Le bouddhisme quatre à quatre

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bouddhisme quatre à quatre

Message par Le_Chat le Ven 1 Fév 2013 - 18:15

Rappel du premier message :

Cet article a été écrit par Farel dans mon forum qui n'est plus actif.

Le bouddhisme quatre à quatre


Comme souvent dans la culture extrême-orientale, le bouddhisme utilise des chiffres pour désigner des idées de base. Et dans ces chiffres, le nombre quatre revient très fréquemment. C’est ainsi qu’il y a les « Quatre pensées fondamentales », les « Quatre incommensurables » et au tout premier chef, les « Quatre noble vérités », sur lesquelles je vais donner plus d’explications

Au VI° siècle avant J. C., dans le nord de l’Inde, Siddharta Gautama, fils d’un petit roi, quitte le palais de son père, où il avait jusqu’alors mené une existence à l’abri de tout besoin et chagrin. Ce jeune prince a décidé de partir vivre en ascète, pour comprendre le pourquoi de la souffrance. Au bout de sept ans de pratique méditative intensive, il atteint l’Eveil ou Nirvana, c’est-à-dire l’au-delà de la souffrance. Il sera désormais appelé bouddha (= l’éveillé parfait).
Puis, il décide de faire profiter les autres de son expérience. Mais, se pose à lui le problème de l’incompréhension qu’il risquait de rencontrer ou « comment expliquer un monde en couleurs à des gens qui ne voient qu’en noir et blanc », comme dit lama Puntso.
C’est pourquoi le bouddha Shakiamouni choisit un enseignement progressif, dont le premier stade, ce qu’on appelle « Le premier tour de roue du Dharma (=enseignement) », est constitué par les « Quatre nobles vérités », le premier des enseignements qu’il donna au Parc des gazelles à Bénarès.
La première vérité est celle de la souffrance
La seconde est celle de l’origine de la souffrance
La troisième est celle de l’extinction de la souffrance
La quatrième est celle du chemin vers de l’extinction de la souffrance

1) La souffrance
« O moines, tout est souffrance », a dit le bouddha Shakiamouni. On distingue traditionnellement au moins trois formes de souffrance. Premièrement ce qui est appelé la souffrance de la souffrance, c’est-à-dire la douleur physique ou psychique ; principalement à la suite de certains évènements : naissance, maladie, mort. Deuxièmement, la souffrance du changement, plus psychologique, due à la fugacité des choses des choses agréables; rien n’est durable, tout change et évolue en permanence et nous ne nous adaptons pas à ce changement. Troisièmement, la souffrance de toute existence conditionnée, le samsara qui est la façon dont notre esprit conçoit la vie : nous sommes constamment à la recherche d’un mieux ou d’un plus ou d’un encore, bref nous vivons dans l’insatisfaction continuelle.

2) L’origine de la souffrance
Très schématiquement, les différentes formes de souffrances sont due à l’illusion dans laquelle baigne notre esprit : la croyance à l’existence d’un « moi » individuel séparé des autres êtres. Cette illusion donne dans notre esprit des « émotions perturbatrices » dont les principales sont au nombre de six : l’ignorance (le fait de ne pas comprendre que nous sommes dans l’illusion), l’orgueil, la colère, le désir-attachement, la jalousie, l’avarice. Ces émotions amènent à commettre des actes nuisibles pour autrui. Il y a d’abords les trois actes liés au corps : tuer, voler, se livrer à l’inconduite sexuelle. Puis les quatre actes liés à la parole : mentir, tisser des intrigues, tenir des propos blessants, répandre des commérages. Enfin les trois actes liés à l’esprit : envier, avoir des intentions malveillantes et avoir des vues fausses sur la nature de l’esprit. Ces dix actes nuisibles vont augmenter notre karma négatif. Le karma est le résultat dans notre esprit de cette illusion d’un « moi » individuel. Le karma est ainsi une sorte de concrétisation et de mémoire des actes négatifs, ce qui conditionne notre esprit, un peu comme un programme d’ordinateur en constante modification.

3) L’extinction de la souffrance
Par son exemple, le bouddha Shakiamouni a montré qu’il est possible de mettre fin à la souffrance. Pour cela, il faut voir « le vrai visage de l’existence », c’est-à-dire les raisons pour lesquelles notre esprit est dans le samsara, car nous sommes dans l’illusion d’un « moi » individuel. La pratique ou absorption méditative permet cette extinction de la souffrance car elle amène à comprendre la véritable nature du samsara et du nirvana.

4) Le chemin vers de l’extinction de la souffrance
On l’appelle traditionnellement la voie, ou « octuple sentier », car on lui reconnaît huit aspects ou perfections. 1) La vue parfaite, ou réaliser les choses telles qu’elles sont. 2) La compréhension parfaite, il n’y a plus ni doute ni interrogation. 3) La parole parfaite, ou comportement parfaitement éveillé. 4) Le parfait épurement du karma, ou élimination des conséquences des actes négatifs. 5) La conduite parfaite, par suite de la précédente perfection, il n’y a plus d’actes négatifs. 6) L’effort parfait, ou énergie nécessaire pour atteindre l’Eveil. 7) La conscience parfaite, ou pleine conscience. Cool La méditation parfaite, qui permet d’arriver à ce résultat.

Voici, très schématiquement exposé, ce que sont les Quatre Nobles Vérités. Mais attention : Il ne s’agit pas toutefois de vérités à accepter de façon dogmatique, au contraire elles doivent être l’objet d’une réflexion personnelle. La démarche préconisée par le Bouddha se décompose en trois phases : il s’agit d’abords de prendre conscience de la vérité elle-même, puis de comprendre son sens profond, enfin de l’avoir assimilé. (Deshayes, Laurent, Lexique du bouddhisme tibétain, p.134). Le bouddha Shakiamouni a également dit « Ne croyez pas ce que je vous dis parce que c’est moi qui vous le dit, mais parce que vous l’aurez expérimenté »


Si vous voulez approfondir le sujet, des lectures à recommander : Chögyam Trungpa, La certitude de la voie, se libérer de la souffrance, Seuil, 2011., ou Yongey Mingyour rinpotché, Bonheur de la sagesse, Les Liens qui Libèrent, 2010.
avatar
Le_Chat

Messages : 347
Date d'inscription : 05/06/2012
Masculin Age : 29

Revenir en haut Aller en bas


Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par ananie le Jeu 11 Avr 2013 - 10:12

rirrou a écrit:l'esprit humain, habitué à sa perception de la réalité, panique dès qu'il découvre que les atributs conceptuels et les points d'appui auxquels il se raccroche, n'existent pas réellement.
le fait que l'esprit se plaise à percevoir des caractéristiques, l'attache aux concepts d'être et de non être, de "vide" et de "non vide", en engeandrant les souffrances du monde transitoire...
J'aime beaucoup !!

J'ai développé un peu plus ce que j'en pensais ici :
http://www.forumspirituel.fr/t1033-concepts-duels-et-non-duels#27553

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par rirrou le Lun 15 Avr 2013 - 7:49

"Comment Te louerais-je, Seigneur, Toi qui sans naissance, sans demeure, surpasses toute connaissance mondaine et dont le domaine échappe aux cheminements de la parole. Pourtant, tel que Tu es, accessible au [seul] sens d'Ainsité, avec amour je [Te] louerai, ô Maître, en recourant aux conventions mondaines. Puisque, par essence, Tu ne nais pas, en Toi, point de naissance, point d'allée ni de venue. Hommage à Toi, Seigneur, le Sans-nature-propre ! Tu n'es ni être ni non-être, ni permanent ni impermanent, ni éternel ni non éternel. Hommage à Toi, le Sans-dualité ! En Toi aucune couleur n'est perçue, ni rouge, ni vert, ni garance, ni jaune, ni noir, ni blanc. Hommage à Toi, le Sans-couleur ! Tu n'es ni grand ni petit, ni long, ni rond. Tu as atteint le but sans mesure. Hommage à Toi, le Sans-limite ! Tu n'es ni loin ni près, ni dans le ciel ni sur terre, ni dans le samsara ni dans le nirvana. Hommage à Toi, le Sans-demeure ! En aucune des choses Tu ne résides, [ainsi donc] Tu as atteint le but : le domaine absolu, et Tu as acquis la suprême profondeur. Hommage à Toi, le Profond! Par une telle louange puisses-Tu être loué! Mais as-Tu été loué ? Si toutes les choses sont vides, qui est loué et par qui ? Qui est capable de Te louer, Toi qui n'apparais ni ne disparais, Toi pour qui n'existent ni milieu ni extrémités, ni perception ni perceptible ! Il n'est pas allé, Il n'est pas venu, exempt d'aller : c'est Lui le Bien-Allé qui vient d'être loué. Grâce aux mérites acquis [par cette louange], puisse l'humanité avoir accès au séjour du Bien-Allé..."

Nagarjuna.
avatar
rirrou

Messages : 241
Date d'inscription : 09/08/2012
Masculin Age : 46
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par rirrou le Mar 11 Juin 2013 - 10:04

"soutra de l'entrée à lanka" (lankavatara)

""mahamati, les bouddhas qui découlent du réel, enseignent que les caractéristiques générales et particulières des choses, ont pour causes les shémas habituels que chacun perçoit dans son esprit, de même que les croyances et attachements issues de la nature purement imaginaire. la combinaison de ces causes crée , dans toute sa variété, un fantasmagorie dépourvue d'essence propre, mais leurs croyances et attachements contraignent les êtres à les saisir comme de vraies réalités, lesquelles n'en restent pas moins insondables..."

sunny
avatar
rirrou

Messages : 241
Date d'inscription : 09/08/2012
Masculin Age : 46
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par ananie le Mar 11 Juin 2013 - 15:06

Merci rirrou.

Pourrais tu stp développer et illustrer avec des exemples ?
Parce que sans explication, pour ma part, je ne suis pas sur de ne pas passer à côté du sens véritable du texte (à cause des schémas habituels, croyances et attachements qui peuplent mon esprit Smile ).

De manière générale, à mon avis, il est important de relier l'interprétation d'un soutra à l'enseignement d'un maître, parce que lorsque l'on interprète un tel texte sans guide, il me parait difficile d'éviter le piège d'y voir uniquement ce que l'on a envie d'y voir.

Sinon je ne sais pas si tu avais vu ce sujet :
http://www.forumspirituel.fr/t1057-les-6-paramitas?highlight=paramitas

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par rirrou le Jeu 13 Juin 2013 - 9:25

bonjour ananie, oui biensur.

il y a des points essentiels retenir dans ce passage du soutra (dans tout le soutra, il est question de la même chose): "que chacun perçoit dans son esprit" , " de la nature purement imaginaire" , " une fantasmagorie dépourvue d'essence propre",
 saisir comme de vraies réalités"...

voilà les choses sont simples mais difficiles à concevoir, je dirais même à accepter... il n'y a pas de monde en dehors de l'esprit qui le perçoit, c'est à dire que le monde que nous percevons en extériorité n'est qu'une représentation mentale, une cognition, et nous prenons cette cognition pour la réalité. de cette "croyance" naît  entre autre, l'illusion d'un sujet et d'un objet: "je" et ce que je crois extérieur à "je", ce que je crois autre que 'je"..
avatar
rirrou

Messages : 241
Date d'inscription : 09/08/2012
Masculin Age : 46
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par ananie le Jeu 13 Juin 2013 - 11:34

D'accord, merci pour ces explications.

Pour ma part j'aurai même tendance à dire "impossible à concevoir".

Je pense qu'il y a un moment où cette vision des choses se fera jour, lorsque s'ouvrira une brèche dans notre esprit.

Pour ma part, il me semble en avoir eu un très bref aperçu (mais je n'en suis même pas sur) après avoir reçu la bénédiction de grands maîtres comme le Karmapa par exemple.
Mais je n'y suis pas pour grand chose...

Et il ne s'agit pas selon moi d'une compréhension : quand on est dedans on n'y comprends pas grand chose il me semble.
Et je dirais même que si l'on peut en comprendre ou en saisir quelque chose c'est que ce n'est pas cela.

Je pense aussi que cette recherche passe également par le développement de l'esprit de compassion et la pratique des paramitas.

Dans le bouddhisme on dit que le développement de la sagesse et comme le feu, et que les mérites accumulés par les actions altruistes sont comme du bois.

Celui qui a accumulé peu de mérites (parce que n'ayant que peu pratiqué l'action désintéressée), lorsqu'il rencontre du feu, ne produit qu'une petite flamme.
Mais celui qui a entrainé sont esprit à désirer le bonheur de tous les êtres, lorsqu'il rencontre le feu de la sagesse transcendante, s'enflamme comme un grand brasier.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par rirrou le Jeu 13 Juin 2013 - 14:51

oui, "... Je pense aussi que cette recherche passe également par le développement de l'esprit de compassion et la pratique des paramitas...." dis tu,

en effet, il y a cet adage dans le bouddhisme qui dit que la compassion et la sagesse (vue supérieure, vision profonde..)  sont les deux ailes de l'oiseau.

néamoins, malgrès une grande "pratique" ou plutôt présence de compassion dans sa vie, s'il n'y a pas de réalisation de la vacuité (c'est à dire voir les choses telles qu'elles sont comme le présente le passage)  , il n'y a pas de libération à la racine..
avatar
rirrou

Messages : 241
Date d'inscription : 09/08/2012
Masculin Age : 46
Localisation : ardèche

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par ananie le Jeu 13 Juin 2013 - 19:31

rirrou a écrit:néamoins, malgrès une grande "pratique" ou plutôt présence de compassion dans sa vie, s'il n'y a pas de réalisation de la vacuité (c'est à dire voir les choses telles qu'elles sont comme le présente le passage)  , il n'y a pas de libération à la racine..
Effectivement.

J'ajouterai aussi que sans développer parallèlement la sagesse, il n'y a pas de développement de la véritable compassion ; et sans développement de la compassion, il n'y a pas développement de la sagesse.

Les enseignements des maîtres bouddhistes tibétains disent même que l'essence de la vacuité est compassion.

Ainsi, je pense, et l'histoire le montre, qu'un pratiquant qui œuvrera toute sa vie à développer la véritable compassion réalisera aussi la vacuité.
De nombreux boddhisattvas se sont réalisés ainsi.

Par contre, selon les bouddhistes tibétains l'inverse n'est pas vrai : celui qui cherche la vacuité sans développer parallèlement la compassion obtiendra une réalisation incomplète.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par Farel le Mar 22 Oct 2013 - 7:04

Toujours dans cette optique du "bouddhisme quatre à quatre" voici
       Les quatre sceaux
1. Tous les phénomènes sont impermanents
2. Toutes les émotions sont douloureuses
3. Tous les phénomènes sont vides
4. le nirvâna est au-delà des extrêmes.

Pour plus d'explications, voyez le texte de Dzongar Khentsé rinpoché dans http://www.buddhaline.net/Le-Dharma-en-deux-mots.
Je vous recommande aussi son live N'est pas bouddhiste qui veut, Nil, 2008.
avatar
Farel

Messages : 57
Date d'inscription : 25/05/2012
Masculin Age : 70
Localisation : région bordelaise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le bouddhisme quatre à quatre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum