Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Cobra-de-jade le Jeu 4 Oct 2012 - 21:18



Baignée d’influences diverses (cultes à mystères grecs et égyptiens, cosmogonies persanes et lectures midrashiques) Alexandrie fut, dès le siècle qui précède notre ère, le berceau d’un christianisme véritablement universel.

Le christianisme est né de l’aura spirituelle de groupes hébraïques hellénisés dans une Alexandrie baignée de cultes à mystères grecs et égyptiens. Il participa d’une volonté de relire la bible hébraïque autrement que ne l’interprétait l’orthodoxie saducéenne et pharisienne. En effet, il existait un accord sur la méthode midrashique, mais désaccord entier sur le but de l’opération : en comblant le fossé entre Thora visible et Thora infinie, les premiers chrétiens hébreux prétendirent « accomplir » le texte sacré ; par là, on peut les considérer comme des gnostiques.Les pharisiens, comme les saducéens tenaient le Temple pour la référence géographique sacrée de leur religion.

La présence romaine, favorisée par la lignée usurpatrice des hasmonéens, fut considérée, par certains esprits, comme, pour une souillure inacceptable.Les zélotes ( confondus parfois à tort avec les chrétiens ) réagirent par une reprise des armes pour rétablir uneJérusalem terrestre ; fidèles en cela à la tradition qui motiva l’histoire du royaume de Judée, ils cherchèrent à rétablir la lignée de David sur le trône, sans plus attendre.Tout au contraire, chez les judéo-chrétiens, plus proches du prophétisme samaritain, il s’est agit d’accomplir le texte de la révélation jusqu'à la réalisation d’une Jérusalem céleste. Cette réalisation supposait une profonde transformation de ceux qui se décidaient à la mettre en oeuvre ; elle impliquait, comme dans les cultes à mystères grecs et égyptiens, l’idée de l’avènement d’un soi divin.

Ce soi divin est le messie intérieur, le principe devant reconstruire le temple, c’est-à-dire devant rétablir un corps glorieux. Cette lecture midrashique particulière des judéo-chrétiens rencontra, outre les conceptions des mystères grecs et égyptiens, les idées persanes pré-gnostiques ; elle engendra alors une multitude de « communautés ».L’une d’entre elles devînt l’église catholique, qui s’allia au pouvoir temporel romain au 4ème siècle et imposa un dogme : celui d’une Jérusalem céleste dont l’avènement est repoussé à un toujours plus tard ( après la mort et à la « fin des temps » historiques ), alors que les premiers chrétiens l’envisageaient de leur vivant, ici et maintenant, dans un hors-temps historique.



Développement

Le christianisme des origines est un mouvement complexe et varié, qui exprime la volonté de réinterpréter les textes hébraïques et leurs commentaires, en fonction d’une pratique de vie réellement orientée sur le déploiement et les injonctions d’une partie divine présente en l’homme.Il a pour origine un dualisme hébraïque ancien :déjà, avant la scission entre les royaumes du Nord et du Sud, le culte plus récent de YHWH, dieu unique, s’était implanté solidement dans le Sud d’Israël, en Judée, alors que dans les régions de la Samarie et de la Galilée, était encore honorée une ancienne divinité, à la fois unique ( El ) et multiple ( Elohim ). Cette divinité, qui est masculine-féminine, plus encline à aimer ses créatures que YHVH, et qui encourage l’innovation, les échanges, suppose un dualisme implicite.

YHVH au contraire, est un dieu agraire, protectionniste, hostile au changement et donc jaloux.Au 2ème siècle, puis en -50, avant notre ère, on note en Samarie deux mouvements baptistes successifs. Le premier est celui de Dosithée, dont il est dit qu’il mourut et ressuscita ; le second est celui des nazoréens, dont les premiers chrétiens porteront encore le nom au 2ème siècle de notre ère, avant de se transformer en « nazaréens » au 4ième siècle. C’est pourtant de Judée qu’est né le grand schisme des Esséniens, qui s’exilèrent sur les bords de la Mer Morte. Toutefois, il est très probable que les doctrines samaritaines aient influencé l’essénisme. C’est vers -60 que le mentor de cette communauté, le Maître de Justice, fut exécuté et identifié au martyr du Livre d’Isaïe.L’idée d’un sauveur, elle, était déjà connue dans d’autres traditions, égyptienne ou sumérienne. En Egypte, comme l’atteste une inscription sur la pyramide de Mérénré ( étudiée par Maspéro ) où on lit que Tum envoya son fils, le Verbe, lui dit « Sois fait chair ! » avant que Thot ( l’esprit ) ne vînt sur terre et ensemence alors la vierge Nout.

A Summer, il faut citer le culte de Dumuzi ( Tamouz ou Adonis ), aussi bien « seigneur du filet », « pasteur céleste », né du cèdre, charpentier dont le cœur pur est le ciel ; dieu qui meurt et ressuscite.Il y avait des Esséniens en Judée, en Samarie, en Galilée, en Syrie ( Damas était un centre essénien important ), en Egypte ( où ils sont appelés « les thérapeutes » par Philon d’Alexandrie ). Ils pratiquaient le baptême et célébrait un repas rituel où ils partageaient le pain et le vin ; ils étaient messianistes ( chrestianoi en grec ), et enseignaient l’avènement d’un ange-messie ( l’angelos-christos ), mis à mort et ressuscité glorieux. Ce courant hébraïque, esséniste et messianiste, d’esprit samaritain, c’est-à-dire anti-judéen, hostile aux maîtres de Jérusalem ( les Saduccéens et les Pharisiens ) sera le creuset du christianisme.

L’expression Nouveau Testament fut inventée plus tard par Marcion, un gnostique qui fonda de nombreuses églises à partir de 140, et rejeta YHVH en tant que Dieu mauvais, créateur de ce monde. Son enseignement influencera les Manichéens.Ce christianisme s’hellénisa en réinterprétant les bases philosophiques dualistes platoniciennes, mais une philosophie dualiste était déjà à l’oeuvre dans les exégèses du gnosticisme juif kabbaliste. Dès le 2ème siècle s’élevèrent, contre ces interprétations dualistes gnostiques des textes et commentaires hébraïques, à la fois les montanistes ( adeptes d’un christianisme populaire encourageant le martyr ), et les proto-catholiques ( mouvement vainqueur contre les courants prophétiques chrétiens ). C’est aussi de cette époque que les évangiles sont élaborés comme des récits historiques autour du corpus initial de paroles de sagesse.

Quand l’église apostolique, romaine et catholique, triomphera, à la fois contre les montanistes et les gnostiques, dans un concile convoqué par l’empereur Constantin ( à Nicée en 325 ), son historien officiel, Eusèbe de Césarée lui inventera un passé. Ainsi naquit une histoire qui remonterait d’un Jésus historique, via ses apôtres, jusqu’à la nouvelle église catholique ; celle-ci passe alors pour avoir été fondée trois siècles plus tôt, et être restée la gardienne , malgré toutes les attaques hérétiques, de la seule et unique parole divine. Les textes canoniques rédigés ou remaniés au 4ème et 5ème siècles sont dés lors censés être l’expression directe d’une révélation divine reçue et transmise par Jésus à l’Eglise pour le monde. C’est au 6ème siècle que fut choisie, par Denis le Petit, une date historique pour la vie de ce Jésus ; et ce n’est qu’au 8ème siècle qu’on sépara le temps en avant et après Jésus-Christ.Le catholicisme est donc un des mouvements chrétiens qui prit le pouvoir et s’empressa de cacher ses sources ; issu comme les autres d’un hébraïsme anti-judéen, ce christianisme catholique deviendra antisémite au 4ème siècle en réaction aux révoltes juives anti-romaines de 70 et 135.

Pour résumer les enjeux

Les évangiles canoniques sont issus de commentaires écrits originellement en grec mais « pensés » en hébreu et en araméen, par les « premiers chrétiens », mouvement proche de l’essénisme et né en marge de l’orthodoxie juive ( pharisienne, saducéenne, zélote, etc... ). Ce groupe se différenciait par le but qu’il assignait à la lecture des textes bibliques car il prétendait, en effet, accomplir réellement le texte sacré. Par là, les chrétiens primitifs-hébreux rejoignaient les idées pré-gnostiques de l’avènement d’un soi divin*, idées venues des mystères grecs, des conceptions platoniciennes, mais aussi de certaines idées persanes zoroastriennes. Les midrash issus de cette relecture furent remaniés plusieurs fois selon les polémiques de l’époque. Puis, ils furent finalement traduits en grec par des écrivains gnostiques proches des courants prophétiques samaritains et en désaccord avec les visées judéennes : puisque le but était d’accomplir la Thora, se constituait là une nouvelle alliance qui rendait caduque la loi de Moïse. Jésus-Josué, successeur de Moïse, devint l’emblème de cette nouvelle alliance. Ces mêmes gnostiques furent combattus par d’autres groupes chrétiens, comme ceux de l’église protocatholique et du groupe montaniste. L’église catholique sortit politiquement victorieuse de cette lutte. Les plus anciens manuscrits attestés des textes canoniques datent du 4ième siècle, époque où l’église catholique fixe son dogme sous l’œil vigilant de l’empereur romain, et détruit tous les textes qui remettent en question son interprétation. Certains de ces textes, dits apocryphes, furent retrouvés récemment ( 1945-47) à Nag Hammadi et Qumran ; pensons aussi à l’évangile de Judas (publié en 2006).

http://www.rose-croix-d-or.org/td1-christianisme-des-origines-messie-interieur.htm


avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Kouen le Ven 5 Oct 2012 - 5:33

J'ai tout lu..merci !!

J'en conclus une phrase ( de mémoire de lecture ) :
Jésus annonçait le Royaume et c’est l’Eglise qui est venue !!

Rose
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par lola83 le Ven 5 Oct 2012 - 10:03

tu as bien résumé Kouen !

j'ai tout lu aussi et je relève quelques inexactitudes et parti pris , mais en gros c'est assez exact

dans les affirmations sujettes à discussion par exemple le fait que les évangiles canoniques auraient été écrits directement en grec , il semble en tous cas que celui de matthieu a été écrit en araméen , langue parlée par Jésus et ses contemporains et ensuite seulement traduit en grec comme c'est indiqué par ailleurs

de mémoire il me semble aussi que les plus anciens documents des évangiles canoniques sont antérieurs au 4 ème siècle

enfin tout cela serait à vérifier dans le détail , mais bon , l'idée générale est là :

que la vision des premiers chrétiens disciples de jésus a été bien déformée par l'église catholique pour des raisons essentiellement politiques
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Loryan le Ven 5 Oct 2012 - 12:34

Très intéressant avec cependant quelques trucs qui me font tiquer comme
Quand l’église apostolique, romaine et catholique, triomphera, à la fois contre les montanistes et les gnostiques, dans un concile convoqué par l’empereur Constantin ( à Nicée en 325 ),
Le catholicisme en tant que adjectif comme connu aujourd'hui ne serait que du 16ème siècle, avant il ne s'agirait que de la prononciation latine du mot grec signifiant "universel" qui n'a pas été traduit directement en latin (universalis).
C'est important parce que ça change l'ordre de prédestination des choses... les chrétiens catholiques sont la conséquence d'un des mouvements chrétien qui s'est imposé en Europe de l'ouest, et non la cause.

ce christianisme catholique deviendra antisémite au 4ème siècle en réaction aux révoltes juives anti-romaines de 70 et 135.
Personnellement une réaction suite à des évènements vieux d'au moins 200 ans (soit dix générations) me laisse dubitatif sur le pouvoir de rancune des humains. C'est à mon sens un raccourci abusif pour affirmer un argument.

Après il est certain que les chrétiens ont fait ce qu'on nommerait aujourd'hui du plagiat d'autres courants religieux.
Vierge marie et Jésus = mythe égyptien de Isis et Horus
Saint Michel = Mithra
Dieu = Zeus (le mot n'étant qu'une déformation linguistique)

Maintenant il faut relativiser, car certaines vérités culturelles sont issues d'une simple adaptation des analogies disponibles dans un contexte ou les gens lettrés sont très peu nombreux.
Qui sait ce qu'une explication du Dieu chrétien à un paysans grec comme "c'est comme Zeus mais en plus grand et en unique" aurait pu donner.
Après les chrétiens ont beaucoup procédés par assimilation des anciens rites religieux pour se propager, il y a eu christianisation des religions romaines, grecques, celtes, Mithra, scandinave, etc... en soi c'est malin puisque de facto les pratiquants des religions mineures sont englobés dans un tout plus grand et plus universelle qui les corrige.... par la suite le processus destructif des anciens cultes s'est avéré moins difficile.

Mais est-ce que cela change vraiment la source ?
Les religions sont des fabrications humaines, en soi elles sont aussi des corps qui évoluent avec le temps et l'environnement, leur reprocher serait un peu comme reprocher à un adulte de ne plus être enfant.


Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par domi35 le Ven 5 Oct 2012 - 13:29

Loryan a écrit:Les religions sont des fabrications humaines

Love

Cobra-de-jade a écrit: Le christianisme est né de l’aura spirituelle de groupes hébraïques hellénisés dans une Alexandrie baignée de cultes à mystères grecs et égyptiens.

c'était en 2005/2006, celui qui était à mes cotés, m’avait parlé d’un village au bord de la mer d’Egée. Ou se trouvais un Temple, et ou était allez jésus enfant accompagné d’un certain Josèphe du temple d'Artémis


Cobra-de-jade a écrit: on note en Samarie deux mouvements baptistes successifs. Le premier est celui de Dosithée, dont il est dit qu’il mourut et ressuscita ; le second est celui des nazoréens,

C’est exacte pour Nazaréens (communauté essénienne) c’était effectivement des Baptistes
Rappelez-vous « Il y a une autre ‘circoncision’ propre à une communauté en lin blanc »

(Oui Guillaume, je n’ai jamais dit le contraire… je ne parlais pas des disciples, mais de Jésus. Je pourrais en citer un autre qui à quitter sa tunique de lin blanc pour une autre plus noble au sens humble du terme et qui se faisait appelé « le Baptiste »
« Les Baptistes » petites communautés en lin Blanc serré à la taille avec les cheveux mi long pour les hommes (épaules) et jusqu’à la taille pour les femmes…. La circoncision du cœur)

« Jésus était un Baptiste»

« Jésus » est un nom caché ; « Christ » est un nom manifeste. C’est pourquoi « Jésus » n’est traduit dans aucune langue mais son nom demeure « Jésus », et c’est ainsi qu’on l’appelle. Le Christ, par contre, son nom en syriaque est Messiah, mais en grec, c’est Christ, et assurément, toutes les autres langues en possèdent un équivalent qui est propre à chacune. L’élément manifeste de ce qui est caché, c’est « Nazaréen ».( Phil)

Domi

Merci Cobra de Jade coeur

(1) les bains rituels de QUMRAM
avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par domi35 le Ven 5 Oct 2012 - 19:31

domi35 a écrit:’un village au bord de la mer d’Egée. Ou se trouvais un Temple

« Milos » (Ile)

bonne nuit
Domi

Rose
avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Cobra-de-jade le Ven 5 Oct 2012 - 19:59

lola83 a écrit:dans les affirmations sujettes à discussion par exemple le fait que les évangiles canoniques auraient été écrits directement en grec , il semble en tous cas que celui de matthieu a été écrit en araméen , langue parlée par Jésus et ses contemporains et ensuite seulement traduit en grec comme c'est indiqué par ailleurs

Pour l'araméen de l'évangile de matthieu, c'est difficile à dire lola parce qu'il a connu (tous commes les 3 autres canoniques) des rédactions successives."matthieu, marc, luc, jean" sont des noms généraux derrière lesquels se cachent plusieurs personnes (comme le montre l'exégèse biblique).

lola83 a écrit:de mémoire il me semble aussi que les plus anciens documents des évangiles canoniques sont antérieurs au 4 ème siècle

Sur ce point tu as raison, c'est certainement un peu plus ancien, mais comme on ne dispose pas de la version originale... la datation exacte est impossible.

lola83 a écrit:enfin tout cela serait à vérifier dans le détail , mais bon , l'idée générale est là :
que la vision des premiers chrétiens disciples de jésus a été bien déformée par l'église catholique pour des raisons essentiellement politiques

Toutafay Sage
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Cobra-de-jade le Ven 5 Oct 2012 - 20:15

Loryan a écrit:
Le catholicisme en tant que adjectif comme connu aujourd'hui ne serait que du 16ème siècle, avant il ne s'agirait que de la prononciation latine du mot grec signifiant "universel" qui n'a pas été traduit directement en latin (universalis).
C'est important parce que ça change l'ordre de prédestination des choses... les chrétiens catholiques sont la conséquence d'un des mouvements chrétien qui s'est imposé en Europe de l'ouest, et non la cause.

L'église catholique existait bien avant de porter formellement ce nom, elle constitue le reflet d'une seule des nombreuses tendances chrétiennes des origines, celle de l'apôtre Pierre. A côté de la version de Pierre, il en existait bien d'autres.

Loryan a écrit:Après il est certain que les chrétiens ont fait ce qu'on nommerait aujourd'hui du plagiat d'autres courants religieux.
Vierge marie et Jésus = mythe égyptien de Isis et Horus
Saint Michel = Mithra
Dieu = Zeus (le mot n'étant qu'une déformation linguistique)

Maintenant il faut relativiser, car certaines vérités culturelles sont issues d'une simple adaptation des analogies disponibles dans un contexte ou les gens lettrés sont très peu nombreux.
Qui sait ce qu'une explication du Dieu chrétien à un paysans grec comme "c'est comme Zeus mais en plus grand et en unique" aurait pu donner.
Après les chrétiens ont beaucoup procédés par assimilation des anciens rites religieux pour se propager, il y a eu christianisation des religions romaines, grecques, celtes, Mithra, scandinave, etc... en soi c'est malin puisque de facto les pratiquants des religions mineures sont englobés dans un tout plus grand et plus universelle qui les corrige.... par la suite le processus destructif des anciens cultes s'est avéré moins difficile..

Tout à fait d'accord avec toi. En fait, chaque nouvelle tradition est comme un nouvel arbre qui pousse dans un terrain qui préexistait avant lui, et par ce biais, il est normal que l'arbre soit influencé par la totalité des éléments constituant le terrain. L'exemple de la Torah juive est on ne peut plus parlant car celle-ci a énormément emprunté à l'ancienne religion summérienne d'une part et à l'égypte d'autre part.

Loryan a écrit:Mais est-ce que cela change vraiment la source ?
Les religions sont des fabrications humaines, en soi elles sont aussi des corps qui évoluent avec le temps et l'environnement, leur reprocher serait un peu comme reprocher à un adulte de ne plus être enfant.

Non cela ne change pas la source Smile par contre, ce qui la change radicalement, c'est l'orientation idéologique qu'un des nombreux mouvement issu de la tradition chrétienne donne à celle-ci. Tout cela dans l'unique but d'imposer SA propre version de l'enseignement du Christ et de détruire les autres... ce qu'on a encore remarqué au moyen âge avec l'extermination massive des Cathares qui étaient les derniers représentants d'une école gnostique liée à Thomas et Marie-madeleine.
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Cobra-de-jade le Ven 5 Oct 2012 - 20:18

domi35 a écrit:Merci Cobra de Jade :coeur)

Plaisir Love Tree
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Kouen le Ven 5 Oct 2012 - 20:45

Tout ce que vous dites est juste et cela me fait réfléchir
à une chose....??!!

Personnellement , je m'interroge parfois selon mes
lectures religieuses sur le fait que les Apocryphes de l'ancien Testament,
surtout la partie juive des vers sibyllins et le Livre d'Hénoch,
joints au Livre de Daniel, qui est, lui aussi, un véritable apocryphe,
ont une importance capitale pour l'histoire du développement
des théories messianiques et pour l'intelligence des
conceptions de Jésus sur le royaume de Dieu !!

Le Livre d'Hénoch, en particulier, lequel était fort lu
dans l'entourage de Jésus, apporte la clef de l'expression de
'Fils de l'homme', et des idées qui s'y rattachaient pour
créer les premiers pas de l'origine du Christianisme !!

Ne pourrait on pas dire, qu'il existait un 'pré Christianisme', comme
il eut aprés la crucifixion et le mort de Jésus, un 'post Christianisme' ?

Le Christ en étant évidemment à la fois la 'jonction' et l'état de 'révélation',
tout comme Il reste à jamais, le fil conducteur..pour des siècles et des siécles....!!




avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par lola83 le Ven 5 Oct 2012 - 20:52

oui , je suis d'accord avec toi Kouen

le livre de Daniel est spécial , il est canonique dans l'ancien testament tout en étant très discuté , en tous cas moi il me parle beaucoup par ses prophéties et notamment celle du géant aux pieds d'argile qui représente les puissances mondiales et qui doit être détruit par le royaume de Dieu
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Kouen le Ven 5 Oct 2012 - 21:19

Sage

Espérons que cela soit aussi un rêve,
fait par l'humanité, comme celui qu'avait fait
Nabuchodonosor, roi de Babylone !!
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par lola83 le Ven 5 Oct 2012 - 22:54

par contre j'espère que ce rêve se réalisera , non pas la disparition de l'espèce humaine mais la disparition des puissances politiques et économiques et un nouveau mode de vie plus juste et plus sain
Fleur
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au début de notre ère : L’origine du christianisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum