Comment méditer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment méditer

Message par ananie le Mer 9 Nov 2011 - 12:40

Le terme de méditation peut recouvrir de nombreuses pratiques.
Je vais prendre ici pour référence la méditation bouddhiste puisqu'elle peut servir de base à d'autres sortes de pratiques méditatives.

Je passe rapidement sur les détails techniques : s'assoir le dos droit, la langue collée au palais, le regard à 45° vers le bas...
En tailleur pour ceux qui en ont l'habitude ou sur une chaise.

La méditation consiste en deux point essentiels : la capacité à stabiliser son mental et la vision profonde. Le vision profonde ne pouvant intervenir que si l'on maitrise déjà un peu la stabilité mentale.

Méditer ce n'est pas imposer quoi que se soit à son esprit. Ce n'est pas se vider le tête, chercher à ne pas penser.
Comme le dit Lama Guendune Rinpotché :
« On croit souvent que méditer c'est imposer un état vide à l'esprit, un état sans aucune pensée ni mouvement mental. Cette conception est erronée, car si la méditation était un état sans pensée, cette table devant nous serait en train de méditer ! La méditation n'a rien à voir avec le fait de créer un vide volontaire dans l'esprit ; méditer, ce n'est pas arrêter le mouvement des pensées, mais demeurer sans saisie quant à ces pensées. »
En fait c'est laisser s'exprimer en nous tout ce qui a besoin de s'exprimer, et laisser faire.

Si dans la méditation on a plein de pensées, c'est très bien : on constate que l'on a plein de pensées.
Si l'on a des images on constate que l'on a des images.
Si on se sent en colère, on constate cette colère, et on s'autorise à la ressentir pleinement, sans lui opposer aucune résistance, sans chercher à la refouler ou à la transformer. Si on la laisse être tout en la regardant, elle finira par s'apaiser.

Plus on médite ainsi, plus on devient conscient de soi-même, des moindres recoins de son âme. En même temps laisser s'exprimer les choses tout en en étant conscient est ce qui permet à notre inconscient de se purifier, d'effectuer sa vidange. Ainsi tout ce qui ne correspond pas à notre nature profonde qui est l'amour sort peu à peu.
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Mer 9 Nov 2011 - 12:49

Au niveau du temps, les bouddhistes tibétains conseillent de commencer par méditer très peu. 2 à 5 minutes par exemple, mais tous les jours. Car méditer consiste aussi à donner à notre esprit de nouvelles habitudes... Et pour installer une habitude, il faut de la répétition quotidienne.

Une fois que l'on est à l'aise avec ce temps, on peut l'augmenter peu à peu.
Mais mieux vaut méditer quelques minutes par jour que 2 heures tous les dimanches.

Pour ce qui est de développer la stabilité mentale avant la vision profonde, les tibétains conseillent de commencer par méditer sur un support de méditation. C'est à dire quelque chose sur quoi va se fixer notre esprit. Cela peut-être le mouvement de la respiration (généralement la conscience de la respiration se place au niveau du hara ou juste à la sortie du nez), la flamme d'une bougie, un petit caillou, une image mentale (celle d'un bouddha par exemple).
Méditer consiste simplement à rester conscient de notre objet de méditation. Ainsi, si l'on médite sur la respiration, on s'efforce simplement de revenir au ressenti de la respiration dès qu'on l'oublie. S'il y a d'autres pensées ce n'est pas un problème, du moment que l'on reste conscient du support.
Ainsi on entraine peu à peu notre esprit à se stabiliser sur quelque chose, ce qui sera ensuite très utile pour le stabiliser sur les sensations du corps ou les émotions qui émergent par exemple.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Mer 9 Nov 2011 - 12:58

Le bouddhisme parle de ne pas saisir les pensées, émotions, sensations...
Cela veut dire ne pas les rejeter, ni les alimenter.

Si par exemple nous constatons une colère en nous, nous ne chercherons pas à la rejeter, en voulant qu'elle s'en aille ou ne soit pas là. Nous la laisserons être là, tout le temps qu'il lui plaira. Nous la laisserons s'exprimer et créer dans notre corps toutes les perturbations et sensations désagréables qu'elle voudra car c'est cela qui la fera peu à peu sortir.
Mais nous ne l'alimenterons pas non plus : nous ne chercherons pas à justifier notre colère, à lui donner raison ou à la maintenir.
Tout simplement nous n'en ferons rien du tout (c'est simple mais pas forcément facile).

Le piège le plus fréquent c'est de vouloir à tout prix rejeter ce qui est désagréable ou faire perdurer ce qui est agréable.
Ainsi chercher à faire durer une sensation d'expérience mystique ou à la reproduire est aussi un piège.
Une expérience mystique doit être traitée exactement comme une émotion perturbatrice : on la laisse s'exprimer, sans la rejeter, sans l'alimenter, sans chercher à la retrouver d'autres fois car cela s'opposerait au fait de laisser être ce qui est là. Se serait fabriquer l'état méditatif au lieu de laisser notre esprit naturel et d'être conscient et vigilant.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Mer 9 Nov 2011 - 17:21

Cette pratique de la méditation peut également s'appliquer aux pratiques dévotionnelles.

C'est à dire que l'on peut choisir comme support de méditation ce que les tibétains appellent un objet pur.
C'est à dire qu'au lieu de prendre la respiration comme support, on prend comme support une image mentale qui représente les plus pures qualités de notre esprit.
Dans le bouddhisme cette image est celle d'un bouddha.
Mais on peut faire la même chose avec une image de Jésus, Krishna...

En ce cas, on va rester sur l'image en question comme support de base, tout en observant tout ce qui apparait en nous pendant que l'on médite.
C'est le même principe que ci-dessus, c'est juste le support de concentration qui change.

Dans le bouddhisme tibétain, qui a la particularité d'utiliser ce genre de support, on dit que prendre ce genre d'image rajoute quelque chose puisque cela éveille en nous les qualités qui sont symbolisées par l'image. Du coup cela accélère le processus de purification (toujours selon les tibétains).

Cela ne sera pas forcément bénéfique pour ceux qui aiment les pratiques épurées, par contre cela sera très efficace pour qui ont besoin d'une relation d'amour dans leur pratique.

Il faut juste garder à l'esprit que le personnage divin sur lequel on médite n'est pas extérieur à nous-mêmes : il représente nos qualités transcendantes.
C'est pour cela que les pratiques tibétaines finissent par la dissolution : à la fin de la méditation, on imagine que le bouddha devient de la lumière qui se fond en nous, s'imprègne dans notre corps (ça rappelle qu'en fait il est en nous).

L'image peut aussi être remplacée par un mantra, une prière... La parole sacrée répétée devient alors le support de méditation.

Et on peut appliquer cela à toute prière répétitive (bouddhiste ou autre).

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Dim 13 Nov 2011 - 19:39


_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Hermann le Dim 13 Nov 2011 - 19:50

Merci Guillaume (puisqu'apparemment on peut t'appeler Guillaume Laughing ).

J'aurais une question idiote. Comme je ne l'ai jamais fait et je ne l'ai jamais vu mentionné dans aucun manuel de méditation, mais j'en ai souvent entendu parler.
Comment fait-on pour méditer sur une phrase, ou une idée ?
Comme en plus je pratique la méditation Vipassana (enfin j'essaye), qui est la plus sobre, ça me parait surréaliste...
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Dim 13 Nov 2011 - 20:26

Une phrase ou une idée ?
Tu veux dire un mantra ?
Si c'est un mantra, au lieu de te fixer comme support d'attention la respiration, tu fixes ton attention sur la récitation mentale du mantra.

S'il s'agit de réflexion alors ce n'est pas de la méditation.
Après tout dépend du langage. Chez les chrétiens par exemple, ce qui est appelé méditation c'est la réflexion intellectuelle. La méditation dans le sens bouddhiste du terme, les chrétiens appellent ça oraison.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Hermann le Dim 13 Nov 2011 - 20:43

Non non, pas un mantra, ça j'ai déjà fait.

Mais je ne sais pas, il parait qu'on peut méditer sur une phrase, un sujet de "réflexion" effectivement, peut-être qu'en effet c'est incompatible comme tu le dis, et c'est bien ce qui me semblait.
Par exemple à propos d'une situation : "je vais méditer dessus". Bon là j'imagine qu'on peut visualiser et revivre les sensations et émotions de cette situation, sans réfléchir bien sûr, donc il s'agit encore d'autre chose, visiblement.

Oui je sais bien que chez les chrétiens la méditation est une réflexion profonde.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Lun 14 Nov 2011 - 8:15

Oui quand on dit je vais méditer sur une phrase ou sur un sujet, le terme méditation est plutôt à entendre dans le sens chrétien c'est à dire comme une réflexion profonde.
Donc c'est assez incompatible avec le temps consacré à la méditation.

Sinon on peut éventuellement méditer sur une phrase en la répétant comme un mantra pour s'imprégner de l'énergie qu'elle véhicule. Mais là ce n'est plus de la réflexion.
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Hermann le Ven 18 Nov 2011 - 17:20

Ah voilà, ça m'est revenu.
Ce que je voulais savoir surtout, c'est comment obtenir la réponse à une question qu'on se pose, en méditant.
Déjà, comment (se) poser la question ?
Comment laisser venir ?
Comment reconnaître et accueillir la réponse ?
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Ven 18 Nov 2011 - 20:34

Pour ma part, ce genre de trucs, je ne le travaille pas en méditation mais plutôt en faisant une détente, en me posant la question et en laissant venir ce qui vient.

Car dans la méditation normalement, on n'a pas d'attente.
Donc je ne sais pas encore concilier méditation et question... Mais bon y' peut-être moyen... pourquoi pas.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Hermann le Ven 18 Nov 2011 - 21:13

Oui, voilà, c'est pour ça que ça m'étonnait.
Parce que je vois souvent des phrases du type "je vais méditer là dessus pour avoir une réponse".
Et c'est quelque chose que je n'ai jamais vu dans les livres sur la méditation, donc je me demandais comment on faisait.
Ceci dit, je crois que ta première phrase répond à ma question, tout simplement.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Athanor le Sam 19 Nov 2011 - 6:56

La méditation

La méditation a pour but de libérer l’esprit de l’ignorance et de la souffrance.

Le véritable sens de la méditation est de se transformer intérieurement pour découvrir l’éveil et le but ultime de cette transformation est d’être capable de libérer tous les êtres de la souffrance et de contribuer à leur bien être.

Le bouddha, voulant dire l’éveillé, a offert : « Le diamant qui tranche l’ego et l’ignorance, racines de la souffrance. »

Apres avoir établit le calme intérieur par l’attention sur le souffle, la concentration sur un objet, sur un mantra ou autre (méditation shamatha) on peut passer a la méditation active suivante, méditation active qui fait partie de la réflexion et qui implique une observation de la réalité.

Méditation contemplative : Voir le réel, la nature éphémère de toute chose donc l’impermanence, l’interdépendance, découvrir la vacuité. Celle dernière n’étant pas le néant mais l’absence d’existence autonome d’un moi illusoire qui n’a jamais existé. Parce que tout est interdépendant rien n’existe en soi, ni ne peut être sa propre cause.

Méditation sur l’amour, la compassion, la joie, le lâcher pris, la mort, l’esprit originel…

C’est d’ailleurs la pratique du dhamma (dharma en sanskrit), voie de la compréhension et de l’amour qui conduit au détachement, à la cessation de la souffrance, à la fin de l’attachement avide à quoi que ce soit.
Ensuite la méditation Vipassana : La vision pénétrante qui nous fait voir et mieux comprendre la réalité. Donc qui va nous apprendre a mieux gérer nos pensées, émotions, satisfactions de nos désirs pour transcender et nous libérer de la prison du mental dont nous sommes a la fois les geôliers et le prisonnier. Par notre refus du réel qui ne nous satisfaisait pas, nous avons créé dès l’enfance un monde illusoire pour échapper au monde réel. Il nous faut abandonner nos fausses croyances, nos pensées erronées, apprivoiser nos émotions destructrices en les laissant s’exprimer pleinement et se rendre libre de nos désirs pour ainsi abandonner notre monde illusoire et revenir conscient au monde réel. Etre conscient et lucide de ce qu’est le réel et de ce que nous sommes.

La conscience lucide obtenue par Vipassana et Samadhi (neutralité psychique) nous conduisant a la découverte de notre véritable essence, état « nirvanien », état sans souffrances, au-delà de l’ignorance, état de plénitude et de béatitude.

Athanor

Messages : 3
Date d'inscription : 19/11/2011
Masculin Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Athanor le Sam 19 Nov 2011 - 6:59

Dans la méditation passive, on ne fait rien ou « passivement l’unité avec le silence ». Tant que l’ego et le déroulement des pensées n’auront pas cessé, le silence ne pourra être permanent. Tant que nous projetons en dehors de soi les désirs de notre ego, que nous restons prisonnier de notre mental, souffrant de nos émotions destructrices, pourtant nos amies sur le chemin de la libération, nous continuons a croire que nous sommes autre chose que ce que nous sommes.

Et qu’est-ce que nous sommes ? Nous sommes lumière, flux en mouvement permanent issu du vide d’où nous venons, nous sommes énergie de l’Un en transformation constante, infinie et illimitée. Seul notre refuge provisoire, notre corps physique se détériore jusqu'à la mort, seul le moi illusoire de notre ego finira par disparaître, mais comment ce qui n’existe pas, ce qui n’est pas né pourrait-il mourir ? Seul notre ego nous sépare les uns des autres. En fait nous sommes tous relies par cette énergie universelle, mieux cette énergie est nous. Et nous sommes elle. Nous sommes cette même énergie universelle fondamentale qui a pris des formes différentes (un corps physique pour l’instant). La forme nait du vide (poussière) et retourne au vide (poussiere). Mais la forme n’est pas le vide. La forme du vase qui contient l’eau n’est pas l’eau. »

Pas mieux comme image que celle reprise par Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste vietnamien : « Regardons une vague à la surface de l’océan. Une vague est une vague. Elle a un commencement et une fin. Elle peut être haute ou basse, plus ou moins belle que les autres vagues, mais elle sera toujours l’eau en même temps. L’eau est l’essence de la vague. Il est important qu’une vague sache qu’elle est aussi l’eau, et pas seulement une vague. Nous vivons aussi notre vie en tant qu’individus. Nous pensons que nous avons un début et une fin et que nous sommes séparés des autres êtres vivants. C’est pourquoi le bouddha nous a conseillé de regarder plus profondément afin de toucher l’essence de notre être, qui est le nirvana… Nous n’avons pas a atteindre le nirvana, parce que nous sommes déjà au nirvana. La vague n’a pas besoin de chercher l’eau. Elle est déjà l’eau. Nous sommes un avec l’essence de notre être. Des l’instant où la vague réalise qu’elle est l’eau, toutes ses peurs disparaissent. »

« La vacuité est notre refuge, le monde sans formes, notre vraie demeure, la ou nous retournons chaque soir dans notre sommeil profond. »

Quand nous avons compris que ce que nous sommes dans notre essence profonde est immortel, nous n’avons plus qu’a nous abandonner a ce qui est, juste contempler le réel, observer la chaîne de causes a effets sans en être troublés, ne plus qu’être le ressenti de ce qui s’y passe, ressenti que nous offre cette conscience de ce qui est.

Athanor

Messages : 3
Date d'inscription : 19/11/2011
Masculin Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Athanor le Sam 19 Nov 2011 - 7:02

Alors comment méditer ?

En étant soi au présent, serein, c’est-a-dire calme et confiant, juste être. Lucide et conscient. Etre le ressenti de ce qui est ici et maintenant et demeurer ce ressenti par notre conscience de vivre. Et puis vivre simplement. Vivre simplement veut dire vivre librement. Vivre librement veut dire vivre sans attachements.

« N’ayez de demeure ni intérieur ni extérieur ! Allez et venez en toute liberté ! Rejetez seulement de votre esprit ce à quoi il s’accroche ! » - Houei-Neng

Et je laisserai la parole de fin au moine bouddhiste vietnamien Thich Nhat Hanh :

« La troisième porte de la libération est l’absence de désir ou de but. »

« Il n’y a rien à faire, rien à réaliser, pas de programme, pas d’ordre du jour… Est-ce que la rose doit faire quelque chose ? Non, le but de la rose est d’être une rose. Votre but c’est d’être vous-même. Vous n’avez pas besoin de courir quelque part pour devenir quelqu’un d’autre. Vous êtes merveilleux tel que vous êtes… »

« Soyez vous-même. La vie est précieuse telle qu’elle est. Tous les éléments de votre bonheur sont déjà là. Il est inutile de courir, de lutter ou de poursuivre quoi que ce soit. Soyez simplement. »

« Etre la simplement, ici et maintenant, est la pratique de la méditation la plus profonde. »

« Nous ne méditons pas pour atteindre l’éveil, parce que l’éveil est déjà en nous. Nous n’avons pas besoin de chercher, ni d’avoir un but ou un objectif. Avec l’absence de but, nous voyons que nous ne manquons de rien, que nous avons déjà tout ce que nous voulons devenir, et notre lutte peut enfin cesser. Nous sommes en paix dans l’instant présent… »

« Les gens parlent d’entrer dans le nirvana, mais nous y sommes déjà. L’absence de but et le nirvana ne font qu’un. »

Me réveillant ce matin, je souris.
J’ai vingt-quatre heures toutes nouvelles.
Je fais le vœu de les vivre pleinement
En posant sur le monde les yeux de l’amour.*

*Thich Nath Hanh, Entrez dans la liberté, Dangles, 2000.

« Nous avons tout ce dont nous avons besoin pour faire de l’instant présent le plus heureux de notre vie, même si nous avons pris froid ou mal à la tête. Nul besoin d’attendre de ne plus avoir le rhume pour être heureux. Les rhumes font partie de la vie. »

« C’est comme de s’inquiéter de l’état du monde, ou pour soi-même, sa famille, ses amis, le travail… Si nous laissons les soucis emplir notre cœur, tôt ou tard nous tomberons malade. Oui il y a de terribles souffrances partout dans le monde mais cela ne doit pas nous accabler. L’angoisse ne résout rien. Ce n’est pas parce que vous vous inquiétez vingt fois plus que cela va changer la situation. Votre anxiété risque même d’empirer les choses. Même si les choses ne sont pas comme on voudrait qu’elles soient, on peut être satisfait, en sachant que l’on fait de son mieux et que l’on va continuer de le faire. »

« Si nous ne savons pas comment respirer, sourire et vivre chaque instant de notre vie profondément, nous ne pourrons jamais aider. »

« Je suis heureux dans le moment présent. Je ne demande rien d’autre. Je n’espère pas un plus grand bonheur ni d’autres conditions susceptibles de m’apporter plus de bonheur. La pratique la plus importante est l’absence de but, et non de poursuivre les choses ou de s’y accrocher… »

« Si nous ne sommes pas heureux nous ne saurons pas être un refuge pour les autres. Nous n’avons pas besoin de devenir autre chose que nous-même. »

« Si quelqu’un nous demande combien de temps il faut pratiquer pour être heureux, nous pouvons lui répondre qu’il peut être heureux tout de suite ! La pratique de l’absence de but est la pratique de la liberté. »

*extrait de Thich Nath Hanh, Le cœur des enseignements du bouddha, editions Pocket, collection spiritualite, 2011

Athanor

Messages : 3
Date d'inscription : 19/11/2011
Masculin Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Jeu 4 Avr 2013 - 15:46


_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par ananie le Jeu 4 Avr 2013 - 15:59

Ce que la méditation n'est pas.

Extrait du Livre "Méditer au quotidien" de Henepola Gunaratana.

Bhante Henepola Gunaratana a écrit:Méprise n° 1 : la méditation est simplement une technique de relaxation.

L'erreur ici est le mot «simplement». La relaxation est un élément clef de la méditation, mais la méditation Vipassana a un but beaucoup plus élevé. Toutefois, pour beaucoup d'autres systèmes, l'affirmation est vraie. Toutes les procédures de méditation insistent sur la concentration de l'esprit, pour l'amener à se poser sur un objet ou un sujet de pensée délimité. Faites-le intensément, d'une manière suffisamment complète et vous parvenez à une relaxation profonde et bienheureuse appelée ]hana. C'est un état d'une telle suprême tranquillité qu'il équivaut à l'extase. C'est une forme de plaisir audessus et au-delà de tout ce qui peut être ressenti dans l'état de conscience ordinaire. La plupart des systèmes s'arrêtent là. C'est le but. Lorsque vous l'avez atteint, vous répétez simplement l'expérience pendant le reste de votre vie. Il n'en va pas de même pour Vipassana. Elle cherche un autre but: la conscience sans ego. Concentration et relaxation sont considérées comme des éléments concomitants, nécessaires à sa présence. Ce sont des précurseurs nécessaires, des outils pratiques, et des sousproduits avantageux. Mais ils ne constituent pas l'objectif. Le but est la vision intérieure. Vipassana est une pratique religieuse profonde visant à rien de moins que la purification et la transformation de votre vie quotidienne. Nous traiterons plus avant des différences entre la concentration et la vision intérieure au chapitre «Attention et concentration », p. 223.

Méprise n° 2: méditation veut dire entrer en transe.

Ici encore, l'affirmation pourrait être appliquée avec exactitude à certains systèmes de méditation, mais pas à Vipassana. La méditation de la vision intérieure n'est pas une forme d'hypnose. Vous n'êtes pas en train d'obscurcir votre esprit pour devenir inconscient. Vous n'êtes pas en train de vous transformer en un légume sans émotions. A tout dire, c'est l'inverse qui est vrai. Vous serez de plus en plus accordé à vos propres changements émotionnels. Vous apprendrez à vous connaître avec une clarté et une précision toujours plus grandes. Avec cette technique, certains états peuvent paraître une transe aux yeux d'un observateur. Mais ils en sont vraiment tout l'opposé. Dans la transe hypnotique, le sujet est susceptible d'être contrôlé par quelqu'un d'autre, alors que dans la concentration profonde le méditant reste tout à fait sous son propre contrôle. La similitude est superficielle, et en tout cas l'apparition de ces phénomènes n'est pas le but de Vipassana. Comme nous l'avons dit, la concentration profonde du Jhana est un outil ou une marche sur la route d'une conscience supérieure. Par définition, Vipassana est la culture de l'Attention. Si vous vous rendez compte en méditation que vous êtes en train de devenir inconscient, alors vous n'êtes pas en train de méditer selon la définition de ce mot tel qu'il est utilisé dans le système Vipassana. C'est aussi simple que cela.

Méprise n° 3 : la méditation est une pratique mystérieuse que l'on ne peut pas comprendre.

Là encore, c'est presque vrai, mais pas tout à fait. La méditation concerne des niveaux de conscience plus profonds que la pensée symbolique. Par suite, une partie des données la concernant ne peut simplement pas être expliquée par des mots. Mais cela ne veut pas dire qu'elle ne puisse être comprise. Il y a des manières de comprendre plus profondes que les mots. Vous comprenez comment vous marchez. Probablement, vous ne pouvez pas décrire l'ordre exact dans lequel se contractent vos fibres nerveuses et vos muscles pendant le processus. Mais vous pouvez marcher. La méditation doit être comprise de la même façon, en la pratiquant. Vous ne pouvez pas l'apprendre en termes abstraits. Ce n'est pas quelque chose dont on parle. Il faut la vivre. La méditation n'est pas une sorte de formule stéréotypée donnant des résultats automatiques et prévisibles. Vous ne pouvez jamais prédire exactement <;:e qui apparaîtra à chaque séance particulière. A chaque fois, c'est une investigation, une expérience et une aventure. C'est tellement vrai que, lorsque vous atteignez un niveau de prévision et de ressemblance dans votre pratique, vous utilisez ce fait comme un indicateur. Il signifie que vous êtes sorti de la bonne route et que vous stagnez. Apprendre à voir chaque seconde dans l'univers comme si c'était la première et la dernière est le plus important dans la méditation Vipassana.

Méprise n° 4 : le but de la méditation est de développer des pouvoirs psychiques surhumains.

Non. Le but de la méditation est de développer la conscience. Apprendre à lire les pensées n'est pas le but. Léviter n'est pas le but. Le but est la libération. Il y a une relation entre les phénomènes psychiques et la méditation, mais c'est assez complexe. Pendant les premiers stades de la carrière d'un méditant, de tels phénomènes peuvent se produire. Certaines personnes peuvent avoir des intuitions ou se souvenir de vies passées, d'autres non. De toute manière, il ne s'agit pas d'aptitudes psychiques fiables et correctement développées. Il ne convient pas de leur donner une importance indue. En fait, de tels phénomènes sont assez dangereux pour les nouveaux méditants, car ils sont trop séduisants. Ils peuvent constituer un piège pour l'ego qui vous fera sortir du chemin en vous leurrant. Le meilleur parti à prendre est de ne leur donner aucune importance. S'ils apparaissent, c'est bien. S'ils n'apparaissent pas, c'est bien également. Et il est peu probable qu'ils apparaissent. À un certain point, il est possible de pratiquer des exercices spéciaux pour développer des pouvoirs psychiques. Mais ce moment se produit loin vers l'autre extrémité du chemin. Après avoir atteint un très profond stade de Jhana, le méditant est suffisamment avancé pour travailler avec de tels pouvoirs sans danger d'en perdre le contrôle ou qu'ils dominent sa vie. Il les développera alors strictement dans le but de servir les autres. Ce stade n'arrive qu'après des décades de pratique. Ne vous en préoccupez pas. Concentrez-vous seulement sur le développement de plus en plus de conscience. Si des voix et des visions surgissent, remarquez-les simplement et laissez-les partir. Ne vous en mêlez pas.

Méprise n° 5 : la méditation est dangereuse et une personne prudente doit l'éviter.

Tout est dangereux. Traversez la rue et vous pouvez être renversé par un autobus. Prenez une douche et vous pouvez vous casser le cou. Méditez et vous allez sûrement faire remonter des choses désagréables de votre passé. Les éléments refoulés, enfouis depuis plus ou moins longtemps, peuvent être effrayants. C'est aussi très profitable. Aucune activité n'est réellement sans risque, mais cela ne signifie pas que nous devions nous envelopper dans un cocon protecteur. Ce ne serait pas vivre. Ce serait une mort prématurée. La manière de s'y prendre avec le danger est de connaître approximativement son importance, où il est vraisemblable de le rencontrer, et comment le traiter lorsqu'il se présente. C'est le but de ce manuel. Vipassana est fait pour développer la conscience. Ce n'est pas dangereux en soi, mais tout le contraire. Une plus grande présence d'esprit est une protection contre le danger. Exécutée correctement, la méditation est processus très doux et progressif. Prenez les choses tranquillement et le développement de votre pratique s'effectuera très naturellement. Rien ne doit être forcé. Plus tard, lorsque vous serez sous la proche observation et la sagesse protectrice d'un enseignant compétent, vous pourrez accélérer votre rythme de croissance en effectuant une période de méditation intensive. Au début, néanmoins, allez doucement. Travaillez avec mesure et tout ira bien.

Méprise n° 6: la méditation est faite pour les saints et les religieux, pas pour les gens ordinaires.

Cette attitude est très répandue en Asie, où moines et religieux font l'objet d'une grande révérence ritualisée. Dans une certaine mesure, elle est apparentée à l'attitude américaine consistant à idéaliser les stars de cinéma et les vedettes du football. Ces personnes sont stéréotypées, idéalisées, dotées de
caractéristiques que peu d'êtres humains seraient capables d'incarner. En Occident même, nous partageons en partie cette opinion envers la méditation. Nous imaginons qu'une personne qui médite est extraordinairement pieuse, incapable de faire le moindre mal. Quelques contacts avec de telles personnes auront bien vite raison de ces illusions. Elles se révèlent généralement pleines d'énergie et d'enthousiasme, vivant leur vie avec une vigueur incroyable. Il est vrai, naturellement, que la majorité des saints méditent, mais ils ne méditent pas parce qu'ils sont saints. C'est le contraire. Ils sont saints parce qu'ils méditent. C'est par la méditation qu'ils sont parvenus à cette qualité. Et ils ont commencé à méditer avant de devenir saints, sinon ils ne le seraient pas. C'est un point important. Imaginer qu'une personne doive être complètement vertueuse avant de commencer à méditer est une stratégie qui ne marche pas. La moralité requiert un certain degré de contrôle mental. C'est une condition préalable. Vous ne pouvez pas suivre quelque ensemble de préceptes moraux que ce soit, sans avoir un peu de contrôle sur vous-même. Si votre mental est perpétuellement en train de tourner à pleine vitesse, il est hautement improbable que vous puissiez vous contrôler. Aussi le développement du mental doit-il venir en premier.

Il y a trois facteurs constitutifs dans la méditation bouddhique: moralité, concentration et sagesse. Ces trois facteurs se développent ensemble, à mesure que votre pratique s'approfondit. Chacun influence l'autre, de sorte que vous les cultivez ensemble, et non un à un. Lorsque vous avez la sagesse de vraiment comprendre une situation, la compassion envers toutes les parties concernées est automatique, et compassion veut dire que vous repérez automatiquement toute pensée, parole ou action qui pourrait vous nuire ou nuire aux autres. Ainsi votre comportement est-il automatiquement moral. C'est seulement lorsque vous ne comprenez pas les choses profondément que vous créez des problèmes: si la perception des conséquences de vos propres actes vous manque, alors vous commettez des fautes. La personne qui attend d'être complètement morale pour méditer attend un « si» qui ne viendra jamais. Les anciens sages disaient qu'elle est comme un homme qui attendrait que l'océan devienne immobile pour se baigner. Afin de préciser ce point, disons qu'il y a différents niveaux de moralité.

Le niveau le plus bas consiste à adhérer à un ensemble de règles et de réglementations instituées par quelqu'un d'a!ltre. Ce peut être le prophète que vous respectez. L'Etat, le patriarche de votre communauté, ou votre père. Qu'importe celui qui établit les règles, il vous suffit de les connaître et de les suivre. Un robot pourrait le faire. Même un chimpanzé, pourvu que les règles soient suffisamment simples et qu'il soit puni chaque fois qu'il commet une infraction. Ce niveau ne demande aucunement de méditer. Vous avez seulement besoin des règles et de quelqu'un pour manier le bâton.

Le niveau suivant consiste à obéir aux mêmes règles, même en l'absence de celui qui est chargé de vous punir. Vous obéissez parce que vous avez intégré les règles. Vous vous réprimandez vous-même chaque fois que vous commettez une infraction. À ce niveau, il faut un peu de contrôle mental. Si votre schéma de pensée est chaotique, votre comportement le sera également. La culture mentale réduit le chaos mental.

Il existe un troisième niveau de moralité, mais il serait sans doute préférable de l'appeler «éthique». Il représente un tout autre degré dans l'échelle, un véritable changement de modèle. Au niveau éthique, vous ne suivez pas des règles pures et dures dictées par l'autorité. Vous définissez votre propre comportement selon les besoins de la situation. Ce niveau requiert une intelligence réelle et une capacité de jongler avec tous les facteurs de chaque situation pour arriver à chaque fois à une réponse unique, créative et appropriée. De plus, celui qui prend de telles décisions doit s'être extrait de son propre point de vue personnel limité. Il doit voir toute la situation d'un angle objectif, donnant un poids égal aux besoins des autres et aux siens. En d'autres termes, il doit être libéré de la convoitise, de l'aversion, de la jalousie et de tout le reste de la panoplie égoïste qui empêche de voir le point de vue des autres. Seulement alors est-il possible de choisir l'ensemble exact d'actions justes, véritablement optimal dans chaque situation. Ce niveau de moralité requiert absolument la méditation, à moins que vous ne soyez né saint. Il n'y a pas d'autre façon d'en acquérir la capacité. Le processus de tri requis est épuisant. Si vous essayiez de jongler avec tous les facteurs de chaque situation au moyen du mental conscient, vous vous épuiseriez. L'intellect ne peut pas maintenir en l'air autant de boules à la fois. Heureusement, un niveau de conscience plus profond peut effectuer le travail avec aisance. La méditation peut accomplir le tri pour vous. C'est une sensation troublante.

Disons qu'un jour vous avez un problème à résoudre: le dernier divorce de l'oncle Henri. La situation paraît absolument insoluble. Le jour d'après, vous êtes en train de laver la vaisselle, et de penser complètement à autre chose. Soudain la solution est là. Elle surgit du mental profond. Vous dites «Ah ah!» et tout est résolu. Cette sorte d'intuition ne peut se produire que quand vous débranchez les circuits logiques et donnez au mental profond une chance de concocter la solution. Le mental conscient fait obstruction. La méditation vous apprend comment vous débrancher du mécanisme de la pensée. C'est l'art mental de mettre les pieds hors de votre propre chemin, et une capacité joliment utile dans la vie quotidienne. La méditation n'est pas une pratique faite seulement pour les ascètes et les ermites. C'est une capacité pratique qui concerne les événements de chaque jour et qui a des applications immédiates dans la vie de chacun.

Malheureusement, ce fait même constitue un handicap pour certains étudiants. Ils abordent la pratique en s'attendant à une révélation cosmique instantanée, complète, avec des chœurs angéliques. Ce qu'ils obtiennent en général est une façon plus efficace de faire le ménage et de s'occuper de l' oncle Henri. Ils sont déçus sans raison. Faire le ménage vient en premier. Les chœurs angéliques demandent un peu plus de temps.

Méprise n° 7: méditer, c'est se détourner de la réalité.

Incorrect. La méditation, c'est se tourner vers la réalité. Elle ne vous isole pas des souffrances de la vie. Elle vous permet de pénétrer si profondément dans la vie et tous ses aspects que vous percez la barrière de la douleur et allez au-delà de la souffrance. Vipassana est une pratique effectuée avec l'intention spécifique de faire face à la réalité, d'expérimenter la vie complètement, juste comme elle est, et de faire face à ce que vous trouvez. Elle vous permet de déchirer les illusions et de vous libérer de tous les petits mensonges polis que vous vous racontez sans arrêt. Ce qui est là est là. Vous êtes qui vous êtes. Vous mentir sur vos propres faiblesses et vos motivations vous enchaîne encore plus étroitement à la roue de l'illusion. Vipassana n'est pas la tentative de vous oublier ou de dissimuler vos ennuis. C'est apprendre à vous regarder exactement comme vous êtes. À voir ce qui est là, à l'accepter pleinement. Seulement alors pourrezvous le changer.

Méprise n° 8 : la méditation est un moyen d'être heureux.

Eh bien, oui et non. La méditation procure parfois d'agréables sensations de béatitude, mais pas toujours et ce n'est pas le but... De plus, si vous méditez avec cette intention, vous avez moins de chances d'y parvenir qu'en méditant simplement en vue du but réel de la méditation qui est un accroissement de conscience.

La béatitude provient de la relaxation et la relaxation de la détente des tensions. Rechercher la béatitude par la méditation introduit une tension dans le processus, qui le fait disjoncter. Il n'y a pas moyen d'en sortir. Vous ne pouvez atteindre la béatitude que si vous ne la cherchez pas. De plus, si l'euphorie et les sensations agréables sont ce que vous cherchez, il y a des manières plus faciles de se les procurer. Vous les trouverez dans les bars et auprès des personnages louches qui hantent les rues. L'euphorie n'est pas le but de la méditation. Elle se produira souvent, mais elle doit être considérée comme un à-côté plaisant. Plus vous méditez, plus il devient fréquent. Vous ne trouverez aucun désaccord à ce sujet auprès des pratiquants avancés.

Méprise n° 9: la méditation est égoïste.

On pourrait vraiment le croire. Voyez un méditant assis sur son petit coussin. Est-il en train de faire don de son sang? Non. Est-il en train de s'affairer pour sauver les victimes de la dernière tragédie? Non. Mais examinons ses motivations. Son intention est de purger son esprit de la colère, des préjugés et de la malveillance. Il est engagé dans le processus menant à se débarrasser de la convoitise, des tensions et de l'insensibilité, c'est-à-dire des éléments mêmes qui bloquent sa compassion envers les autres. Jusqu'à ce qu'ils soient partis, ses bonnes actions ont une forte chance de n'être d'aucune aide véritable à longue échéance. Le mal au nom du bien est l'une des plus vieilles histoires du monde. Le Grand Inquisiteur tuait avec les plus nobles motifs. Les procès des sorcières de Salem furent menés pour le bien public. Examinez la vie personnelle de méditants avancés et vous les trouverez souvent engagés dans le service humanitaire. Vous les trouverez rarement partant en croisade, prêts à sacrifier quelques individus pour l'amour d'un pieux idéal. Le fait est que nous sommes plus égoïstes que nous le croyons. L'ego possède le moyen de transformer les plus nobles activités en horreurs si on le laisse en liberté. Par la méditation, nous devenons conscients de nous-mêmes, exactement tels que nous sommes. Nous nous éveillons aux nombreux moyens subtils que nous utilisons pour manifester notre propre égoïsme. Alors commençonsnous à être véritablement sans ego. Se purifier de l'égoïsme n'est pas une activité égoïste.

Méprise n° 10: méditer, c'est s'asseoir et avoir des pensées élevées.

Encore faux. Il existe certains systèmes de contemplation dans lesquels on fait ce genre de choses. Mais ce n'est pas Vipassana. Vipassana est la pratique de la conscience éveillée. La conscience de ce qui est - quoi que ce soit - la vérité la plus haute comme la plus basse. Ce qui est là est là. Bien sûr, de hautes pensées peuvent apparaître pendant votre pratique. Elles ne sont pas à éviter, ni à rechercher. Ce sont simplement des à-côtés plaisants. Vipassana est une pratique simple. Elle consiste à éprouver les événements de votre propre vie directement, sans préférence et sans images mentales collées dessus. Vipassana consiste à voir votre vie se dérouler d'instant en instant sans préjugés. Ce qui surgit surgit. C'est très simple.

Méprise n° 11 : une quinzaine de jours de méditation et tous mes problèmes vont disparaître.

Désolé. La méditation n'est pas un remède rapide. Vous commencerez tout de suite à voir des changements, mais les effets profonds sont à des années de distance. C'est simplement la manière dont l'univers est construit. Rien de valable n'est accompli du jour au lendemain. La méditation est dure à certains points de vue. Elle demande une longue discipline et parfois un douloureux processus de pratique. A chaque assise, vous gagnez un peu de terrain, mais les résultats sont souvent très ténus. Ils se produisent profondément dans le mental, pour se manifester seulement beaucoup plus tard. Et si vous êtes là, assis, en train de chercher constamment des changements, vous manquerez complètement les modifications subtiles. Vous serez découragé, vous abandonnerez et jurerez que rien ne se produira jamais. La patience est la clef. Patience. Si vous n'apprenez rien d'autre, vous apprendrez la patience. Et c'est la leçon la plus appréciable.

Source :
http://www.vipassana.fr/Textes/BhanteGunaratanaCeQueLaMeditationNestPas.htm

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment méditer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum