L'écoute

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'écoute

Message par Sophie le Mer 4 Avr 2012 - 11:27

Que signifie écouter ?

Ecouter quelqu'un est une démarche particulière, que l'on fait parfois sans réfléchir spécialement, parce que ça nous est naturel, ou parce que ce que dit la personne nous captive et que ça fait taire notre mental.

Mais écouter signifie et "comporte" plusieurs "choses".

Dans écouter, il y a recevoir.
Ce qui ne veut pas forcément dire : être d'accord avec.

Recevoir c'est à dire entendre ce qui émane de l'autre, c'est cela qu'il dit, pas autre chose, recevoir est une énergie réceptive, qui ne déforme pas ce que l'on reçoit, qui le reconnaît comme tel, sans le changer.

Si je prends une image concrète, si je reçois un cadeau, qui est un livre, je reçois un livre, pas une place de cinéma.
Oui d'accord, c'est "bête" ce que je dis Laughing
Sauf que dans la communication, parfois on reçoit un "livre" et on déforme ça en "place de cinéma", parce qu'on ne voit pas correctement ce qui nous est envoyé, ou que notre vision intérieure le déforme.

Donc écouter c'est recevoir l'expression de la réalité de l'autre, qu'il exprime à ce moment-là.

C'est ce qui permet de pouvoir écouter sans être forcément d'accord.
Si je reçois ce que dit l'autre comme sa réalité, je peux me positionner avec ma propre réalité par rapport à cela.
Alors que si je "fusionne" avec l'autre, je perds tout discernement entre ce qu'il dit et ce que moi je pense ou ressens.

Ecouter, recevoir, et on peut ajouter accueillir.
Accueillir ça signifie donner de la place.
Comme on accueille quelqu'un chez soi, on le fait entrer, on l'invite à s'asseoir, on lui fait une place.

Donc écouter signifie se mettre en retrait pour donner place à l'autre, ce qui ne veut pas dire cesser d'exister soi-même.

J'existe à côté de l'autre, puisque je l'écoute ! si je l'écoute c'est bien qu'il y a quelqu'un pour écouter.
Simplement je lui laisse occuper l'espace de parole, je ne parle pas, je suis présent et existant sans occuper l'espace de parole.

Ecouter c'est être comme une coupe vide.
Si l'on est une coupe, on n'est pas "rien", on existe toujours, et l'on reçoit dans le creux de cette coupe ce que dépose l'autre.

Ce que je vais faire après de ce que j'ai reçu, cela dépend : de moi, de ce qui a été émis, de la "tonalité" ou du contexte de l'écoute.
Si je suis dans un cadre thérapeutique où j'écoute quelqu'un qui travaille sur lui et que j'accompagne dans cette démarche, c'est différent de si je suis avec des amis en train d'échanger des points de vue et des opinions.

Ce que l'on fait parfois dans l'écoute, c'est reformuler.
Cela permet à l'autre de voir qu'il a été entendu et compris, ou pas compris, auquel cas il peut préciser sa parole, réexpliquer, pour que le message passe bien, et que ce qui est reçu corresponde à ce qui est émis.

Sachant que ce que l'on reçoit n'est pas seulement lié au sens des mots, mais aussi à l'attitude de la personne, à ce qu'elle communique par la gestuelle, l'énergie dans laquelle elle est, les émotions qu'elle dit ou ne dit pas mais qui sont là en elles.

En principe, notre "coupe" est donc vide pour recevoir, et aussi étanche, je veux dire par là que l'eau qui s'y dépose, ne vient pas réveiller notre propre émotionnel.
La coupe est lisse, c'est un calice Very Happy

Enfin ça c'est dans l'idéal disons.
La plupart du temps, selon les situations, notre coupe que nous tendons à l'autre pour l'écouter est soit débordante, soit à moitié pleine, ou bien fissurée, de sorte que ses émotions vont toucher les notres, son eau va "s'infiltrer" en nous.
Ca n'est pas de sa faute !
Ca n'est d'ailleurs pas une histoire de faute, c'est simplement un état de fait, dû au fait que nous avons chacun des émotions, dont certaines du passé qui ne sont pas guéries.

L'écoute est un bien précieux, pour qui la donne et qui la reçoit.
(Parce que je disais que l'écoute c'est recevoir, mais l'énergie circule toujours dans les deux sens, je reçois l'autre, je lui donne de l'écoute et de l'attention...)

Celui qui écoute peut faire un travail de conscience énorme, par rapport aux paroles de son interlocuteur, et ce que cela provoque en lui-même.
Cela amène à un travail global de l'attention, qui est la clé de voûte de l'écoute.

Quand l'attention est dispersée, ou même absente, on peut entendre (par notre sens physique de l'ouïe), mais pas écouter.

Si l'on n'arrive pas à porter son attention à la fois sur l'autre, et sur soi-même intérieurement, on peut consciemment dissocier les deux.
Dans un premier temps, j'écoute.
Je suis conscient que ça touche certaines choses en moi, mais comme je ne sais pas trop quoi et que je n'arrive pas à l'identifier dans l'instant, je le laisse volontairement en attente, et j'y reviendrai après cette conversation.

Cependant cette démarche-là fait que généralement on ne peut pas continuer à écouter trop longtemps, surtout si la personne par ses paroles touche beaucoup de choses en soi.
Donc il y a principalement deux possibilités :
soit c'est un vrai dialogue, et l'autre est capable de passer le relais pour que soi-même on s'exprime, et que s'ensuive un échange où chacun peut écouter à son tour
soit pour x raisons la personne en face ne peut, ne veut, ou ne sait pas écouter, auquel cas, il y a un choix à faire : continuer à écouter en sachant que plus on va se "remplir" sans vider ni conscientiser les émotions en nous, plus après on a de boulot derrière pour nettoyer, et aussi plus on est susceptible de refouler certaines choses ; ou bien être capable de dire à l'autre que l'on n'est plus apte à écouter parce que l'on a besoin d'un temps pour digérer tout cela, seul et tranquillement, et que l'on pourra à nouveau écouter, mais plus tard, quand ça sera juste pour soi.

Le "mieux" c'est toujours de chercher à écouter l'autre en pouvant aussi écouter en soi.
Mais c'est une pratique qui se travaille, ça vient pas en claquant des doigts.
Et ça dépend où on en est du travail sur soi aussi, de la "quantité" de "bruit intérieur" que l'on a en soi, d'émotions conscientes ou inconscientes etc...

Autre chose, qui me semble vraiment essentiel :
on n'est jamais obligé d'écouter.

L'écoute est un choix, et un vrai choix, et c'est dans ce cas seulement que l'on peut vraiment écouter.
Si l'on écoute à contre coeur, parce que n'ose pas dire non, parce qu'on l'a "toujours fait", parce que c'est plus confortable pour nous, ou toute autre raison de type "schéma intérieur" qui nous agit malgré nous, on ne peut pas écouter pleinement, et aucun des deux, ni celui qui parle, ni celui qui écoute, n'en retirera un vrai bienfait.

Il vaut mieux dire non, je ne peux pas écouter maintenant, parce que je ne suis pas disponible (émotionnellement, physiquement, mentalement...), plutôt que de se résigner à "écouter".

La vraie écoute est réceptive, tout en étant active.
C'est un geste intérieur d'écouter.
Pas un relâchement de type "abandon" (bon ben je t'"abandonne" la parole puisque tu veux la prendre), où l'on regarde passer comme la vache regarde passer le train Laughing

Cependant, si toujours pour x raisons, on ne voulait pas écouter, mais qu'on n'a pas réussi à refuser, on peut aussi ensuite par l'intention transformer une écoute résignée en écoute active : de soi.
C'est à dire déjà reconnaître le processus en soi, "bon, là je suis conscient que je suis en train de laisser parler l'autre parce que je n'ai pas réussi à faire autrement, qu'est-ce que ça touche en moi, comment je me sens.... etc..."

Pour reprendre des bases concrètes, l'étymologie du mot "écoute" : cela vient de auscultare, en latin.
Qui a d'ailleurs donné aussi.... ausculter Very Happy

"Univerbation de l'expression tendre l’oreille (« écouter attentivement ») : la première partie du verbe est le radical *aus de auris (« oreille »), la seconde, le radical indo-européen commun *kel (« incliner »)."

Donc écouter, c'est effectivement bien plus qu'entendre.
C'est tendre, incliner l'oreille, avec attention.

Entendre est non orienté, on peut entendre de manière non différenciée tous les bruits qui nous environnent.
Ecouter a une orientation : on écoute quelque chose, quelqu'un, un son particulier, ou un ensemble de sons ou de fréquences.

Donc écouter, sur un autre plan, psychologique, interroge aussi sur : être disponible, ou être indisponible.
Je peux écouter si je suis disponible, s'il y a de l'espace en moi pour recevoir.
Si je suis indisponible, je ne peux pas écouter même si je peux entendre.

Pour certains d'entre nous, cela pourra renvoyer même sur des schémas de type, être présent / être absent, vivre / mourir, être seul / être avec quelqu'un, dire oui ou non, être utile ou inutile.... etc etc...

Et l'indisponibilité n'est pas seulement physique, elle est aussi parfois mentale ou émotionnelle, je l'ai déjà évoqué.
L'égocentrisme par exemple rend totalement indisponible aux autres que soi-même.
Donc on peut bien se taire pendant des heures, laisser parler, faire mine d'écouter, si toute notre réflexion et notre préoccupation est centrée sur nous-même et que nous nous considérons comme le centre du monde, nous ne recevrons rien de ce qu'émet l'autre.
Parce que tout notre espace intérieur est déjà plein, de nous-même au sens de notre ego et de l'importance que nous nous accordons de manière excessive.

C'est la raison, pour faire le pont avec le post sur les sauveurs, pour laquelle un sauveur n'écoute pas en réalité.
Parce que toute sa démarche est basée sur son ego, et sa propre valorisation.
Il n'y aucune place pour la réalité de l'autre là-dedans.

En cela, et pour finir, le travail de l'écoute est intimement lié au chemin spirituel.
En fait le chemin spirituel pourrait même se "résumer" à un mot :
"Ecoute".

Ecoute-toi toi-même, écoute ce qui est autour de toi, écoute tes émotions, écoute tes pensées pour les reconnaître, écoute le monde, écoute le silence, écoute Dieu....

Ecouter c'est connaître, recevoir et "toucher", en soi.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par solasido le Mer 4 Avr 2012 - 14:26



    Bonjour Sophie

    Sophie a écrit:

    Donc écouter c'est recevoir l'expression de la réalité de l'autre, qu'il exprime à ce moment-là.


      En effet, l'écoute est un état général de tout l'être pas un acte intéressé.
      Écouter, entendre, tendre vers, ouir, comprendre, retenir, reformuler, décider, oublier...

      N'y a-t-il pas une lumière en chaque oreille dès qu'elle redevient le chemin du coeur ?

      Pour écouter vraiment on n'écoute pas quelque chose,
      de l'un, de l'autre ou du même, car dans ce cas,
      on a déjà déterminé ce que l'on va entendre
      et ce que l'on aura entendu, de l'un, de l'autre ou du même,
      si bien que l'écoute ne change rien...

      On écoute, au moins avec chacune des neuf ouvertures du corps, c'est tout.


        http://spheres.dyndns.org/doc_mp3/prenom/MH_aa13.mp3


      Cordialement

    Créons-nous un excellent aujourd'hui




solasido

Messages : 143
Date d'inscription : 28/02/2012
Masculin Age : 77

http://tarogramme.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sony# le Mar 24 Avr 2012 - 13:19

Écouter c'est recevoir beaucoup de l'autre et respecter sa parole. C'est aussi en apprendre sur soi-même.

Il y a des dialogues sans écoute : un dialogue de sourds, ou chacun rajoute sa propre histoire dès que le silence s'est établi, sans prendre en compte ce qui a été dit, sans rebondir ni réagir. L'intérêt de ce genre de discussion est à réfléchir selon moi.

Dans un dialogue ou chacun écoute l'autre, un réel échange se déroule, ce qui permet de tisser un lien particulier, car on sait que l'autre est vraiment présent, il est disponible pour nous, c'est quelque chose de précieux. L'écoute va de pair avec une certaine tolérance, car on ne rejette pas ce qui est dit, on l'"accueille" comme a dit Sophie plus haut.
avatar
Sony#

Messages : 62
Date d'inscription : 12/04/2012
Féminin Age : 25
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Mar 24 Avr 2012 - 15:05

Sony a écrit:L'intérêt de ce genre de discussion est à réfléchir selon moi.

Tu veux dire "à réfléchir" dans le sens que tu penses que ça n'a pas d'intéret ?

J'ai pas complètement compris le sens de ta phrase.

J'avoue que pour ce qui me concerne, ce genre de discussions je les évite maintenant, et quand je sens que ça tourne comme ça, je laisse tomber, parce que je vois pas ce que ça apporte.
Ca m'arrive de moins en moins ceci dit, parce que les personnes de mon entourage sont dans l'écoute, moi aussi avec eux, et que nos relations sont basées là-dessus, sauf problème ponctuel, mais qui généralement se résoud assez vite.

Je crois que si c'est pour parler sans écouter l'autre, autant aller voir un psy Laughing (dans le sens si on a besoin de parler sans être interrompu, ou de ne parler que de soi dans un monologue), ou bien écrire un journal, ou parler devant son miroir, ou bien aller déclamer des vers dans la rue Very Happy
Au moins là on fait le spectacle, à soi tout seul, et on est content.

En fait je crois qu'on a vraiment le droit de pas avoir envie d'écouter, que c'est pas un problème en soi, mais qu'on doit par contre ne pas se mentir là-dessus en faisant semblant qu'on écoute sincèrement et en se mettant à croire vraiment qu'on écoute.

Ceci étant quand on n'a jamais été écouté soi-même, c'est pas évident non plus d'apprendre à écouter, c'est quelque chose qui se reconstruit petit à petit.
En rencontrant certaines personnes notamment, ça aide beaucoup.

Je crois aussi qu'on peut parler en écoutant Very Happy
Je veux dire que la démarche d'écoute est globale.
Quand on parle, mais qu'on est attentif aux réactions des autres, que l'on est vraiment présent avec eux, que l'on fait au mieux aussi pour être compréhensible etc.... tout cela c'est de l'écoute, même si on est en train de parler.

On n'écoute pas toujours en silence, tout comme on ne s'exprime pas toujours avec des mots. Very Happy


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sony# le Mar 24 Avr 2012 - 17:01

Tu veux dire "à réfléchir" dans le sens que tu penses que ça n'a pas d'intéret ?

Je voulais dire par là que ce genre de discussion me lasse très vite (comme toi si j'ai bien compris) mais je ne voulais pas catégoriser cela d'inutile puisque peut-être qu'il y en a à qui ça apporte quelque chose, je ne sais pas... Mais bon, comme tu le dis plus bas, autant se parler devant son miroir devant ce cas-là, la discussion n'a pas vraiment d'intérêt pour les deux parties.

En fait je crois qu'on a vraiment le droit de pas avoir envie d'écouter, que c'est pas un problème en soi, mais qu'on doit par contre ne pas se mentir là-dessus en faisant semblant qu'on écoute sincèrement et en se mettant à croire vraiment qu'on écoute.

Je n'arrive plus à me souvenir si c'est ici que je l'ai lu ou dans un livre, mais j'ai lu il n'y a pas très longtemps quelque chose qui va dans ce sens, disant qu'il ne fallait pas avoir honte de ne pas être en capacité de pleine écoute au moment où une autre personne en a besoin, mais dire simplement "Je ne suis pas totalement réceptive pour l'instant, mais si tu veux je te rappelle un peu plus tard", par exemple...

En rencontrant certaines personnes notamment, ça aide beaucoup.

D'où l'intérêt d'un forum tel que celui-ci Very Happy Et dans la "réalité vraie" ce ne peut qu'être le fruit du hasard, ou bien l'adhésion à une association... Ou bien peut-on partager avec nos proches nos apprentissages, sur l'écoute par exemple, et ainsi permettre durant son propre cheminement d'intéresser notre entourage, qui apprendra donc lui aussi à écouter? J'ignore si cela est concluant, c'est une question ouverte.

Je veux dire que la démarche d'écoute est globale.

Je suis d'accord avec toi, les mots, les gestes, les expressions, l'intonation, les silences, tout rentre dans la communication, et quand on souhaite se mettre en position d'écoute réelle, c'est tout ceci qu'il faut prendre en compte.
avatar
Sony#

Messages : 62
Date d'inscription : 12/04/2012
Féminin Age : 25
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par anima le Mer 25 Avr 2012 - 9:11

coucou

je discute par mail avec quelqu'un donc on se lit; on s'écoute; mais aussi on analyse et on interprète par rapport à ce qu'on est chacun; on donne notre vision notre point de vue; j'y vois aussi donc des préjugés; parce qu'on ne connait pas l'autre; il y a des fois ou donc la communication passe mal car on a deux visions différentes; perso je continue à répondre parce que j'aimerais que cette personne comprenne un peu mon analyse peut-être aussi qu'elle ne la comprend pas parce que ma vision est erronnée du moins c'est ce qu'elle pense; donc la discussion tourne un peu en rond parce qu'elle me répète les mêmes choses comme si je ne l'entendais pas alors que j'ai compris sa souffrance...je lui est envoyé un message lui disant que j'ai l'impression de marcher sur des oeufs avec elle de peur qu'elle le prenne mal et du coup je trouve que la communication n'est pas authentique...

dans ce que je vois de ces échanges c'est que peut-être voir c'est ça; je marche sur des oeufs du moins l'impression parce que peut-être on marche sur des oeufs avec moi; je suis qd mm pas mal susceptible et je vois en elle cette suceptibilité mais peut-être ce ne sont que des projections; et souvent quand je discutes avec une personne je vois finalemnt qu'on est un peu pareil et à peu prés les mm ressentis du moins dans mon analyse je vois toujours des recoupements à faire; du style un peu tout est lié mais est-ce que justement je ne fais pas que projetter sur les autres; du coup je ne vois pas bien ce qui vient de la personne de ce qui vient de moi?

cette personne voit que le monde est remplie de préjugé et souhaite qu'on arrête de la juger comme si on la connaissait; du coup quand ellle dit ça j'ai l'impression qu'elle fait la même chose et qu'elle fait ce qu'elle ne veut pas qu'on fasse pour elle; et qu'elle juge le monde trop rapidement puisqu'elle non plus ne connait pas ces personnes...

je vois que moi aussi j'ai des aprioris et des préjugés; je penses que c'est naturel même vu qu'on a pas expérimenté on s'en fait une idée pour essayer de se rapprocher de la vérité et souvent on s'en éloigne et la conséquence c'est qu'on essaie pas de voir plus loin et paradoxalement quand je m 'en fais des idées c'est aussi pour essayer de me rapprocher de l'expérience ou du vécu de la personne; c'est peut-être se fondre comme tu dis Sophie; donc je n'écoutes pas vraiment?

j'ai l'impression que notre coupe n'est jamais vide en fait parce qu'on se répète souvent pour tenter de faire comprendre qui on est et ce qu'on ressent; parc que chacun voit sa propre vérité comme la vérité; du moins faire passer le message que ce qu'on vit est véridique et pas illusion; comme quand on croit que ça arrive qu'aux autres du coup c'est presque illusoire ce qui se passe dans la vie des autres...

je suis peut-être hors sujet mais ça me fait penser à ça; l'impression que rarement on se met à la portée des gens; il y a beaucoup plus d'incompréhension que de la compréhension mais est-ce qu'on arrivera à se comprendre un jour vu que nos vécus et notre appréhension face à la vie est différente pour chacun?

avatar
anima

Messages : 43
Date d'inscription : 12/11/2011
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par anima le Mer 25 Avr 2012 - 9:20

en fait j'ai l'impression que l'écoute est presque une question d'affinité au final? pas prêt à entendre ou à écouter ce que tout le monde a à dire?
avatar
anima

Messages : 43
Date d'inscription : 12/11/2011
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Mer 25 Avr 2012 - 10:43

coucou anima,

je crois que je comprends ce que tu expliques, je l'ai déjà vécu avec certaines personnes.

il m'a semblé que dans ce genre de dialogue, c'était un peu comme un "cri" de la part des deux (moi et l'autre) qui disait sans cesse "écoute-moi, écoute-moi", et que si l'un des deux n'arrivait pas à sortir de ce processus, alors ça pouvait continuer longtemps comme ça sans aboutir à grand chose, qu'à une frustration de part et d'autre, où on finit par se reprocher mutuellement de ne pas écouter.

je te dis ce que moi j'ai fait dans ce cas, je te laisse prendre ce qui te parle Wink

quand je me suis rendue compte de ça, je me suis dit que c'était pas possible de continuer comme ça, et que quitte à prendre sur moi, à avoir le sentiment de pas être entendue, voire même être utilisée ou autre, j'allais faire la démarche d'écouter totalement l'autre en conscience, et de lui renvoyer l'énergie et les mots nécessaires à le lui faire comprendre.
reformulations, questions, etc...
cela dans une intention d'amour, pour lui donner de l'écoute, et arrêter de se battre comme des chiens sur un bout de viande.
changer radicalement de positionnement.

sans qu'il y ait de manipulation de ma part pour autant, j'avais aussi dans ma tête l'idée que cela me permettrait de voir ensuite si la personne était simplement en souffrance, et qu'une fois reçue l'écoute et l'empathie nécessaire, elle serait intéressée par ce que moi je vivais, et qu'elle pourrait alors m'écouter ; ou bien si elle serait dans une attitude individualiste, genre "bon ben j'ai eu ce que je voulais, maintenant salut".

il y a des choses comme ça où personnellement j'attends de voir comment la personne agit.

en règle générale, la plupart des gens quand ils ont reçu de l'empathie s'adoucissent beaucoup, parce que l'on nourrit quelque chose en eux en leur donnant de l'empathie.
pour certains c'est énorme parce que c'est la première fois que quelqu'un les écoute vraiment.
d'ailleurs du coup, y'a des personnes avec qui il faut insister lourdement pour bien leur montrer qu'on les écoute, parce que sinon, tellement habituées à ne pas être écoutées, qu'elles finissent par ne même pas se rendre compte qu'on les écoute.

Et chez la plupart des gens, il se passe un phénomène naturel qui est que quand on a reçu de l'amour, on a tout d'un coup envie d'en donner.

En gros, pour ce qui me concerne, j'essaye d'appliquer le principe qui dit que quand on attend quelque chose, quand on demande quelque chose, on peut aussi commencer par en donner soi-même.
C'est à dire "être le changement que l'on veut dans le monde" comme disait Gandhi.
Je veux qu'on m'écoute, ben ok, je vais développer l'écoute moi-même.

Ce qui n'empêche pas que parfois, on peut aussi avoir à dire stop, et dire à une personne qu'on n'est pas disponible, ou qu'on en a marre que la relation soit à sens unique.
Justement quand ça devient un peu trop à sens unique.

Et ce que je dis là n'est pas dans le sens de donnant-donnant, genre je fais du troc à l'écoute, si je t'en donne, alors tu m'en donneras.
C'est pour moi le fait que quand on pense que les autres devraient faire ceci ou cela parce qu'on pense que c'est important réellement, alors on doit légitimememnt commencer par s'appliquer à soi-même ce que l'on veut des autres.

anima a écrit:'ai l'impression que notre coupe n'est jamais vide en fait parce qu'on se répète souvent pour tenter de faire comprendre qui on est et ce qu'on ressent;

Elle peut être vide quand soi-même on a été pleinement écouté je crois.
Et que l'on est en paix avec soi, sans avoir forcément besoin d'exprimer quelque chose à ce moment-là.

Tout dépend à mon avis du degré d'agitation intérieure qu'on a en soi.

En général, quand on n'est pas vide, c'est que des émotions sont présentes et pas exprimées, et même si on ne sait pas lesquelles, ça peut créer une sorte de brouillard intérieur et de la confusion qui fait qu'on se sent agité, sans trop savoir pourquoi, et pas disponible pour l'autre, ce uqi est logique car nos émotions nous demandent depuis l'intérieur d'être déjà disponible pour nous-même à cet instant précis.

Dans un dialogue comme ce que tu racontes anima, il m'est arrivé par exemple de mettre aussi à jour mes propres projections potentielles, pour faire comprendre à l'autre que j'étais consciente que je pouvais faire des projections, et que donc je ne lui présentais pas ça comme une vérité mais comme un point de vue, potentiellement altéré par des projections.
Ainsi il était libre de prendre ou non, et de se poser sincèrement la question de savoir si ce que je disais lui parlait ou pas.

Et j'ai apprécié aussi que l'autre personne parfois fasse pareil, parce que j'avais moi-même un passé où on m'a farci le crâne de la vision des autres, en m'imposant une certaine vision des choses, donc j'étais assez sensible au fait que l'on me dise "c'est comme ça, tu devrais voir les choses comme ça", même si c'était pas formulé aussi cash, mais que c'était la même chose qui était véhiculée.
(ou que je percevais comme telle).

Dans l'écoute et le dialogue, je crois que la chose la plus difficile parfois c'est de garder à l'esprit que même si nous sommes tous reliés, l'autre est un autre.
Et qu'il fonctionne sur ses propres paramètres.
Mais quand on a en face de soi une personne qui considère que sa vision est une vérité universelle, là il peut y avoir un problème en effet.
Et peut-être la première chose à faire est de lui rappeler qu'elle est un individu parmi d'autres, et que sa vision lui appartient, qu'on la respecte, mais qu'on peut aussi ne pas penser pareil parce que l'on est différent, insister sur le fait que l'on n'est pas elle, et que c'est une projection de sa part de nous considérer comme si on était comme elle, et qu'on devait agir comme elle elle agirait.

A une époque, il y avait une formule que je supportais pas mais maintenant que je trouve finalement très saine parfois, c'est quand on dit "si j'étais à ta place, je ferais ci ou ça".
Parce que "si j'étais à ta place" sous-tend que l'on sait que l'on n'y est pas, cela crée une différenciation assez saine à mon sens (bon après ça dépend aussi comment c'est dit, pour certaines personnes c'est juste une formule qui leur permet derrière de balancer leur point de vue arbitraire, il faut aussi sentir je crois au-delà des mots ce qui se vit).

Le truc à mon sens c'est que plus on se connaît bien, et plus on se positionne clairement en soi par rapport à certaines choses, plus on peut être réceptif aux conseils ou avis des autres, sans pour autant avoir l'impression de se faire endoctriner ou imposer quelque chose.
Et plus on se connaît, plus on connait aussi ses propres projections potentielles.

ce qui n'empêche pas qu'on peut se retrouver face à quelqu'un qui ne veut pas du tout entendre que l'on est différent et qu'on a le droit de ne pas voir les choses comme elle.
Mais bon, là en général, ça tourne court la communication parce qu'on finit par être obligé de poser une limite en disant que ça suffit, et qu'on n'a pas envie de continuer à échanger de cette manière.

Et puis y'a un truc qui peut bien marcher aussi pour s'aider dans l'écoute et l'échange, c'est de travailler l'ancrage, on peut par exemple quand on parle ou qu'on écrit à quelqu'un avec qui c'est pas facile, garder une part de son attention sur une partie de son corps, les pieds notamment c'est bien parce que c'est le lien à la terre.
Ainsi, on communique sans se perdre soi, sans perdre sa propre réalité, et donc en évitant de se perdre dans la réalité de l'autre et de perdre tous ses repères.

S'ancrer dans l'attention à soi-même, à son corps, ça aide à débloquer des relations, pour arriver à une parole plus claire, et plus centrée, et une écoute plus claire et plus centrée aussi.
Où l'on est de plus en plus capable de savoir ce qui est de nous, et ce qui est de l'autre, et ce qui peut être commun, ou ce qui peut être différent.

du coup quand ellle dit ça j'ai l'impression qu'elle fait la même chose et qu'elle fait ce qu'elle ne veut pas qu'on fasse pour elle; et qu'elle juge le monde trop rapidement puisqu'elle non plus ne connait pas ces personnes...

Est-ce que tu le lui as dit ?

je penses que c'est naturel même vu qu'on a pas expérimenté on s'en fait une idée pour essayer de se rapprocher de la vérité et souvent on s'en éloigne et la conséquence c'est qu'on essaie pas de voir plus loin et paradoxalement quand je m 'en fais des idées c'est aussi pour essayer de me rapprocher de l'expérience ou du vécu de la personne;

je ne sais pas si ça te parle, mais dans ces cas-là tu peux essayer de reformuler ce qu'a dit la personne, et lui demander si c'est bien cela qu'elle a voulu dire.
C'est une manière de lui donner de l'empathie, et de lui montrer qu'elle a été entendue, qui parfois est plus efficace que de dire "oui oui j'ai entendu, j'ai compris".
Tu peux aussi, si ça te parle, utiliser certains principes de la CNV, j'ai mis un post sur le forum, je ne sais pas si tu connais.
http://www.forumspirituel.fr/t382-la-communication-non-violente-ou-cnv

Par exemple reformuler en essayant de mettre à jour les besoin de l'autre, et l'amener sur l'expression de ses sentiments et besoins.
ceci dit ça suppose que tu fasses le même travail sur toi quelque part, parce qu'on ne peut pas donner l'empathie qu'on ne se donne pas à soi-même.

Ceci dit à titre personnel, je dirais que donner de l'empathie à quelqu'un est quelque chose de très nourrissant y compris pour soi-même.
Ca nous fait sortir de ces modes de relation pleins de malentendus, d'incompréhensions voire de reproches ou de frustrations.
Et nous-même ça nous pousse à être plus empathique avec nous-même.

Bon je m'arrête j'ai déjà écrit plein, je n'ai peut-être pas complètement répondu à tout ce qu etu as soulevé comme questions, mais tout ce que tu dis est très intéressant et important et ça serait un plaisir de continuer ce dialogue sur tout ça Very Happy

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Marie le Mer 25 Avr 2012 - 11:36

Sophie a écrit:Et puis y'a un truc qui peut bien marcher aussi pour s'aider dans l'écoute et l'échange, c'est de travailler l'ancrage, on peut par exemple quand on parle ou qu'on écrit à quelqu'un avec qui c'est pas facile, garder une part de son attention sur une partie de son corps, les pieds notamment c'est bien parce que c'est le lien à la terre.
Ainsi, on communique sans se perdre soi, sans perdre sa propre réalité, et donc en évitant de se perdre dans la réalité de l'autre et de perdre tous ses repères.

S'ancrer dans l'attention à soi-même, à son corps, ça aide à débloquer des relations, pour arriver à une parole plus claire, et plus centrée, et une écoute plus claire et plus centrée aussi.
Où l'on est de plus en plus capable de savoir ce qui est de nous, et ce qui est de l'autre, et ce qui peut être commun, ou ce qui peut être différent.


Il me semble en effet que ça peut être important et pas toujours évident quand on veut être dans l'empathie (ou qu'on y est d'office) de particulièrement bien faire la différence, à la fois par respect pour l'autre mais aussi pour soi-même.
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par solasido le Mer 25 Avr 2012 - 12:36

Bonjour

Ecouter n'est-ce pas aller et venir à la rencontre de son identité sonore ?


L'écoute est un état général de tout l'être pas un acte intéressé...
Pour écouter vraiment, on n'écoute pas quelque chose,
car dans ce cas, on a déjà déterminé ce que l'on va entendre
et l'écoute ne change rien... on écoute, c'est tout...


Wikipedia a écrit:L’amusie, appelée aussi agnosie musicale, est un trouble de l'expression ou de la compréhension discriminante des bruits musicaux. Elle est causée par une anomalie cérébrale, dont la latéralisation semble dépendre du niveau de connaissance musicale du sujet. Plus celle-ci est élevée, plus la perception musicale se fait de manière analytique, donc plus elle dépend d'une grande intégrité de l'hémisphère gauche.


Elle peut être un trouble acquis lié à la culture, à l'éducation musicale ou à une lésion cérébrale ou un trouble congénital, la dysmusie (trouble touchant Theodore Roosevelt ou Che Guevara). 4 % de la population en serait victime, chiffre probablement sous-estimé par un dépistage insuffisant.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Amusie

http://www.dailymotion.com/video/xuovs_lubat-l-amusique_creation



Créons-nous un excellent aujourd'hui

solasido

Messages : 143
Date d'inscription : 28/02/2012
Masculin Age : 77

http://tarogramme.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sony# le Mer 25 Avr 2012 - 12:58

Anima peut-être la personne à qui tu écris agit-elle ainsi (comme elle ne voudrait pas qu'on le fasse pour elle) parce qu'elle n'a pas l'habitude qu'on la considère différemment que comme ça justement, et qu'elle ne voit donc éventuellement pas d'autre manière de procéder avec les autres, même si elle souhaite s'en défaire?

Ce n'est que mon point de vue, mais peut-être que le fait de la considérer différemment justement, va à force lui montrer que oui, c'est bien possible, et donc si quelqu'un le fait avec elle pourquoi ne pourrait-elle pas le faire pour les autres? Je ne cache pas que ce genre de dialogue doit se montrer émotionnellement épuisant, au moins au départ, et que cela demande beaucoup de patience (et apparemment tu en as déjà beaucoup montré en reformulant et répétant afin de bien te faire comprendre de ton interlocuteur) : as-tu quelqu'un d'autre à qui parler dans une attitude d'écoute réciproque, afin de "vider ta coupe"? (Cela reprend ce que dit Sophie :
Elle peut être vide quand soi-même on a été pleinement écouté je crois.
)

Je ne pense pas que l'écoute soit vraiment une question d'affinités, il s'agit plutôt d'accueillir ce qui est dit de façon la plus objective possible, sans juger ni enlever des éléments qui ne nous plairaient pas ou qui ne seraient pas en accord avec nos propres pensées.

Et puis y'a un truc qui peut bien marcher aussi pour s'aider dans l'écoute et l'échange, c'est de travailler l'ancrage, on peut par exemple quand on parle ou qu'on écrit à quelqu'un avec qui c'est pas facile, garder une part de son attention sur une partie de son corps, les pieds notamment c'est bien parce que c'est le lien à la terre.
Ainsi, on communique sans se perdre soi, sans perdre sa propre réalité, et donc en évitant de se perdre dans la réalité de l'autre et de perdre tous ses repères.

Merci Sophie pour ce passage intéressant, je ne connaissais pas le concept d'ancrage, cela me semble être une bonne idée Smile
avatar
Sony#

Messages : 62
Date d'inscription : 12/04/2012
Féminin Age : 25
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Mer 25 Avr 2012 - 17:07

Marie a écrit:Il me semble en effet que ça peut être important et pas toujours évident quand on veut être dans l'empathie (ou qu'on y est d'office) de particulièrement bien faire la différence, à la fois par respect pour l'autre mais aussi pour soi-même.

Quand tu dis "ou qu'on y est d'office", est-ce que tu fais référence à cette tendance que certaines personnes peuvent avoir à naturellement "ressentir" ce qui se passe chez l'autre ?

L'empathie dans la CNV est quelque chose que l'on pratique consciemment, jusque dans la parole, chose qui aide aussi beaucoup à ne pas prendre sur soi les émotions de l'autre.
En lui renvoyant "est-ce que tu ressens cela ? est-ce que tu as besoin de cela ?", on se dégage justement de l'aspect fusionnel puisque très clairement on interpelle l'autre sur ses ressentis, pour qu'il les assume et les exprime s'il le souhaite.

L'empathie consciemment donnée comme ça est donc une aide précieuse notamment pour les personnes qui sont naturellement "empathiques", dans la terminologie que l'on utilise pour parler de sensibilité aux états émotionnels des autres.

Sony a écrit:Je ne pense pas que l'écoute soit vraiment une question d'affinités, il s'agit plutôt d'accueillir ce qui est dit de façon la plus objective possible, sans juger ni enlever des éléments qui ne nous plairaient pas ou qui ne seraient pas en accord avec nos propres pensées.

Oui je suis complètement d'accord, je crois pas que l'écoute soit une question d'affinités.
D'ailleurs si c'était le cas je pense qu'il y a pas mal de thérapeutes qui auraient bien du mal parce qu'ils devraient avoir des affinités avec leurs patients pour pouvoir les écouter.

On peut "tester" son écoute, c'est un bon exercice, justement avec des personnes que par exemple on ne connaît pas du tout, ou bien avec qui on n'a pas trop d'affinités (mais sans non plus que ces personnes nous fassent réagir affectivement, là c'est encore un autre travail).
Afin de travailler l'écoute indépendamment de l'aspect affinités, ou d'un lien affectif ou habituel.

Fut un temps c'est un truc auquel je m'entraînais avec mes collègues de boulot, c'était très bien parce que nous n'étions pas proches, et n'avions que très peu d'affinités mais sans être pour autant en animosité, c'était neutre.
Ce qui permettait de travailler juste l'écoute, se concentrer là-dessus.

Après, plus j'ai été capable de le faire avec des quasi-inconnus, plus j'ai pu le faire avec des gens plus proches de moi, ou qui me faisaient réagir.

D'une certaine manière il me semble qu'on a même plus de risques de projections quand on a des affinités avec quelqu'un que quand on n'en a pas.
Idem quand on connaît quelqu'un depuis longtemps et qu'on s'est fait une certaine image ou idée de la personne.
Ca demande d'être beaucoup plus centré et ancré dans le présent et en soi, tout en reconnaissant ses propres projections, pour écouter sans passer sans arrêt au filtre de ce qu'on a dans la tête sur la personne.

Donc s'entraîner avec des inconnus, c'est très bien Very Happy
Ca aide beaucoup.

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Marie le Mer 25 Avr 2012 - 18:17

J'avoue que si je ne fais pas très attention je "fonce" facilement dans l'illusion fusionnelle de ressentis similaires.
Au niveau théorique je suis en accord Sophie avec ton énoncé, au niveau concret, je me tire bien souvent les oreilles après-coup.
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Mer 25 Avr 2012 - 18:22

Wink Wink

Moi aussi.....
ce que je dis là c'est disons l'idéal de ce que je cherche moi aussi à atteindre, j'y arrive parfois, et d'autres fois non. Ca ne fait rien.
L'important c'est que je réessaye tout le temps, et petit à petit certaines choses deviennent des réflexes, sans y penser, c'est comme la conduite au bout d'un moment Wink

Je crois que pour toute chose, quand on voit le but à atteindre tout en étant conscient qu'il y a des étapes, alors on vit bien mieux les ratés qu'on peut avoir, ou les erreurs qu'on fait.

(Et en cela aussi, j'ai des ratés parfois Laughing parfois j'oublie qu'il y a des étapes, et je me précipite en me disant ahhhhhhh ça y est, j'y suis arrivée...... et là plouf, dans la mare. Laughing )

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par anima le Jeu 26 Avr 2012 - 11:18

coucou

oui Sophie dans mon dernier message je lui ai dit que j'étais sans doute trop dans la projection; malheureusement dans les échanges tout me renvoie à moi...

je crois qu'on a passé ce stade où chacun on a compris qu'on était maladroit et que ça pouvait causé des malentendus; donc on est plus indulgent dans la façon de s'exprimer; ce que je ne comprends pas ou peut-être n'accepte pas c'est ses répétitions; alors je sais que j'écoute d'une oreille parce que quand elle parle de ces personnes je sais pas pourquoi mais je m'y inclus dedans comme je fais souvent de la suceptibilité qui entraîne un moyen de défense; cette personne est sur la défensive parce que comme tu dis Sony elle ne connaît que ça; le fait que cette personne réagisse comme ça me renvoie à ma manière d'être sur la défensive et pourtant j'essaie de cassé cette image; et du coup j'ai l'impression de faire du surplace du fait d'être encore et toujours confronté à ça; un travail sans fin presque que de voir ses défauts et pas arriver à les maîtriser; les amoindrir...moi je me persécute; elle c'est les gens qui la persécute..on a ça à dépassé mais je ne suis pas assez attentive oui

je vais essayer de reformuler oui merci et lire les autres sujets

coucou Solasido; l'amusie et dysmusie sont-ils différents? la musique je m'en souviens enfin les paroles et la tonalité mais juste quand je l'entends et il m'est difficile de me souvenir d'un air de musique et de le reproduire du moins quand l'intention y est et il m'est difficile de me souvenir de films aussi...c'est rapidement le flou dans ma tête; petite j'avais aussi du mal à comprendre les énoncés d'exercice; l'impression d'être vite dépassé par les évènements...ça n'a peut-être rien à voir mais petite j'avais des problèmes d'attention...je n'écoutais pas ce qu'on me disait; j'étais dans ma bulle parce qu'on me rabachait tout le temps la même chose parce que j'écoutais pas^^
avatar
anima

Messages : 43
Date d'inscription : 12/11/2011
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Jeu 26 Avr 2012 - 11:34

Une piste peut-être anima, j'ai le même problème que toi sur le truc de la défensive, j'ai remarqué que quand je luttais contre ça empirait.
Alors que quand j'accepte "ok bon là je suis sur la défensive, ça n'est pas grave, j'en prends conscience, je fais avec sans trop m'y attacher non plus", ça a tendance à se dénouer plus facilement.

Je pense que quand on est sur la défensive - enfin je parle pour moi - c'est quand on a pu recevoir par exemple beaucoup de critiques ou d'agressions, du coup on s'attend plus ou moins à prendre des coups tout le temps.

le fait d'accepter qu'on est sur la défensive à mon sens permet d'aller plus profond accéder aux causes, de pourquoi on est sur la défensive, et du coup de pouvoir les régler, c'est à dire en gros -> aller chercher la cause, au lieu de soigner seulement le symptôme (la conséquence) Wink

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par anima le Ven 27 Avr 2012 - 9:00

Merci Sophie oui c'est ça aussi pour moi; sur le moment je ne prends pas assez de recul sur l'instant présent il faudrait comme néo que j'arrive à distordre un peu le temps; du moins que je vois la scène au ralenti et que je me poses dans mon jardin intérieur; médites le temps qu'il faut et revienne zen lol mais bon c' un peu ça quand même; je crois que si j'arrive à plus être sur la défensive avec mon père; j'arriverais à le faire avec les autres; il faut que j'accepte que lui se trouve dans sa situation et moi me défaire de ce mécanisme d'enfance; y'a du boulot lol; on se transmet chacun nos énergies basses; le passé pas accepté; allé je vais essayé de donner l'exemple que je suis sage comme une image^^...pas facile les relations enfants-parents surtout quand on est sensé être des adultes à part entière...se défaire des images; des idées qu'on s'en ai fait; des préjugés...
avatar
anima

Messages : 43
Date d'inscription : 12/11/2011
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par anima le Ven 27 Avr 2012 - 9:01

y'a du boulot; au boulot! ^^
avatar
anima

Messages : 43
Date d'inscription : 12/11/2011
Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sony# le Sam 28 Avr 2012 - 17:18

anima a écrit:y'a du boulot; au boulot! ^^

Tant qu'il y a la motivation et l'envie de bien faire, je pense que c'est l'essentiel Smile On loupe son coup, mais on se relève pour recommencer... Bon courage en tout cas!
avatar
Sony#

Messages : 62
Date d'inscription : 12/04/2012
Féminin Age : 25
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Quéffélec le Mar 31 Juil 2012 - 21:07

Sophie a écrit:Que signifie écouter ?

Ecouter quelqu'un est une démarche particulière, que l'on fait parfois sans réfléchir spécialement, parce que ça nous est naturel, ou parce que ce que dit la personne nous captive et que ça fait taire notre mental.

Mais écouter signifie et "comporte" plusieurs "choses".

Dans écouter, il y a recevoir.
Ce qui ne veut pas forcément dire : être d'accord avec.

Recevoir c'est à dire entendre ce qui émane de l'autre, c'est cela qu'il dit, pas autre chose, recevoir est une énergie réceptive, qui ne déforme pas ce que l'on reçoit, qui le reconnaît comme tel, sans le changer.

Si je prends une image concrète, si je reçois un cadeau, qui est un livre, je reçois un livre, pas une place de cinéma.
Oui d'accord, c'est "bête" ce que je dis Laughing
Sauf que dans la communication, parfois on reçoit un "livre" et on déforme ça en "place de cinéma", parce qu'on ne voit pas correctement ce qui nous est envoyé, ou que notre vision intérieure le déforme.

Donc écouter c'est recevoir l'expression de la réalité de l'autre, qu'il exprime à ce moment-là.

C'est ce qui permet de pouvoir écouter sans être forcément d'accord.
Si je reçois ce que dit l'autre comme sa réalité, je peux me positionner avec ma propre réalité par rapport à cela.
Alors que si je "fusionne" avec l'autre, je perds tout discernement entre ce qu'il dit et ce que moi je pense ou ressens.

Ecouter, recevoir, et on peut ajouter accueillir.
Accueillir ça signifie donner de la place.
Comme on accueille quelqu'un chez soi, on le fait entrer, on l'invite à s'asseoir, on lui fait une place.

Donc écouter signifie se mettre en retrait pour donner place à l'autre, ce qui ne veut pas dire cesser d'exister soi-même.

J'existe à côté de l'autre, puisque je l'écoute ! si je l'écoute c'est bien qu'il y a quelqu'un pour écouter.
Simplement je lui laisse occuper l'espace de parole, je ne parle pas, je suis présent et existant sans occuper l'espace de parole.

Ecouter c'est être comme une coupe vide.
Si l'on est une coupe, on n'est pas "rien", on existe toujours, et l'on reçoit dans le creux de cette coupe ce que dépose l'autre.

Ce que je vais faire après de ce que j'ai reçu, cela dépend : de moi, de ce qui a été émis, de la "tonalité" ou du contexte de l'écoute.
Si je suis dans un cadre thérapeutique où j'écoute quelqu'un qui travaille sur lui et que j'accompagne dans cette démarche, c'est différent de si je suis avec des amis en train d'échanger des points de vue et des opinions.

Ce que l'on fait parfois dans l'écoute, c'est reformuler.
Cela permet à l'autre de voir qu'il a été entendu et compris, ou pas compris, auquel cas il peut préciser sa parole, réexpliquer, pour que le message passe bien, et que ce qui est reçu corresponde à ce qui est émis.

Sachant que ce que l'on reçoit n'est pas seulement lié au sens des mots, mais aussi à l'attitude de la personne, à ce qu'elle communique par la gestuelle, l'énergie dans laquelle elle est, les émotions qu'elle dit ou ne dit pas mais qui sont là en elles.

En principe, notre "coupe" est donc vide pour recevoir, et aussi étanche, je veux dire par là que l'eau qui s'y dépose, ne vient pas réveiller notre propre émotionnel.
La coupe est lisse, c'est un calice Very Happy

Enfin ça c'est dans l'idéal disons.
La plupart du temps, selon les situations, notre coupe que nous tendons à l'autre pour l'écouter est soit débordante, soit à moitié pleine, ou bien fissurée, de sorte que ses émotions vont toucher les notres, son eau va "s'infiltrer" en nous.
Ca n'est pas de sa faute !
Ca n'est d'ailleurs pas une histoire de faute, c'est simplement un état de fait, dû au fait que nous avons chacun des émotions, dont certaines du passé qui ne sont pas guéries.

L'écoute est un bien précieux, pour qui la donne et qui la reçoit.
(Parce que je disais que l'écoute c'est recevoir, mais l'énergie circule toujours dans les deux sens, je reçois l'autre, je lui donne de l'écoute et de l'attention...)

Celui qui écoute peut faire un travail de conscience énorme, par rapport aux paroles de son interlocuteur, et ce que cela provoque en lui-même.
Cela amène à un travail global de l'attention, qui est la clé de voûte de l'écoute.

Quand l'attention est dispersée, ou même absente, on peut entendre (par notre sens physique de l'ouïe), mais pas écouter.

Si l'on n'arrive pas à porter son attention à la fois sur l'autre, et sur soi-même intérieurement, on peut consciemment dissocier les deux.
Dans un premier temps, j'écoute.
Je suis conscient que ça touche certaines choses en moi, mais comme je ne sais pas trop quoi et que je n'arrive pas à l'identifier dans l'instant, je le laisse volontairement en attente, et j'y reviendrai après cette conversation.

Cependant cette démarche-là fait que généralement on ne peut pas continuer à écouter trop longtemps, surtout si la personne par ses paroles touche beaucoup de choses en soi.
Donc il y a principalement deux possibilités :
soit c'est un vrai dialogue, et l'autre est capable de passer le relais pour que soi-même on s'exprime, et que s'ensuive un échange où chacun peut écouter à son tour
soit pour x raisons la personne en face ne peut, ne veut, ou ne sait pas écouter, auquel cas, il y a un choix à faire : continuer à écouter en sachant que plus on va se "remplir" sans vider ni conscientiser les émotions en nous, plus après on a de boulot derrière pour nettoyer, et aussi plus on est susceptible de refouler certaines choses ; ou bien être capable de dire à l'autre que l'on n'est plus apte à écouter parce que l'on a besoin d'un temps pour digérer tout cela, seul et tranquillement, et que l'on pourra à nouveau écouter, mais plus tard, quand ça sera juste pour soi.

Le "mieux" c'est toujours de chercher à écouter l'autre en pouvant aussi écouter en soi.
Mais c'est une pratique qui se travaille, ça vient pas en claquant des doigts.
Et ça dépend où on en est du travail sur soi aussi, de la "quantité" de "bruit intérieur" que l'on a en soi, d'émotions conscientes ou inconscientes etc...

Autre chose, qui me semble vraiment essentiel :
on n'est jamais obligé d'écouter.

L'écoute est un choix, et un vrai choix, et c'est dans ce cas seulement que l'on peut vraiment écouter.
Si l'on écoute à contre coeur, parce que n'ose pas dire non, parce qu'on l'a "toujours fait", parce que c'est plus confortable pour nous, ou toute autre raison de type "schéma intérieur" qui nous agit malgré nous, on ne peut pas écouter pleinement, et aucun des deux, ni celui qui parle, ni celui qui écoute, n'en retirera un vrai bienfait.

Il vaut mieux dire non, je ne peux pas écouter maintenant, parce que je ne suis pas disponible (émotionnellement, physiquement, mentalement...), plutôt que de se résigner à "écouter".

La vraie écoute est réceptive, tout en étant active.
C'est un geste intérieur d'écouter.
Pas un relâchement de type "abandon" (bon ben je t'"abandonne" la parole puisque tu veux la prendre), où l'on regarde passer comme la vache regarde passer le train Laughing

Cependant, si toujours pour x raisons, on ne voulait pas écouter, mais qu'on n'a pas réussi à refuser, on peut aussi ensuite par l'intention transformer une écoute résignée en écoute active : de soi.
C'est à dire déjà reconnaître le processus en soi, "bon, là je suis conscient que je suis en train de laisser parler l'autre parce que je n'ai pas réussi à faire autrement, qu'est-ce que ça touche en moi, comment je me sens.... etc..."

Pour reprendre des bases concrètes, l'étymologie du mot "écoute" : cela vient de auscultare, en latin.
Qui a d'ailleurs donné aussi.... ausculter Very Happy

"Univerbation de l'expression tendre l’oreille (« écouter attentivement ») : la première partie du verbe est le radical *aus de auris (« oreille »), la seconde, le radical indo-européen commun *kel (« incliner »)."

Donc écouter, c'est effectivement bien plus qu'entendre.
C'est tendre, incliner l'oreille, avec attention.

Entendre est non orienté, on peut entendre de manière non différenciée tous les bruits qui nous environnent.
Ecouter a une orientation : on écoute quelque chose, quelqu'un, un son particulier, ou un ensemble de sons ou de fréquences.

Donc écouter, sur un autre plan, psychologique, interroge aussi sur : être disponible, ou être indisponible.
Je peux écouter si je suis disponible, s'il y a de l'espace en moi pour recevoir.
Si je suis indisponible, je ne peux pas écouter même si je peux entendre.

Pour certains d'entre nous, cela pourra renvoyer même sur des schémas de type, être présent / être absent, vivre / mourir, être seul / être avec quelqu'un, dire oui ou non, être utile ou inutile.... etc etc...

Et l'indisponibilité n'est pas seulement physique, elle est aussi parfois mentale ou émotionnelle, je l'ai déjà évoqué.
L'égocentrisme par exemple rend totalement indisponible aux autres que soi-même.
Donc on peut bien se taire pendant des heures, laisser parler, faire mine d'écouter, si toute notre réflexion et notre préoccupation est centrée sur nous-même et que nous nous considérons comme le centre du monde, nous ne recevrons rien de ce qu'émet l'autre.
Parce que tout notre espace intérieur est déjà plein, de nous-même au sens de notre ego et de l'importance que nous nous accordons de manière excessive.

C'est la raison, pour faire le pont avec le post sur les sauveurs, pour laquelle un sauveur n'écoute pas en réalité.
Parce que toute sa démarche est basée sur son ego, et sa propre valorisation.
Il n'y aucune place pour la réalité de l'autre là-dedans.

En cela, et pour finir, le travail de l'écoute est intimement lié au chemin spirituel.
En fait le chemin spirituel pourrait même se "résumer" à un mot :
"Ecoute".

Ecoute-toi toi-même, écoute ce qui est autour de toi, écoute tes émotions, écoute tes pensées pour les reconnaître, écoute le monde, écoute le silence, écoute Dieu....

Ecouter c'est connaître, recevoir et "toucher", en soi.
"Il faut déjà ,commencer à écouté ,et la majoritée des personnes que l'ont croisent n'ont plus la patience d'écouter l'autre.Et l'écoute et un bien précieux,surtout pour les personnes qui ne trouvent personnes qui pourraient les écoutés ne serais-ce qu'un instant,et puis,si elles tombent sur une personne qui est disposé à écouter ,elles fondent en larmes de joies ,car enfin quelqu'un les a écouter.Et souvent vous avez du remarquer cela les personnes qui passent leur temps à parler ,à parler parce que quelqu'un écoute,mais si celle qui écoute veut éssayer de parlait aussi,aussitot l'autre s'en va.Ce qui est beau ,je dirais trés beau ,c'est d'écouter le silence ,quel bonheur.
avatar
Quéffélec

Messages : 9
Date d'inscription : 31/07/2012
Masculin Age : 66
Localisation : Bretagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Sophie le Mar 31 Juil 2012 - 21:20

Ce qui est beau ,je dirais trés beau ,c'est d'écouter le silence ,quel bonheur.

Oh que oui... Very Happy Sage

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par lounaaa le Mer 1 Aoû 2012 - 19:41

je me rends compte qu'en fait je n'ecoute que ce qui m'interresse, et qu'en générale il faut que me touche d'une maniere ou d'une autre. Embarassed
Je ne suis pas encore assez forte pour "écouter" correctement, du moins, j'ai devellopé un mode "hmmm hmm" quand ce que me disent les gens ne m'interresse pas... C'est atroce, mais je n'arrive pas a me projetter dans la réalité de l'autre quand sa "discussion" ne m'apporte rien, que ce soit ma grand mere qui parle beaaauuucccooouuuup (et se repete beaucoup d'ailleurs) , des amies qui parlent de fringues, des mecs qui parlent de foot ou des explications dont je n'ai pas "besoin"... Arrivez vous à ecouter ce qui ne vous interresse pas?? affraid
Ou même qui ne fait rien vibrer en vous??

Je pense que justement, je ne suis capable d'ecouter qu'en coupe "fissuré", "j'aime" ressentir quelque chose, la joie, la peine, cogiter... Là je crois etre capable de bien ecouter, même si c'est vrai, parfois ma propre interpretation demande de repeter les choses avec d'autres mots. C'est même assez recurent dans tous les domaines, cette recherche d'émotions... (faudra que je creuse la dessus... Zinzin )
Sinon, mes pensées s'evadent...
avatar
lounaaa

Messages : 682
Date d'inscription : 18/04/2012
Féminin Age : 33
Localisation : trop souvent la lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par lola83 le Jeu 2 Aoû 2012 - 10:20

j'y arrive , mais il ne faut pas que ça dure trop longtemps !

mais je pense qu'il faut consacrer un minimum de temps pour être sûr que ce que l'autre dit ne nous intéresse pas , parfois on peut avoir un préjugé et si on écoute d'une oreille distraite , du coup on interprète mal les paroles

pareil pour la lecture d'ailleurs

I love you
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par OKASAN le Jeu 9 Aoû 2012 - 14:49

bonjour à tous,

après quelques jours d'absence, j'ai de quoi lire Very Happy

Lounaa :
Arrivez vous à ecouter ce qui ne vous interresse pas??
Ou même qui ne fait rien vibrer en vous??

je suis comme toi !!! j'ai beaucoup de mal quand la conversation ne m'intéresse pas.... ce qui est très souvent le cas Rolling Eyes , notamment dans des repas familiaux par ex !!! mon esprit a tendance à prendre la tangeante ...... et si malgré tout, j'essaie d'être attentive, au bout de quelques minutes, ça me barbe tellement, que je ne tiens plus en place Embarassed

dans la vie quotidienne, je trouve que très peu de gens sont aptes à la vrai écoute...... la plupart du temps, ils arrivent à ramener les choses à eux, pour parler d'eux, et uniquement d'eux.......
le vrai partage est rare.... et donc précieux !!!

avatar
OKASAN

Messages : 199
Date d'inscription : 11/07/2012
Féminin Age : 58
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par rirrou le Dim 12 Aoû 2012 - 7:47

bonjour Smile,
comme le dit très justement sophie, écouter c'est recevoir... de ce que l'on peut constater de nous même et autour de nous, les faits sont que ça n'arrive pas souvent et ça n'est pas facile... pourquoi?

qu'est ce qui se place entre ce qui est observé (c'est à dire, vu, écouté, senti, toucher, gouté) et nous...? Smile comment çela se produit-il? Smile
avatar
rirrou

Messages : 241
Date d'inscription : 09/08/2012
Masculin Age : 46
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'écoute

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum