Avons-nous besoin d'un maître?

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Cobra-de-jade le Sam 6 Oct 2012 - 9:15

Rappel du premier message :

Si vous en êtes encore à poser cette question, la réponse est : oui. Corrigeons pourtant un seul mot : celui précisément de "maître". Ou bien gardez-le tel quel, s'il vous fait plaisir et si vous comprenez que le "maître" n'est pas en essence supérieur à vous. Il apparaît seulement un peu en avance sur vous, - retard que vous pourrez combler à tout instant par votre zèle et votre courage. Voyez, dans le ch'an encore ou le meilleur zen, ces rudes empoignades entre maîtres et élèves: les coups de bâton pleuvaient dru ; on se tendait des pièges de part et d'autre; on s'invectivait jusqu'au dernier souffle; la transmission suprême ne s'effectuait pas dans la pompe et l'attendrissement mais dans un simulacre de mauvais humeur, une virilité bourrue. Seule période de la spiritualité universelle, peut-être, où l'on eut de l'humour!

Donc pas de révérence excessive envers le maître; pas de gouroumania. Le vrai maître n'aspire qu'à être détrôné car sa charge lui pèse, l'idolâterie des disciples le fatigue, lui fait douter de l'humaine raison. Il guette celui ou celle qui va enfin oser reprendre le flambeau et c'est souvent à celui-là - qu'il n'aime pas forcément - à cet élu spontané qu'il va réserver ses flèches les plus cruelles. Il pleurera des larmes amères, celui qui sera jugé digne de reprendre sur ses épaules le poids de la vacuité.

(extrait du livre "Pour l'Eveil" de Pierre Feuga)
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas


Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Loryan le Mer 10 Oct 2012 - 16:01

Déjà qu'au sein même de la société occidentale il y a plusieurs langues différentes et plusieurs horizons différents, je suis du même avis que chimère.
A quoi sert de s'expliquer en disant "les mots ne sont pas compris comme il devrait l'être". En quoi le lecteur ici serait responsable d'associer les mots selon ce que son éducation, sa culture, son expérience lui a appris ?
Ca me fait penser à mon apprentissage de l'anglais et de l'allemand tien... quand j'étais gamin et déjà très mental on m'a dit " cherche pas à comprendre mais utilise et répète " et tout ceci dans un contexte littéraire alors que j'étais scientifique.... résultat 30 ans plus tard je ne maitrise aucune des deux langues et j'en suis peiné avec le constat simple qu'on a tenté de me les apprendre dans un champ en dehors de ma structure de compréhension de l'époque.
Mais il faut croire que la méthode a toujours ses adeptes et que c'est sans doute au gens comme moi de se relativiser.

En ce qui me concerne ça ne répond à aucune de mes questions actuelles, hormis peut-être le sentiment d'être dans des questions indésirables.

Cependant même si c'est indésirable je vais la réitérer avec des mots différents..

Comment savez vous que vous n'êtes pas fous ? illuminés ? fascinés ? en fuite de votre réalité pour une autre ?
Des maîtres, des guru, etc... il y en a plein partout et il n'y a pas que des dangereux... la plus part sont adorables et charmant... mais c'est pas là le problème..
C'est celui de partager un pan de sa vie avec quelqu'un que l'on peut croire réalisé sans la moindre certitude... la réalisation d'ailleurs pouvant n'être qu'une simple illusion projetée par notre propre mental.

C'est important, peut-être pas pour tout le monde, mais ça l'est pour moi... et peu m'importe que ça paraisse arrogant, stupide ou malpoli, la logique (car tout n'est pas mauvais dans le mental) et l'intuition, me disent clairement que celui d'entre vous qui est sur le chemin de la vérité dans ce questionnement et ce partage sur le "Maitre" ne peut que comprendre là où des gens comme moi sont sur le chemin, sans le moindre jugement.

Etre sceptique ne signifie pas être fermé ou obtus

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par wohpé le Mer 10 Oct 2012 - 16:03

Greenou dit :
Quand on est amoureux d une personne, ou d une oeuvre d art, il y a de la fascination, non ? Et le resultat est beau, ou est le problème ? Si on se maitrise un minimum, il n y a aucun souci. La fascination existe partout, a nous d en faire un tremplin raisonnable en toute chose.

Joli ! I love you J'aime beaucoup, et je trouve ça très vrai! (euh c'est de l'expérience hein! pas des idées! lol) Trinquons

avatar
wohpé

Messages : 196
Date d'inscription : 17/05/2012
Féminin Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Invité le Mer 10 Oct 2012 - 16:18

.


Dernière édition par Cyrille le Jeu 1 Nov 2012 - 13:47, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par gogo an le Mer 10 Oct 2012 - 16:47

l'intitulé du post est " avons nous besoin d'un maître ? "
la fin de la question , qui est sous jacente , mais qui détermine la réponse à mon avis , c'est ..." pour pratiquer et s'améliorer dans la voie qu'on s'est choisi "
certains pensent que le contact avec un maître qui s'inscrit dans une tradition ( et donc authentifié Enseignant par son propre maître ) est déjà une garantie de son éthique .
mais si l'on veut progresser dans sa Voie , et si on a pas un maître pour nous guider , nous pousser ...à mourir à soi même à la fin !
nettoyer l'égo comme dit Greeman !
mais c'est pas du tout , mais pas du tout le genre de truc qu'on a envie de faire de sa propre volonté .
je parle bien sûr de 99,99 pour cent des gens
on peut avoir ces fulgurances au contact de certains maîtres très avancés , mais si on ne pratique pas selon leur recommandations , on peut très bien rentrer chez soi , la tête dans les étoiles ,... et ensuite s'engueuler avec sa femme pour des conneries !!
le mental est tellement changeant ...
Fleur

gogo an

Messages : 127
Date d'inscription : 30/07/2012
Masculin Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Mer 10 Oct 2012 - 17:35

gogo an a écrit:l'intitulé du post est " avons nous besoin d'un maître ? "
la fin de la question , qui est sous jacente , mais qui détermine la réponse à mon avis , c'est ..." pour pratiquer et s'améliorer dans la voie qu'on s'est choisi "

Oui, tout à fait... Rose

J'ai connu deux 'maîtres spirituels' au cours de mon existence,
deux personnes différentes, qui m'ont apportés énormément
dans mon temple intérieur, leurs enseignements et leur Sagesse,
m'ont fait grandir spirituellement, culturellement en toute conscience
et connaissance, sans que ces deux personnes soient des pseudos
Dieux ou des Gourous !!


On ne peut pas toujours s'auto suffire...!!
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par air le Mer 10 Oct 2012 - 17:38

Bonjour à tous,

Je suis toujours surpris, lorsque un sujet évoque le thème du maître, d'y retrouver à chaque fois les mêmes questions sur ce qu'est un maître, sur le sens de ce mot en occident et la déformation du sens original, sur les faux-maîtres, etc.

Vous allez (peut-être) me dire que c'est parce qu'il s'agit de véritables questions de fond et qu'elle nécessitent d'être sans cesse approfondies et débattues, néanmoins ce n'est pas mon sentiment. J'ai pour ma part l'impression que tout cela est plutôt simple.

Si je vous parle des indiens, vous allez peut-être me demander initialement si je parle des habitants de l'Inde, ou des indiens d'Amérique, et une fois la précision apportée, on n'en parlera plus. Je pense que concernant l'utilisation du mot "maître" dans la spiritualité, c'est la même chose, il ne me paraît pas nécessaire de revenir à chaque fois sur cette question de vocabulaire. Si vous étiez tous des inconnus je comprendrais, mais je vous ai pour un très grand nombre connus sur un autre forum où ces points ont été débattus en long, en large et en travers, et ici même, le sujet a déjà été abordé, plusieurs fois.

C'est d'ailleurs l'une des raisons qui m'avaient incité à créer le sujet Le Maître, que je vous invite à lire si vous ne l'avez pas fait, pour y définir ensemble, une bonne fois pour toute (j'espérais...) ce qu'on entend par le terme "maître" dans ce forum et ne plus avoir à y revenir. Peine perdue on dirait Laughing

De même pour les faux-maîtres, ok, ils sont légions, mais ce sujet n'a pas selon moi de rapport avec l'utilité des maîtres, avec leur rôle dans la spiritualité, etc. C'est un autre débat.

Pour savoir ce que c'est un maître, ou du moins, pour s'approcher un peu de la compréhension de ce que c'est, je crois qu'il n'y a pas 200 solutions, je n'en connais qu'une : s'approcher d'un ou plusieurs d'entre eux, les fréquenter, et voir ce que ça nous fait...

Je vais vous dire ce que ça me fait pour ma part : je me sens bien, en phase avec moi-même, recentré et revitalisé. Ce qui m'apparaissait éventuellement comme des difficultés avant la rencontre ne me semble plus être que broutilles qui ne méritent pas que je me fasse du souci (ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille rien faire hein... Rolling Eyes). Je ressens de la paix. Même sans parler avec on peut ressentir cela, et en parlant, ça fonctionne également à distance, il suffit d'un simple contact ouvert sous quelque forme que ce soit, pour en ressentir les bienfaits.

On pourra parler tant qu'on voudra des maîtres, gurus, instructeurs, etc. il n'y a qu'à leur contact qu'on pourra commencer à avoir un début d'idée concrète de ce qu'ils sont et de ce qu'ils apportent.

Pour la question posée initialement sur ce fil, je n'ai rien à ajouter par rapport à la position de Greenman, que je partage pleinement.

sunny
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Mer 10 Oct 2012 - 17:43

air a écrit:

On pourra parler tant qu'on voudra des maîtres, gurus, instructeurs, etc. il n'y a qu'à leur contact qu'on pourra commencer à avoir un début d'idée concrète de ce qu'ils sont et de ce qu'ils apportent.




C'est juste Air.... Sage

Personne ne nous montre nos défauts comme un disciple !!
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Greenman le Mer 10 Oct 2012 - 18:33

Personne n'a dit ici que l'amour devait conforter les illusions du temporel, au contraire, quand on fonctionne autrement qu'avec l'ego justement, on voit la réalité du Tout avec l'amour, et non pas l'illusion des parties. même dans l'amour humain et même dans l'amour d'une oeuvre d'art.

Oui, Wohpy, rien de tel que l'expérience à la place du mental !


Loryan,

le spirituel est fait pour être vécu et vérifié en pratique et non pas pour se proposer d'être sceptique ou pas, car pour moi en tout cas, être sceptique ad vitam aeternam ne sert strictement à rien et ne fait que faire perdre du temps.
être sceptique est très intéressant et on le fait tous, quand il s'agit de vérifier quand même la chose en pratique, comme avec les scientifiques par exemple, où ça donne d'excellents résultats dans un domaine matériel, qui correspond à et se vérifie avec la pensée.
Mais dans le spirituel, la pensée ne démontrera jamais rien, il faut en être bien certain, puisque, par définition, le spirituel touche à la transcendance de l'esprit, la méditation c'est le silence, et pas la pensée. Et ce qui peut être vécu dans certains états ne sera jamais démontré avec la raison analytique, donc, il est inutile de demander des preuves physiques et raisonnantes.
il ne s'agit pas ici d'apprendre une langue, ce qui est du domaine de la pensée, non, il s'agit ici du domaine inverse à cette démarche d'apprentissage par la pensée, donc, oui, il faut relativiser toute vision théorique à ce sujet, effectivement et rien ne changera cela , ici ou ailleurs, car le fait spirituel est le fait spirituel, qui n'est essentiellement pas intellectuel.

ainsi, on ne dit rien contre l'intellect, on dit juste que l'intellect a ses limites dans ce domaine. il sert par exemple à éviter les charlatans, mais passé ce stade important il est vrai, et ben, faut aller au delà de la pensée, c'est la proposition même de la spiritualité, ça n'est pas mon opinion ou celle de quelqu'un d'autre pour le coup.
Et c'est pas un jugement de dire ça, c'est juste dire : "attention, ce domaine doit être vérifié en pratique, ce n'est pas le raisonnement seul ou le scepticisme qui résoudra le problème, du tout."
c'est comme si j'allais dire à un physicien nucléaire que j'allais résoudre ses équations et problèmes avec du Qi gong, il me dirait : " hé ho, vous rigolez ou quoi, là ? non non, vous vous trompez de domaine, m'sieur, là, il faut la pensée ici."
il aurait raison et ce ne serait pas un jugement mais une constatation.
De même, on ne peut pas théoriser sur le Sage en validant ou invalidant (ou sur la méditation, le Qi gong, etc), il faut en rencontrer un, et pratiquer, pour voir ce que ça fait à l'intérieur.

Peu importe, venons en à l'essentiel maintenant.
tu écris :

"Comment savez vous que vous n'êtes pas fous ? illuminés ? fascinés ? en fuite de votre réalité pour une autre ?

==> Loryan, quand on est fasciné, on le sait. oui ou non ? Si on ne le sait pas, c'est qu'on est dans un état grave, comme les SS qui regardaient Hitler avec un oeil exorbité lors de ses discours. Very Happy
Et dis moi une chose : l'homme de la société n'est pas fasciné par l'argent, par son propre plaisir personnel au détriment du monde ? Evidemment, oui, et de façon très hystérique, vu les guerres du passé et la situation actuelle. Quitte à être fasciné, autant l'être devant quelque chose qui libère de ça, et la méditation libère de la fascination et des émotions.
Quoi d'autre que la méditation libèrera de la fascination et des émotions ? la question est posée.

sur la fuite :
Quand on fait justement une introspection intérieure, c'est précisément pour savoir si on est encore en fuite, alors tu parles de la fuite comme si ce n'était pas déjà le sujet. Mais la spiritualité est déjà essayer d'arrêter de fuir la réalité de la vie pour aller à l'essentiel. Car la vie courante est une grosse fuite pour de bon, faut pas se leurrer, et quand on le constate, on cherche quelque chose de réel, quand l'illusoire finit par saouler pour de bon.
Arrivé là, tu demandes "est-ce qu'on fuit encore en méditant ?" Certainement, Loryan , tant qu'on n'est pas en pleine possession de notre conscience totale, je pense qu'on fuit encore aussi, oui, tu as raison, mais comme tout le monde, et certainement moins que la moyenne si on arrive à avoir des résultats. Et celui qui fait une analyse psy peut le dire aussi, s'il arrive à de bons résultats.

est-ce qu'on est fou ?
Bien sur, tu as raison, mais tout le monde est fou, j'espère que tu acceptes de le constater. Et le plus fou est celui qui ignore qui il est et quel est son potentiel.
Plus on épanouit son potentiel intérieur, moins on est fou.

Ensuite tu écris :
"Des maîtres, des guru, etc... il y en a plein partout et il n'y a pas que des dangereux... la plus part sont adorables et charmant... mais c'est pas là le problème..
C'est celui de partager un pan de sa vie avec quelqu'un que l'on peut croire réalisé sans la moindre certitude... la réalisation d'ailleurs pouvant n'être qu'une simple illusion projetée par notre propre mental."

==> Mais qui te dit que la personne n'a aucune certitude ? On ne peut pas décider pour elle qu'elle n'a aucune certitude. Cette certitude n'est pas mentale, du au raisonnement seul, elle correspond à un vécu intérieur.
exemple parmi bien d'autres : tu vas voir un Sage en silence, et il irradie quelque chose que tu ressens intérieurement fortement, un amour inconcevable, tu fais l'expérience d'un état de conscience inconcevable auparavant, (qui n'est pas le notre habituellement, je précise bien, l'entourage n'est pas le Sage, l'entourage a encore tous ses défauts, sauf pour ceux qui font un chemin sérieux et qui stabilisent ces états. ici, dans mon exemple, l'entourage ne vit ça non pas parce qu'il est avancé mais par rayonnement du Sage, car il suffit de le cotoyer), et bien suite à une foule d'indications réelles et de vécus, l'entourage voit bien qu'il évolue, qu'il efface de plus en plus son ego, et donc il reste là où il évolue, même s'il a encore des lourds défauts puisqu'il n'est pas arrivé au bout du chemin.

En revanche, et a contrario, pourquoi faudrait il à la place de cela où on évolue, rester dans un monde où on devient de plus en plus égoïste, destructeur, fasciné par l'illusion permanente, fou de guerres et d'ignorance de soi-même, et dans la fuite permanente de la réalité intérieure avec toutes les conséquences malsaines que cela entraine ?
Voilà, c'est une bonne question ça aussi, n'est il pas vrai ? Very Happy

Tu vois, je ne méprise aucun questionnement, je lis au contraire tout ce qui est écrit et j'essaye d'y répondre systématiquement, et analytiquement, si je peux, ce qui n'est pas sûr. (bon, ça ressemble à une méthode rationnelle, je sais, mais peux pas m'empêcher, suis éduqué avec les maths et le jeu d'échecs, moi... Embarassed bon, je sors La sortie est par là ) Hin hin !

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par domi35 le Mer 10 Oct 2012 - 18:58

domi35 a écrit:Bonjour

« Le Maître appelle l’esclave, comme l’esclave appelle le Maître, tacher de ne pas être l’esclave quand le Père viendra ; car vous ne valez guère plus que le Maître. Il y a deux sortes d’esclaves ‘le Maître et son disciple’… Un aveugle peut-il conduire un autre aveugle ?»

« Le gardien du seuil, c’est le veilleur qui se tient devant la porte »

(hier soir)
Domi coeur

*Accorde-nous de siéger, l'un à ta droite et l'autre à ta gauche dans la gloire. " Jésus leur dit : " Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire, recevoir le baptême dans lequel je vais être plongé ? " Ils lui disaient : " Nous le pouvons. " Il répond : " La coupe que je vais boire, vous y boirez ; et le baptême dans lequel je vais être plongé, vous le recevrez. Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de l'accorder, il y a ceux pour qui ces places sont préparées. " Les dix autres avaient entendu, et ils s'indignaient contre Jacques et Jean. Jésus les appelle et leur dit : " Vous le savez : ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous : car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude * (Marc)

Rose


Dernière édition par domi35 le Mer 10 Oct 2012 - 19:13, édité 1 fois
avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par domi35 le Mer 10 Oct 2012 - 19:09

domi35 a écrit:

« Le gardien du seuil, c’est le veilleur qui se tient devant la porte »

(hier soir)
Domi coeur

Veillez !!



« Croyez en vous ! » coeur Bisou

bonne nuit
Domi
avatar
domi35

Messages : 251
Date d'inscription : 16/01/2012
Masculin Age : 60
Localisation : saint Malo

http://www.talpiot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par akhenaton7 le Mer 10 Oct 2012 - 19:28

Comment savez vous que vous n'êtes pas fous ? illuminés ? fascinés ? en fuite de votre réalité pour une autre ?
En quoi ce serait plus vrai pour une personne qui s'engage dans une direction spirituelle ou pour une autre, athée ou agnostique? Cela reviendrait à définir l'athéisme ou son penchant matérialiste, comme une sorte d'état naturel à l'origine de notre condition, or il n'en est rien, l'homme est toujours nait imputé du germe de la transcendance, qui est sa source de vie, on recherchant à son microcosme des substituts supérieurs, qu'il retrouve dans une échelle d'abstraction étendue à toute sa vie, pour un fervent patriote le 14 juillet a une valeur aussi religieuse qu'une Bat mitzva pour un juif, partout il y a ce substitut supérieur, il est recherché dans la nation, la mythologie, la politique, dans l'art, dans la science, dans l'inconnu de l'extrême pour les sportifs.. mais sa forme la plus pure et aboutie reste Dieu car elle accepte d'être sans objet, ce qui s'en revendique hérite d'un statut particulier. Mais pour tous, comment être sûr qu'on est pas fou, fasciné, ... on est tous fêlé j'ai envie de dire, c'est une erreur de croire que nous partageons une réalité commune, ce questionnement est à retourné à soi, tout ces états sont des illusions de l'esprit est l'illusion à pour condition sine quenon d'être tenu comme vrai, donc on est jamais sûr de rien, la certitude est vite détruite car l'inattendu est toujours aux aguets, il faut l'accepter et avancé.

Paix.
avatar
akhenaton7

Messages : 385
Date d'inscription : 24/03/2012
Masculin Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Loryan le Jeu 11 Oct 2012 - 8:41

Peut être ais-je mal formulé mes questions qui je le rappelle était avant tout sur le terme "besoin" bien plus que le terme de maitre.

Je ne partage pas l'opinion qu'un maitre est une étape obligatoire à l'évolution spirituelle, tout comme d'autres ici. En fait je ne cautionne pas le principe de cooptation pour avoir le droit d'évoluer comme si il était nécessaire qu'un "maitre" délivre un diplôme spirituel à son disciple.
En cela cependant je pense ne pas choquer grand monde.
La question de libre arbitre c'est glissée tout naturellement car, et ne me prétendez pas le contraire, beaucoup d'étudiant en spiritualité sont près à tout abandonner.. jusqu'à leur âme pour avoir un maitre, ce dernier n'étant pas garanti de l'être vraiment.
De là bien sur vient la définition du maître, je crois que les faux et vrais maitre ont existé de tous les temps, mais notre époque est largement superlative d'où aussi mon questionnement sur le danger de suivre n'importe qui.
Ce n'est pas moi qui ai usé des termes Bouddha ou Christ pour parler d'être éveillé ou réalisé, mais comprenez que c'est un peu "tout much" et que cela constitue un tel bond sur la question que c'est vite impossible à appréhender au quotidien.
La fascination est une conséquence logique du regard que l'on peut avoir à titre d'individu sur un chemin devant toute lanterne dans la nuit.

L'analogie a ma question pourrait-être la suivante :
"Lorsqu'un étudiant en devenir d'être marche sur son chemin, et qu'il voit en pleine nuit une lumière brillante à l'horizon sur le coté du chemin.... doit-il quitter son chemin pour suivre cette lumière ? "

Ca à l'air anodin comme cela, mais je suis pas sur que vous comprenez mon questionnement.
Il ne s'agit pas tant de savoir si le chemin qu'on suit n'est rien d'autre qu'une routine ou un conditionnement, mais bien de savoir si on doit se détourner ou non.
Peut-être est-ce simple pour vous, ça ne l'est pas pour moi.
Chaque jour en ce moment je suis confronté à des proches dont je n'arrive plus à savoir quelle est la part de mensonge dans leur affection ou dans la mienne... alors imaginez ce que cela peut représenter pour quelqu'un qui pourrait être un maitre ?

Un maxime dit "il ne faut pas prendre des vessies pour des lanternes" et il ne s'agit pas que de parler des sirènes du matérialisme qui sert trop souvent d'épouvantail devant des pratiques spirituelles qui ne sont pas non plus sans danger.
Vous qui êtes ici, vous savez très bien qu'il existe des êtres fascinants qui peuvent être pris pour des maîtres et qui n'en sont pas forcément.

Ce n'est pas parce que certain d'entre vous savent ou pensent savoir se positionner devant un maître que cela constitue une vérité pour les autres.

Et même si cela est redondant, il me semblait que le but d'un forum était justement d'aider à y voir plus clair... même si cela passe par le mental.
Le mental a bien des défauts, mais l'argumentation constitue aussi sa défense et son évolution.
Car il faut bien comprendre que c'est aussi ce genre de discussion qui le moment opportun permettra au mental soit d'avertir le disciple qu'il fait fausse route, soit de s'effacer et de laisser l'appel se réaliser.






Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Jeu 11 Oct 2012 - 10:51

Loryan a écrit:Vous qui êtes ici, vous savez très bien qu'il existe des êtres fascinants qui peuvent être pris pour des maîtres et qui n'en sont pas forcément.


Je comprends ce que tu veux dire Loryan Wink

Par expérience, je suis en mesure de répondre que
c'est une relation que l'on ressent tout de suite, à savoir
si la personne qui est face à nous et 'vraie' ou 'fausse' !!

Si son enseignement va t'apporter et t'élever réellement,
ou si c'est du 'bidon'..et que tu fais fausse route par des voies
parallèles, comme par ex toutes les 'études de travail sur soi', et
de 'personnalisation' que nous proposent à gogo, des soit
disant 'cabinets de coaching individuel', les 'manipulateurs
spirituels' sont souvent là...où l'on s'y attend le moins !!

Il faut être intérieurement très fort pour ne pas tomber dans ce piège,
pour accepter ( en ne lui répondant pas, du fait d'un ressenti de danger
ou de malaise à l'écoute, à la parole, dans le contact )
de passer aux yeux du 'faux gourou' pour un être spirituellement faible
ou paresseux, refusant d'examiner par lui-même,
quelqu'un n'ayant pas d'ouverture d'esprit et incapable d'objectivité...!!
( ce qui en fait est faux, et au fond de toi même tu le sais bien Wink )

Toutefois cela fait beaucoup de tares à porter pour quelqu'un
qui ne saurait pas assez "qui il est", quelqu'un qui ne serait pas
encore suffisamment stable et ancré en lui-même !

Et effectivement beaucoup se laissent prendre,
en n'écoutant pas leur intuition première,
et s'en mordent les doigts plus tard... car ils se rendent
compte qu'ils ont été dupés, trahis, et cela doit faire trés mal
à l'ego...( pour de bon cette fois ci !! )

Cependant, ce n'est pas une généralité, car il existe
de réelles personnes dans toute les religions, sincères
et authentiques, qui sont des 'guides' pour notre humanité et
qui sans 'elles', nous ne pourrions pas enraciner
nos 'croyances' et les développer par nous mêmes,
sans l'aide de personne...ni maître..d'accord,
mais pas sans Dieu !!


Je pense que l'on le veuille ou non,
indirectement , dés que nous évoquons
ou citons tels ou tels passages des véritables 'maîtres
spirituels' ( qu'importe leur communauté ) nous
nous relions à leur enseignement et à leur pensée,
à travers ce transfert, nous agissons comme des
'disciples' et nous intériorisons un état spirituel
d'élève ...de frère à frère !!

En prendre conscience, sans se méprendre entre
la forme et le contenu, repérer ses propres valeurs et s'y
tenir, sans se laisser berner par l'extase et le jeu
du pouvoir des dérives des 'croyances', c'est à cela qu'il faut selon
moi se cultiver l'esprit et tracer sa voie !!

Bien à toi !! I love you




Dernière édition par Kouen le Jeu 11 Oct 2012 - 11:08, édité 2 fois
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par lola83 le Jeu 11 Oct 2012 - 11:00

loryan , je vois à quoi tu fais allusion

mais pour être sûr de ne pas te tromper, peut être que la bonne solution est de prendre pour seul et unique Maitre : Dieu et quand je dis Dieu je parle bien sûr de la Source de toute chose

ensuite tu peux suivre les conseils de grands Sages incontestés comme Jésus par exemple

en faisant cela tu es sûr de ne jamais te tromper et de trouver la sérénité
I love you
avatar
lola83

Messages : 1203
Date d'inscription : 25/03/2012
Localisation : près de paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Jeu 11 Oct 2012 - 11:41

Vois tu Lola, je pense que l'on ne peut pas
proposer à une personne un 'maître spirituel'
en faisant référence à ses propres jugements,
ou valeurs spirituelles personnelles !

C'est une 'quête' , un chemin qui s'impose de
soi même, et qui pour être en équation avec
l'aspiration spirituelle recherchée par la personne,
doit fusionner avec son temple intérieur et s'extraire,
pousser, par elle même !! Wink

Ce qui correspond à l'un, ne correspondra pas
forcément à l'autre, même si le 'maître spirituel'
est d'une grande luminosité...comme celle de Jésus !!

Bien à toi ... I love you
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Invité le Jeu 11 Oct 2012 - 13:51

.


Dernière édition par Cyrille le Jeu 29 Nov 2012 - 18:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Jeu 11 Oct 2012 - 14:03

A te lire Cyrille...c'est incroyable ce que tu peux être
'défaitiste' et sans cesse dans un esprit de 'critique', sur
tout et tous...mais sans jamais argumenter tes propos...??!! Rolling Eyes

Si tu le veux bien, lis le lien ci dessous, sur le Baptême du Christ,
qui s'est reconnu disciple auprés du Baptiste , avant de prendre
le chemin du 'maître' , merci !! Wink

http://www.forumspirituel.fr/t248p60-citations-textes-a-partager#19793
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Chimère le Jeu 11 Oct 2012 - 14:10

Hum... je ne suis pas persuadée de comprendre très clairement ce que tu exprimes Cyrille, mais pour répondre en parlant de ce que je comprends, je dirais qu'il y a "suivre" et "suivre"...
Comme cela a été dit plus haut, il y a des enseignements, des textes, qui nous inspirent et qui font que l'on a envie de s'investir dans une recherche spirituelle. Je ne crois pas, du moins je ne vois pas comment ça serait possible "concrètement", que l'on puisse se passer de ce qui a été dit, écrit, fait avant nous...
Après, il faut que sa boussole interne reste sur son Nord interne, je dirais... mais c'est difficile, parce que j'ai l'impression que dès lors on se retrouve sur une sorte de corde raide entre s'ouvrir, et se perdre.

Pour le reste, je ne suis pas sûre de savoir où tu veux en venir dans la seconde partie de ta réponse en fait... tu veux dire que les personnes qui ont besoin de maître pratiquent en gros la spiritualité comme un hobby du week-end et vivent une vie "normale" le reste du temps ?
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Invité le Jeu 11 Oct 2012 - 14:24

.


Dernière édition par Cyrille le Jeu 29 Nov 2012 - 18:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Chimère le Jeu 11 Oct 2012 - 14:32

Certes... tous ceux qui se prétendent spirituels ne le sont pas. Comme certaines personnes paraissant très éloignées de tous courants ou chapelles spirituelles, ou ignorantes de toutes choses spirituelles, peuvent être très spirituelles...

Après, la bonne question ça serait : qu'est-ce que c'est "être spirituel" ? Smile
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Kouen le Jeu 11 Oct 2012 - 14:43

Chimère a écrit:

Après, la bonne question ça serait : qu'est-ce que c'est "être spirituel" ? Smile

Effectivement...cela ouvre sur une nouvelle voie Wink

Pour ma part être spirituel c'est avant tout avoir des qualités
intérieures très simples : calme, relaxation, sagesse, humour,
courage, sensibilité, douceur... qui dépassent les époques
et les cultures !

Nous pouvons vivre dans ce monde moderne, travailler,
profiter des plaisirs de la vie moderne et être spirituel,
c'est-à-dire intégrer ces qualités intérieures
pour vivre plus pleinement ...et pas besoin de 'maître'
pour cela ni de religion !!

Une autre conception du spirituel insiste aussi
sur l’ouverture à une Transcendance,
c’est-à-dire à de l’infini, à du mystère,
à un point d’altérité dont la figure nous échappe !!

alien
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Invité le Jeu 11 Oct 2012 - 16:21

.


Dernière édition par Cyrille le Mar 18 Déc 2012 - 23:29, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par akhenaton7 le Jeu 11 Oct 2012 - 16:31

Cyrille, un maître ce n'est pas que des mots, un livre ou une vidéo, c'est une lumière, force qu'il transmet, une graine de conscience qu'il sème, le simple fait d'être en présence d'un maître réalisé est un profond travail de purification; comment pourras-tu évaluer un résultat qui n'est pas visible car intérieur et le plus souvent lattent au cours de cette incarnation? Ce genre de constations repose sur quoi exactement, des personnes que tu sondes de jugements de valeur au détour d'espace discussion qui traite de thématiques spirituel?
avatar
akhenaton7

Messages : 385
Date d'inscription : 24/03/2012
Masculin Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par wohpé le Jeu 11 Oct 2012 - 17:38

Chimère a écrit:

Après, la bonne question ça serait : qu'est-ce que c'est "être spirituel" ? Smile

J'ai bien aimé la définition qu'en fait Selim Aissel justement, il dit "on est spirituel uniquement quand on est joyeux". Autrement dit tout ce qui n'est pas animé par la joie n'est pas spirituel ! Wink

(spéciale dédicace à Cyrille! tongue )
avatar
wohpé

Messages : 196
Date d'inscription : 17/05/2012
Féminin Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Invité le Jeu 11 Oct 2012 - 17:43

.


Dernière édition par Cyrille le Jeu 29 Nov 2012 - 18:30, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Avons-nous besoin d'un maître?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum