettre en colère facilement, c'est parce que quand il advient quelque chose, qui nous touche, nous refoulons, et rejetons ce que nous ressentons. La colère est le résultat de ce mouvement interne instinctif qui consiste à essayer de projeter hors de soi ce dont on ne veut pas.
Aussi pour petit à petit que ce réflexe de la colère s'en aille, il me semble que la qualité à développer et le travail à faire est l'écoute de soi-même et de ses ressentis et émotions, et l'acceptation qui va avec.

Pour ce qui me concerne, j'ai pu expérimenter pas mal de configurations, je ne dis pas que ça soit exhaustif, ce sont des exemples / pistes :
-> colère pour rejeter hors de soi la responsabilité de quelque chose, ce que l'on cherche à rejeter c'est pas la responsabilité en tant que telle alors, c'est le sentiment que cela nous crée de se reconnaître responsable, par exemple de la honte, ou du remords, ou de la tristesse, ou autre...
-> colère pour rejeter hors de soi de la peur ; ce mécanisme-là s'apparente beaucoup à un truc type "mécanisme de survie", c'est à dire que la peur peut tétaniser, pour ne pas être tétanisé, on invoque le mouvement colère, qui va nous permettre de bouger, d'avancer.
-> colère pour expulser de soi de la souffrance, ne pas la ressentir, parce que ça fait trop mal....
etc etc....

Je pense qu'il peut y avoir plusieurs sources d'une colère latente permanente, mais en général y'en a pas non plus des milliers, je veux dire qu'en général il y a des points principaux, des "noeuds énergétiques" particuliers.

Pour les identifier, on peut s'appuyer sur des points de repère, par exemple quel type de situation a tendance à nous mettre en colère direct, et systématiquement.
Ou quelle personne produit le même effet (ou type de personne).

Et ce qui est le plus important aussi, c'est tant qu'on n'a pas nettoyé complètement les racines de sa colère, d'apprendre en parallèle de ce travail à la "vider" ou l'extérioriser autrement que sur les autres.
C'est facile à dire, moins facile à faire, tant la colère peut être une énergie puissante qui pousse à l'intérieur de soi et qui est pas évidente à maîtriser.

Dernier point : il y a un frein dans le travail sur la colère, c'est l'ego, et la sensation de pouvoir que donne cette émotion. Il peut y avoir un phénomène d'addiction à cette sensation de pouvoir et de puissance.

Personnellement, le point de passage le plus délicat que j'ai eu à traverser a été d'abandonner le "goût" à la colère, car cette énergie avait été un moteur de tout mon cheminement jusqu'à un certain point, et même si c'était de manière inconsciente.
En gros, j'avais besoin de ma colère pour avancer, elle me portait.
Mais évidemment quand je suis arrivée au stade où cette même colère est devenue une réelle entrave à mon chemin, il a fallu faire un choix.
Ce qui sous-entendait aussi trouver un autre moteur.

Dernier dernier point, pratique et "technique", lorsque l'on cherche à évacuer de la colère : rechercher la forme animale.
Bien sûr, on peut taper, crier etc...
Mais parfois, quand la colère est plus viscérale, quelque chose n'est pas satisfait dans un processus encore trop humain.
On peut donc aller chercher l'énergie de l'animal, ça pourra sembler "ridicule" ou difficile à vivre pour l'image de soi si on est trop accroché à notre "station debout" bien humaine... Laughing mais se mettre à quatre pattes, et non plus crier comme un humain, mais grogner et rugir comme un animal. Rentrer dans la peau de l'animal, celui qui nous parle le plus à ce moment-là. (bon en général c'est pas un oustiti hein... quand on est bien énervé, on a plutôt tendance à jouer le lion ou le tigre je crois...)
Ceci peut d'ailleurs amener une dimension de "jeu", tout en se libérant de quelque chose, c'est à dire dédramatiser l'affaire, la rendre moins sérieuse, et donc déjà aussi s'en détacher et s'alléger.

Ca touche aussi le fait que parfois, on essaye d'exprimer de la colère de façon humaine, même avec des mots, or ça n'a pas toujours de sens.
Parfois la seule chose qui veut sortir c'est un rugissement, et c'est alors la seule vérité en soi de cette colère. Elle ne nécessite alors aucun mot, aucune explication, rien du tout, seulement se laisser gronder et rugir...

Voilà...
Je voulais partager ça, parce que j'ai fait un long chemin là-dessus, il n'est certes pas terminé mais j'en ai tiré pas mal d'enseignements pratiques, et j'ai à coeur de les partager, notamment parce que je sais ce que c'est d'avoir l'impression de pas réussir à s'en sortir de la colère, et l'enfermement qu'on peut ressentir à être ce qu'on appelle "colérique", c'est une vraie souffrance en fait, parce qu'il arrive des moments où on se trouve à blesser des gens, à se blesser soi-même, à avoir parfaitement conscience des dégâts qu'on fait, et à se sentir impuissant à les éviter, quand on est dépassé par ce qu'on ressent.




Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par ananie le Mar 8 Nov 2011 - 6:26

A mon sens la colère est effectivement souvent une émotion seconde, qui sert à ne pas sentir une peur ou une peine plus profonde, qui cache quelque chose qui est refoulé.

Mais pas toujours.
Car la colère bien ajustée est aussi une force d'affirmation, qui sert à poser des limites, à dire stop à quelqu'un qui nous agresse ou nous manipule.
Pour dire à quelqu'un que ce qu'il fait n'est pas juste avec fermeté, il faut savoir écouter sa colère et la canaliser.

Mais il ne faut pas confondre violence et colère.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 7:43

Exactement.
Ça m'est souvent arrivé d'être en colère (mais souvent en la refoulant, un bouillonnement intérieur) alors qu'au fond c'était de la douleur ou de la peur.

Inversement, il m'est arrivé de me mettre en colère dans le second cas que tu cites, notamment récemment. Remember.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par ananie le Mar 8 Nov 2011 - 8:49

Hermann a écrit:Inversement, il m'est arrivé de me mettre en colère dans le second cas que tu cites, notamment récemment. Remember.
J'me remember très bien.
Dans ton cas là colère nécessitait une expression assez forte, mais parfois elle peut s'exprimer de manière totalement non violente.

Genre tu dois parler devant une assemblée et tout le monde s'en fout, parle dans son coin... Là tu cries un "hooooo ! s'il vous plait ! un peu d'attention !!!". Il y a quelque chose de très ferme là dedans, mais pas du tout agressif non plus.

Dans le bouddhisme tibétain on dit que toutes les émotions perturbatrices sont en fait des sagesses mal canalisées.
La colère par exemple contient la sagesse de la clarté, c'est à dire du discernement.
Je vais essayer de faire un sujet là dessus très bientôt.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 8:57

Oui, absolument, j'en suis bien conscient, question aussi de contexte et de circonstances.

Excellente idée que ce sujet !
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Sophie le Mar 8 Nov 2011 - 9:10

Ah oui... ça doit être une question de filtres des mots.
Ce dont vous parlez, moi j'appelle pas ça de la colère...
C'est peut-être - entre autres - parce que j'ai tellement vécu la colère vraiment agressive (dans un sens comme dans l'autre, reçue et envoyée), que la force d'affirmation positive, je la perçois pas du tout pareil, pour moi c'est carrément pas la même énergie.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Sophie le Mar 8 Nov 2011 - 9:16

En fait pour compléter mon propos, ce que je veux dire c'est qu'intérieurement, je ressens pas du tout le même "mouvement" que la colère.
Quand je suis dans une force d'affirmation positive, je me sens en énergie plutôt de terre grosso modo, un truc très ferme, tranquille, posé, et puis c'est comme ça (et sous entendu si l'autre est pas content ben c'est pareil). Genre je suis un roc.

La colère je la sens comme une énergie feu.
Et si je rentre là-dedans pour m'affirmer, oui bien sur ça va fonctionner, mais ça sera pas positif du tout parce qu'au passage je crame l'autre. Et puis ça ne fait que s'autoalimenter.

En fait je crois que la colère et le feu m'ont tellement "bouffée" à une époque, que même aujourd'hui trouver de l'affirmation là-dedans, j'ai plus envie.
Et quand j'y suis "obligée", parce qu'il m'arrive quand même de pas avoir le choix, je le vis assez mal en général, et c'est parce que la personne en face de moi a vraiment dépassé les bornes.



Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Agyness le Mar 8 Nov 2011 - 9:18

Après une lecture rapide, il faut savoir que la colère marche la plupart du temps avec la tristesse.
Ces deux émotions sont corrélées. L'une masque l'autre le temps que l'autre s'exprime. Généralement, la colère est la première à s'exprimer, mais ce n'est pas une vérité.

Et puis, la colère a plusieurs tonalités selon le sentiment qui la génère : l'injustice d'une situation vécue, l'incompréhension d'une autre, l'opposition d'opinions fondamentales ou à des valeurs incontournables (et subjectives).

Lorsque la colère se tourne sur un sujet-objet, c'est que ce sujet-objet est une surface de projection possible de cette colère, on n'en veut pas à la Terre entière, on retourne sa colère contre une personne qui évoque ce sentiment, même de loin, mais ce n'est pas forcément la bonne personne, d'où l'importance de prendre un temps de recul où on se pose immédiatement la question : "Que me dit ma colère ?" ou " Que m'évoque cette personne qui m'inspire la colère ?" ou "Que m'évoque cette situation qui m'inspire la colère ?"
Je ne dis pas que c'est facile, je dis que c'est ce qu'il faudrait idéalement faire.
et cela vaut pour tous les sentiments.
Car toutes les relations sont transférentielles, sont le fait de projections.
Ainsi quand je suis amoureuse, j'aime quelque chose chez une personne qui me renvoie à quelque chose de moi, c'est pourquoi je ne suis pas amoureuse de tout le monde (je parle du cas des normalement-névrosés).

Enfin pour se qui est de l'expression de la colère, je suis assez d'accord sur le fait qu'elle doit s'exprimer. Mais comme ce sentiment s'inscrit dans un registre social (on n'est pas en colère dans le vide pour faire joli aujourd'hui par exemple), il doit être canalisé le mieux possible.
Et je vous garantis que ce n'est pas évident, en tous cas pour moi Rouleau

Rose

avatar
Agyness

Messages : 299
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 51
Localisation : In my heart

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Sophie le Mar 8 Nov 2011 - 9:26

Après une lecture rapide, il faut savoir que la colère marche la plupart du temps avec la tristesse.

Perso sous ma colère j'ai souvent trouvé de la peur, voire de l'angoisse, et aussi de la honte. Mais quasiment jamais pour ainsi dire de la tristesse.

Je pense que de façon générale, la colère masque quelque chose, et que la nature de ce quelque chose qu'on a refoulé est liée à ce qu'on est capable d'accepter chez soi.
C'est pourquoi pour moi il n'y avait pas de tristesse sous mes colères, parce que j'ai pas de problème à ressentir la tristesse, donc je la refoule pas et je ne crée pas de colère pour la masquer.
En revanche, la peur était un truc insupportable pour moi à ressentir, donc elle a généré de la colère pour la masquer, de même que la honte.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 9:33

maïna a écrit:En fait pour compléter mon propos, ce que je veux dire c'est qu'intérieurement, je ressens pas du tout le même "mouvement" que la colère.
Quand je suis dans une force d'affirmation positive, je me sens en énergie plutôt de terre grosso modo, un truc très ferme, tranquille, posé, et puis c'est comme ça (et sous entendu si l'autre est pas content ben c'est pareil). Genre je suis un roc.

La colère je la sens comme une énergie feu.
Et si je rentre là-dedans pour m'affirmer, oui bien sur ça va fonctionner, mais ça sera pas positif du tout parce qu'au passage je crame l'autre. Et puis ça ne fait que s'autoalimenter.

Ah oui, bien vu ta comparaison avec les éléments.

Pour ma part, si je repense à l'incident auquel je faisais allusion, je dirais qu'il y avait du feu, mais aussi de la terre. Il y avait une forme de violence, une énergie destructrice (menaçante, plutôt), mais aussi une stabilité, une assurance, et ça n'a pas cramé l'autre et surtout ça ne s'est pas auto-alimenté.
Donc j'en conclue que je dois travailler encore plus mon ancrage à la terre. Merci donc Maïna.
Pourtant je bosse pas mal là-dessus depuis quelques mois, mais je ne vois guère de résultats. Pourtant j'aime bien m'asseoir sur une énorme tourmaline noire que j'ai.
Faut dire aussi que je pars de loin. Je suis plutôt du genre à planer. Et si je regarde la situation en question, il y avait quand même une présence de l'élément terre, même si insuffisante. Je pense qu'avant ça aurait été air (fuite) ou feu (colère qui n'en finit pas) dans ce genre de situation. Donc j'ai dû quand même faire quelques progrès.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par air le Mar 8 Nov 2011 - 9:55

Hermann a écrit:Je pense qu'avant ça aurait été air (fuite) [...].

Hey oh ! lol!
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 48
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 9:59

Hahahaha ! En plus j'y ai pensé !
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Marie le Mar 8 Nov 2011 - 10:28

Pour se brancher sur la terre, on n'y pense pas toujours, mais il y a les végétaux et notamment les arbres.
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 10:34

Oui, exactement. Justement depuis une petite année je vais souvent me promener en pleine nature au Jardin du Luxembourg ou au Jardin des Plantes, mais j'évite quand même d'enlacer un arbre, je me contente de les toucher, je ne voudrais pas être arrêté pour outrage aux bonnes moeurs sur la voie publique. Laughing
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Marie le Mar 8 Nov 2011 - 11:20

Idem. J'en ai même choisis quelques uns . Cel Very Happy a et puis une respiration centrée sur la verticalité et le hara, en marchant.( tant pis pour le "bide")
Pour en revenir à la colère, pour ma part, elle me terrorise très vite chez certaines personnes, et outre mon histoire enfantine, je pense que j'ai aussi peur de ma propre violence si je me mettais en colère; Mais le savoir m'aide peu et je ne vois pas trop comment purifier et libérer cette émotion là.
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Hermann le Mar 8 Nov 2011 - 11:45

Marie a écrit:Pour en revenir à la colère, pour ma part, elle me terrorise très vite chez certaines personnes, et outre mon histoire enfantine, je pense que j'ai aussi peur de ma propre violence si je me mettais en colère; Mais le savoir m'aide peu et je ne vois pas trop comment purifier et libérer cette émotion là.

Tout pareil pour moi.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Lydie le Mar 8 Nov 2011 - 14:52

J'ai été rarement en colère, de la vrai colère, contrariée oui mais la grosse colère c'est rare. J'arrive à faire la différence chez moi entre les contrariétés et les colères ainsi que les différentes nuances.

Le peu que je m'en souviens chez moi ça se présente d'une manière type colère froide, je n'explose pas mais je suis capable d'aller à des extrêmes qui hors colère me font froid dans le dos et d'une lucidité incroyable. Je n'aimerai pas me rencontrer en colère Very Happy

La dernière fois que j'ai eu une grosse colère c'était lorsqu'un ex a essayé de me gifler, on était à la cuisine, j'ai vu son geste, j'ai pris un couteau. Il a arrêté vite fait, je pense pas tellement à cause du couteau mais de mon attitude, froide, lucide et prête à aller jusqu'au bout.

J'ai pratiqué jeune les arts martiaux (taekwondo et aikido) peut-être que c'est grâce à ça que je reste dans la maîtrise ou tout simplement par mon caractère. Mais après, j'ai eu peur de moi même, car je sais que je serai aller jusqu'au bout et le pire sans remords.

Au final, il ne s'est rien passé car il a baissé sa main puis il est parti définitivement car je lui ai signifié son congé Very Happy

Je suis capricorne ascendant poisson, si on prend les références de Maïna, le feu aurait été étouffé par mon côté terre alors. Mais à l'interieur, après coup, c'était l'implosion.


Dernière édition par Lydie le Mar 8 Nov 2011 - 14:55, édité 1 fois
avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Lydie le Mar 8 Nov 2011 - 14:53

Lydie a écrit: a supprimer stp fausse manip.
avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par ananie le Mar 8 Nov 2011 - 15:15

Pour le sujet sur la nature de sagesse des émotions perturbatrices voir ici :
http://www.forumspirituel.fr/t36-les-5-poisons-et-5-sagesses#392

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le travail sur la colère

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum