Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Kenzo le Sam 2 Fév 2013 - 19:59

Rappel du premier message :

A l'ère de l'égalitarisme rendant la différence d'un gris triste et borgne, il est un élément très important a différencier. La spiritualité n'est pas une psychothérapie pour aller mieux, a l'inverse, la psychothérapie n'a pas pour vocation de mourir a soi-même. La psychothérapie est une guérison du "moi", la spiritualité sa Transformation. C'est une base saine de compréhension pour ne pas faire fausse route et inverser la hiérarchie des enseignements quel qu’ils soient.


avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas


Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Lun 4 Fév 2013 - 16:53

Kenzo a écrit:Dans le terme "normal", je ne l'entend pas comme norme sociale. Pour moi la norme sociale est une débilité émotionnelle (pardon si cela choc). Le terme "normal" recoupe les notions de maturité, c'est a dire : ouverture, vivant, enraciné, la raison plutôt que l'émotion, savoir donner et recevoir, savoir écouter, ect.
Oui dans ce sens là je suis d'accord.
Sauf sur le "la raison plutôt que l'émotion" que je nuancerais un peu plus.

Après si l'on est en plus dans une démarche spirituelle, je pense que l'on peut se servir de la thérapie pour aller beaucoup plus loin que ça.
En tous cas pour ma part, cela fait longtemps que je ne vais plus en thérapie pour aller mieux.
J'y vais plutôt pour découvrir toujours plus de choses inconscientes à purifier en moi. Du coup cela est assez indissociable de ma démarche spirituelle maintenant.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Lun 4 Fév 2013 - 16:58

Hirloe a écrit:Un bon moyen de tester sa peur est en effet d'expérimenter (pour ceux qui ont les moyens).
Oui, mais encore faudrait-il le tester sur le long terme.

Et sur les moyens c'est aussi un faux problème : celui qui est vraiment motivé pour faire une thérapie trouvera un thérapeute qui lui fera des séances à quelques euros s'il le faut.

Je crois aussi que si l'on a peur d'être dépendant c'est que quelque part on l'est.

Les gens dépendants peuvent être toujours avec les autres, mais aussi assez seuls, pas peur de cette dépendance.

L'indépendance c'est de pouvoir être avec quelqu'un, et de livrer son intimité, tout en restant soi-même et en étant capable de lui mettre des limites si besoin.

Les gens qui savent faire ça n'ont pas peur de la dépendance et n'ont pas de risque de tomber dedans.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Hirloe le Lun 4 Fév 2013 - 17:05

Ananie a écrit:Je crois aussi que si l'on a peur d'être dépendant c'est que quelque part on l'est.

Dans les personnes dont je parle et que j'ai côtoyé, aucune n'avait peur de cette dépendance au départ. Elles y allaient comme on va à l'hôpital pour se faire soigner un bras cassé, ni plus ni moins. C'est juste un constat en fait. Pourquoi celles-ci sont rentrées dans la dépendance et pas les autres, ça par contre, je ne sais pas... Peut-être que ça a a voir avec cette position de "victime" justement ?
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Chimère le Lun 4 Fév 2013 - 17:09

C'est bizarre... quand j'ai décidé que là, c'était plus possible, il fallait que je fasse une thérapie, la dépendance, je n'y ai même pas pensé. ça ne m'est même pas venu à l'esprit en fait...
Dans ma tête, ça a toujours été clair, je sais que serais capable "d'arrêter" quand je sentirais en moi que ça sera le moment (ou éventuellement, de changer de thérapie/thérapeute, ou d'y ajouter quelque chose), ça n'a jamais été plus compliqué...
Au final, je pense aussi que le risque de "dépendance" à ce qui m'empêchait d'avancer présentait des dangers bien plus graves pour moi, que le fait de pouvoir être éventuellement dépendante d'une thérapie, aussi...

Pourquoi celles-ci sont rentrées dans la dépendance et pas les autres, ça par contre, je ne sais pas... Peut-être que ça a a voir avec cette position de "victime" justement ?

Bonne question.
Après, il faut voir comment se manifeste cette dépendance, aussi ? Est-ce qu'elle signifie qu'au fond, elles ont fait le tour de la "question" avec un psy et une méthode... mais qu'elles continuent d'y aller parce qu'elles ne peuvent pas arrêter comme on ne pourrait arrêter le tabac ?
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Hirloe le Lun 4 Fév 2013 - 18:40

Chimère a écrit:Bonne question.
Après, il faut voir comment se manifeste cette dépendance, aussi ? Est-ce qu'elle signifie qu'au fond, elles ont fait le tour de la "question" avec un psy et une méthode... mais qu'elles continuent d'y aller parce qu'elles ne peuvent pas arrêter comme on ne pourrait arrêter le tabac ?

Comment se manifestait-elle ? Et bien, je dirais d'une manière générale par une tendance nette, dans le cas d'une quelconque contrariété, à se dire "faut que j'en parle à mon psy" plutôt que de se tourner en elle-même pour trouver des réponses. Comme si, de facto, elle s'interdisait de pouvoir avoir la réponse en elle-même... Je pense à l'une d'elle qui était à ce point dépendante (selon moi) que lorsque son psy ne pouvait la recevoir en des temps records, elle tombait dans un état de très forte anxiété. Et ce n'était pas des prises en charges récentes... L'une d'entre elles a été suivie pendant plus de 20 ans (ceci dit, pour elle c'était différent car il s'agissait d'un suivi psychiatrique/psychanalytique et qu'elle a été sous traitement la moitié de son suivi).
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Lun 4 Fév 2013 - 19:28

Hirloe a écrit:Pourquoi celles-ci sont rentrées dans la dépendance et pas les autres, ça par contre, je ne sais pas... Peut-être que ça a a voir avec cette position de "victime" justement ?
Oui je pense aussi.
Certaines personnes dépendantes ont peur de la dépendance, mais d'autres s'en satisfont complètement.
Cela doit surement être le cas des personnes dont tu parles.

Et effectivement le comportement que tu indiques ci-dessus relève de la dépendance.

Dans mon expérience perso c'est plutôt l'inverse qui s'est passé : en faisant de la thérapie j'ai appris à travailler mes trucs et à m'en libérer tout seul.

Mais l'interaction avec un thérapeute m'intéresse toujours pour aller plus loin et ne pas rester tout seul dans mon coin. C'est surtout parce que je me méfie de mon égo en fait.
Quand on a un regard extérieur, l'égo nous embarque un peu moins je trouve.

Sinon je crois que si on fait une thérapie et qu'au bout de 2 ou 3 ans ça ne va pas mieux, c'est qu'il est temps de changer.

La psychanalyse classique (Freudienne) reste souvent au niveau intellectuel. Ce qui fait que les gens comprennent leurs fonctionnements, mais ne les guérissent pas (on retrouve ici ce que j'ai dis sur les expérimentations des neuro-sciences), parce qu'il n'y a pas d'expression émotionnelle et que le thérapeute est souvent trop neutre ou pas assez.

Il y a une blague sur les psy qui dit quelque chose comme ça :
"Avant je faisais pipi au lit et je ne savais pas pourquoi,
maintenant je fais toujours pipi au lit mais je sais pourquoi."

C'est pas si mal, c'est une partie du boulot de faite, mais ça ne suffit pas.

Chimère a écrit:la dépendance, je n'y ai même pas pensé. ça ne m'est même pas venu à l'esprit en fait...
Dans ma tête, ça a toujours été clair, je sais que serais capable "d'arrêter" quand je sentirais en moi que ça sera le moment (ou éventuellement, de changer de thérapie/thérapeute, ou d'y ajouter quelque chose), ça n'a jamais été plus compliqué...
Pareil pour moi.

Et puis même maintenant, quand quelque chose ne me va pas avec mon psy, je le lui dis. Et c'est intéressant, ça fait aussi travailler des choses. Comme par exemple le fait de s'affirmer et d'exprimer son désaccord par rapport à quelqu'un qui pourrait représenter une autorité (même s'il n'en est pas une, mais l'inconscient projette ça sur lui).
Et les bons thérapeutes prennent en compte ce qu'on leur dit et réajustent leur attitude si cela est justifié.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Chimère le Lun 4 Fév 2013 - 20:48

Oui voilà...

Hirloe a écrit:Et bien, je dirais d'une manière générale par une tendance nette, dans le cas d'une quelconque contrariété, à se dire "faut que j'en parle à mon psy" plutôt que de se tourner en elle-même pour trouver des réponses.

Parfois, il m'arrive de me dire "Ah ça, faudra que je lui en parle"... parce que je vois qu'il y a un "noeud" ou quelque chose à travailler, qui pourrait faire avancer la thérapie...
Par contre, je ne lui demande pas de "conseil" pour savoir si je dois prendre telle ou telle décision...
De toute façon, elle ne m'en donnerait pas vraiment... Elle me poserait des questions pour m'amener à ma propre réponse.

Et je pense que dans un cas de dépendance comme ce que tu décris, il y a aussi une part de responsabilité du thérapeuthe... parce que son rôle c'est moins de donner des conseils/dire à son patient ce qui serait bien ou pas qu'elle fasse, mais bien l'amener à se questionner pour que son patient trouve en lui les réponses...
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Hirloe le Lun 4 Fév 2013 - 21:25

Chimère a écrit:Et je pense que dans un cas de dépendance comme ce que tu décris, il y a aussi une part de responsabilité du thérapeuthe... parce que son rôle c'est moins de donner des conseils/dire à son patient ce qui serait bien ou pas qu'elle fasse, mais bien l'amener à se questionner pour que son patient trouve en lui les réponses...

Complètement, c'est pour ça que je relevais aussi le fait que les thérapeutes ont deux faces : une ambition de services (il est logiquement là pour aider les autres à aller mieux, grosso modo) mais aussi une ambition de gains, et là, le bas blesse parfois car la tentation est grande de fidéliser le client...

Je pense que dans les cas évoqués, la responsabilité est partagée mais le patient étant par définition en demande d'aide, donc relativement vulnérable...
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Mar 5 Fév 2013 - 6:37

Chimère a écrit:Et je pense que dans un cas de dépendance comme ce que tu décris, il y a aussi une part de responsabilité du thérapeuthe... parce que son rôle c'est moins de donner des conseils/dire à son patient ce qui serait bien ou pas qu'elle fasse, mais bien l'amener à se questionner pour que son patient trouve en lui les réponses...
Oui.

Certains thérapeutes nourrissent la dépendance de l'autre.
Par appât du gain parfois, mais aussi souvent pas désir d'être valorisé.
Parce que quelqu'un qui est dépendant d'eux c'est très valorisant pour certains.

Mais les personnes qui vont les voir ne restent pas avec eux pour rien...
Celui qui ne cherche pas à être dépendant ne reste pas avec un thérapeute comme ça.
Et celui qui cherche la dépendance et non la guérison (il y en a) ne reste pas avec un thérapeute qui le renvoi à lui-même, l'aide à guérir et le rend indépendant.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Loryan le Mar 5 Fév 2013 - 9:18

Le thérapeute est un médecin au sens des mots.
Il a sans doute une déontologie à adopter comme n'importe quel médecin.
Après il y a de bons et de mauvais médecins, de bons et de mauvais patients que ce soit techniquement ou éthiquement.
Un patient qui ne cherche qu'à faire soigner ou un médecin qui ne soigne que les symptômes sans s'intéresser aux causes profondes produira le même résultat aussi bien dans le psychisme que dans le corps, à savoir l'effet pansement et soulagement temporaire.

Le paradoxe étant qu'un bon thérapeute n'est pas sensé revoir ses patients outre mesure, tout comme un bon patient n'est pas sensé avoir besoin d'un thérapeute.... mais c'est comme ça.

Je crois que dans tous les cas l'absence de démarche spirituelle produira un vide à toute approche psychothérapique, parce que cette dernière en soignant les causes au sein de l'existence va lever un voile découvrant une lumière intérieure qu'il faudra explorer.
Inversement une démarche spirituelle se trouvera grandement aidée d'une démarche psychothéraptique (seule ou accompagnée) parce qu'il me semble évident qu'il est plus facile de voir la lumière qu'on a commencer à nettoyer les voiles et les filtres qui l'a couvre.

Loryan

Messages : 426
Date d'inscription : 15/11/2011
Masculin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Mar 5 Fév 2013 - 9:44

Loryan a écrit:il me semble évident qu'il est plus facile de voir la lumière qu'on a commencer à nettoyer les voiles et les filtres qui l'a couvre
Oui et j'ajouterai même qu'enlever des voiles est le seul moyen de voir la lumière.

La démarche spirituelle ne consiste pas à ajouter quoi que se soit, mais à enlever les voiles qui recouvrent la lumière en nous.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Cobra-de-jade le Mar 5 Fév 2013 - 11:07

Voici un petit dialogue issu du livre "le yoga tantrique du cachemire" entre Eric Baret (qui enseigne le shivaïsme tantrique depuis longtemps en occident) et un de ses élève. Cet échange a pour sujets : la psychanalyse, la régression thérapeutique et la souffrance.

Que pensez-vous de lal psychanalyse?

Ce qu'il y a de merveilleux chez Freud, c'est son sens de l'observation. Contrairement à Jung ou Adler qui projettent constamment, Freud observe. Quand il commence à commenter, c'est autre chose.
Mais Freud a un sens de l'observation tout à fait remarquable. Il faut emprunter à la psychanalyse de Freud l'art de regarder, d'écouter. C'est tout. Le reste n'a pas grand intérêt.

Et Jung?

Jung est beaucoup plus conceptuel. Des concepts sympathiques mais cela reste des concepts.
Alors qu'il était âgé d'une soixantaine d'années, quand il est allé en Inde, il a refusé de rencontrer Ramana Maharshi pour ne pas être influencé. C'est étonnant!

Ce n'est pas très sérieux?

C'est merveilleux à lire, c'est très romantique. Il est très cultivé, il parle admirablement bien des choses. C'est sympathique.

En occident, beaucoup de gens font des régressions dans leur passé lointain, voir dans les vies antérieures pour mieux se connaître, mieux se comprendre. Qu'en pensez-vous?

C'est déjà bien de faire connaissance avec sa vie actuelle. C'est déjà rare de faire face à ses limitations, à ses anxiétés actuelles, de voir comment on fonctionne maintenant. Quand on a réellement vu cela,
on en est libre. Quand on est libre, ce dont vous parlez peut se présenter. Mais il n'y aura plus de référence à vous-même en tant que personne.

Que faire quand on est ou croit être accroché à des éléments de vies antérieures?

C'est le présent. Il n'y a pas de régression. C'est toujours le présent.
La régression est une manière de penser, c'est une construction mentale. La perception est une.
Vouloir sciemment aller chercher l'origine de ceci ou cela n'a pas de sens. Il y a des gens qui ont passé deux mois à Auschwitz et qui ont été traumatisé pour la vie. Il y a des gens qui y ont passé un an et qui après ont vécu normalement.

Ce n'est pas l'événement en soi mais le terrain qui crée le problème. Si à l'âge de quatre ans,
votre père a fait ceci ou cela qui vous a traumatisé, c'est que le terrain était déjà là !
Alors, quel est l'intérêt d'aller fouiller dans un passé hypothétique alors que tout se passe maintenant. Bien sûr, vous pouvez "régresser" comme vous le dites, dans les vies antérieures et retourner symboliquement jusqu'à Adam et Eve.

Quand vous êtes à l'écoute, vous êtes directement dans ce qui "précède" le niveau du passé, vous êtes dans l'intemporalité, car dans l'écoute, tout est instantané et aucune mesure de temps n'est possible. Quand vous êtes dans le passé, il y a toujours un passé au passé... vous pouvez toujours aller plus loin.

Si votre patient a vraiment un problème terrible et qu'il est fixé à ce noeud-là, vous l'amènerez à se rendre compte que cet antagonisme n'est pas aussi terrible qu'il le croit. Vous le faites d'une manière occasionnelle, sans mettre l'accent dessus. Il est préférable de se référer à la conscience d'être,
mais vouloir vider tous les noeuds, trouvez des explications au présent en se référant au passé est une fuite. C'est un refus de faire face à la situation. Le problème est dans l'instant et la solution aussi.

Si une personne ne peut pas regarder le présent, elle ne peut pas, non plus, regarder le passé. Abordons la situation les mains libres, sans se référer à une linéarité temporelle tout à fait illusoire.

Pouvez-vous parler de la souffrance, de l'extinction de la souffrance et de l'attachement à la souffrance?

Il faut rester à un niveau de perception sensorielle. La souffrance, pour beaucoup de gens, c'est une idée, une représentation. Ils ont l'idée qu'ils souffrent, un peu comme les moines au mont Athos.
Il y a une espèce d'attachement à la souffrance, c'est pathologique, ce n'est pas la vraie souffrance.
La souffrance qui est une pensée est une souffrance inutile, stérile.

La souffrance est une perception qui se situe quelque part dans le corps. Elle se localise corporellement dans une région et cette perception, lorsqu'elle est libre de jugement, amènera à une absence de localisation de soi-même et donc à une libération de toute forme de limite, de mesure.

Quant au concept de la souffrance, il n'a rien à faire ici. On s'en sert si on veut créer une religion. Cela a déjà été fait. C'est une forme de sécurisation.

Vous pensez que c'est une sécurisation?

Oui. Certains préfèrent être malades, ils sont toujours un peu malades. Prendre le risque de la santé crée une très grande peur. Il y a des gens qui ont toujours besoin d'avoir un problème. Et quand le problème cesse, ils en trouvent un autre. Il y a sécurisation là-dedans, bien sûr.

Par la maladie ou les problèmes, ils fuient le vide?

Ils ont peur de l'inconnu. La souffrance est déjà tellement teintée de psychologie. C'est lié à la perception. Il faut toujours aborder la souffrance au niveau de la perception sensorielle plutôt qu'au niveau conceptuel. La perception sensorielle pointe vers quelque chose de précis.

Ce n'est pas un hasard, la souffrance. Vous pouvez uniquement le pressentir dans vos profondeurs,
votre intimité, si vous vous donnez à l'écoute. Si vous ne vous laissez pas faire, la vie sera forcée de frapper encore plus fort afin d'attirer votre attention. C'est pourquoi il est si merveilleux d'écouter
ce qui arrive dans la vie. Ecoutez les échecs, les tensions, les douleurs ! Ne laissez pas passer les perceptions !

sunny
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par ananie le Mar 5 Fév 2013 - 11:47

Oui c'est pourquoi les psychothérapies récentes ramènent toujours le travail sur les traumatismes au présent et les travaillent en les réactualisant dans la relation thérapeutique.

Et c'est pourquoi aussi elles les travaillent dans le ressenti et les sensations, ici et maintenant, et pas de manière purement intellectuelle comme souvent en psychanalyse.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence entre psychothérapie et spiritualité.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum