Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Loryan le Lun 14 Mai 2012 - 19:10

En voilà une question n'est-ce pas ?

Je ne savais pas trop si je devais poster cette question, ni si il me fallait choisir un espace public ou protégé.
Mais je me suis dis que cette question je suis sans doute loin d'être le seul à ma la poser, et que finalement un sujet public pourrait-être utile à bien d'autres d'autant que je sais que cette question peu amener selon les périodes de la vie une souffrance assez conséquente.

En fait il y a un tas de question à l'intérieure de cette question à l'image des poupées russes.

La première qui me semble évidente est :
Pourquoi se sent-on seul ?
La deuxième qui vient juste dans le sillage de la première est :
Pourquoi éprouve t-on temps par moment ou pour la vie le besoin d'intimité de la présence d'une personne en particulier ?

J'aurais aimé si possible qu'on ne débatte pas trop sur l'amour universel ou sur l'amour de Dieu, non que ce ne soit pas intéressant ou justifié, mais pouvez vous comprendre que c'est une situation d'impasse encore plus grande que de voir dissoudre son incompréhension d'un problème personnel dans un tout qui n'est pas accessible dans ce moment de remise en question.
Il n'y a rien de plus terrible que de s'entendre dire "il n'y a personne qui t'aime, mais c'est pas grave nous t'aimons tous (pas pareil bien sur), l'univers t'aime, Dieu t'aime"

Par l'humour qui me caractérise je vous répondrais du tac au tac "bah si Dieu m'aime qu'il mette sur ma route l'amour humain qui me manque" !!!
Bah oui ça tombe sous le sens non ?

Parce que la question c'est bien celle là !!!!
Pourquoi ce manque de l'amour humain peut-il devenir une obsession et une souffrance si profonde qu'elle ne peut même pas se voir ni s'exprimer ?

Bien sur là ça devient personnel, pourtant ces derniers jours je me suis posé des tas de questions sur moi même.
Le constat est simple
Je ne vis pas, je survis dans l'attente de je ne sais quoi.
Pas survivre au sens vital du terme, mais au sens où je semble attendre que la vie se passe en la remplissant de tout ce qui passe et en dépensant une énergie assez considérable à remplir un vase qui se vide sans cesse par son fond.

Fond qui n'est autre que le besoin d'être avec quelqu'un comme on dit, et j'ai beau faire amende honorable dans ma vie de tous les jours je crois bien que c'est la question centrale de mon existence et que je n'en comprends pas la raison.

Physiquement parlant je suis loin d'être un bel homme, mais je suis loin d'être laid et mal fait. Ce constat peu faire rire quand on veut parler d'amour, mais c'est si vrai!
Combien de fois peut-on lire "le physique ne fait pas tout, mais... ! D'autant que je suis affilié à un milieu homosexuel qui est loin d'être tendre sur la question.
Niveau caractère je en suis pas méchant, ce n'est pas dans ma nature, mais je peux mordre et être assez incisif, cependant c'est plutôt rare. Je m’intéresse à tout, je suis bon public et il est assez rare que je ne puisse pas parler d'un sujet... imaginez a midi j'ai même parlé du football et de la montée de Reims en ligue 1.....
Bref je vais pas vous faire un profil meetic pour, mais disons qu'il n'existe pas de raisons gravissimes à mon célibat prolongé.

Oui célibat prolongé car imaginez et j'ai presque honte à le dire que je ne sais pas ce qu'est l'amour partagé entre deux personnes. si je le sais à travers les autres, mais pas à travers moi.
J'ai déjà été amoureux, et on a été amoureux de moi... mais jamais ensembles.
J'éprouve une très grande difficulté a avoir des sentiments forts, en règle général ça me tombe dessus de façon anarchique, ou alors il me faut un temps d'adaptation considérable que personne ne prends plus de nos jours.
On peut aisément dire que je suis un peureux de l'amour, je ne me livre pas, et je n'y comprends rien.....
Cela dit je vieillis, et chaque jour me donne la crainte d'opportunité en baisse. Alors attendre quoi je me le demande..
Ne pouvant faire semblant mon souci me parait insoluble, je ne peux pas me mettre avec quelqu'un sans être entier, je ne sais pas faire semblant bien que je puisse être un bon acteur.
Mon introspection sur moi même et une catastrophe au quotidien dans mes rencontres, je me sens tellement loin des gens que je rencontre que lorsque je ressens une attirance c'est forcément en plein sur une des failles de mon être et qui bien sur sera incarnée par un inaccessible histoire de bien remuer le couteau dans la plaie.
Ca peut prêter à sourire mais c'est réellement une constante de mon vécu.

Si je devais vous exprimer mon sentiment global sur la question c'est comme si depuis ma naissance je vivais avec le sentiment d'avoir aimé quelqu'un qui n'est plus de ce monde et que je ne le trouvais nul part, c'est comme si je courrais inlassablement après quelqu'un croyant l'avoir reconnu et qui en se retournant me disait "non ce n'est pas moi".
Mais le temps passe à survivre d'une absence qui somme toute n'est qu'une illusion. Mais peut-on refaire sa vie quand on ne l'a pas commencée ?


Dernière édition par Loryan le Dim 12 Aoû 2012 - 17:29, édité 1 fois

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par lounaaa le Lun 14 Mai 2012 - 19:45

Si je devais vous exprimer mon sentiment global sur la question c'est comme si depuis ma naissance je vivais avec le sentiment d'avoir aimé quelqu'un qui n'est plus de ce monde et que je ne le trouvais nul part, c'est comme si je courrais inlassablement après quelqu'un croyant l'avoir reconnu et qui en se retournant me disait "non ce n'est pas moi".
Mais le temps passe à survivre d'une absence qui somme toute n'est qu'une illusion. Mais peut-on refaire sa vie quand on ne l'a pas commencée ?

Je crois que c'est quelque chose d'assez récurrent chez beaucoup de monde, ce sentiment de manque de LA personne... est ce l'âme soeur? un amour de vie antérieure? un idéal enfouie dans l'inconscient? la "rupture d'avec la source"? un jumeau... ou une moitié pour refaire un tout??
c'est des questions que je me pose regulierement, et bien des gens egalement.
personnellement, ca s'exprime sous forme de reves tres fort (pas érotique, mais d'amour intense) sur lesquelles je projette eventuellement des visages ou des personnes en sachant que ce n'est pas eux. C'est aussi des moment de blues ou de nostalgie inexplicable sur un "truc" que j'ai l'impression de DEVOIR vivre, quelqu'un que je dois REtrouver...

Du coup, pas de super conseils avisés, puisque quelque part, bien qu'etant en couple d'un "amour partagé", c'est quelque chose que je continue à ressentir aussi.
Je reste tout de même convaincu qu'en matière de couple en général, c'est de ne pas attendre de l'autre qu'il nous rende heureux, et encore moins qu'il remplisse notre coupe. Je crois qu'un couple qui fonctionne, c'est des personnes completes, qui savent se rendre heureux seul, et qui coordonne leur bonheur.

Pourquoi se sent-on seul ?
La deuxième qui vient juste dans le sillage de la première est :
Pourquoi éprouve t-on temps par moment ou pour la vie le besoin d'intimité de la présence d'une personne en particulier ?

Je pense que l'on se sent seul tant que l'on ne sait tout simplement pas trouvé soi meme. Absolument pas dans le sens péjoratif de la personne immature qui recherche son identité, mais dans le sens que si etre seul est un fardeaux, c'est que l'on a pas appris à etre bien avec soi meme.
la seconde question, je l'ai relu dis fois, mais je ne la comprend pas!! Rolling Eyes tu veux dire pourquoi a t-on besoin d'etre intime avec une personne?
peut etre parce que le partage represente une part importante de l'humanité, et que pour cela il faut etre au moins deux. Peut etre qu'il y a des notions de confiance, de sécurité, d'erotisme et de tendresse neccessaire dans l'epanouissement de notre personne.

J'ai longuement revisé mon idée de l'amour a la baisse, si bien que j'ai delaissé des idéaux auxquels je croyais, entrant bien plus dans le compromis, et comme tu le dis , dans le "jeu d'acteur". Je me rends compte bien trop tard des choses que j'ai perdu en route, et pourtant, tous de mon exterieur proche voient en mon couple une idylle parfaite ou un couple idéal. Peut etre ce que nous sommes finallement, puisque nous résistons malgré tout. Mais la remise en question de sa personne, de celle du conjoint, et du couple en général sont des étapes evidentes et inévitables, reste a trouver comment continuer, et surtout si l'amour (qui a changé de forme depuis les premieres années passions) vaut la peine de se perdre un peu, ou si il faut taper du point sur la table... A quel moment etre trop exigent ou point d'etre seul? A quel moment lachez un peu de ce que nous sommes pour vivre a deux? Sur quels principes vit-on l'amour??

Dans l'absolu, je crois a l'amour inconditionnel. Pas que j'arrive a l'éprouver, car il faut sans doute une grande force de coeur et de moral pour le ressentir au dela de l'ego, mais sur des principes généraux, je me positionne déjà clairement contre les exigence de l'autre (fidélité par exemple, a laquelle je ne crois absolument pas, pire que je réprouve) appropriation ("mon" homme, je suis la premiere à employé ce terme, mais je me rapelle qu'il n'est pas A moi, mais que je suis AVEC lui) la projection (de l'amant parfait, du pere, du meilleur pote)(( et encore, on pardonne bien plus a ses pote qu'a son amour, fait etrange!)) et ... la routine, chose qui -personnellement- m'epuise et me mine à un point inimaginable. Comment redecouvrir l'autre sans cesse? comment le surprendre encore? comment l'aimer sans rien attendre de lui? comment le comprendre aussi fort qu'on se comprend soi meme, objectivement?
et surtout, comment rencontré au bon moment, une personne prete a vous accepter avec vos faiblesses? a qui vous pouvez tout dire sans honte ou sans peur de jugement? avec qui vous pouvez rire, pleurer, reflechir, avoir peur, avoir foid, jouire, faire du sport ou ne pas en faire, parler livre, cuisine politique et chaussette avec le meme interet... c'est bien des "exigences" pour se contenter d'une personne, a moins d'etre de ses chanceux qui rencontre LA bonne...
bien plus de questions que de réponses finallement... Love Panel



Dernière édition par lounaaa le Lun 14 Mai 2012 - 19:50, édité 1 fois
avatar
lounaaa

Messages : 682
Date d'inscription : 18/04/2012
Féminin Age : 33
Localisation : trop souvent la lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Marie le Lun 14 Mai 2012 - 19:46

Loryan a écrit:En voilà une question n'est-ce pas ?

Si je devais vous exprimer mon sentiment global sur la question c'est comme si depuis ma naissance je vivais avec le sentiment d'avoir aimé quelqu'un qui n'est plus de ce monde et que je ne le trouvais nul part, c'est comme si je courrais inlassablement après quelqu'un croyant l'avoir reconnu et qui en se retournant me disait "non ce n'est pas moi".
Cela ne va pas forcément t'aider, mais je partage ce sentiment également et bravo pour le courage d'aborder cette question. Pas sûre cependant qu'il existe des réponses certaines à ce genre de question.

Cherchant du côté anima/animus, (merci Hermann), les découvertes de ce domaine , bien qu'enrichissantes, ne répondent pas à tout. Fleur
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par ananie le Lun 14 Mai 2012 - 20:36

Pour ma part je crois qu'il n'y a pas de réponse valable pour tout le monde à cette question.

Comme les autres, je vais réagir là dessus :
Loryan a écrit:Si je devais vous exprimer mon sentiment global sur la question c'est comme si depuis ma naissance je vivais avec le sentiment d'avoir aimé quelqu'un qui n'est plus de ce monde et que je ne le trouvais nul part, c'est comme si je courrais inlassablement après quelqu'un croyant l'avoir reconnu et qui en se retournant me disait "non ce n'est pas moi".
Je crois très sincèrement que ce que l'on appelle l'âme sœur, la personne avec qui cela va coller à tous points de vue, celle que l'on attendait et qui nous attendait... ça n'existe absolument pas.
Ce ne sera jamais la personne idéale.
Par contre je crois que l'on peut construire un couple, où l'on devient chacun pour l'autre peu à peu la personne idéale.
Ce que je veux dire c'est qu'il n'y a pas de personne idéale dès le départ par contre je crois qu'au bout de 10 ans de vie commune et beaucoup de communication et de travail sur soi (des deux côtés) on peut être avec la personne idéale.

Pour ma part, dans le début de notre relation avec ma compagne, je crois que nous n'étions pas l'un pour l'autre la personne idéale. Par contre après 7 ans ensemble nous le devenons de plus en plus.
Et c'est aussi cette construction commune qui donne de la valeur à notre relation.

Le truc aussi c'est que pendant cette construction on s'améliore de plus en plus, humainement et spirituellement, car l'autre nous demande de changer, de nous améliorer et en faisant cela, il nous tire vers le meilleur de nous-mêmes. Et quand la demande est juste (et il arrive qu'elle le soit vraiment) et qu'en plus tout cela se passe dans les deux sens, c'est magnifique.

Toutes les histoires d'âme sœur, de personne idéale, de "si on aime l'autre on le prend comme il est, on ne lui demande pas de changer, on doit tout aimer, pas seulement des parties"... tout cela a mon avis rend l'amour véritable dans un couple totalement impossible et illusoire (et quand on y regarde bien ça ne marche jamais et n'a jamais marché pour personne).

Mais je crois que pour accepter de remettre en question tout cela il y a un deuil à faire de cet amour de conte de fée, qui à mon avis s'appuie sur une histoire passée d'amour non comblé ou perdu : probablement avec nos parents, ou avec des relations de couple d'autres vies, ou avec notre partie divine... mais plus certainement à mon avis avec un peu de tout cela.
Et pour faire ce deuil, il faut avoir guéri les souffrances qui sont liées à ce manque ou cette perte.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par lola83 le Lun 14 Mai 2012 - 22:15

loryan , comme toujours , vu que je suis très paresseuse , moi j'ai fait simple

je suis très bien avec moi même , je n'ai besoin de personne en réalité , mais je me trouve mieux quand même avec une compagnie

donc je n'ai jamais été seule , je n'ai pas toujours choisi la bonne personne par contre , mais avec l'expérience j'ai compris qu'il me fallait juste une personne compatible avec moi

donc il faut définir la compatibilité , pour moi c'est une personne honnête qui a les mêmes défauts que moi , donc on ne peut se disputer à cause de cela puisque ce sont des défauts partagés

il faut avoir aussi un minimum de valeurs à partager et ne pas s'ennuyer avec ce partenaire , donc pour moi il faut de l'humour , cela met de la gaieté et cela fait passer beaucoup de choses , et faut aussi une attirance physique , bien sûr

bon avec cela , peut on dire qu'il s'agit de l'âme soeur dont nous avons tous révé ?

non , bien sûr , cet idéal il faut l'abandonner et revoir nos prétentions à la baisse
on peut être très heureux avec seulement une personne compatible
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Greenman le Mar 15 Mai 2012 - 2:47

C'est touchant ce topic, (décidément, ces derniers jours, ce forum est en mode "sensibilité et confiance"), merci de ce partage, Loryan, de cette confiance, qui effectivement peut servir à d'autres.

Pour tenter de répondre - modestement - à ces questions, je crois qu'il faut essayer de discerner ce que nous partageons tous, notre dénominateur commun, en excluant bien sûr toutes les particularités individuelles que nous ne connaissons pas, ni celles des autres, ni les nôtres (en partie).

Dans cette optique, je suis bien d'accord avec les réponses qui t'ont été données, entre autres :

- "nostalgie inexplicable sur un "truc" que j'ai l'impression de DEVOIR vivre, quelqu'un que je dois REtrouver..." (Lounaaa)

==> on a tous tiqué là-dessus, parce que je crois que ça vient de vies antérieures, (et de très loin en ce qui concerne la nostalgie fondamentale de l'Unité originelle), pas seulement d'attachements à des personnes particulières, mais des élans que nous avons donnés à notre âme depuis longtemps, il semblerait que nous fonctionnons avec des corps subtils, avec des énergies en fait sur lesquelles nous imprimons des tendances, des polarités, de plus en plus fortes selon les attachements auxquels nous acceptons d'être soumis au fil de la vie de l'âme.
Et c'est un cercle cohérent malgré tout : vouloir partager une intimité avec quelqu'un me semble provenir de 2 causes, une négative, une positive (ces termes ne sont pas ici des jugements de valeur, bien sûr). La négative est la tendance à aller vers l'individuel, vers la matière, et la positive, à aller vers l'universel, le spirituel. Ceci pour dire que nous savons intuitivement et profondément que l'amour humain envers un conjoint est aussi un moyen d'aller à l'universel, à l'amour inconditionnel, c'est un chemin spirituel et divin, une alchimie qui s'opère subtilement et qui rend heureux. SI l'amour est vrai, ce n'est pas un leurre, mais si l'autre est surtout une béquille... paradoxalement on risque fort de chuter...

Lounaaa écrit aussi :
"je reste tout de même convaincu qu'en matière de couple en général, c'est de ne pas attendre de l'autre qu'il nous rende heureux, et encore moins qu'il remplisse notre coupe."

==> oui, c'est l'alchimie subtile de l'amour réussi qui comble, je crois, et non un des 2 conjoints. C'est bien différent. Ainsi, je n'ai pas d'opinion sur les âmes soeurs car y penser me parait être déjà une direction incorrecte dans le sens où on compte alors sur quelqu'un au lieu de compter sur l'amour à construire, sur le don de soi, sur le dépassement de l'ego, sur le 1 qu'on se propose de créer.
Je ne connais pas trop ce concept d'âme soeur car je n'ai jamais compté dessus, peut être avec un bon karma peut-on être particulièrement favorisé par une belle rencontre harmonieuse, je ne sais pas, mais ce qui parait faux en tout cas, ce serait de compter là-dessus et d'attendre après ça car ce serait mettre l'accent dès le départ sur le souhait de recevoir plus que de donner, et en plus, comme on ne connait pas notre destin, on pourrait se mettre à attendre une chimère de chez chimère... surtout si on a une image de l'âme soeur comme d'une personne idéale et quasiment parfaite...
(Je ne dis pas du tout que c'est ce que tu fais, Loryan, bien sûr, je ne répond qu'au concept de façon générale. En ce qui te concerne, j'ai plutôt compris que tu souhaitais très simplement un amour normal mais bien partagé, sans que cela fasse appel du tout à une notion exigeante d'âme soeur. Et ce, même si l'idée d'âme soeur est souvent présente en nous d'une façon plus ou moins forte, ou faible..).

ceci étant, voyons les autres questions, puisque je n'ai répondu qu'au désir d'intimité :

- pourquoi se sent-on seul ?

==> difficile comme question...
parce qu'on s'identifie au corps physique, et qu'on croit ainsi que les autres sont séparés de nous.
parce qu'on ne sait pas que les autres sont déjà en nous, du fait que des blessures ancestrales masquent la réalité de notre identité auto-suffisante et complète. Le problème est je crois, qu'on n'arrive pas dans ce monde comme le corps physique pourrait nous le laisser penser, comme un bébé "tout nouveau tout mignon". En fait, on trimbale de lourdes charges, blessures et tendances depuis longtemps, et la naissance est en fait le plus souvent la prise d'un train fou en marche. Alors ou on ralentit la machine en la changeant d'aiguillage pour revenir au bercail, ou on a intérêt à avoir du carburant sinon on sera de plus en plus blessé et insatisfait, la croyance croissante en l'individualité étant un mirage... d'où la souffrance terrible en cas de non-amour reçu, en cas de solitude...
Ce qui amène directement à la dernière question, qui est : "pourquoi suis-je seul ?
- La solitude peut ainsi curieusement être une soupape de sécurité, pour nous reconnecter "de force" avec notre propre être intérieur, pas forcément en tant qu'épanouissement vu que c'est douloureux pendant un bon moment, mais en tant qu'arrêt du processus d'enracinement systématique dans les attachements aux personnalités individuelles illusoires.
Comme souvent, il faut raisonner par l'absurde pour éclaircir le problème, il me semble : imaginons que personne ne soit jamais seul, que la vie à 2 soit totalement systématique et permanente, le monde irait il mieux ? Non, il est évident qu'il n'y a pas de stagnation durable, l'homme finirait par chuter lourdement, comme il l'a fait dans l'Histoire : la sublimation de l'amour de couple est donc obligatoire, qui ne monte pas finira par descendre. Ou on réussit l'alchimie de couple ou on connaitra la solitude, pas seulement pour une raison mécanique de séparation physique mais surtout par nécessité humaine et spirituelle de "se retrouver".
Ainsi, c'est ton être profond qui réclame cette solitude, d'après moi, contrairement à ce qu'on pourrait d'abord croire, et malgré la souffrance... il faut alors découvrir pourquoi l'être profond déclenche cette solitude, ce qui te réconciliera avec tout, en passant.

Alors une autre question survient alors, toujours les poupées russes Very Happy , comment "se retrouver" , qu'est ce que cela veut dire ?
La vie parle, la solitude est une question que la vie nous pose (car la vie sait que la réponse est sublime) : " qui es-tu ? "
Et pour répondre à ça, il est évident qu'il faut effacer ce qui couvre l'identité, donc il faut nettoyer les blessures, les tendances latentes du passé, par un épanouissement puissant dans une activité quelle qu'elle soit, artistique ou autre, et par l'introspection intérieure, l'écoute de son soi intérieur, la méditation, etc...
Dans ce cas, il ne s'agit pas tant ici de chercher Dieu que de chercher qui on est, et même sans réaliser Dieu, si on se rapproche de soi-même, ça résout bigrement les choses...

L'effacement des blessures en outre libère les énergies de telle façon que l'être devient magnétique et attirant pour les autres, y compris pour des prétendants éventuels. Et, ironie du sort, parfois de telle façon que ça ne l'intéresse alors plus....
Les gens à qui ça arrive sont alors relativement libres et vivent les choses dans l'équilibre car ils reçoivent tout sans rejet ou presque, dans une harmonie non calculée qui arrive spontanément, c'est un chemin vers la descente de la Lumière dans l'esprit et dans le corps.... (et non un chemin de rejet de quoi que ce soit).

Voilà, je vois ça comme ça, c'est une vision perso que j'ai essayé de rendre cohérente, rien d'autre...

Bon courage et bonne chance. Lance Coeurs

coeur
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Marie le Mar 15 Mai 2012 - 7:20

Greenman a écrit:
Ce qui amène directement à la dernière question, qui est : "pourquoi suis-je seul ?

- La solitude peut ainsi curieusement être une soupape de sécurité, pour nous reconnecter "de force" avec notre propre être intérieur, pas forcément en tant qu'épanouissement vu que c'est douloureux pendant un bon moment, mais en tant qu'arrêt du processus d'enracinement systématique dans les attachements aux personnalités individuelles illusoires.

coeur

C'est une question que je me pose régulièrement ça. Cependant, je me dis aussi que si je m'achemine vers une rencontre où je ne fais plus porter à l'autre tous mes fantasmes, la vie de couple ne sera plus forcément synonime d'enracinement systématique dans les attachements aux personnalités individuelles illusoires, d'autant moins d'ailleurs que la personne ser(ait) dans un chemin spirituel également (et paf!! nouveau fantasme en vue! Very Happy ) Bref, c'est pô gagné..... Like a Star @ heaven
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par lola83 le Mar 15 Mai 2012 - 7:33

tu as fait une belle analyse greenman (comme d'habitude )

mais vu que je ne pars pas avec les mêmes axiomes que toi je n'ai pas tout à fait la même

malgré tout , je partage beaucoup de choses et notamment :

"L'effacement des blessures en outre libère les énergies de telle façon que l'être devient magnétique et attirant pour les autres, y compris pour des prétendants éventuels "

coeur coeur coeur
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Marylo le Mar 15 Mai 2012 - 8:16

Bonjour,

J'apporte mon expérience à cette question qui, je suis d'accord avec Ananie, reste très personnelle et du domaine de l'intime.

J'ai toujours eu la sensation que j'étais seule, surtout lorsque je me trouvais au milieu d'une fête familiale ou avec des amis. Encore aujourd'hui, j'ai toujours un moment où j'ai l'impression de regarder une scène de l'extérieur, un peu comme dans un rêve, mais je n'ai pas la sensation d'appartenir à cette scène et à ceux qui la vivent. Ce n'est pas en permanence, car je suis quelqu'un de très sociable et j'ai beaucoup d'amies. Mais très régulièrement, cette conscience aiguë revient.

Avec Régis, c'est la même chose. Nous avons construit notre relation à travers les années qui passent et deux chocs qui après nous avoir éloignés, nous ont fait travailler ensemble. Mais je me sens tout de même foncièrement seule à l'intérieur. Jusque récemment, j'ai vécu cela comme un décalage par rapport à ma vie de tous les jours.

Après réflexion, je pense que j'ai conscience de ce que je suis en réalité : sur mon chemin et en auto-suffisance spirituelle. Par contre, effectivement je pense que je vivrais mal la solitude ici bas. Mais, à ce jour, hormis mon mari que j'aime, je n'ai jamais rencontré une personne qui me donne l'impression de remplir complètement un vide que j'aurais : un encastrable en quelque sorte... Je pense comme Lola et Ananie que l'âme sœur ; l'unique n'existe que dans nos fantasmes. Nous pouvons être avec plusieurs personnes : après tout est question de cheminement et des concessions que nous acceptons de faire et surtout que l'autre accepte de faire pour que nous poursuivions la route ensemble.

Eh puis, je pense que les gens qui sont célibataires (deux de mes sœurs le sont, elles vivent ensemble) même si c'est par choix, rencontrent les mêmes problèmes que toi en ce qui concerne ce sentiment très lourd à vivre d'être seul.

Je t'embrasse
Marylo Kiss
avatar
Marylo

Messages : 303
Date d'inscription : 10/11/2011
Féminin Age : 57
Localisation : Essonne

http://eclaircreative.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Lydie le Mar 15 Mai 2012 - 8:24

Greenman a écrit:Ainsi, c'est ton être profond qui réclame cette solitude, d'après moi, contrairement à ce qu'on pourrait d'abord croire, et malgré la souffrance... il faut alors découvrir pourquoi l'être profond déclenche cette solitude, ce qui te réconciliera avec tout, en passant.

Bingo ! Love

Ce n'est pas sûrement la seule chose mais par mon vécu, chez moi c'est ce qui a été le plus important à travailler.

Après deux relations importantes une de 5 ans et la dernière de 18 ans, suis passée par la porte "bilan" où on a besoin de temps pour analyser le tout, de comprendre, de faire le point.

Résultat 4 ans sans personne et de plus sans vraiment avoir envie d'avoir quelqu'un. Vers la fin on se dit, qu'il serait bien de rencontrer quelqu'un, pour pouvoir partager. Mais malgré cette envie, les personnes que je pouvais croiser, ben ... boffff, puis on ne va pas se mettre avec quelqu'un juste pour ne pas être seul, ça serait une grave erreur.
J'ai la chance d'avoir un entourage amical qui m'apporte beaucoup d'amour. A l'inverse de certains amis qui essayent de vous "caser" c'était difficile car mes meilleures amies sont homo et en couple, donc l'entourage masculin autour assez limité ptrd Leur remarques " ce n'est pas en restant avec nous que tu vas rencontrer quelqu'un" ma réponse "lorsque ça doit se faire, ça se fait, la vie met sur le chemin les personnes que tu dois rencontrer"
La croyance qu'il faut sortir pour rencontrer des personnes est fausse, du moins de mon point de vue, j'ai fait dans ma jeunesse une très belle rencontre, elle est venu sonner à ma porte lol! Bon c'est vrai qu'au départ c'était pour me vendre des bouquins, il n'y a pas eu d'achat mais une belle rencontre Very Happy

Je dévoile un tranchant de ma vie, car je pense que ça peut aider certains, vu qu'on parle ici de choses plus "terre à terre".

La question était pourquoi je ne rencontre personne qui serait susceptible de m’intéresser ? qu'elle est la partie de moi qui refuse ça ? pourquoi me suis-je enfermée dans la solitude ?
Je travaille sur moi avec l'EFT et le Reiki et j'ai découvert pas mal de choses qu'il a fallu nettoyer.

On ne nous laisse pas seuls, on se met dans l'état d'être seuls car une partie de nous garde des peurs, parfois même souvent, une accumulation qui vient d'expériences remontant de l'enfance et qui viennent s'ajouter à des vies de couple plus ou moins ratées. La peur de l'abandon, du rejet, de souffrir ..... mais aussi d'aimer.
Je suis loin d'avoir tout travailler, mais à partir du moment que j'en ai pris conscience et que j'ai commencé le travail, mes énergies ont changées, me suis ouverte inconsciemment à autre chose, mon moi profond à accepter ce fait, une porte s'est entre-ouverte. J'ai senti que l'énergie des autres envers moi avait changé aussi, des petites choses qui se mettent en place, des regards qu'on surprend ...
Puis finalement même si on n'est pas encore vraiment prêt, pafffff on fait une rencontre Very Happy bien-sûr lorsqu'on s'y attend le moins.
Le travail est loin d'être fini car avec la rencontre parfois des vieux démons font surface, donc on doit déblayer tout ça afin de construire sainement.

Mais en conclusion je dirai, pourquoi j'ai eu si peur d'aimer à nouveau ?
avatar
Lydie

Messages : 444
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 53
Localisation : Perpignan

http://www.lydie-bonnet.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Loryan le Mar 15 Mai 2012 - 11:37

Que de jolies interventions

Merci bien.

Dans mon cas je suis assez conscient du mythe de l'âme soeur ou de la princesse et du prince charmant, c'est à dire que cela fait partie d'une croyance agréable sans pour autant être une obligation.
Cela dit je dois avouer que le savoir est une chose, y renoncer dans son fort intérieur en est une autre.... mais je tempère car je n'en suis pas imprégné à un point si critique.
J'ai très largement fait des essais avec des gens "acceptables", ces gens avec qui on a pas le coup de foudre mais avec qui ça passe pas trop mal.
Les conclusions de mes expériences m'ont fait stopper cet état car ça ne donne rien, soit parce que le temps est trop long et ça ne se fait pas, soit malheureusement parce que cela fait énormément souffrir la personne qui rame parce que ce genre de compromis est rarement équilibré dans l'attachement entre l'un et l'autre.
En fait je me refuse à faire des essais avec des gens qui pourraient en souffrir. Vous me direz à chacun sa croix, mais il n'en demeure pas moins que je préfère être celui qui souffre de ne pouvoir se lier à quelqu'un plutôt que d'observer la difficulté d'une personne qui n'arrive pas à se lier à moi. Malheureusement je suis très sensible à ça et j'éprouve une certaine empathie qui m'a déjà fait céder en donnant à l'autre ce qu'il n'aurait pas du avoir. Le résultat est toujours le même, un certain jeu de désir douleur selon le point de vue.
Un des moments difficiles, fut par exemple de faire semblant de dormir quand le garçon à mes cotés tenta de me prendre dans ses bras à notre premier rendez vous pour sans doute initier la relation. Mais au regard de sa nature sensible il aurait été émotionnellement suicidaire de lui faire croire à un mirage.

Il est possible que je surestime ma force en encaissant plus que ma part et que je sous estime l'autre en voulant trop prendre de pincettes.

Il est amusant parfois de constater que je pense ainsi aux femmes, parfois j'en croisent qui semble ne pas être insensible à ma personne. Mais si je peux penser que ces femmes sont tout ce qu'il y a de plus aime-able , je considère que le travail qu'il y aurait à faire sur moi pour que ce soit possible est totalement impossible à leur imposer, d'autant qu'il n'y a aucune garantie de succès et qu'il ne s'agirait de ma part que d'une adaptation et non d'une sincérité.
Il si jamais cela vous étonne, il faut comprendre que ce serait pour moi une solution de facilité et pas forcément un amour intègre.

Sur un autre plan j'ai pu remarquer que j'attire essentiellement des garçons qui sont ancré dans ce que je ne veux pas être, ce qui me renvoie forcément un image, certes narcissique, très difficile à accepter. Et donc forcément dès que je vais être attiré... je vais me taire, être fuyant et laisser croire très loin de ce que je pense réellement. Forcément ? bah oui c'est hélas comme ça.

Il est possible aussi que je sois "parasité" depuis longtemps par une personne qui m'a tellement voulu (je sais même pas si il me veut encore) qu'aujourd'hui dès que je dois m'imaginer avec quelqu'un, ou lorsque j'essaye d'exprimer mes demandes à l'univers, je dois lutter contre l’apparition de son image.

Ce que je combat actuellement est sur plusieurs critères.
- la fuite en avant avec une jeunesse qui s'estompe rendant de plus en plus difficile le quotidien car mon esprit vieillis moins vite que mon corps, ce qui rend mon évolution mentale trop lente par rapport à la réalité physique.
- une sorte de malédiction qui voudrait qu'il me soit interdit la réussite avec les gens que je désire et qu'il me soit imposé ceux que je ne désire pas. Et je pèse mes mots, je suis peut-être sélectif dans mes désirs mais bien loin d'être intégriste.
- la question du pourquoi est-ce ceci qui est l'engrenage principal de mon existence sans en être le plus visible. Pour mieux expliquer ce point si je devais prendre la totalité de mes désirs, la totalité de mon activité, la totalité de mes problèmes, etc... on en reviendrait toujours à ce point.
"je n'ai personne, je n'en souffre pas en tout cas moins que la plus part des gens, mais pourtant si j'enlevais cet objectif à ma vie je pense que je disparaitrais dans la simple envie de n'avoir jamais été". Rien n'aurait d'importance si cela ne devait pas exister.











Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par M'a Ailes le Mar 15 Mai 2012 - 12:03

Coucou à tous,

Loryan je vais t'engueuler lol, contrairement à tous, il y a une chose qui m'a fait tiqué dans ton post :

"Physiquement parlant je suis loin d'être un bel homme, mais je suis loin d'être laid et mal fait"

Je penses en tout cas de moi point de vue, qu'il est important dans toutes relations quelle qu'elle soit de se trouver au top, magnifique et tout!! Donc quelque soit ton physique sisisi tu es un beau goss,, comme disait une vidéo dont j'ai oublié la provenance, il faut être amoureux de soi même!!

Je penses même que s'est la base en amour, comment l'autre pourrais nous renvoyer une image "saine" de soi même si nous ne nous aimons pas tel que nous sommes?

J'ai remarqué que beaucoup de monde (je ne dis pas que cela est ton cas) cherche absolument l'amour afin que l'autre nous renvoie une image de perfection, de se voir briller dans le regard de l'autre! Or, je penses que cela est vain, comme me dis ma chere maman depuis des années "En Amour tu attires ce que tu es"
Merci maman car c'est terriblement vrai.

Contrairement a ananie, je penses que toute les personne que nous rencontrons sont nos âmes soeur! Je m'explique : les personnes que nous rencontrons sentimentalement pour moi sont être qui nous correspondent le plus au moment ou nous les rencontrons, et c'est ce que nous recherchons tous, c'est sur, cependant nous avons tous notre évolution personnelle et de nos jours il est fort difficile de "retrouver" quelqu'un qui evoluera en même temps que nous.

Cela a du arriver à pas mal de monde, qu'un jour nous ne reconnaissons plus la personne qui est en face!! Ben c'est tous simplement car les routes se sont séparées. Et il faut l'accepter tel quel.

Bon la je dérive du sujet.

Après ce n'est que mon analyse personnelle, mais qu'est ce qui te fais te sentir seule? Car tu le dis bien tu te sens seule et mal avec toi même. et je penses que de la viens ton petit soucis!!

Personnellement je ne suis bien que depuis que je me sens bien avec moi même, que je m'aime comme je suis, certes je ne me connais pas (comment le pourrais t'on c'est un travail de vies...) mais s'est ainsi, près je penses que nous avons tous une vision de l'amour fort differente, pour moi l'amour, s'est rencontrer quelqu'un et se dire "mmh tien toi j'ai appris à te connaitre et ce queje vois de toi, me plais, une ami, une amant, un "homme .... .... Viens allons partager un bout de chemin, je ne sais pas ou cela nous mènera mais je veux passer du bon temps avec toi..." bon j'ai beaucoup synthetiser car ce n'est pas le sujet...
Partager ce que nous sommes, je penses que c'est ce que nous voulons tous, que quelqu'un apprennes à nous connitre tel que nous sommes sans les voiles et codes sentimentaux actuels... et ce n'est pas une mince à faire!!

Bon je m'arrête j'estime que je dérive et mes écrits ne sont à ce point plus construstifs!!!

Ce n'est pas une personne qui nous fais souffrir mais notre vision de la situation...

Loryan méthode coué "je suis un canon et je m'aime comme je suis" hop hop hop Rouleau Angel


Wet Kiss


Dernière édition par M'a Ailes le Mar 15 Mai 2012 - 12:08, édité 2 fois
avatar
M'a Ailes

Messages : 23
Date d'inscription : 09/04/2012
Féminin Age : 30
Localisation : Entre ici et là, mais surtout ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Marie le Mar 15 Mai 2012 - 12:05

Loryan a écrit:En fait je me refuse à faire des essais avec des gens qui pourraient en souffrir. Vous me direz à chacun sa croix, mais il n'en demeure pas moins que je préfère être celui qui souffre de ne pouvoir se lier à quelqu'un plutôt que d'observer la difficulté d'une personne qui n'arrive pas à se lier à moi. Malheureusement je suis très sensible à ça et j'éprouve une certaine empathie qui m'a déjà fait céder en donnant à l'autre ce qu'il n'aurait pas du avoir. Le résultat est toujours le même, un certain jeu de désir douleur selon le point de vue.


Tellement d'infos personnelles auxquelles je n'oserais risquer une réponse...

Sur le paragraphe que j'ai sélectionné ci-dessus, cependant, j'ai fait des essais également et termine une douloureuse histoire au cours de laquelle un emberlificotage entre aimer-sauver-me sauver a été tel qu'il aurait pu finir encore plus mal qu'il n'a fini. Je tiens donc a souligner qu'à mon sens tu fais bien de te refuser à cela. Rose
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Loryan le Mar 15 Mai 2012 - 12:58

Tu m'as fais rire M'a Ailes d'autant que j'ai une anecdote de l'année dernière.

J'étais invité chez des amis à Sarreguemines, la veille je m'étais fais une jolie coupe de cheveux et ce jour je sortais de la douche propre comme un sou neuf pour aller à ce repas.
Il y a des jours où il n'y a rien à comprendre, j'ai fais mes 80 km en voiture sur france info (c'est pour dire l'impact musical). Mais il y avait une reportage sympa et j'ai pensé "spirituellement" grand durant tout le trajet.
J'étais bien, je me sentais bien, beau et détaché de la réalité comme on peu avoir ce regard qui semble tout voir sans être là mais qui est là.

Bref je me suis garé devant la fenêtre et deux amis qui me connaissent depuis longtemps étaient à la fenêtre. L'un d'entre eux était scotché à la fenêtre et avais demandé à l'autre qui était ce bo gosse dans la voiture. "Bah c'est Nico" qu'il lui avait répondu.
La moralité de l'histoire c'est qu'il ne m'avait pas reconnu, m'avait vu plus beau et plus jeune que je n'étais et n'en revenais pas de ce changement "spectaculaire" chez moi... pourtant sincèrement j'étais identique à 98%.
Et tout ça parce que semble t-il durant tous le trajet j'étais dans un état second très loin de ma réalité habituelle.
En effet ça laisse à réfléchir.

D'autant qu'en tant qu'éponge j'ai tendance à capter le mal être des gens, et j'oublie peut-être que eux captent le mien parfois.




Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par M'a Ailes le Mar 15 Mai 2012 - 13:40

ah bah tu vois héhé Wink

Il faut alors que tu trouve un moyen de te protéger de ton empathie, personnellement pour m'en libéré j'ai appris a savoir et reconnître une emotion qui n'est pas de moi et de la "libéré" comme cela ça ne m'atteint pas Very Happy
avatar
M'a Ailes

Messages : 23
Date d'inscription : 09/04/2012
Féminin Age : 30
Localisation : Entre ici et là, mais surtout ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par ananie le Mar 15 Mai 2012 - 14:37

M'a Ailes a écrit:Contrairement a ananie, je penses que toute les personne que nous rencontrons sont nos âmes soeur! Je m'explique : les personnes que nous rencontrons sentimentalement pour moi sont être qui nous correspondent le plus au moment ou nous les rencontrons, et c'est ce que nous recherchons tous, c'est sur, cependant nous avons tous notre évolution personnelle et de nos jours il est fort difficile de "retrouver" quelqu'un qui evoluera en même temps que nous.
Ben dans ce sens là je suis d'accord Very Happy : a chaque instant on rencontre des gens qui correspondent à quelque chose que l'on doit vivre.


Sinon par rapport à ce que tu disais Loryan, je crois qu'il est vraiment important de savoir dire les choses dans un couple, et de ne pas trop avoir peur de faire souffrir. Bien sur, éviter de faire souffrir autant que possible, mais parfois, pour aller vers plus de bonheur pour tout le monde, il est impossible de ne pas passer par un peu de souffrance.

Si on ne dit pas ce qui ne nous va pas, je trouve que c'est pire : on ne parle pas à l'autre par peur de le faire souffrir, mais ensuite on reste avec lui en étant insatisfait (ce que l'autre sent) et on finit même par le quitter sans lui avoir donné la chance d'avancer.
Parfois dire les choses à l'autre le fait souffrir, mais quand c'est juste cela l'amène généralement ensuite à encore plus de bonheur.

Il y a peut-être dans tout cela une réflexion à faire aussi autour de la souffrance.
Parce que pour être plus heureux il fait accepter de laisser mourir certaines choses en soi, et même si ces choses nous pourrissent la vie, s'en séparer comporte toujours une petite part de douleur je crois.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par lola83 le Mar 15 Mai 2012 - 14:57

je suis assez d'accord avec m'a ailes

il est très important de s'aimer , d'être bien dans sa peau

d'ailleurs tu l'attestes toi même loryan avec ton anecdote où ton ami ne te reconnaissait pas sur le coup

et je ne comprends pas trop ton problème entre ta jeunesse d'esprit et ton corps qui vieillit

entretiens ton corps , ce n'est pas si compliqué , il y a certaines règles à respecter et d'autres choses à éviter , on en reparlera si tu veux , mais garde ton esprit jeune et aime toi Very Happy I love you
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Jean-Yves le Jeu 17 Mai 2012 - 13:57

Bonjour à tous

Je n'ai pas lu les différentes réponses sur ce post (pas de connexion pendant 48 H) mais comme j'avais fait une réponse, là voici...

Salut Loryan

Le sentiment de solitude… Oui, je peux parler de ceci car c’est un paysage que je connais bien. Ce que je peux dire à ce sujet, c’est que ce sentiment de solitude est lié, non pas à l’absence d’une personne physique près de soi, mais à une sorte de rupture intérieure. La preuve en est que l’on peut très bien se sentir seul même si l’on est entouré et à l’inverse ne pas se sentir seul lorsque l’on est physiquement seul. Mais il est vrai qu’être entouré peut permettre de dissiper ce sentiment de solitude, pour un temps du moins, par la distraction que la présence de l’autre ou des autres génère en soi. Je me souviens un jour d’avoir dit à ma compagne « tu me manques » alors qu’elle se trouvait près de moi. De toute évidence, ce qui manquait ce n’était pas elle… c’est uniquement que je ressentais ce sentiment de rupture en moi, cette sorte d’isolement intérieur.

Je me souviens que lorsque j’ai vécu ce sentiment de solitude (à son point culminant), c’était lors d’une séparation affective. Et je réalise avec le recul que cette personne qui m’avait quitté n’était en rien responsable de ma souffrance ; elle n’était que le révélateur de ma propre insuffisance intérieure, de ma propre rupture intérieure. C’est un peu comme si on m’avait retiré la béquille affective sur laquelle je m’appuyais.

Je vois en cela d’ailleurs, toutes ces épreuves qu’on traverse, les différents mécanismes de la vie qui nous poussent à l’évolution, qui nous poussent à vivre avec une conscience toujours plus mature. Je me souviens qu’alors (lors de vide affectif intense), j’avais téléphoné à celui que je considérais comme mon « guide » à l’époque, et au fur et à mesure que j’expliquais, je craquais et je me mettais à pleurer. Et lui tout en écoutant m’a demandé calmement « C’est en train de lâcher là non ? » Oui effectivement « ça lâchait… » Puis j’ai réussi à lui exprimer ce que je ressentais « je ressens une solitude intense, c’est un peu comme si j’étais mort… » Et il m’a alors répliqué (ce que je perçois d’ailleurs aujourd’hui comme l’évidence) « Mais tu n’es jamais seul ! ».

Tout ceci pour traduire un peu la force de l’impact que ce sentiment de solitude, de rupture intérieure peut avoir en soi ; et que dans ces moments-là on peut croire que ça va être toujours comme ça, que c’est un gouffre indissociable de soi et qu’on ne pourra jamais en sortir… On peut même en arriver à vouloir mettre fin à ses jours… et c’est-ce qui arrive parfois… et c’est très dommage… car en réalité ça tient à pas grand-chose.

Ceci est la traversée du désert qui semble indissociable de la vie spirituelle. Tout comme Moïse qui a traversé le désert … ou le Christ qui est « allé au désert »… ou encore une histoire plus actuelle et qui est sans doute, sous certains aspects, le reflet d’enseignements tirés de la mythologie, à moins que l’auteur n’ait été lui-même inspiré… Dans « Le Seigneur des anneaux » : le moment où Gandalf le gris tombe dans un précipice et affronte le monstre avant de renaître en tant que Gandalf le blanc (l’immaculé).

Pour revenir au cœur du sujet, disons que quand ce sentiment de solitude se manifeste en soi, c’est le moment opportun (le seul) où on peut le dépasser… Alors plutôt que de faire ce qu’on fait d’ordinaire dans ces moments-là : s’entourer d’amis, aller au cinéma… etc. On peut adopter une toute autre attitude: le vivre pleinement, complètement… c’est tout… et ainsi il finit par s’atténuer, disparaître… et s’il réapparaît èmême stratégie è on le vit…Et à chaque fois qu’on le dépasse, non seulement il devient plus facile de le dépasser par la suite, (s‘il réapparaît)… mais surtout on en ressort grandi (en conscience).

Cette façon d’aborder les émotions, quelles qu’elles soient, est ce que Chögyam Trungpa [ Maître bouddhiste tibétain] nous décrit comme étant ce qui est appelé « le rugissement du lion ». Car quelle que soit le sentiment ou l’émotion qui survient en soi, on arrête de fuir, on le vit.
Maintenant il n’est peut-être pas indispensable d’en arriver à une très grande intransigeance avec soi, et de se refuser le contact d’amis ou toute distraction pour pouvoir vivre ce malaise et le dépasser… Mais on peut lorsque l’on a cette connaissance laisser une part plus grande au silence et à l’acceptation en soi… Après je pense que c’est un peu à chacun de voir et de tester par lui-même…

Smile
avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Sebas le Jeu 17 Mai 2012 - 15:24

mauvais karma

Sebas

Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2012
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Greenman le Jeu 17 Mai 2012 - 17:27

"mauvais karma" ? Shocked

Rude sentence pour le coup.. pale
Tout est karma mais le karma est une base de travail et d'évolution dont on peut sortir par des actes, des ascèses, de l'amour, etc, ce n'est pas une notion figée et isolée, c'est une donnée incluse dans un vaste ensemble de vie, d'élévation de conscience, de grâce divine, bref, c'est sans limite, on ne réduit pas un être à son karma.
La notion de karma sert à nous montrer le mouvement de vie, afin que l'on comprenne les rouages d'un certain point de vue, et la façon éventuelle d'en sortir, mais on ne doit pas en faire un mur...

Alors, oui, c'est du karma, mais on parlait ici de la façon d'en sortir...

Hello

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par wohpé le Jeu 17 Mai 2012 - 19:03

Touchée par tes mots Loryan coeur
Qui plus est, ils résonnent en partie ma propre réalité de solitude. Celle que j'ai choisi, car malgré les apparences, je crois vraiment qu'on la choisit. Comme l'a bien exprimé Green c'est notre âme qui en décide, elle est un passage obligé pour le parcours intérieur de certains d'entre nous. Je sais que nous ne sommes jamais seuls dans l'absolu, je le sais et je le vis, dans un autre coeur, mais là n'est pas le sujet on est bien d'accord. Nous parlons bien de solitude dans la vie, de ne pas être accompagné par quelqu'un.
Ce sentiment de solitude dont tu parles, me fait penser à celui dont parles Rainer Maria Rilke dans ses "Lettres à un jeune poëte" :

Une seule chose est nécessaire: la solitude.
La grande solitude intérieure. Aller en soi-même, et ne rencontrer, des heures durant, personne - c'est à cela qu'il faut parvenir.
Être seul comme l'enfant est seul quand les grandes personnes vont et viennent, mêlées à des choses qui semblent grandes à l'enfant et importantes du seul fait que les grandes personnes s'en affairent et que l'enfant ne comprend rien à ce qu'elle font.
S'il n'est pas de communion entre les hommes et vous, essayez d'être près des choses: elles ne vous abandonneront pas.
Dans le monde des choses et celui des bêtes, tout est plein d'événements auxquels vous pouvez prendre part.
Les enfants sont toujours comme l'enfant que vous fûtes: tristes et heureux; et si vous pensez à votre enfance, vous revivez parmi eux, parmi les enfants secrets. Les grandes personnes ne sont rien, leur dignité ne répond à rien. y a encore des nuits, il y a encore des vents qui agitent les arbres et courent sur les pays.


Et si être seul dans la vie c'était juste vouloir rester un enfant au fond ? Je pose juste la question... Very Happy

Ce que je crois aussi, c'est que lorsque notre âme a décidé que le temps était venu de rompre cette solitude, les énergies se mettent à nouveau en place pour une rencontre, et d'autant plus belle qu'on aura conscientisé notre propre état d'être. Pas toujours facile à vivre puisqu'en tant qu'êtres humains nous avons besoin de vivre notre humanité et notre amour humain même avec nos manques et nos faiblesses, j'en sais quelque chose lol, mais salvateur puisque cette solitude imposée de l'intérieur n'a d'autre but que de nous harmoniser nous mêmes pour ensuite donner, se donner, et recevoir le meilleur. Il faut garder confiance surtout. Plein d'amour pour toi Loryan. Love Panel



avatar
wohpé

Messages : 196
Date d'inscription : 17/05/2012
Féminin Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Loryan le Jeu 17 Mai 2012 - 20:58

Merci de vos messages et de vos partages c'est très enrichissant.

J'ai parfois eu l'envie de partir une semaine dans une retraite où une randonnée sans parler à âme qui vive.
Mais je ne l'ai jamais fais, tout comme je prends mon ordinateur et mon téléphone quand je vais en vacances de campagne.

Une peur sans doute, la peur de perdre la connexion à mes semblables comme si elle allait devenir définitive

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par lola83 le Jeu 17 Mai 2012 - 21:07

dans ma jeunesse je n'avais pas d'ordinateur , ni de téléphone

et vu que je suis resté jeune , je peux toujours m'en passer , Very Happy

faut avouer que c'est bien agréable ce progrès , mais pour moi je ne le relie pas à la solitude , mais plutôt comme une cloche à la porte plutôt que de s'évertuer à crier pour attirer l'attention du voisin ou de l'ami Very Happy
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Diunddhy le Ven 18 Mai 2012 - 14:59

Hello Lolo,

Marie a salué ton courage d'aborder la question, idem pour moi.
J'ai tellement pas envie de l'aborder cette question que je te lis seulement aujourd'hui Embarassed ... rien que le titre m'a fait froid dans le dos lol. Surtout l'intuition que j'allais me reconnaitre dans tes mots, même si c'est pas du 100%, le souvenir que j'ai de nos échanges en privé fait que je sais que nous partageons certaines caractéristiques de ce côté là.

J'ai plein d'ami-e-s que je trouve formidables, toutes et tous plus attentionnés, aimants, compréhensifs et patients les uns que les autres, la vie m'a gâtée de ce côté là.

Pour ce qui est de la vie amoureuse, j'ai eu des histoires plus ou moins longues. Le plus souvent douloureuses ou bien vouées à l'échec, en termes amoureux en tous cas, même si on apprend de tout et que rien n'arrive par hasard. Aussi je me sens également profondément seule, et souvent en danger dans le cadre de mes relations de couple (danger qui varient en fonction des données de chacun : danger de subir ou de faire subir ou les 2, mais danger toujours).
Plus jeune j'étais plutôt mimi, tu sais dans ces âges où "on trouve un mari", je crois que j'aurais pu avoir presque qui je voulais. Force est de constater que ça ne m'intéressait pas et que je n'accordais d'attention qu'à ce qui était douloureux et compliqué. Le temps passe comme tu le dis. Je pense de temps en temps à la vie que j'aurais pu avoir et que je n'aurai plus, et je réalise surtout comme ça a été évoqué par d'autres, qu'il en va de ma responsabilité et de mes choix qui ont orientés mon existence. Des choix soutenus par plusieurs paramètres, souvent inconscients sur le moment : comment s'est construite la personnalité dans la petite enfance, relation aux parents, reproduction de schémas ou contre-pieds par rapport à eux, peurs diverses et variées (de celle d'échouer, à celle d'être heureux et bien d'autres encore), partie "karmique" également... autant de déterminismes qui font qu'on désire une chose autant qu'on l'évite si l'âme est blessée ou apeurée. Et ceci bien indépendamment du succès que l'on peut avoir au bout du compte...

Je crois vraiment qu'on se sent seul ou en situation d'échec ou de souffrance tant qu'on est pas "guérit", tant que l'on ne s'aime pas suffisamment comme ça a été dit, tant qu'on ne se donne pas l'autorisation d'être dans une histoire qui nous correspond. Et pour cela je pense qu'il faut plonger en profondeur en soi-même, pour se comprendre, se réparer et s'aimer. Cela prend plus de temps pour certains que pour d'autres, peut-être en fonction de la somme de chose à intégrer, de la nature du chemin à parcourir pour rejoindre son centre qui est différent selon chacun d'entre nous... au regard de nos chemins de vie et de nos essences singulières. Et pour ma part, je suis très lente (à moins que j'en ai eu trop à régler, donc ça prend du temps tout naturellement ^^), alors je te comprends, au delà des mots.

Des bisous sur ton cœur mon Lolo I love you
avatar
Diunddhy

Messages : 193
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 41
Localisation : Anahata

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Rigel le Ven 18 Mai 2012 - 17:15

Loryan, La solitude est attirante.
Gaffi ... elle devient très vite une maîtresse.
Oui nous sommes seul.
La solitude pourrait venir à la suite d'une période d'echec..... Oui...
Mais ne t'y fie pas !
Si je devais vous exprimer mon sentiment global sur la question c'est comme si depuis ma naissance je vivais avec le sentiment d'avoir aimé quelqu'un qui n'est plus de ce monde et que je ne le trouvais nul part, c'est comme si je courrais inlassablement après quelqu'un croyant l'avoir reconnu et qui en se retournant me disait "non ce n'est pas moi".
Mais le temps passe à survivre d'une absence qui somme toute n'est qu'une illusion. Mais peut-on refaire sa vie quand on ne l'a pas commencée ?

Ne serais tu pas à ta recherche ?
Il y a des moments dans la vie, cette vie, où le mental concret n'as plus lieu d'être,
et pourtant nous en avons besoin pour la gérer. Là je parles du plan matériel.
Maintenant hisse la voile ....
Tu auras des surprises !!!!


avatar
Rigel

Messages : 388
Date d'inscription : 29/11/2011
Féminin Age : 74

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi crois-je que je suis seul ? (journal de Loryan)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum