Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Mer 8 Aoû 2012 - 15:40

Depuis toujours j'oscille entre deux conceptions (qui se rejoignent probablement d'ailleurs) que je trouve bien illustrées par ce texte. Je précise que je n'ouvre pas une polémique, mais juste un questionnement qui m'anime depuis toute jeune;

Je cite: "Un jour où le prophète Mahomet marchait dans la ville en compagnie d'un de ses disciples, on raconte que, brusquement, un homme se dressa devant eux et s'en prit au disciple en termes très grossiers. Le disciple écouta d'abord calmement en s'efforçant de contenir sa colère, mais bientôt, incapable de se maîtriser, il se mit à riposter. Après s'être menacés et traités de tous les noms, les deux finirent par se quitter , mais le disciple s'aperçut que son maître n'était plus là et il partit à sa recherche...
Quand il le retrouva plus loin, assis au coin d'une rue , le disciple dit à Mahomet: "O mon Maître, pourquoi m'as-tu laissé ?" Et Mahomet répondit : "Il est dangereux de rester entre deux animaux furieux. Lorsque cet homme t'injuriait et que tu te taisais, tu étais entouré d'entités invisibles qui répondaient à ta place et qui te protégeaient. Mais quand tu as commencé toi aussi à crier en voulant toi-même te défendre, ces entités t'ont quitté et moi aussi avec elles , car tu révélais par ta conduite que tu n'avais pas besoin de nous."
Omraam Mickael Aïvanhov


Le questionnement qui m'anime ici concerne le choix proposé: ou bien prendre sur soi et discipliner ses émotions, au nom de la spiritualité, ou bien s'affirmer en se défendant avec un des outils à notre portée: la colère, ici pourrait on dire "légitime".

Je ne sais jamais vraiment si cette légitimité de s'aimer et se défendre, n'est pas , au second plan, un piège en quelque sorte, freinant le développement spirituel par une affirmation trop forte de l'individualité.

Je sais, de par mon histoire et mon métier, que cette question est partagée par beaucoup de victimes, donc méfiance blablabla en ce qui concerne l'histoire, la psycho etc... on en a déjà beaucoup débattu, ça, je connais. Mais il n'empêche que sur le fond ( hors le débat est-ce Aivanhov etc...., ou le débat est-ce que Mahomet etc... )
la question reste posée pour moi, des limites de l'Amour, comment aimer les autres et soi-même... ???
Difficile à formuler tout ça, ma foi ! Shocked Suspect scratch bounce Like a Star @ heaven I love you Like a Star @ heaven
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par lounaaa le Mer 8 Aoû 2012 - 17:29

Shocked Shocked Idea Very Happy bah alors la, tu me devances de quelques heures puisque c'est entre autres exactement le même genre de question qui m'anime, surtout en ce moment, dans une période assez... compliqué. en tout cas, il me semble avoir compris ta question à moins que j'y projette la mienne! Wink

En gros, je me demandais, à quel moment faut-il arreter d'etre gentil? Quand peut-on se mettre en colere ou s'affirmer? Quand et comment doit on s'imposer pour ne pas devenir la "trop bonne trop conne?" et inversement, quand doit-on apprendre à fermer sa gu***?? Comment gerer les émotions a l'instant T des situations pour ne pas rendre "le mal par la mal"?
Quelle est la bonne attitude selon vous? Les principes "spirituels" ne sont-ils pas trop éloignés de la réalité pour les appliquer dans notre monde?
(parce que ne se leurront pas, la gentillesse est souvent assimilé à la faiblesse pour nombre de gens) Ou doit on apprendre à avoir un recul et une insensibilité a toute épreuve? comment se dompte on?
Je pratique tout et son contraire au gré des situations ou des personnes en face desquelles je me trouve,
mai il semblerait que j'ai un gros probleme relationnel, et que je ne sache même plus me dépatouiller, que ce soit dans l'attitude ou dans mes convictions...
Merci Marie d'avoir poser la question, je languis les réponses!! I love you
avatar
lounaaa

Messages : 682
Date d'inscription : 18/04/2012
Féminin Age : 33
Localisation : trop souvent la lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Invité le Mer 8 Aoû 2012 - 18:30

.


Dernière édition par Cyrille le Mar 18 Déc 2012 - 23:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Jean-Yves le Mer 8 Aoû 2012 - 18:50

Bonsoir

Oui c'est un sujet très intéressant, merci Marie et Lounaaa... Voilà comment je ressens tout ceci...

Il me semble que le plus important est de rester fidèle à soi-même ; si on est gentil avec quelqu'un... pour quelle raison le sommes-nous ? Rester soi-même, simple, naturel, est à mon avis le mieux... et si dans cet approche-là de la vie et de la réalité (qui ne consiste même pas à essayer d'être gentil, car vouloir être gentil c'est sortir de l'état naturel), quelqu'un vient nous blesser par ses mots ou son comportement, il me semble correct et légitime, soit de lui dire si on considère que c'est dans le courant (action qui coule d'elle-même et dont on sent qu'elle portera ses fruits), soit de mettre une distance avec lui pour se protéger, pour préserver notre sérénité (et c'est ce que je fais la plupart du temps).

Pour ce qui est de la question de Marie, c'est me semble-t-il un tout autre sujet, car il est question d'agression. C'est délicat de répondre pour moi car je ne suis pas sujet à la colère, mais plutôt à la peur. Et forcément dans la situation du disciple, j'aurais pu ressentir peut-être de la peur, auquel cas, j'aurais soit passé mon chemin, soit je serais resté à attendre que l'autre se vide... tant qu'il n'en vient pas aux mains. Et s'il en vient aux mains, je m'enfuis ou j'essaie d'éviter les coups, je ne sais pas on verra si ça arrive Smile .

Mais c'est sûr que si dans une situation de violence, on se laisse soi-même emporter par la colère et qu'on répond aux jurons par des jurons et aux coups par des coups, on perd l'opportunité d'apaiser la situation et ainsi de la désamorcer... et surtout, et c'est peut-être ceci qui est le plus dommage, on se coupe de ce qui est "profond" en soi, on se place sur un plan de "réaction", et non pas d'action. En fait dans l'idée "réaction" on se place au niveau du mal, on "descend" au niveau de celui qui nous fait du mal (on répond aux injures par des injures...etc.)

sunny

avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Egin le Jeu 9 Aoû 2012 - 6:10

Jean-Yves a écrit:Bonsoir

Mais c'est sûr que si dans une situation de violence, on se laisse soi-même emporter par la colère et qu'on répond aux jurons par des jurons et aux coups par des coups, on perd l'opportunité d'apaiser la situation et ainsi de la désamorcer... et surtout, et c'est peut-être ceci qui est le plus dommage, on se coupe de ce qui est "profond" en soi, on se place sur un plan de "réaction", et non pas d'action. En fait dans l'idée "réaction" on se place au niveau du mal, on "descend" au niveau de celui qui nous fait du mal (on répond aux injures par des injures...etc.)


Jean-yves, je réagis par rapport à ton passage qui fait fait un peu echo dans ma tête Surprised

Lorsque je suis confronté à une personne violente ou agressive (en parole), j’ai toujours eu le réflexe de me protéger, je rentre en résistance en refoulant tout ce qu’elle est. Mais derrière cette résistance se cache toutes mes valeurs et idéaux, toutes ces idées qui me font dire que la situation ne devrait pas se passer comme ça en temps « normal ». Or, résister comme cela, quand c’est ponctuel ça ne pose pas de problème mais lorsqu’on est confronté à cette même personne chaque jour, au final, je pense (et je constate) que cette résistance m'épuise…

D’un autre côté, lorsque je lâche cette résistance, j'agit un peu instinctivement mais je me rends compte généralement que je me positionne au même niveau que la personne. Je deviens tout aussi agressif mais en défendant plus fermement mes positions. Je réagis en fonction de ce qui me semble juste, l’idée est différente mais la forme est globalement la même puisque je veux imposer mes propres idées.

S’affirmer ou se refreiner, je pense que c’est un peu comme résister par rapport à la situation, réagir comme si elle n’allait pas de soit mais que ses propres idées étaient la « solution ». Dans ces moments, j’ai l’impression que ma propre vérité se transforme en poison car elle ne fonctionne pas dans l’instant et surtout elle m’entraîne dans une résistance qui réduit significativement mon énergie.

C’est cette perte d’énergie qui m’incite à me demander ce qui cloche…
Aussi élégantes soient mes idées, dois-je lutter pour elles ? Est-ce que je manque de compréhension par rapport à la personne en face de moi ? Ai-je bien compris la situation présente ?
Au final, que je me batte ou que je résiste, j’y laisse systématiquement une part de ma santé (psychique et physique) Crying or Very sad

Egin

Messages : 18
Date d'inscription : 03/08/2012
Masculin Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 7:55

Merci a tous et a la synchronicité qui nous relie parfois,
oui loonaa le fond est le meme mais pour moi, trop bon trop con n'existe pas
cyrille je n'ai pas cette possibilité d'affirmer comme toi,
Jean yves la différence action réaction m'éclaire
Egin ton témoignage l'illustre magistralement


Dernière édition par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 9:48, édité 1 fois
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:05

Je trouve que le témoignage d'Egin pose bien le problème, je me retrouve dans cette problématique, et je pense qu'on se pose tous ce genre de question, car nous ne sommes pas des "êtres réalisés", donc les principes spirituels restent pour nous des principes, parfois déconnectés de la réalité, en tous cas de notre réalité.

Et plutôt que vouloir se conformer à ces principes, il peut être préférable, avant tout, comme le dit Jean-Yves, de rester fidèle à soi-même, de ne pas se mentir.
Mais, être fidèle à soi même, est-ce être fidèle à ses principes, ou se respecter sans se trahir, respecter nos émotions, notre état du moment ?

J'ai l'impression en effet que se forcer à ne pas "descendre au niveau" de celui qui nous agresse, peut revenir à se placer au-dessus de lui, et que considérer que sa réaction représente le mal peut revenir à le juger.

Si ces agressions ne nous font aucun effet, nous laissent en paix, ne nous causent pas d'émotions négatives, je crois en effet qu'il vaut mieux ne pas réagir et laisser couler. Mais tant que l'on a pas atteint un certain niveau de conscience, cela arrive, je crois, assez rarement, en tous cas pas dans la totalité des cas.
Mais dans le cas contraire, si on refoule ces émotions négatives, elles risqueront de toute façon de nous affecter après-coup, on va s'en vouloir, et en vouloir à l'autre personne. On peut ressentir par la suite de la honte, de la frustration, de la culpabilité, de la rancune, de la colère, etc. Et s'il s'agit d'une personne que nous côtoyons régulièrement, la situation va se répéter, envenimée (en ce qui concerne notre état intérieur), par ces émotions refoulées en nous qui s'accumulent. Et de toute façon, même dans le cas contraire, il y a fort à parier que nous rencontrions d'autres personnes dans le même cas de figure.
Je crois que dans tous les cas il est préférable de laisser parler ses instincts, son intuition, sans nécessairement se juger ou juger l'autre (est-ce bien ou mal ? etc.).

Cela peut paraître étrange, mais j'ai remarqué qu'une personne agressive préférait que l'on réagisse de manière agressive plutôt que de l'ignorer. Parce que dans ce cas là, elle se sent rejetée et impuissante.
Réagir en montrant fermement son mécontentement, en exprimant que l'on est blessé par ces propos ou actes, en disant franchement ce qu'on pense de l'attitude de l'autre, sans se laisser faire, peut constituer une forme de respect pour l'autre, qui se sent pris en considération. Cela ne signifie pas bien entendu réagir par des insultes et faire monter la tension d'un cran.

Dans ces cas là, la personne est prise sur un pied d'égalité, on ne se place pas au-dessus d'elle et on ne la juge pas.
Il est même possible que cette réaction a priori "négative" de notre part puisse laisser place dans un second temps à un dialogue et à une paix. Il y a même des amitiés qui commencent de cette façon...

Alors que sans réaction, cela ne peut pas arriver.

Je pense aussi que si l'on réagit de cette façon, cela laisse une chance à l'autre de remettre en question, après coup, son comportement. Tandis que si on reste indifférent à son agressivité, si on l'ignore superbement, on ne lui laisse pas cette chance.
Cela revient, j'ai l'impression, non pas à se laisser emporter par notre colère, mais à écouter cette colère et la laisser agir de manière juste (pas dans l'absolu, dans l'idéal, mais dans la situation présente), plutôt que de l'ignorer et la refouler.

Mais tout dépend, je pense, du contexte, je ne crois pas qu'il y ait de réponse-type à appliquer dans tous les cas de figure.

Je pense qu'un bon indice (que Sophie m'avait indiqué) pour savoir si notre attitude était "la bonne" à ce moment là, est d'observer quel est notre état émotionnel après la confrontation.
Si on a réagi à l'agressivité de l'autre par de l'agressivité et qu'on se sent mal, ou si on n'a pas réagi à l'agressivité de l'autre, et qu'on se sent mal aussi, c'est qu'on a pas adapté la "bonne" attitude (pour nous, voire pour l'autre aussi) à ce moment là. Ce que semble montrer le témoignage d'Egin, dans lequel je me suis bien souvent retrouvé.

avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Sophie le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:13

Sujet vraiment très vaste........

Ca me fait penser à la chanson de Brassens, Mourir pour des idées. Very Happy

Cyrille a écrit:si dans une situation je sens le besoin de devenir un monstre pour avancer alors je le ferais sans etat d'âme, et même si je me trompe, alors cela justifira d'autant plus que j'avais besoin de l'experimenter pour en prendre conscience, ce n'était pas une erreur mais un choix, il aurait pû être le bon.

Là où j'ai un gros problème avec ce que tu dis là, c'est si devenir un monstre pour avancer, implique de nuire consciemment par exemple à d'autres êtres vivants, alors le fait de placer sa propre évolution avant le reste, et avant le respect des autres notamment, relève plus pour moi de l'individualisme, que de l'évolution spirituelle.

Parce que là tu parles de toi, si tu te trompes, etc etc... ok, mais quand une action qu'on fait crée aussi des dégâts chez d'autres, on est pas le seul à assumer et faire les frais de son erreur.
Et là pour moi le problème il est même pas de l'erreur qu'on a pu faire, (ça c'est minime comme sentiment, c'est un truc en rapport avec l'image de soi d'accepter de faire des erreurs ou pas), mais de la souffrance ou des dégats que l'on a pu causer.
Et ça, ça ne concerne pas que nous-même.



Dernière édition par air le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:59, édité 1 fois (Raison : Ajout de l'auteur de la citation)

Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Sophie le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:26

J'adhère assez à ton post Hermann, en tout cas pour moi la question ici se pose pas vraiment de défendre ses idées, mais simplement de se positionner quand on est véritablement agressé (et pour réussir à discerner cela, il y a déjà le travail de la colère à avoir fait avant je pense, et le fait d'avoir assez travaillé sur son ego, pour savoir différencier une agression réelle d'une agression uniquement dans notre perception des choses).

Je sais pas si j'aurais de toute manière envie de débattre d'idées ou de visions du monde avec quelqu'un qui d'emblée m'agresse, ou m'insulte, ou autre dans le même registre.
Je crois que j'aurais surtout envie de lui dire que j'aime pas beaucoup qu'on m'agresse, et que le jour où il sera calmé, il reviendra discuter s'il veut Laughing

Je te rejoins notamment Hermann dans le fait de ne pas rechercher des solutions où l'on se place "au-dessus", je crois que c'est un des "pièges" souvent présents dans la spiritualité, on peut avoir tendance, plus ou moins consciemment, à toujours chercher LA solution, la manière d'agir, qui soit "supérieure", c'est à dire spirituelle.
Et qui place l'autre en dessous de nous.
Parce qu'en fait je pense que ça nous arrange, de se donne rune image de quelqu'un qui "résoud les conflits" de telle ou telle manière genre (je caricature évidemment, et je ne vise personne ici, c'est une image générale) : "ah mais moi je suis trop fort.... je désamorce tous les conflits moi, je ne réponds jamais, je ne me laisse jamais embarquer dans ces trucs egotiques blablablabla....".

Ouais, et puis en attendant, celui qui se dit ça à l'intérieur de lui, il est en plein orgueil spirituel, en train de s'extraire de ce qui se passe dans la réalité en face de lui, pour se donner une bonne image de lui sur le plan spirituel.

Je crois comme Jean-Yves que l'important est d'être fidèle à soi-même, et même plus loin je dirais : d'être dans la réalité de ce qui se passe. Et pas dans une réalité fantasmée de "j'aimerais ne pas être touché et ne pas être en colère" par exemple. Ou de "je vais réagir comme je pense qu'il faut réagir".

Je crois aussi, pour l'avoir vérifié au fil de mon cheminement, que dans les situations d'agression, de conflit ou de stress, de toute manière on ne réfléchit pas, on agit, et tant mieux d'ailleurs.
Et c'est seulement après que l'on peut parfois se rendre compte qu'on a agi d'une toute autre manière que l'on agissait avant, donc que l'on a avancé, mais sur le moment, au moment où la situation s'est présentée, on n'a pas réfléchi à comment il fallait agir, on a simplement laissé parler et s'exprimer ce qui était en nous et nous semblait juste à ce moment là.
Et cela nous permet d'observer que ce qui nous semble juste et approprié, évolue au fil de notre cheminement intérieur.







Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Loryan le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:34

Ce sujet ne rentrerait-il pas en résonance avec la philosophie générale des arts martiaux ?

Je ne pratique le karaté que depuis moins de 1 an, mais il me semble justement qu'une grande partie de ce qu'il y a à apprendre est dans la maitrise de ses émotions, de sa colère, de son agressivité et de son énergie.

Pratiquer un art de combat (mis à part quelques fous et les séries télé), ne semble pas signifier se monter un arsenal militaire pour être plus fort que l'autre (sous entendu toute menace potentielle).
Je pense qu'il s'agit plutôt à travers la maitrise de son corps, de ses émotions, et de son mental de trouver la réponse "juste" devant les évènement de la vie.

Beaucoup de gens s'affrontent sur la notion d'action et de réaction.
Certain prônant la non action pour ne pas renforcer l'égo ou ne pas créer de karma, d'autre prônant la réaction légitime afin ne pas laisser le champ libre aux énergie négative ou à l'injustice.

Le plus souvent je trouve que nous sommes confronter aux deux "choix" à chaque instant et c'est pourquoi je préfère la notion "d'action juste" même si cela est très relatif..... mais notre vie est très relative.

Par action juste j'entends : essayer de trouver la réponse approprié à l'évènement qui ne soit pas une simple réponse stérile de l'égo agressive ou lâche.
Celui ou celle qui refuse un "combat" par peur de s'engager dans un conflit peut aussi renforcer son égo sans s’apercevoir alors qu'il ne pense qu'à sauver sa peau et donc son identification.
De même celui ou celle qui engage le combat par peur de subir l'évènement peut là aussi renforcer son égo sans s'apercevoir qu'il ne répond qu'à son instinct de conservation et non pas à l'évènement.

Quand quelqu'un vous insulte ou vous rabaisse, ça peut faire très mal. Or réagir par l'affrontement ou la fuite dans ce cas n'est qu'une réaction de son besoin de reconnaissance, son identification.... rarement un vrai sentiment d'injustice.
Le premier travail devrait-être "pourquoi me sens-je insulté ?" et le second "sa colère est-elle la mienne ?"
A ce moment il sera alors sans doute plus facile de choisir la réponse appropriée... selon ses moyens (c'est important aussi ) et la nature de la "menace" ( d'une simple altercation verbale à un risque d'agression il y a beaucoup de cas)

Ne pas être prédateur, ni proie est il me semble le juste milieu pour ne pas renforcer son égo en cas d’agression.

Après on ne peut pas tout maitriser... si un tigre échappé du zoo vous attaque (il voit sans doute en vous une proie), Il me semble naturel d'essayer de se protéger ou de protéger les siens, il n'y aura là aucun renforcement de l'égo "illégitime".

Dans tous les cas on serait dans le cycle de la vie....

Mais bon...... tout cela est de la pure théorie.... dans l'action on ne réfléchit que rarement en dehors de ce que l'on est déjà.

D'où l'intérêt peut-être de "méditer" avant de ce que l'on a à l'intérieur de nous. Si on a fait quelque progrès sur la colère, la peur ou le doute qui est en nous, il est probable que dans l'action ils se révèle à la hauteur de notre "intégration" de ce que nous sommes.

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:48

Je peux donner un exemple pour illustrer ce que je disais précédemment. Un exemple parmi d'autres, et qui a fonctionné, mais qui n'est certainement pas un exemple à suivre systématiquement, et qui n'a rien de glorieux.
Surtout pour montrer qu'une réaction a priori "négative", mais guidée par l'instinct et non pas des principes, peut donner de bons résultats.

Donc, j'étais à une soirée, et il y avait un homme, un peu éméché, qui avait tendance à bousculer un peu tout le monde, sans trop en avoir l'air, et personne ne semblait y prêter attention, en tous cas certains paraissaient gênés mais ne réagissaient pas.
Il passe à côté de moi en me bousculant un peu, en le faisant, je pense, à moitié exprès, sans s'excuser. Rien de grave, mais je me suis dit que si cela se reproduisait, je ne laisserais pas passer.
Disons aussi que j'étais à une période où j'avais une certaine colère refoulée en moi, que je gérais par la relaxation, la méditation, etc., sans la vider, et où j'avais besoin de m'affirmer.

Ensuite je ne faisais pas attention à lui, mais j'ai pu constater qu'il continuait son petit jeu.
Et un peu plus tard, il me met fermement la main sur l'épaule, d'une manière très familière.
Je l'ai alors repoussé avec la main, il a failli tomber.

Puis il est revenu vers moi en colère, en me disant que j'avais un problème, etc.
Je lui réponds que c'est lui qui a un problème, qu'il dérange tout le monde, etc.
Mais ce n'était pas la réaction appropriée, sa colère n'a fait que monter.
Instantanément, je me suis alors rendu compte que ça ne servait à rien de discuter, argumenter et se renvoyer la balle. Et qu'on risquait d'en venir aux mains, ce dont je n'avais pas peur mais ne souhaitais pas. Et, d'un autre côté, je n'avais pas envie de me laisser faire, et de rentrer chez moi plus tard en le regrettant, en m'en voulant de m'être écrasé.

Donc sans réfléchir je l'ai regardé dans les yeux, sans rien dire, d'un air dur, presque menaçant et méchant.
Il est parti, mécontent mais sans rien dire, plus frustré que en colère.

Mais ce qui est mieux, c'est qu'il est revenu 10 minutes plus tard, pour s'excuser.
Je lui ai dit que ce n'était pas grave, je me suis excusé à mon tour de l'avoir repoussé avec la main, et nous nous sommes serrés la main et avons bavardé quelques minutes.

Donc ça s'est bien fini, et je suis rentré chez moi content de moi, satisfait de ne pas m'être laissé faire et, qui plus est, que la situation se soit terminée favorablement.
Mais c'est sûr que, si mes réactions semblent avoir été appropriées pour cette situation à ce moment là, tel n'aurait pas été le cas dans d'autres circonstances, avec une autre personne, etc.

Tout ça pour dire qu'une attitude qui peut sembler "pas spirituelle", pas du tout idéale, peut permettre de se sentir bien face à une situation, de s'affirmer mais sans qu'il y ait de violence et de conséquences néfastes pour soi ou pour l'autre.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 8:52

Je suis bien d'accord avec tout ce que tu dis, Loryan.
Moi aussi j'ai pensé aux arts martiaux en voyant ce sujet et ces notions d'action/réaction.
D'ailleurs j'avais créé un sujet qui allait dans ce sens.
http://www.forumspirituel.fr/t207-p-gestion-des-conflits?highlight=gestion
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Jean-Yves le Jeu 9 Aoû 2012 - 9:27

Egin a écrit:
Jean-Yves a écrit:Bonsoir

Mais c'est sûr que si dans une situation de violence, on se laisse soi-même emporter par la colère et qu'on répond aux jurons par des jurons et aux coups par des coups, on perd l'opportunité d'apaiser la situation et ainsi de la désamorcer... et surtout, et c'est peut-être ceci qui est le plus dommage, on se coupe de ce qui est "profond" en soi, on se place sur un plan de "réaction", et non pas d'action. En fait dans l'idée "réaction" on se place au niveau du mal, on "descend" au niveau de celui qui nous fait du mal (on répond aux injures par des injures...etc.)


Jean-yves, je réagis par rapport à ton passage qui fait fait un peu echo dans ma tête Surprised

Lorsque je suis confronté à une personne violente ou agressive (en parole), j’ai toujours eu le réflexe de me protéger, je rentre en résistance en refoulant tout ce qu’elle est. Mais derrière cette résistance se cache toutes mes valeurs et idéaux, toutes ces idées qui me font dire que la situation ne devrait pas se passer comme ça en temps « normal ». Or, résister comme cela, quand c’est ponctuel ça ne pose pas de problème mais lorsqu’on est confronté à cette même personne chaque jour, au final, je pense (et je constate) que cette résistance m'épuise…

D’un autre côté, lorsque je lâche cette résistance, j'agit un peu instinctivement mais je me rends compte généralement que je me positionne au même niveau que la personne. Je deviens tout aussi agressif mais en défendant plus fermement mes positions. Je réagis en fonction de ce qui me semble juste, l’idée est différente mais la forme est globalement la même puisque je veux imposer mes propres idées.

S’affirmer ou se refreiner, je pense que c’est un peu comme résister par rapport à la situation, réagir comme si elle n’allait pas de soit mais que ses propres idées étaient la « solution ». Dans ces moments, j’ai l’impression que ma propre vérité se transforme en poison car elle ne fonctionne pas dans l’instant et surtout elle m’entraîne dans une résistance qui réduit significativement mon énergie.

C’est cette perte d’énergie qui m’incite à me demander ce qui cloche…
Aussi élégantes soient mes idées, dois-je lutter pour elles ? Est-ce que je manque de compréhension par rapport à la personne en face de moi ? Ai-je bien compris la situation présente ?
Au final, que je me batte ou que je résiste, j’y laisse systématiquement une part de ma santé (psychique et physique) Crying or Very sad

Bonjour

Oui, c'est bien Egin que tu soulèves cette question et je trouve que les réponses ci-dessus qui ont été faites sont pas mal du tout... Je rajoute ce qui me vient à ce sujet...

Peut-être il faudrait d'abord voir pourquoi l'autre t'agresse... N'y a-t-il pas quelque chose que tu dois réajuster ? Si c'est dans un cadre professionnel par exemple... N'y-a-t-il pas quelque chose que tu dois changer dans ton attitude ? C'est juste une question à tout hasard...

Ensuite, je crois que l'on ne devrait pas laisser l'autre nous faire du mal (nous porter atteinte) autant sur la plan physique que psychologique. Mais entre le fait de baisser la tête et ne rien dire et de se mettre en colère ou lui "rentrer dedans", il y a tout un panel (comme l'explique Hermann) de comportements possibles.
Si on laisse l'autre nous faire du mal, d'un point de vue purement spirituel il me semble que ce n'est pas bon, car d'une part on le laisse nous nuire mais aussi, on le laisse se faire du mal à lui-même ; donc il convient de ne pas laisser les chose en l'état.

Pour les situations d'agression à répétition (harcèlement), il me semble que le mieux c'est d'exprimer clairement et calmement à l'autre qu'on accepte pas qu'il nous traite ainsi... Puis en cas de récidive, de monter d'un cran dans l'énergie qu'on envoie... J'ai déjà été confronté à ce genre de situation et je me souviens que je me disais "d'une manière ou de l'autre, il va falloir qu'il arrête"... donc je commençais doucement la première fois, puis j'augmentais la force de l'impact que j'envoyais... et en d'autres termes, j'étais prêt à aller jusqu'à la bagarre si nécessaire... Et ceci pour la bonne raison que je ressentais qu'une blessure psychologique pouvait être plus destructrice qu'un blessure physique.
Bon les choses n'en sont jamais arrivées là... le message a été compris bien avant. Mais s'il est question de harcèlement, il me semble essentiel aussi de ne pas rechercher le contact avec la personne afin de montrer fermement que l'on n'accepte pas son attitude.

Après c'est surement à toi de voir, de tester un peu... car les situations se ressemblent parfois mais sont différentes ; on peut aussi essayer de le comprendre, qu'est-ce qui a mal en lui ? (pourquoi il s'énerve ?) mais ceci ne signifie pas qu'on va le laisser faire... mais essayer de comprendre ce qui l'anime peut changer le regard que l'on a sur lui et peut-être ainsi désamorcer le processus d'agression... Parce que si on le voit bien, lui, l'agresseur, on voit le gamin qui s'agite en lui, on voit sa souffrance... et là ça change toute la donne, car on ne se sent plus agressé, mais on voit en face de soi quelqu'un qui souffre... mais ça ne signifie pas qu'on aura pas une attitude ferme... Ça dépend... Comme avec un gamin... on cadre... (en douceur si possible Smile )

Oui c'est bien ce que dit Sophie à ce sujet... "comment on se sent après avoir agi dans la confrontation à l'autre ?" Si l'on se sent bien, c'est que l'on a pas amené de rupture avec le fond de soi-même, on a adopté le positionnement correct... et celui-ci peut être très ferme... bien que si l'on privilégie toujours la douceur et la compréhension, je crois qu'il peut y avoir si nécessité une force inflexible.

Ce qu'il est intéressant de voir aussi, dans ces situations de confrontation à l'autre, c'est que loin de nous faire sortir de la spiritualité, de notre épanouissement intérieur, elles sont de véritables moteurs. Car elles nous amènent à "travailler" sur soi tous ces mécanismes qui nous lient à la timidité ou la peur. Confronté à ces situations-là, cela peut nous apparaître comme un véritable poison qui nous gâche la vie et la quiétude, ou pire encore qui nous gêne sur le chemin. Eh bien, je suis convaincu du contraire. Car l'autre vient nous révéler, à travers la confrontation, notre faiblesse, et le point précis sur lequel il est bon qu'on "travaille" ; car lorsque l'on vit des situations "d'agression" et surtout "d'agression à répétition", c'est quelque chose que l'on porte en soi comme un malaise tout le long de la journée (et même de la nuit) ; et justement "ouvrir" (l'accepter, l'accueillir) à cette douleur est l'attitude correcte pour la dépasser.

Et du point du "progrès" spirituel (l'ouverture de la conscience) ça amène des résultats très rapides, en d'autres termes, c'est très "vertical". Car ces peurs dépassées, on se retrouve "renforcé" intérieurement... Et là que dire à l'autre, celui qui a été l'agresseur, sinon "merci"... mais bon, pas la peine de lui dire Smile , il ne comprendrait pas de toutes façons... Et donc c'est plutôt à la vie elle-même qu'on peut dire merci.

Peut-être Egin, pourrais-tu nous expliquer plus clairement le contexte ?

sunny

avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 9:30

Plus généralement (au-delà du problème des conflits), j'ai l'impression que concernant l'ego, mieux vaut, si on manque de confiance en soi, d'estime de soi, qu'on est gentil et timide, dans un premier temps le renforcer.
Le renforcer dans le sens affirmer sa personnalité, même si elle n'est pas "parfaite". Parce que je pense que cela permet, par la suite, de pouvoir canaliser, maîtriser, dégonfler cet ego.
Alors que si on va dans le sens de cette gentillesse et cette timidité, en les accentuant, c'est par facilité, parce que ça nous arrange, on les justifie par les théories spirituelles. C'est ce que j'ai fait au début de ma découverte de la spiritualité, pendant quelques mois. Ça permet de se rassurer en se donnant l'illusion qu'on a raison d'être comme ça, même si on a des problèmes dans nos relations avec les autres. On pense être spirituel et bon, mais cette gentillesse et cette timidité cachent des peurs, des frustrations, des colères (je parle pour moi, mais je ne pense pas être un cas isolé). Donc aller dans ce sens renforce l'ego, même s'il n'est pas affirmé.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 9:48

Jean-Yves a écrit:
Ce qu'il est intéressant de voir aussi, dans ces situations de confrontation à l'autre, c'est que loin de nous faire sortir de la spiritualité, de notre épanouissement intérieur, elles sont de véritables moteurs. Car elles nous amènent à "travailler" sur soi tous ces mécanismes qui nous lient à la timidité ou la peur. Confronté à ces situations-là, cela peut nous apparaître comme un véritable poison qui nous gâche la vie et la quiétude, ou pire encore qui nous gêne sur le chemin. Eh bien, je suis convaincu du contraire. Car l'autre vient nous révéler, à travers la confrontation, notre faiblesse, et le point précis sur lequel il est bon qu'on "travaille"
Oui, je suis bien d'accord avec ça.
C'est pourquoi cette attitude pragmatique, réaliste et individuelle face à nos problèmes relationnels avec les autres sont, je trouve, plus constructifs que la volonté d'appliquer des théories spirituelles, des dogmes, de la morale, de manière plaquée. Cela peut nous mener dans de fausses directions voire dans une impasse, aussi nobles et idéales ces idées paraissent-elles.
C'est pourquoi, personnellement, j'ai tendance à me détacher de tout cet apparat dogmatique et moral (ce qui est bien différent de le rejeter).
Je vois plutôt tous ces principes comme des points de repère. Mais qu'on ne doit activer que s'ils correspondent à nos aspirations profondes, notre véritable nature, et notre état du moment.
Je remarque d'ailleurs que des principes spirituels peuvent très bien se contredire. Pris séparément, ils semblent tout à fait louables, cohérents, indépassables. Mais l'argument opposé le parait aussi.
Cela montre bien que tout cela est très relatif, qu'il n'y a pas de vérité absolue, qu'aucun dogme ne peut nous sauver.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Sophie le Jeu 9 Aoû 2012 - 9:53

C'est pas pour pinailler Hermann, mais pour ma part je parlerais plutôt de renforcement de la personnalité que de l'ego.

(ego pour moi c'est identification à la personnalité)

Je dis ça parce que je pense que s'affirmer de manière juste fait partie des choses importantes dans l'évolution intérieure, de même que spirituelle.
Par contre je crois que tant qu'à faire il vaut mieux apprendre à s'affirmer de manière juste dès le départ, sans créer une sorte de "déformation", que l'on devra après rectifier en travaillant sur l'ego.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 10:03

Hermann a écrit:Je remarque d'ailleurs que des principes spirituels peuvent très bien se contredire. Pris séparément, ils semblent tout à fait louables, cohérents, indépassables. Mais l'argument opposé le parait aussi.
Cela montre bien que tout cela est très relatif, qu'il n'y a pas de vérité absolue, qu'aucun dogme ne peut nous sauver.
Je travaille en effet avec quelque chose du genre moi aussi actuellement, sans me départir de certains "phares" pour autant. Very Happy
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 10:14

Oui, c'est vrai, j'ai mélangé ego et personnalité. La notion d'ego, qui semble aller de soi et est employée à toutes les sauces, me semble de toute façon pas si évidente que ça. Chacun a sa définition (souvent très floue), ça me semble très compliqué, plus qu'il n'y parait.
De toute façon, même la notion de personnalité, qui semble aller de soi, constitue toute une nébuleuse complexe et floue.

Personnellement, j'aime bien la conception de Jung qui ne parlait pas d'ego mais distinguait le moi conscient et la persona.
La moi conscient, qui est l'essentiel visible de notre personnalité, et qu'on peut mettre en relation de manière directe avec "le mental", est la partie visible de l'iceberg (mais pour nous). Il constitue, pour simplifier, qui on croit être.
Alors que la persona correspond à l'image que l'on donne de nous aux autres (consciemment ou inconsciemment), comment les autres nous voient, le masque social, qui on parait être.
L'ego englobe ces deux concepts (qui restent des concepts, tout comme l'ego), qui sont pourtant souvent très distincts, ils ne se recoupent qu'en partie.
Le gros point commun étant que ni le moi conscient ni la persona ne correspondent à qui on est vraiment au fond. Very Happy
Mais tant qu'on n'a pas suffisamment travaillé sur l'ombre et l'anima/animus (pour rester sur ces conceptions jungiennes), c'est cela qui nous définit (et nous limite), en apparence.


Sinon, oui bien sûr, il vaut mieux dans l'idéal apprendre à s'affirmer de manière juste dès le départ, mais parfois les conditions dans l'enfance, les relations avec les parents, empêchent de le faire, parfois pendant longtemps, et mieux vaut partir de ce constat, de toute façon on n'a pas le choix.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Hermann le Jeu 9 Aoû 2012 - 10:20

Marie a écrit:
Hermann a écrit:Je remarque d'ailleurs que des principes spirituels peuvent très bien se contredire. Pris séparément, ils semblent tout à fait louables, cohérents, indépassables. Mais l'argument opposé le parait aussi.
Cela montre bien que tout cela est très relatif, qu'il n'y a pas de vérité absolue, qu'aucun dogme ne peut nous sauver.
Je travaille en effet avec quelque chose du genre moi aussi actuellement, sans me départir de certains "phares" pour autant. Very Happy
Oui, je disais que je m'en détachais, sans pour autant les rejeter (donc sans y être attaché), et d'autre part que je les gardais comme points de repères (ce qui rejoint ton image du phare), sans les voir comme des certitudes figées et contraignantes.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 10:28

Je me rapproche de ce que tu décris là. Par contre je reste attachée je crois, davantage que ce que tu exprimes. Peut être ai je besoin de cet attachement .
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par tijani le Jeu 9 Aoû 2012 - 11:02

selon moi l"ego a une part capitale dans l'"instinct de survie ,et c'est selon mon enseignement ,c'est la seule fonction égotique noble qu'il soit ....

et toute situation qui menace notre intégrité physique ou morale doit être traitée avec le moindre mal possible , j'entend par là; les violences physiques et le harcèlement continu quel qu'il soit ....

quant aux situations de moindre gravité , pour moi ce sont de formidables épreuves pédagogiques , qui s'y en utilisant , la patience et maîtrisant la colère , elles nous permettent de progresser spirituellement..

ce post , soulève aussi la notion de justice et d'injustice causée par les situations conflictuelles , l'ego nous piège par ce biais , non habilité à le faire , il nous pousse à la rendre ...

dans ma voie nous nous en remettons au" batin" c'est à dire à la cause karmique , nous laissons , le monde de l'invisible se charger de ce genre de problème , quand il n'y a pas de menace grave pour notre intégrité ...c'est le sens qu'il faut donner à l'histoire du disciple du prophète ...

la patience et laisser faire le batin , c’est s'en remettre à Dieu et au final , on a un traitement juste et en moindre frais du point de vue santé et là je rejoins le témoignage d'Egin .
le prophete répond au disciple " Mais quand tu as commencé toi aussi à crier en voulant toi-même te défendre, ces entités t'ont quitté et moi aussi avec elles , car tu révélais par ta conduite que tu n'avais pas besoin de nous."

mais je ne pense pas que que la patience et la maitrise de la colére , peuvent etre maitriser lors de situations conflictuelles , au début , pour cela il faudrait maitriser , notre aptitude à vivre l'instant présent et pouvoir appliquer son enseignement ....

mon maitre défunt , nous disait "de ne pas jouer au ping pong" , dans ce genre de situations , rendre mot pour mot lors d'une prise de bec , mais raisonner , se taire ou s’éloigner , et là je rejoins Jean Yves ( bien que contrairement à lui , je dois être une piètre disciple Rolling Eyes ) .

la calomnie , le vol , sont aussi des extensions de ce probleme , il nous est interdit de réagir , il nous disait aussi "une chose volée est une chose que tu n'as pas donné ou que tes parents n'ont pas donné a un moment de la vie , " , "une calomnie est une mauvaise parole ou une mauvaise pensées qui t'es revenu en pleine figure "


Tierno Bokar Tijani , maitre soufi peule :

a écrit:
Les hommes sont, les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face. Chaque mur est percé d'une multitude de petits trous, où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.
Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles. Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles.

Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des trous d'oiseaux blancs; et il en va de même pour les oiseaux noirs qui ne peuvent nicher que dans des trous d'oiseaux noirs.

Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l'un de l'autre. Appelons-les Youssouf et Ali.

Un jour, Youssouf, persuadé que Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du même coup, libère un trou correspondant. Son oiseau noir s'envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

Si, de son côté, Ali n'a pas envoyé d'oiseau noir vers Youssouf, c'est-à-dire s'il n'a émis aucune mauvaise pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l'oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son trou d'origine, ramenant avec lui le mal dont il était chargé, mal qui finira par ronger et détruire Youssouf lui-même.

Mais, imaginons que Ali a, lui aussi, émis une mauvaise pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l'oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d'y déposer une partie de son mal et y accomplir sa mission de destruction.
Pendant ce temps, l'oiseau noir de Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l'oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à détruire l'homme auquel ils étaient destinés.

Mais une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à leur nid d'origine, car il est dit : "Toute chose retourne à sa source." Le mal dont ils étaient chargés n'étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs auteurs et achèvera de les détruire.
L'auteur d'une mauvaise pensée, d'un mauvais souhait ou d'une malédiction, est donc atteint à la fois par l'oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir, lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs: si nous n'émettons que des bonnes pensées envers notre ennemi alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous, et retourneront à leur expéditeur.
Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s'ils ne trouvent aucune place chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l'énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.

Ainsi, si nous n'émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être. C'est pourquoi il faut toujours bénir, et ses amis, et ses ennemis.
Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour accomplir sa mission d'apaisement, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l'autre, avec tout le bien dont elle était chargée. "


Ce n'est pas ce qui rentre dans l'homme qui le souille, mais ce qui en sort. »
( Évangile de Jésus )

chapeau pour la profondeur et la sincérité des témoignages , l'humain est semblable .

I love you
avatar
tijani

Messages : 576
Date d'inscription : 20/05/2012
Masculin Age : 51
Localisation : oasis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 12:55

Je connaissais oui, cette histoire des oiseaux noirs et des oiseaux blancs. Elle m'avait déjà beaucoup parlé. Merci de l'avoir rappelée. Like a Star @ heaven
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Jean-Yves le Jeu 9 Aoû 2012 - 15:29

Tijani a écrit:et là je rejoins Jean Yves ( bien que contrairement à lui , je dois être une piètre disciple ) .
silent
avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Marie le Jeu 9 Aoû 2012 - 17:27

Sophie a écrit:C'est pas pour pinailler Hermann, mais pour ma part je parlerais plutôt de renforcement de la personnalité que de l'ego.

(ego pour moi c'est identification à la personnalité)

Je dis ça parce que je pense que s'affirmer de manière juste fait partie des choses importantes dans l'évolution intérieure, de même que spirituelle.
Par contre je crois que tant qu'à faire il vaut mieux apprendre à s'affirmer de manière juste dès le départ, sans créer une sorte de "déformation", que l'on devra après rectifier en travaillant sur l'ego.


C'est mon titre qui induit en erreur. Embarassed
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par tijani le Jeu 9 Aoû 2012 - 18:40

Jean-Yves a écrit:
Tijani a écrit:et là je rejoins Jean Yves ( bien que contrairement à lui , je dois être une piètre disciple ) .
silent

Jean-Yves a écrit: Mais c'est sûr que si dans une situation de violence, on se laisse soi-même emporter par la colère et qu'on répond aux jurons par des jurons et aux coups par des coups, on perd l'opportunité d'apaiser la situation et ainsi de la désamorcer... et surtout, et c'est peut-être ceci qui est le plus dommage, on se coupe de ce qui est "profond" en soi, on se place sur un plan de "réaction", et non pas d'action. En fait dans l'idée "réaction" on se place au niveau du mal, on "descend" au niveau de celui qui nous fait du mal (on répond aux injures par des injures...etc.)

sunny
avatar
tijani

Messages : 576
Date d'inscription : 20/05/2012
Masculin Age : 51
Localisation : oasis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Renforcement de l'égo ou ancrage et affirmation nécessaire ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum