Les Femmes et le Bouddhisme

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Lyse83 le Sam 9 Fév 2013 - 19:45

Rappel du premier message :

Voila j'ouvre ce fil dans un esprit d'échange, une piste pour réfléchir et faire quelques pas ensemble, rien de plus.

Lorsque j'ai commencé à m'exprimer très calmement sur mon cheminement spirituel j'ai perçu facilement que ma nature féminine était un problème. On ne me prend pas au sérieux. On s'attend à ce que j'allume de l'encens "parce que ca sent bon" et que j'oublie tout ca à la prochaine occasion ou j'aurais envie d'une nouvelle paire de chaussures. Heureusement j’ai quelques amis qui me connaissent!

A vrai dire je me fiche totalement du sexe de mon corps. J'ai une fente, si j'avais autre chose à la place et bien j'en userais pour la reproduction, les deux sont bien, les deux ne sont qu'un aspect. Je ne suis pas particulièrement masculine, ni particulièrement féminine, ce sont des codes qui ne me servent pas.

Soudain j'ai réalisé que je n'avais jamais vu de sages bouddhistes féminins. Curieuse, je fais quelques recherches en pensant me tromper... et bien je ne suis pas déçue, ce fût encore une occasion de m'attrister profondément.

Le bouddhisme, les femmes et les hérésies

Comme on l'a vu, la métaphore qui inspire les récits de conversions des divinités locales est souvent celle de la soumission sexuelle. Dans ces récits, le bouddhisme est fondamentalement mâle, tandis que les cultes locaux sont souvent féminisés. La question des rapports du bouddhisme et des femmes constitue un autre cas de dissonance entre la théorie et la pratique.

L'histoire commence d'ailleurs assez mal. La tradition rapporte que le Bouddha refusa initialement, dans l'ordre qu'il venait de fonder, sa propre tante et mère adoptive, Mahâprâjapati. C'est après l'intervention réitérée de son disciple et cousin bien-aimé Ânanda que le Bouddha aurait fini par consentir à accepter l'ordination des femmes, non sans imposer à celles-ci quelques règles particulièrement sévères (en raison de l'extrême imperfection féminine). En outre, il prédit que, du fait de leur présence, la Loi (Dharma) bouddhique était condamnée à décliner au bout de cinq siècles.

En théorie, le principe de non-dualité si cher au bouddhisme Mahâyâna semble pourtant impliquer une égalité entre hommes et femmes. Dans la réalité monastique, les nonnes restent inférieures aux moines, et sont souvent réduites à des conditions d'existence précaires. Avec l'accès des cultures asiatiques à la modernité, les nonnes revendiquent une plus grande égalité. Toutefois, leurs tentatives se heurtent à de fortes résistances de la part des autorités ecclésiastiques. Tout récemment, les médias ont rapporté le cas d'une nonne thaïe physiquement agressée par certains moines pour avoir demandé une amélioration du statut des nonnes.

Le bouddhisme a par ailleurs longtemps imposé aux femmes toutes sortes de tabous. La misogynie la plus crue s'exprime dans certains textes bouddhiques qui décrivent la femme comme un être pervers, quasi démoniaque. Perçues comme foncièrement impures, les femmes étaient exclues des lieux sacrés, et ne pouvaient par exemple faire de pèlerinages en montagne. Pire encore, du fait de la pollution menstruelle et du sang versé lors de l'accouchement, elles étaient condamnées à tomber dans un enfer spécial, celui de l'Etang de Sang. Le clergé bouddhique offrait bien sûr un remède, en l'occurrence les rites, exécutés, moyennant redevances, par des prêtres. Car le bouddhisme, dans sa grande tolérance, est censé sauver même les êtres les plus vils...
Je ne peux pas poster le lien comme je suis nouveau membre mais si un modo veut m'y aider je le lui donne, merci.

Alors excusez-moi mais là... si juste dans les temples on retrouve ce genre d'âneries... je me sens soudain révoltée sans pratiquement pouvoir le faire taire.

Lyse83

Messages : 22
Date d'inscription : 05/02/2013
Féminin Age : 34

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par MarieAnne le Dim 10 Fév 2013 - 17:04

lantana a écrit:petit témoignage du jour sunny :
ce matin j'ai assisté, pour la première fois, à une cérémonie à la pagode Vat Xieng Thong de Montpellier.
après que les bonzes aient donné leur enseignement Sage , nous avons pu nous déplacer dans la salle et dégourdir nos articulations d'occidentaux si peu habitués à la posture en lotus Very Happy
je m'approche donc d'un autel sur lequel étaient disposés divers objets en offrandes et des statues de Bouddha absolument magnifiques. une dame s'approche de moi, souriante et d'une voix douce me dit : "vous savez que nous ne devons pas rester debout quand le bonze est là, vous pouvez vous approcher mais vous devez vous mettre à genou et s'il vous donne un présent, il vous le jettera car il a fait voeux de chasteté, il ne peut toucher une femme. vous devrez baisser la tête en ne cherchez pas à croiser son regard"........
sunny

kikou Lanta! Smile
et tu as fait quoi suite à ce que cette femme t'a dit?
avatar
MarieAnne

Messages : 226
Date d'inscription : 03/12/2012
Féminin Age : 57

http://justedesfruitscueillis.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par tijani le Dim 10 Fév 2013 - 17:36

Kenzo a écrit:

Les tenants de la Voie de la main droite sont souvent des extrémistes, c'est le danger de l'abstinence et du refus de l'animal en nous : cela créer beaucoup de tension psychique et pose l'homme en névrosé et psychopathe : les islamistes par exemple qui sont les plus gros consommateur au monde de film pornographique. Le Christianisme de l'époque des lumières opposant le corps a Dieu. Le Bouddhisme, le Brahmanisme ... aussi ... Les Voies de la main droite sont souvent homophobe (Lamaisme Oriental, Christianisme, Islam), prescrivant toutes sortent de choses considérer sous l'angle de la morale et non de l'éthique et de l'ordre naturel. La sexualité posant souvent problème.

trés freudien tout ça Kenzo ; l'homme est il un sexe pensant ? , qui a dit que l'abstinence est dangereuse ? ce serait tiré des sciences qui commencent par psy ( chologie , chiatrie , chanalyse ) que des sciences qui n'ont pas guéri grand monde dans ce domaine ...

s'abstenir de sexe n'est pas plus dangereux que de s'abstenir du tabac , ou du net , ou de sucreries ...un consommateur de film porno est consommateur même non abstinent , et les islamistes ( j'imagine que tu fais une différence avec les musulmans , car il y en des millions abstinents et la pornographie n'est pas le plus grand fléau des pays musulmans ) ne sont pas du tout abstinents et meme trés pervers , mais cela entre dans le cadre de leur personnalité pathologique , tout simplement , comme les péres chrétiens ne sont pas pédophiles a cause de l'abstinence ; mais tous simplement du a un trait de leur personnalité correspondant a chacun ...

il fut un temps ou on affirmait que la masturbation rendait fou ; et bien maintenant il semblerait que ce soit l'abstinence qui rendrait fou , ou névrosé ..
avatar
tijani

Messages : 576
Date d'inscription : 20/05/2012
Masculin Age : 51
Localisation : oasis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Lyse83 le Dim 10 Fév 2013 - 17:44

Bon, je vois que mon sujet initial se fait emporter vers tout l'inverse de ce que j'espérais en le postant ici, je me sens déçue et surtout impuissante.

Bonne soirée à tout le monde.

Lyse83

Messages : 22
Date d'inscription : 05/02/2013
Féminin Age : 34

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Kenzo le Dim 10 Fév 2013 - 17:51

tijani a écrit:
Kenzo a écrit:

Les tenants de la Voie de la main droite sont souvent des extrémistes, c'est le danger de l'abstinence et du refus de l'animal en nous : cela créer beaucoup de tension psychique et pose l'homme en névrosé et psychopathe : les islamistes par exemple qui sont les plus gros consommateur au monde de film pornographique. Le Christianisme de l'époque des lumières opposant le corps a Dieu. Le Bouddhisme, le Brahmanisme ... aussi ... Les Voies de la main droite sont souvent homophobe (Lamaisme Oriental, Christianisme, Islam), prescrivant toutes sortent de choses considérer sous l'angle de la morale et non de l'éthique et de l'ordre naturel. La sexualité posant souvent problème.

trés freudien tout ça Kenzo ; l'homme est il un sexe pensant ? , qui a dit que l'abstinence est dangereuse ? ce serait tiré des sciences qui commencent par psy ( chologie , chiatrie , chanalyse ) que des sciences qui n'ont pas guéri grand monde dans ce domaine ...

s'abstenir de sexe n'est pas plus dangereux que de s'abstenir du tabac , ou du net , ou de sucreries ...un consommateur de film porno est consommateur même non abstinent , et les islamistes ( j'imagine que tu fais une différence avec les musulmans , car il y en des millions abstinents et la pornographie n'est pas le plus grand fléau des pays musulmans ) ne sont pas du tout abstinents et meme trés pervers , mais cela entre dans le cadre de leur personnalité pathologique , tout simplement , comme les péres chrétiens ne sont pas pédophiles a cause de l'abstinence ; mais tous simplement du a un trait de leur personnalité correspondant a chacun ...

il fut un temps ou on affirmait que la masturbation rendait fou ; et bien maintenant il semblerait que ce soit l'abstinence qui rendrait fou , ou névrosé ..

Je n'ai jamais dit que l'abstinence invite a la pédopathie ...et que les film porno étaient le seul fléau des pays dirigé par des islamistes (que je ne confond pas avec des musulmans). Pas plus que je ne dit que la masturbation rends fou.

Il n'y a rien de freudien dans mon propos, et de meme freud n'est pas un gros mots, mais une étude parmis d'autres qui a toute ma considération meme si je ne puis etre en accord avec l'ensemble de l'oeuvre.

Dans l'enseignement spirituel que je suis, et qui est hindou, l'énergie sexuelle est une énergie de vie. Si l'abstinence peut être dirigé dans une confrérie spirituelle (c'est a dire retirer du monde) afin qu'elle nourrisse des plans supérieur de notre ame, une abstinence mal vécu peut engendrer beaucoup de problèmes psychologiques : le mental ce nourrie de l'énergie sexuel ...
De plus l'abstinence n'est pas a la porter de tous le monde, et c'est ici mon propos : faire une norme sociétal ce qui est réservé a une élite spirituel est une abération.
avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Kenzo le Dim 10 Fév 2013 - 18:10

Totem a écrit:
Kenzo a écrit:Le Patriarcat ne sera jamais en faveur de la femme, que cela soit culturel ou cultuel.

Des socitétés matriarcales ont existé et peut être existent encore où l'homme est juste considéré comme reproducteur, d'ailleurs on retrouve un peu celà dans notre société, c'est voilé mais si on y regarde de près on le voit. C'est un sujet justement qu'il m'a été donné de débattre avec des personnes venant de d'autres horizons.

Dans une société matriarcale, l'homme n'est pas considéré comme un reproducteur. Sexualité et procréation sont pour eux deux choses différents. Pour eux une femme qui tombe enceinte est un accident et n'est pas en rapport avec la sexualité. Donc il n'y a pas de problème de paternité. La sexualité est considéré seulement comme un plaisir (soit il sera un plaisir profane, soit une porte divine) et non comme un moyen d'avoir un enfant. Tout l'esprit du matriarcat est inverse a notre société patriarcat. La notion de Patriarcat est né du fait que l'homme et la femme ce sont mis en couple et on eux des enfants au sein de leur couple, ainsi c'est construit une société ... c'est très dualiste en faite, et cela marque un recul du point Originel ou l'homme et la femme ou femme et femme, homme et homme, faisaient l'amour librement et sans esprit de possession : "mon" marie, "ma" femme, "mon" enfant, "mon" fils, "ma" fille ...
avatar
Kenzo

Messages : 790
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 18:24

Kenzo a écrit:En faite pour moi, c'est mon opinion personnel, le Masculin Divin ne ce trouve en soi que si l'on a trouvé tout d'abord cette dimension du Sacré Féminin en nous meme.

Et pourquoi le féminin sacré devrait être trouvé avant le masculin divin? Que sont-ils selon toi?
Pour moi perso, c'est une découverte simultanée, mais chacun met l'accent sur l'un ou l'autre aspect selon ses propres tendances énergétiques.

A mon sens, le féminin sacré, c'est la caverne intérieure, c'est le silence... la nuit. Quant au masculin divin, il est cette lumière diurne qui vient éclairer la caverne, qui la rempli de sa présence afin d'engendrer l'homme spirituel, celui qui est à la fois matière et lumière, masculin et féminin, terre et ciel et dont le symbole n'est autre que l'arbre (ce qui unit le ciel esprit à la terre mère).
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par MarieAnne le Dim 10 Fév 2013 - 18:35

Cobra-de-jade a écrit:
A mon sens, le féminin sacré, c'est la caverne intérieure, c'est le silence... la nuit. Quant au masculin divin, il est cette lumière diurne qui vient éclairer la caverne, qui la rempli de sa présence afin d'engendrer l'homme spirituel, celui qui est à la fois matière et lumière, masculin et féminin, terre et ciel et dont le symbole n'est autre que l'arbre (ce qui unit le ciel esprit à la terre mère).

Sage Sage Sage

il me semble qu'un sujet pourrait être consacré à cela, afin de mieux pouvoir y participer Wink
avatar
MarieAnne

Messages : 226
Date d'inscription : 03/12/2012
Féminin Age : 57

http://justedesfruitscueillis.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par tijani le Dim 10 Fév 2013 - 18:38

Kenzo a écrit:
Dans l'enseignement spirituel que je suis, et qui est hindou, l'énergie sexuelle est une énergie de vie. Si l'abstinence peut être dirigé dans une confrérie spirituelle (c'est a dire retirer du monde) afin qu'elle nourrisse des plans supérieur de notre ame,

l'energie sexuelle est l’énergie de vie ( kundalini) , dans pratiquement tous les enseignements et le coran parle même d'un paradis sexuel en l'honneur a cette energie de vie ...d'ailleurs c'est par le contact, le toucher entre les differents régnes et élements que jaillit la vie et c'est par les organes sexuels que jaillit la vie et procède l'enfantement

Kenzo a écrit:
une abstinence mal vécu peut engendrer beaucoup de problèmes psychologiques : le mental ce nourrie de l'énergie sexuel ....

par contre ; j'ai du mal avec ca , car il n' y a aucune preuve scientifique , aucun fait avéré ; aucun cas clinique sérieux décrit dans une revue médicale sérieuse ( non orientée bien sur ) ....que des supputations , et des hypothèses ... surtout freudiennes le 1er et le dernier a en parler ...
avatar
tijani

Messages : 576
Date d'inscription : 20/05/2012
Masculin Age : 51
Localisation : oasis

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 18:46

Lyse83 a écrit:Malheureusement je n'adhère pas du tout à ce que tu avances cobra, pour moi c'est totalement un piège pour retomber dans les illusions...
Cela pourrait être le discours de quelqu'un d'aveuglé par ce qu'il est, ou qui aime encore trop ce qu'il est. Louer la femme comme complémentarité devient hypocrisie, c'est encore la voir comme différente, car l'homme se plait trop à être pour s'assimiler enfin..

Tu es tout à fait libre d'adhérer ou non Wink quant a tes suppositions comme quoi "cela pourrait être le discours de qcq'un d'aveuglé par ce qu'il est" je n'y vois que projections de ta part.

Ensuite, je n'ai jamais dit que la femme était un "simple complément pour l'homme" car je la considère comme un être à part entière. Et OUI... la femme est différente de l'homme sous certains aspects,
ce qui ne veut absolument pas dire que l'homme lui serait "supérieur" d'une manière générale (et qui ne veut rien dire).

J'ai parlé de complémentarité non seulement des principes masculins et féminins qui sont en chacun de nous (homme ou femme) mais aussi de complémentarité du point de vue du corps.
Par exemple, un homme ne saura jamais (physiquement et psychologiquement) ce que c'est de mettre un enfant au monde, il ne connaitra jamais les expériences intérieures se basant sur le fait biologique d'allaiter son propre enfant... parce qu'il n'est pas équipé physiologiquement pour ça et cette prédisposition naturelle et biologique de la femme pour la maternité a un impact psychologique indéniable...

Quand tu dis : "car l'homme se plait trop à être pour s'assimiler enfin..." désolé, mais moi pas comprendre scratch

Lyse83 a écrit:La dualité n'existe pas, pour moi la confusion vient quand on ne cherche plus l'amour mais simplement les symboles, en leur absence. Quand l'amour est sa boussole, il n'y a pas de confusion.

La dualité existe tant que son expérience est nécessaire... si la dualité n'existe pas pour toi, alors délivre toi sur le champ de toute limite spatio-temporelle car celle-ci constitue la dualité originelle geek

Il ne s'agit pas de ne plus chercher l'amour mais simplement de ne pas s'auto-limiter par tout le baratin sentimentaliste et bisounours qu'on nous vend à tous les coins de rue. A mon sens, il faut faire usage de discernement et de vue holistique (globale) et non se fier uniquement à "l'amour", qu'on confond si souvent avec le sentimentalisme, ce genre d'amour aveugle bien plus souvent qu'il n'éclaire....
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 18:51

MarieAnne a écrit:
Cobra-de-jade a écrit:
A mon sens, le féminin sacré, c'est la caverne intérieure, c'est le silence... la nuit. Quant au masculin divin, il est cette lumière diurne qui vient éclairer la caverne, qui la rempli de sa présence afin d'engendrer l'homme spirituel, celui qui est à la fois matière et lumière, masculin et féminin, terre et ciel et dont le symbole n'est autre que l'arbre (ce qui unit le ciel esprit à la terre mère).

Sage Sage Sage

il me semble qu'un sujet pourrait être consacré à cela, afin de mieux pouvoir y participer Wink

Coucou toi ! Fleur
Oui c'est une bonne idée en effet...

Angel
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 19:11

Kenzo a écrit:
Le cordon ombilical est coupé normalement par le père qui part son autorité pousse l'enfant a sortir du jardin intérieur qu'est la mère. Ainsi le père pousse l'enfant a s'émanciper de la mère et a vivre dans le monde, extérieur. Dans notre société actuel, le père a été tué. De ce fait le Patriarcat ne marche plus dans sa fonction : le petit enfant ce retrouve avec "moman", pour toute la vie.
Ce qui cause l'immaturité, c'est l'absence du père, qui donne ordre dans le kaos du bouillon affectif d'avec la mère de l'enfant..

Tout ce que tu dis là confirme ma position... car si la matrice féminine est trop puissante car trop nourrie par une société entièrement psychique et lunaire, elle tue le masculin dans l'oeuf, elle l'absorbe dans sa cavité obscure dès qu'il pointe son nez, ne lui laissant aucune chance.

Kenzo a écrit:Ainsi donc le patriarcat n'est pas féminin, mais détruit en lui-même. La cause n'est pas la féminisation, mais une volonté d'un retour a un système beaucoup plus, a mon sens, naturel et animal, plus terrestre et moins mental. ..

Le patriarcat actuel détruit parce que le masculin divin a été englouti dans les eaux de notre société matérialiste entièrement tournée vers l'émotion lunaire (même la technologe, même la science est au service d'une vue entièrement tournée vers la superficialité, l'esthétisme, le confort et l'insécurité intérieure). Quant à cette volonté de retour au naturel, animal et terrestre, elle est totalement réactionnaire (mais légitime), elle nait d'une suffocation de toute cette technologie narcissique et complètement aberrante qui est le fruit de notre société lunaire.

Kenzo a écrit:C'est ce qui explique la vague hippie des années soixante qui ont fait s’effondrer le patriarcat pour retrouver un ordre plus naturelle, pacifiste et amoureux de la vie. Le Patriarcat est l'homme contre la nature, repoussant les limites de celle-ci pour aller toujours plus loin, dans la virtualité, coupé de ses racines, racines : le féminin sacré..

Oui mais la vague hyppie est clairement sentimentaliste et réactionnaire : y en a marre de la haine, y en a marre du matérialiste............... peace & love !! afro Médite
Ce n'est pas là à mon sens le retour du féminin sacré et verticale... c'est du confort bisounoursique lol geek

Le vrai patriarcat, c'est l'homme qui est intermédiaire entre le ciel et la terre et qui transmet l'influence céleste à toutes les créatures. Ce que représente exactement la notion d'empereur céleste en Chine.
Ainsi donc, bien au contraire de ce que tu dis, il n'y a nul patriarcat authentique sans enracinement dans la terre d'une part et sans ouverture vers le ciel d'autre part.

avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Greenman le Dim 10 Fév 2013 - 19:15

Il est intéressant ce topic, je trouve qu'il y a beaucoup de bonnes idées. sunny

Juste quelques petites remarques en passant :

- je veux bien que tout soit égal mais il me semble quand même que le "masculinisme" précède le féminisme, il n'y a qu'à regarder les sociétés humaines sédentaires ou non, ou même celles vivant près de la nature et sans influence de l'extérieur, pour voir que la femme y est passablement écrasée et toujours assez mal considérée. Et je pense que si dans le passé, il a existé des sociétés matriarcales, ça ne prouve pas du tout que les hommes n'avaient pas le droit de vote Very Happy , ramassaient régulièrement des tartes de la part des femmes, s'occupaient des enfants pendant que les femmes vagabondaient, etc etc etc.
Rien que la différence physique s'oppose à ça, le matriarcat, s'il en fut, ne devait pas être une symétrie du patriarcat tel qu'il a été pratiqué jusqu'à récemment.
(J'écris "récemment", car je pense comme Kenzo qu'actuellement, ce n'est plus ni matriarcat ni patriarcat, c'est .... n'importe quoi. c'est le monde moderne, quoi, le théâtre de guignol. Very Happy ).

- ce n'est pas parce que la femme est plutôt dans l'émotionnel et le lunaire que l'homme aveuglé dans sa pensée et sa pseudo raison est dans l'équilibre, surement pas. Le règne de la seule pensée conduit à un aveuglement et à une non-lucidité inhumaine qui aboutit de même à la névrose et à la destruction du monde, ni plus ni moins. Le penseur viril se croit fort, il est un esclave. Et s'il n'y a pas destruction finale, c'est qu'on réussit à faire l'équilibre des 2, le but n'étant pas d'aboutir à une ratatouille des deux aspects, mais de parvenir à une transcendance suite au dépassement spirituel du féminin/masculin, c'est une alchimie qui transforme ces dualités en quelque chose d'autre, la pensée devenant une connaissance spirituelle intuitive et inspirée, et le faible émotionnel, une conscience d'amour inébranlable et puissante où le 1 est perçu et où tout fait unité.

- je pense que les religions, comme toutes les politiques du monde mises en place, ont été passablement déformées par des hommes qui les ont souillé avec des concepts machistes, soit en interprétant faussement les écritures, soit en intervenant directement dans les écritures. Il y a une part des explications homme-femme qui n'est pas machisme bien sur, et qui est une description d'aspects spirituels masculin-féminin, mais il n'y a pas que ça, il y a aussi des âneries bien matérielles, je crois, en particulier dues à la faiblesse sexuelle de l'homme.
Car enfin, dire que la femme est une menace pour l'homme, qu'elle doit baisser regard car elle pousse vers Satan, etc, c'est bien mignon, mais qui est le faiblard émotionnel et instinctif dans tout ça ? L'homme. A quoi lui a servi la seule pensée, censée être forte ? A rien, car la force n'est ni dans l'émotionnel ni dans la pensée. Et le monde matériel tel quel est donc un parfait jeu de dupes qu'il nous faut transcender, nous n'avons pas le choix.
Par ailleurs, réduire la femme à l'émotionnel est injurieux et faux, elle est aussi, énormément, amour, elle fait 1 en pratique, et ce ne sont pas tous les enfants du monde abandonnés par leurs pères et élevés courageusement par leurs mères qui vont dire le contraire.
(il convient de voyager, et de voir que la majeure partie du monde n'est pas l'occident où femmes et hommes abandonnent leur famille de façon plus ou moins égale. Ailleurs, dans des pays soit-disant "virils", c'est l'homme qui fuit, et lâchement. et à quoi lui a servi sa forte pensée ? à penser que ce serait plus facile pour lui de se la couler douce plutôt que de prendre ses responsabilités).

Par conséquent, chère Lyse, lorsqu'on lit des écritures sacrées, il faut se méfier de tout le background humain machiste et inauthentique qu'il y a derrière, perso, je discerne lorsque j'observe une spiritualité :
tout ce qui est machiste (et non une analyse fémino-masculine sur le plan spirituel) et tout ce qui pousse vers la violence et la dualité, ça passe à la poubelle sans autre forme de procès. Tout ce qui ne nous pousse pas vers le 1 mais vers trop de considération envers le monde matériel, avec des discriminations et des duretés, c'est classement vertical direct.

- pour ce qui est de l'inadaptation des femmes à la vie spirituelle, je crois rêver...
En résumé : en monastère, elles sont à la fois plus nombreuses et bien plus détachées du corps physique, alors que les hommes rament avec leurs désirs difficiles à réprimer qui les obligent à éviter de cotoyer des femmes. Qui est donc majoritairement faible et soumis à la matière ? l'homme.
Regarde l'histoire du bonze ci-dessus, qui est faible en réalité ? c'est le bonhomme, et de plus, malhonnête à la pensée froide, car que fait il ? il fait porter le chapeau de sa faiblesse à la femme, en la culpabilisant ! Comme les autres religions avec le voile et compagnie.
Voilà, Lyse, tu peux choisir toutes les spiritualités que tu veux, il y aura toujours des trucs qui plairont pas car venant du mental, que ce soit au niveau des femmes ou non, il t'appartient de ne pas y prendre garde et de t'occuper des enseignements qui peuvent t'amener à transcender souffrances et dualités. séparer le bon grain de l'ivraie.

- par ailleurs, considérer la femme comme un ennemi est une pratique chez certains ascètes pour tenir le coup, cette position d'ennemi n'est pas censée être réelle pour tout le monde mais seulement pour l'ascète qui le vit, c'est classique, il ne faut pas s'en émouvoir, c'est la triste condition humaine, c'est le seul truc que cet ascète a trouvé, c'est tout...
Ramakrishna, un Sage de l'hindouisme, avait dit à certains disciples qui restaient agressivement à l'écart des femmes qu'ils étaient stupides. Et je ne connais aucun maitre hindou authentique qui fait le macho.
D'une façon générale, en Inde, les hommes et femmes se cotoient dans le même ashram, même s'ils ont souvent des bâtisses séparées. (mais pas toujours).

Sinon, je trouve qu'aimer la femme n'est pas un obstacle spirituel pourvu que l'on finisse par trouver le moyen de dépasser l'esclavage à la sexualité, de dépasser la matière. Non pas qu'elle soit mauvaise cette sexualité, mais c'est le fait de ne pas avoir dépasser une chose qui n'est pas bon à mon sens. Il faut être capable d'aimer avec et sans sexualité, sans névrose ni déséquilibre, sinon on se tronque d'au moins la moitié de soi même. On doit être capable d'être seul, sans frustrations, d'après moi.
Alors, il faut trouver le chemin de cela, ce n'est pas évident pour tout le monde, immédiatement, ça peut être un long chemin d'épanouissement du chakra sexuel qui, ouvert, laissera monter et circuler l'énergie dans le corps sans occasionner aucune frustration en cas de continence. Ce qui s'obtient par la droiture du comportement, le respect, l'amour et l'abnégation envers le monde, ce qui attire la Grâce divine permettant cette ouverture.
A noter d'ailleurs que si ce chakra du sexe est épanoui, il n'y a pas abstinence ni continence car aucune entrave ni blocage, simplement montée libre d'énergie naturelle, et même en tombant amoureux, le chercheur n'aura pas d'envie sexuelle non plus, car le prana montera encore plus au coeur et à Ajna, et tout en haut, et cela poussera à faire 1 par l'esprit, sans dépendance par rapport à la matière. Ensuite, la bien aimée ne sera plus dans le corps physique mais sera dans l'oiseau qui chante sur sa branche, dans le caillou au bord du chemin, dans le vent qui mugit et dans la caresse de la pluie : il restera à se retirer en Dieu...
C'est ainsi, la femme est une passerelle vers Dieu, et réciproquement. Et non une entrave...

Ainsi, chère Lyse, ne t'émeut pas de l'absurdité de l'homme qui pollue spiritualités et religions, comme il souille tout ce qui est en ce monde, occupe toi seulement de ce qui est authentique, ton coeur te guidera, et tu verras ce qu'il y a de bon dans les enseignements sacrés.

Hello

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 20:00

Greenman a écrit:- je veux bien que tout soit égal mais il me semble quand même que le "masculinisme" précède le féminisme, il n'y a qu'à regarder les sociétés humaines sédentaires ou non, ou même celles vivant près de la nature et sans influence de l'extérieur, pour voir que la femme y est passablement écrasée et toujours assez mal considérée.

Comme je l'ai dit précédemment, il y a une énorme confusion entre les principes masculins et féminins qui sont à l'intérieur de nous... je pense d'ailleurs que les chinois font partie de ceux qui sont les plus subtils et nuancés dans ces principes, il suffit de se renseigner un peu sur la médecine chinoise et sur l'énergétique... tout, y compris les aliments y est classé selon des vertus et qualités de yin (féminin) et/ou yang (masculin).

Maintenant ceci est extrêmement flexible et souple et change selon les interactions du moment, par exemple :

Si une rivière est yang par rapport à un ruisseau, elle devient yin par rapport à un fleuve.

Quand, au sein d'une société, les femmes sont écrasées ou mal considérées par les hommes, ne le sont-elles pas par le principe émotionnel féminin, par une compulsion de contrôle qui nait de la peur que les "hommes" ont d'être eux-mêmes dominés par les femmes?
Ainsi, ce qu'on appelle faussement "machisme" relève de l'émotion, de la femme intérieure.

Greenman a écrit:- ce n'est pas parce que la femme est plutôt dans l'émotionnel et le lunaire que l'homme aveuglé dans sa pensée et sa pseudo raison est dans l'équilibre, surement pas. Le règne de la seule pensée conduit à un aveuglement et à une non-lucidité inhumaine qui aboutit de même à la névrose et à la destruction du monde, ni plus ni moins. Le penseur viril se croit fort, il est un esclave.

Bien sûr que la raison aveugle autant que l'émotion, mais il s'agit là d'un aveuglement d'une toute autre nature... à savoir, celui qui donne la texture de l'espace temps et qui structure la dualité. le mental engendre la structure et l'émotion lui donne sa pigmentation, sa couleur et sa saveur. Fleur

Ensuite, j'ai bien précisé que la biologie, le fait de naître homme ou femme ne donnait que certaines prédispositions et non qu'elle déterminait tout ... loin de là !! Parce qu'il est évident qu'on trouve parfois des femmes avec bien plus d'intellect et de raison que certains hommes (et vice versa !)

Greenman a écrit: Et s'il n'y a pas destruction finale, c'est qu'on réussit à faire l'équilibre des 2, le but n'étant pas d'aboutir à une ratatouille des deux aspects, mais de parvenir à une transcendance suite au dépassement spirituel du féminin/masculin, c'est une alchimie qui transforme ces dualités en quelque chose d'autre, la pensée devenant une connaissance spirituelle intuitive et inspirée, et le faible émotionnel, une conscience d'amour inébranlable et puissante où le 1 est perçu et où tout fait unité.

Bien d'accord avec ceci Smile :

Par l'alchimie, c'est-à-dire par la transmutation du corps subtil : la raison (le corps mental) devient le lieu de manifestation de l'intellect divin et l'émotion (le corps astral) devient le lieu de manifestation de l'amour céleste.

Greenman a écrit: dire que la femme est une menace pour l'homme, qu'elle doit baisser regard car elle pousse vers Satan, etc, c'est bien mignon, mais qui est le faiblard émotionnel et instinctif dans tout ça ? L'homme.

Là aussi, il ne faut pas confondre le principe intérieur avec la biologie Wink

Le "faiblard émotionnel" dans ce cas-ci, c'est l'émotion féminine à l'intérieur de l'homme charnel.

Greenman a écrit: - pour ce qui est de l'inadaptation des femmes à la vie spirituelle, je crois rêver...
En résumé : en monastère, elles sont à la fois plus nombreuses et bien plus détachées du corps physique, alors que les hommes rament avec leurs désirs difficiles à réprimer qui les obligent à éviter de cotoyer des femmes. Qui est donc majoritairement faible et soumis à la matière ? l'homme..

Parfaitement en accord avec ceci ! Very Happy D'ailleurs, j'ai dis moi-même qcq pages avant que la femme était naturellement prédisposée à la contemplation, au silence et donc à l'ouverture au Divin.

Greenman a écrit: Sinon, je trouve qu'aimer la femme n'est pas un obstacle spirituel pourvu que l'on trouve le moyen de dépasser l'esclavage à la sexualité. Non pas qu'elle soit mauvaise cette sexualité, mais c'est le fait de ne pas avoir dépasser une chose qui n'est pas bon à mon sens. Il faut être capable d'aimer avec et sans sexualité, sans névrose ni déséquilibre, sinon on se tronque d'au moins la moitié de soi même...

Sage

Greenman a écrit: A noter d'ailleurs que si ce chakra du sexe est épanoui, il n'y a pas abstinence ni continence car aucune entrave ni blocage, simplement montée libre d'énergie naturelle, et même en tombant amoureux, le chercheur n'aura pas d'envie sexuelle non plus, car le prana montera encore plus au coeur et à Ajna, et tout en haut, et cela poussera à faire 1 par l'esprit, sans dépendance par rapport à la matière. Ensuite, la bien aimée ne sera plus dans le corps physique mais sera dans l'oiseau qui chante sur sa branche, dans le caillou au bord du chemin, dans le vent qui mugit et dans la caresse de la pluie : il restera à se retirer en Dieu......C'est ainsi, la femme est une passerelle vers Dieu, et réciproquement. Et non une entrave...

Très très juste mon cher Greenouille alien (qui n'est pas nouille du tout) !

Wet Kiss
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Greenman le Dim 10 Fév 2013 - 20:37

Lol, serpent kundalinien I love you

Transmission de pensée, figure toi qu'en envoyant mon post, je m'étais dit : on ne parle pas de taoisme, c'est n'importe quoi...! Very Happy

On est d'accord en somme, sauf peut être sur ce point particulier, tu écris :

"Quand, au sein d'une société, les femmes sont écrasées ou mal considérées par les hommes, ne le sont-elles pas par le principe émotionnel féminin, par une compulsion de contrôle qui nait de la peur que les "hommes" ont d'être eux-mêmes dominés par les femmes?
Ainsi, ce qu'on appelle faussement "machisme" relève de l'émotion, de la femme intérieure."

==> Je suis totalement d'accord avec toi que les principes sont entremêlés les uns aux autres, surtout à notre époque de transition. Ainsi, on peut se demander fortement aussi si l'homme n'écrase pas la femme, non par peur, mais par le manque d'épuration et de sublimation de son énergie sexuelle, car lorsque cette énergie est apurée et le chakra correspondant, épanoui, il n'est plus question du tout d'être macho, mysogine, etc, ni même de chercher un lien physique simple.
Or, l'épuration de ce centre sexuel survient par la transmutation de l'énergie sexuelle en amour non physique, en élan spirituel tendant à faire 1, ce qui "ouvre" le chakra et fait monter l'énergie au coeur, apportant la paix. Ainsi, ne peut on pas dire donc que c'est la tendance vers le principe féminin - la tendance d'amour à faire 1 - qui libère l'homme de son manque de contrôle, manque de contrôle qui le poussait à écraser la femme. Ainsi, dans ce cadre, ce n'est pas le principe féminin qui pousse à écraser la femme, puisque ce serait l'élan vers ce principe même qui libèrerait l'homme de son manque de maitrise sexuelle et donc de sa tendance à écraser tout ce qui bouge.
Tu me suis ? Very Happy j'ai l'esprit un peu tordu, mais c'est ça que je voulais dire, qu'en penses tu ?
En somme, ça voudrait donc dire que ni la femme ni l'homme n'incarnent leur principe correctement, donc tous les défauts viennent de ce déséquilibre chez tous, et dans ce contexte, l'homme ne pourrait pas être présenté dans un jour plus favorable que la femme, les 2 matérialisant leur principe de façon impure et tronquée d'une grande part de leur substance divine...
Ce qui veut dire que ce n'est pas le principe masculin qui écrase la femme, mais pas non plus le principe féminin, le responsable est le ... n'importe quoi, le fait de ne pas avoir équilibré et sublimé les 2 principes.

est ce que je dis des bêtises, faut m'arrêter si je délire, hein.... drunken Very Happy Thinking

coeur

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Hirloe le Dim 10 Fév 2013 - 21:18

Cobra a écrit:Par l'alchimie, c'est-à-dire par la transmutation du corps subtil : la raison (le corps mental) devient le lieu de manifestation de l'intellect divin et l'émotion (le corps astral) devient le lieu de manifestation de l'amour céleste.

Ben voilà, c'est ça que je voulais revenir dire mais en d'autres termes, merci Cobra. Sage

Cobra a écrit:Là aussi, il ne faut pas confondre le principe intérieur avec la biologie. Le "faiblard émotionnel" dans ce cas-ci, c'est l'émotion féminine à l'intérieur de l'homme charnel.

Tout à fait.
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 21:26

Greenman a écrit:

On est d'accord en somme, sauf peut être sur ce point particulier, tu écris :

"Quand, au sein d'une société, les femmes sont écrasées ou mal considérées par les hommes, ne le sont-elles pas par le principe émotionnel féminin, par une compulsion de contrôle qui nait de la peur que les "hommes" ont d'être eux-mêmes dominés par les femmes?
Ainsi, ce qu'on appelle faussement "machisme" relève de l'émotion, de la femme intérieure."

==> Je suis totalement d'accord avec toi que les principes sont entremêlés les uns aux autres, surtout à notre époque de transition. Ainsi, on peut se demander fortement aussi si l'homme n'écrase pas la femme, non par peur, mais par le manque d'épuration et de sublimation de son énergie sexuelle, car lorsque cette énergie est apurée et le chakra correspondant, épanoui, il n'est plus question du tout d'être macho, mysogine, etc, ni même de chercher un lien physique simple.

Oui... mais le manque d'épuration de l'énergie sexuelle, la fameuse compulsion sexuelle qui parfois vire
à la pathologie chez certains humains trouve son origine dans la peur et l'insécurité intérieure : on peut clairement identifier ça dans le chakra sexuel et même dans le chakra racine Wink
Je suis d'accord avec ce que tu dis, simplement tu me montres les branches et moi les racines Very Happy

Greenman a écrit:
Or, l'épuration de ce centre sexuel survient par la transmutation de l'énergie sexuelle en amour non physique, en élan spirituel tendant à faire 1, ce qui "ouvre" le chakra et fait monter l'énergie au coeur, apportant la paix. Ainsi, ne peut on pas dire donc que c'est la tendance vers le principe féminin - la tendance d'amour à faire 1 - qui libère l'homme de son manque de contrôle, manque de contrôle qui le poussait à écraser la femme. Ainsi, dans ce cadre, ce n'est pas le principe féminin qui pousse à écraser la femme, puisque ce serait l'élan vers ce principe même qui libèrerait l'homme de son manque de maitrise sexuelle et donc de sa tendance à écraser tout ce qui bouge.
Tu me suis ? Very Happy j'ai l'esprit un peu tordu, mais c'est ça que je voulais dire, qu'en penses tu ?.

Selon moi, la peur qui engendre l'agressivité et le besoin de contrôler (par crainte d'être dominé) chez un homme est bien féminine et lunaire. J'insiste sur le fait qu'il ne faut pas confondre le principe féminin psychique (l'émotion, ici la peur) avec le féminin céleste qui est purement spirituel, pneumatique.

En résumé, seul le semblable peut guérir le semblable : c'est l'amour issu de la mère divine qui transmute la peur de la jeune psyché (on retrouve les analogies de l'hermétisme) I love you

Greenman a écrit:
En somme, ça voudrait donc dire que ni la femme ni l'homme n'incarnent leur principe correctement, donc tous les défauts viennent de ce déséquilibre chez tous, et dans ce contexte, l'homme ne pourrait pas être présenté dans un jour plus favorable que la femme, les 2 matérialisant leur principe de façon impure et tronquée d'une grande part de leur substance divine...
Ce qui veut dire que ce n'est pas le principe masculin qui écrase la femme, mais pas non plus le principe féminin, le responsable est le ... n'importe quoi, le fait de ne pas avoir équilibré et sublimé les 2 principes.

Bien entendu, si la peur lunaire chez l'homme fini par écraser la femme, c'est aussi parce qu'il y a une ignorance qui git dans le corps mental (qui est le principe psychique masculin) car si il y a clarté mentale, il y a descente de l'intellect divin permettant de discerner et donc de ne pas se laisser influencer par la mécanique des émotions... et inversemment, si il y a ouverture du corps émotionnel et lunaire à l'amour céleste (Ananda), cela influence également les nuages intellectuels du corps mental qui fini lui aussi par s'ouvrir à l'énergie divine qui est sa réplique céleste, l'intellect divin (Jnana).
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Greenman le Dim 10 Fév 2013 - 21:58

Cobra écrit :

" on peut clairement identifier ça dans le chakra sexuel et même dans le chakra racine. Je suis d'accord avec ce que tu dis, simplement tu me montres les branches et moi les racines. (...) Selon moi, la peur qui engendre l'agressivité et le besoin de contrôler (par crainte d'être dominé) chez un homme est bien féminine et lunaire."

==> je suis d'accord puisque la peur est présente en tout, mais je trouve que c'est aller chercher trop loin la cause du problème, dans quelque chose qui ne relève pas vraiment du principe féminin selon moi, ou alors seulement le féminin psychique vraiment de base... C'est comme si je disais par exemple en allant plus loin, que, bah, la cause de la violence de l'homme se trouve dans le désir initial d'avoir voulu s'incarner dans la matière.
Ce serait juste, mais bon, c'est aller chercher tellement loin la racine, que derrière, ya plus rien à dire, quoi... Very Happy
En somme, on est d'accord, mais on ne parlait pas au même niveau : je cause pragmatisme pour trouver une solution immédiate au problème, à mettre en oeuvre (purifier l'amour pour transcender), alors que tu parlais au niveau théorique, et juste, de la cause fondamentale, mais qui est si loin de nous qu'on ne peut pas s'en servir directement pour résoudre le problème, ou très difficilement.

Tu écris aussi :

"si la peur lunaire chez l'homme fini par écraser la femme, c'est aussi parce qu'il y a une ignorance qui git dans le corps mental (qui est le principe psychique masculin) car si il y a clarté mentale, il y a descente de l'intellect divin permettant de discerner et donc de ne pas se laisser influencer par la mécanique des émotions... et inversemment, si il y a ouverture du corps émotionnel et lunaire à l'amour céleste (Ananda), cela influence également les nuages intellectuels du corps mental qui fini lui aussi par s'ouvrir à l'énergie divine qui est sa réplique céleste, l'intellect divin (Jnana)."

==> Sage Sage Sage Well done, Sir ! Very Happy

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Totem le Dim 10 Fév 2013 - 23:09

Cobra-de-jade a écrit:
Quand, au sein d'une société, les femmes sont écrasées ou mal considérées par les hommes, ne le sont-elles pas par le principe émotionnel féminin, par une compulsion de contrôle qui nait de la peur que les "hommes" ont d'être eux-mêmes dominés par les femmes?
Ainsi, ce qu'on appelle faussement "machisme" relève de l'émotion, de la femme intérieure.


Il me semble que dans tout ça on oublie, l'éducation et les conditionnement où les mères apprennent à leurs filles à être soumises et les pères à leurs fils qu'ils doivent soumettre la femme à leurs désirs.
A chaque fois que je vais en vacances chez ma mère je m'insurge contre elle quand elle me dit que la femme doit servir l'homme et j'ai remarqué que beaucoup de femmes de sa génération en font autant.
On apprend aux petites filles à être belles pour les hommes à apprendre les tâches domestiques chose qu'on n'apprend pas aux petits garçons, bon les choses commencent à changer dans lagénération actuelle, mais force est de constater que les femmes des générations antérieures ont souffert de celà.
Sans aller puiser à la racine du problème, avant que les hommes et les femmes se rendent compte qu'ils sont des êtres spirituels en potentiel, il n'en sont pas moins comme des animaux conditionnés, et c'est cette barrière qu'il faut faire tomber avant d'attaquer dans le spirituel.
avatar
Totem

Messages : 341
Date d'inscription : 14/12/2012
Féminin Age : 62
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 23:38

En effet Totem, mais il ne faut pas oublier d'identifier d'où vient ce conditionnement selon lequel la femme doit se "soumettre" à l'homme... car il y a la soumission craintive et exagérée qui provient d'une distorsion de l'autorité, et il y a aussi une distinction dans le mode fonctionnement entre homme et femme qui relève d'une certaine logique naturelle, laquelle ne contredit absolument pas le fait que nous sommes tous (hommes et femmes) des êtres spirituels en croissance.

En occident, les hommes et les femmes sont de plus en plus perdus quant à leur repères basiques, leur positionnement non seulement identitaire mais aussi social et sexuel... ce n'est pas pour rien, c'est parce qu'on a dénaturé et banalisé à outrance le féminin et le masculin ce qui fait que quasi tout devient "androgyne" au niveau physique... A mon sens, on est là dans un autre extrême par rapport aux pays et cultures où la distinction entre l'homme et la femme est tellement exagérée qu'elle relève de la caricature. Cependant, dans notre "belle europe", nous n'avons pas à être fier car nous sommes tombé dans l'autre extrême, et celui-ci est tout autant caricatural et grotesque !
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Cobra-de-jade le Dim 10 Fév 2013 - 23:56

Greenman a écrit:
je suis d'accord puisque la peur est présente en tout, mais je trouve que c'est aller chercher trop loin la cause du problème, dans quelque chose qui ne relève pas vraiment du principe féminin selon moi, ou alors seulement le féminin psychique vraiment de base... C'est comme si je disais par exemple en allant plus loin, que, bah, la cause de la violence de l'homme se trouve dans le désir initial d'avoir voulu s'incarner dans la matière.
Ce serait juste, mais bon, c'est aller chercher tellement loin la racine, que derrière, ya plus rien à dire, quoi... Very Happy

Ce n'est pas aller chercher si loin que ça Wink ... si on observe bien, derrière chaque désir se cache une peur et derrière chaque peur un désir... puisque tu me parlais du lien entre sexualité non intégrée et brutalité (ce qui est très juste) je me permettais de pointer que tout cela émerge du bas ventre : une sexualité non harmonisée va de pair avec une insécurité émotionnelle assez puissante. Après cela effectivement, la conséquence peut être la violence chez l'homme car si il ne sait pas jouir pleinement et être à l'aise dans sa sexualité, il ne pourra que sentir un accroissement de l'insécurité (allant de pair avec le désir insatisfait ou perturbé) et cette peur l'amènera certainement à la violence et à la compulsion de contrôle (tout cela pouvant prendre plein de formes différentes selon les tempéraments).

Greenman a écrit:En somme, on est d'accord, mais on ne parlait pas au même niveau : je cause pragmatisme pour trouver une solution immédiate au problème, à mettre en oeuvre (purifier l'amour pour transcender), alors que tu parlais au niveau théorique, et juste, de la cause fondamentale, mais qui est si loin de nous qu'on ne peut pas s'en servir directement pour résoudre le problème, ou très difficilement.

Voici donc une solution possible : pour ceux et celles qui ressentent ce besoin de dominer l'autre de façon compulsive et qui en même temps constatent une insatisfaction et un manque d'harmonie dans leurs rapports sexuels, il est très bénéfique de pratiquer une sorte de "thérapie sensorielle"... de s'allonger en silence et d'écouter ce qui se passe dans la zone du bas ventre... de laisser celle-ci s'exprimer totalement en pensées, images, émotions et sensations.

Plus l'écoute sensorielle sera profonde et dénuée de toute intention de transformation et plus ce qui est noué dans le bas ventre se libérera... ça peut prendre du temps comme être très vite résolu ... Insh'Allah sunny
avatar
Cobra-de-jade

Messages : 594
Date d'inscription : 28/05/2012
Masculin Age : 39

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Greenman le Lun 11 Fév 2013 - 0:55

Mais je suis d'accord avec tout ça, excellentes explications même. Very Happy
Quand je parlais de "loin", c'était juste pour dire qu'il est très difficile de sublimer des énergies, le prana, de purifier mental et être intérieur, en partant directement du concept de peur, car ce n'est pas immédiat. En pratique, à la base, il y a toute une longue vie sincère et profonde à mener pour ce faire, et probablement plusieurs vies, et puisqu'on parle d'énergie sexuelle, on en passe d'abord par la profondeur de l'amour, qui doit passer de l'émotionnel à l'élan vers le 1, de l'intéressement au désintéressement, et du particulier au général...
J'ai du mal m'exprimer, je ne parlais pas seulement d'un homme violent (ce n'était qu'un exemple), je parlais de tout le monde, du travail que l'on a à faire, tous, pour arriver à la transcendance. et dans ce cadre, l'écoute sensorielle ne suffira pas, il faudra la profondeur et la sincérité de toute la vie...
Et ça ne suffira pas non plus d'ailleurs, il faudra la Grâce pour transformer l'essai, il faudra le Insh'allah, comme tu dis... Very Happy

Le lien avec le sujet du topic, c'est que si on n'observe pas les règles spirituelles de grand respect et d'amour le plus sincère possible durant nos vies, si on ne prend pas au sérieux l'amour envers un conjoint puis envers le monde, amour qui doit être sacré ce n'est pas un jeu, la Grâce divine censée sublimer les énergies et l'amour, ne pourra pas passer ou difficilement, et quand on voudra suivre une ascèse, on sera gêné par un non-épanouissement des 2 premiers chakras, dont celui du sexe, et il y aura encore des faiblesses, blocages et attraits sexuels irrésistibles, d'où tous ces règlements "religieux" de rejet et de culpabilisation de la femme, avec lois contraignantes, et tout le cortège de voiles, mise à l'écart, etc.
Ces hommes qui sont victimes de cette faiblesse sexuelle sont donc des personnes qui, antérieurement, n'ont pas eu un comportement correct envers leur conjoint dans cette vie ou dans une autre, ils sont donc en faute de ne pas avoir vu que la religion ne commence pas quand on entre en monastère, de ne pas avoir vu que la grandeur Divine était aussi dans la vie de famille et non pas seulement dans l'ascèse, ils sont en faute de ne pas avoir vu Dieu antérieurement dans leur conjoint et dans le prochain, d'où les blocages et la non-maturité. Et c'est valable pour tout le monde à mon avis, en tout cas c'est comme ça que je vois les choses, d'après mes conclusions pratiques... Et il est loisible de voir les choses autrement..

Hello

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 52
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Totem le Lun 11 Fév 2013 - 7:57

Greenman a écrit:Mais je suis d'accord avec tout ça, excellentes explications même. Very Happy
Quand je parlais de "loin", c'était juste pour dire qu'il est très difficile de sublimer des énergies, le prana, de purifier mental et être intérieur, en partant directement du concept de peur, car ce n'est pas immédiat. En pratique, à la base, il y a toute une longue vie sincère et profonde à mener pour ce faire, et probablement plusieurs vies, et puisqu'on parle d'énergie sexuelle, on en passe d'abord par la profondeur de l'amour, qui doit passer de l'émotionnel à l'élan vers le 1, de l'intéressement au désintéressement, et du particulier au général...
J'ai du mal m'exprimer, je ne parlais pas seulement d'un homme violent (ce n'était qu'un exemple), je parlais de tout le monde, du travail que l'on a à faire, tous, pour arriver à la transcendance. et dans ce cadre, l'écoute sensorielle ne suffira pas, il faudra la profondeur et la sincérité de toute la vie...
Et ça ne suffira pas non plus d'ailleurs, il faudra la Grâce pour transformer l'essai, il faudra le Insh'allah, comme tu dis... Very Happy

Le lien avec le sujet du topic, c'est que si on n'observe pas les règles spirituelles de grand respect et d'amour le plus sincère possible durant nos vies, si on ne prend pas au sérieux l'amour envers un conjoint puis envers le monde, amour qui doit être sacré ce n'est pas un jeu, la Grâce divine censée sublimer les énergies et l'amour, ne pourra pas passer ou difficilement, et quand on voudra suivre une ascèse, on sera gêné par un non-épanouissement des 2 premiers chakras, dont celui du sexe, et il y aura encore des faiblesses, blocages et attraits sexuels irrésistibles, d'où tous ces règlements "religieux" de rejet et de culpabilisation de la femme, avec lois contraignantes, et tout le cortège de voiles, mise à l'écart, etc.
Ces hommes qui sont victimes de cette faiblesse sexuelle sont donc des personnes qui, antérieurement, n'ont pas eu un comportement correct envers leur conjoint dans cette vie ou dans une autre, ils sont donc en faute de ne pas avoir vu que la religion ne commence pas quand on entre en monastère, de ne pas avoir vu que la grandeur Divine était aussi dans la vie de famille et non pas seulement dans l'ascèse, ils sont en faute de ne pas avoir vu Dieu antérieurement dans leur conjoint et dans le prochain, d'où les blocages et la non-maturité. Et c'est valable pour tout le monde à mon avis, en tout cas c'est comme ça que je vois les choses, d'après mes conclusions pratiques... Et il est loisible de voir les choses autrement..

Hello

Sage Sage Sage
avatar
Totem

Messages : 341
Date d'inscription : 14/12/2012
Féminin Age : 62
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Hirloe le Lun 11 Fév 2013 - 10:35

Totem a écrit:Il me semble que dans tout ça on oublie, l'éducation et les conditionnement où les mères apprennent à leurs filles à être soumises et les pères à leurs fils qu'ils doivent soumettre la femme à leurs désirs.
A chaque fois que je vais en vacances chez ma mère je m'insurge contre elle quand elle me dit que la femme doit servir l'homme et j'ai remarqué que beaucoup de femmes de sa génération en font autant.
On apprend aux petites filles à être belles pour les hommes à apprendre les tâches domestiques chose qu'on n'apprend pas aux petits garçons, bon les choses commencent à changer dans lagénération actuelle, mais force est de constater que les femmes des générations antérieures ont souffert de celà.
Sans aller puiser à la racine du problème, avant que les hommes et les femmes se rendent compte qu'ils sont des êtres spirituels en potentiel, il n'en sont pas moins comme des animaux conditionnés, et c'est cette barrière qu'il faut faire tomber avant d'attaquer dans le spirituel.

Je plussoie !!! Love Panel

Cobra a écrit:En effet Totem, mais il ne faut pas oublier d'identifier d'où vient ce conditionnement selon lequel la femme doit se "soumettre" à l'homme... car il y a la soumission craintive et exagérée qui provient d'une distorsion de l'autorité, et il y a aussi une distinction dans le mode fonctionnement entre homme et femme qui relève d'une certaine logique naturelle, laquelle ne contredit absolument pas le fait que nous sommes tous (hommes et femmes) des êtres spirituels en croissance.

Discours quelque peu ambigue, Cobra... Il y aurait une soumission craintive et exagérée et une soumission naturelle de la femme envers l'homme ?
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Totem le Lun 11 Fév 2013 - 10:50

Cobra-de-jade a écrit:En effet Totem, mais il ne faut pas oublier d'identifier d'où vient ce conditionnement selon lequel la femme doit se "soumettre" à l'homme... car il y a la soumission craintive et exagérée qui provient d'une distorsion de l'autorité, et il y a aussi une distinction dans le mode fonctionnement entre homme et femme qui relève d'une certaine logique naturelle, laquelle ne contredit absolument pas le fait que nous sommes tous (hommes et femmes) des êtres spirituels en croissance.

!

De ce que j'ai pu constaté chez les femmes de mon entourage de la génération précédente, ce n'était pas de la crainte ni de la soumission, mais plutôt de la dévotion et une reproduction de ce que leur mère faisait donc une transmission des valeurs qui ont été inculquées depuis plusieurs générations.
Il y a donc des valeurs qui ont été inculquées aux femmes et d'autres aux hommes.
Quand à aujourd'hui, l'image de la femme que l'on a, c'est le sexe symbole si elle est belle, il n'y a qu'à regarder les pubs pour s'en convaincre, si elle est quelconque, c'est bien souvent dans les tâches domestiques bien faites que la femme va se réaliser et trouver un mari.
Les rapports hommes/femmes resterons toujours ambiguës tant qu'il n'y aura pas d'évolution spirituelle de chaque côté qui permettra d'accéder au respect de soi et de l'autre couplé à l'amour véritable.
avatar
Totem

Messages : 341
Date d'inscription : 14/12/2012
Féminin Age : 62
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par synthésis le Lun 11 Fév 2013 - 11:58

Bonjour tous,

En complément à ce qui a été dit j'aimerais rajouter ceci:

L'âme ne peut se soustraire à un principe évolutif universel (loi absolue divine). Si elle oppose une résistance à ce principe, elle souffre. C'est là que se trouve la racine des racines, le moteur originel.

Ensuite, lorsque l'âme, façonnée par la loi Divine, arrive à un certain degré de maturité, elle est apte à écouter les théories et, éventuellement, à recevoir la grâce. La grâce, ou l'illumination subite et fulgurante, ne tombe que sur les âmes qui ont énormément été façonnées par la vie (donc, qui ont beaucoup souffert) mais qui n'en ont pas encore pris conscience à cause de certains conditionnements qui lui sont propres. Mais dans la moyenne générale tout est progressif.

Il me semble, Cobra, que tu m'as demandé (à titre comparatif) quelque part comment se construisait/créait le corps akashique, ou je me trompe? Il y a là un début de réponse. Le processus est d'abord expérimental, ensuite expérimental/mental (dans le mental je comprends la méditation), et, pour finir, les corps astraux et mentaux se dissolvent pour ne laisser que le corps akashique. Si tu veux, progressivement et suite à l'expérimentation par la joie et la souffrance, l'âme trie ce qui est beau, bien et vrai et construit la conscience pure akashique (somme toute c'est classique). Je te promets que je vais te développer ça correctement, mais j'ai besoin de temps.

Pour revenir au sujet, il est clair qu'un "maître" qui dénigre la femme rien que pour le fait qu'elle soit femme, démontre de toute évidence un âme non encore pleinement réalisée (fusse-t-il le Christ ou le bouddha en personne). Ce fut, il me semble, le cas de Saint Paul. Peut-être a-t-il dû refaire une vie en tant que femme, qui sait? Smile

Synthésis sunny

synthésis

Messages : 258
Date d'inscription : 27/07/2012
Masculin Age : 56
Localisation : Genève

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Femmes et le Bouddhisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum