L'art, une voie de connaissance ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'art, une voie de connaissance ?

Message par Joha le Mar 19 Fév 2013 - 0:17

Rappel du premier message :

Bonjour à toutes et à tous

Je vous propose l'extrait suivant :

« L’art prend appui sur la compréhension émotionnelle, sur la perception de l’inconnu qui réside derrière le visible et le tangible, sur le pouvoir créateur, c’est-à-dire sur la capacité de reconstruire, dans des formes visibles ou audibles, les sentiments, les humeurs, les sensations et les visions de l’artiste, et, plus particulièrement, de traduire une certaine impression fugitive qui est en fait une intuition de l’accord d’harmonie et d’unité à l’œuvre dans la Totalité, un pressentiment de « l’âme » des choses et des phénomènes. L’art, tout comme la science et la philosophie, constitue une voie vers la Connaissance. En créant, l’artiste véritable apprend beaucoup de ce qu’il ne savait pas auparavant. Un art qui ne révèle pas des mystères, qui ne mène pas à la sphère de l’inconnu, qui ne donne pas accès à un savoir nouveau, n’est qu’une parodie de l’art…ce n’est que du simple commerce ou de l’industrie. »

P.D.Ouspensky, Un nouveau modèle de l’univers

Qu'en pensez-vous ?
avatar
Joha

Messages : 141
Date d'inscription : 25/12/2012
Masculin Age : 52
Localisation : Confluent des deux rives

Revenir en haut Aller en bas


Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Immateriel le Lun 4 Mar 2013 - 14:26

Kouen a écrit:
Immateriel a écrit:

La vision des personnes plongées dans l'obscurité ne leur permet pas de discerner clairement ce qui est Lumineux de ce qui ne l'est pas..

Ah...non, certainement pas dans le domaine de l'Art !!

Le 'clair obscur' à été crée par Michel Ange, artiste de talent
complément investi par la lumière, et que dire aussi des tableaux
plus contemporains de Soulage, que du 'noir' et ce n'est pas pour
autant que ce peintre soit obscur, au contraire ! Wink


@ http://elogedelart.canalblog.com/archives/2009/10/06/15334394.html

Je ne parlais pas de la couleur lorsque j'employais le terme "noir", ni du ton d'une oeuvre, je parle de ce qu'elle véhicule comme symbolique, sur le plan des idées, c'est là que l'on peut déterminer qu'une chose est "sombre" (négative) ou Lumineuses (qui véhicule la Lumière, positive).
avatar
Immateriel

Messages : 111
Date d'inscription : 14/02/2013
Masculin Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Kouen le Lun 4 Mar 2013 - 14:31

Oui, mais alors, cela voudrait dire que tu divises l'esprit et la création,
donc le peintre de son oeuvre, donc l'artiste et la couleur, je pense moi
au contraire qu'ils ne font que "un" Wink


avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Chimère le Lun 4 Mar 2013 - 14:35

Je suis d'accord avec Lounaaa... Pour moi, la "négativité" qui peut ressortir d'une oeuvre n'est qu'une apparence. Le négatif et le positif ne sont que les 2 revers d'une même médaille, et des très-fonds de l'obscurité la lumière jaillit. Et ça, c'est beau (et c'est du Jean-Claude Vandamme, un grand artiste, dans son genre... Laughing ).
En grande admiratrice de Gérard de Nerval et Baudelaire, pour moi si, il y a de la lumière dans leurs oeuvres... même si les textes ont l'air sombres, ce n'est qu'une apparence, une lecture au premier degré, j'ai envie de dire. Parce que derrière, on devine l'espoir et l'attente de celui qui cherche la lumière, l'entre-voit, la voit fuir au devant de lui...

Et puis, il y a aussi une question de regard... si je reprends ton exemple des films d'horreur, la plupart me font rire. ça n'a rien de "réaliste" et d'ailleurs, ça ne l'est pas, c'est du second degré, c'est du "cinéma", du carnaval, personne ne meurt sur un plateau en principe.
C'est justement une manière d'exorciser nos peurs, où pour "tuer" symboliquement les monstres qui sont en nous, nous les représentons. Après, c'est plus une question de "limite" personnelle qu'autre chose... je ne crains pas la violence, mais je ne cours pas après les slashers (en grande partie parce que sauf exceptions, les scénarios vont rarement chercher loin...).
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Kouen le Lun 4 Mar 2013 - 14:43

Chimère a écrit:

Et puis, il y a aussi une question de regard...

Sage

Jésus n’a pas utilisé le mot ‘ténèbres’ par hasard, ce mot est souvent employé
dans la Bible pour évoquer l’aveuglement !!
avatar
Kouen

Messages : 497
Date d'inscription : 04/08/2012
Féminin Age : 49
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Immateriel le Lun 4 Mar 2013 - 14:53

Chimère a écrit:Je suis d'accord avec Lounaaa... Pour moi, la "négativité" qui peut ressortir d'une oeuvre n'est qu'une apparence. Le négatif et le positif ne sont que les 2 revers d'une même médaille, et des très-fonds de l'obscurité la lumière jaillit. Et ça, c'est beau (et c'est du Jean-Claude Vandamme, un grand artiste, dans son genre... Laughing ).
En grande admiratrice de Gérard de Nerval et Baudelaire, pour moi si, il y a de la lumière dans leurs oeuvres... même si les textes ont l'air sombres, ce n'est qu'une apparence, une lecture au premier degré, j'ai envie de dire. Parce que derrière, on devine l'espoir et l'attente de celui qui cherche la lumière, l'entre-voit, la voit fuir au devant de lui...

Et puis, il y a aussi une question de regard... si je reprends ton exemple des films d'horreur, la plupart me font rire. ça n'a rien de "réaliste" et d'ailleurs, ça ne l'est pas, c'est du second degré, c'est du "cinéma", du carnaval, personne ne meurt sur un plateau en principe.
C'est justement une manière d'exorciser nos peurs, où pour "tuer" symboliquement les monstres qui sont en nous, nous les représentons. Après, c'est plus une question de "limite" personnelle qu'autre chose... je ne crains pas la violence, mais je ne cours pas après les slashers (en grande partie parce que sauf exceptions, les scénarios vont rarement chercher loin...).

Peux-tu me dire en quoi est-ce qu'il y a "Créativité" lorsque quelqu'un ne fait qu'extérioriser ce qu'il a en lui, même s'il le fait avec talent ?

Le talent, la technique, n'est selon moi pas un critère qui puisse déterminer qu'une oeuvre est de l'Art. Ce qui importe, c'est ce qu'elle transmet. Ensuite, si ce qu'elle transmet est un mal-être, ce n'est rien de plus qu'une copie plus ou moins fidèle de ce que cet être vit en lui-même, dans son esprit de dualité, et de ce fait, ce n'est pas de la Créativité.

La Créativité selon moi implique de faire quelque chose qui fasse rêver, qui provoque une émulsion agréable dans l'imagination, qui entretienne des principes Lumineux dans l'esprit, qui véhicule des symboles positifs chez tous ceux qui la regardent.

Un film d'horreur, tu dis que c'est à voir au second degré, et qu'il n'y a aucune mort sur les plateaux : merci de le préciser, j'en doutais encore hier ! Blague à part, ce que ta Conscience perçoit, ce qu'elle peut déterminer comme étant faux ou vrai, cela c'est une chose, c'est la Conscience qui perçoit ces "degrés" dont tu parles entre ce qui est exposé et ce qui est vrai, mais _dans le fond_, l'inconscient, que perçoit-il ? Il perçoit du sang, des meurtres, de la souffrance, et penses-tu que pour lui, cela ne l'impacte pas d'emmagasiner ces images, lui qui n'a pas la perception de ces degrés dont tu parles ?

On interdit aux enfants de regarder ces choses, parce que l'enfant n'a pas encore la capacité de filtrer, et tout tombe généralement directement dans son inconscient comme une fondation de son mental cérébral. Mais pour les adultes, c'est pareil, et même si on pense être "immunisé", ces choses ont un effet sur notre psyché, elles ont un impact négatif parce qu'elles ajoutent dans nos cerveaux des informations qui le sont, et qui vont se greffer aux réseaux de neurones existant, d'une façon ou d'une autre.

Cet aspect "subliminal" est démontré, ce n'est pas de la science-fiction. Lorsqu'on regarde la télévision passivement, on reçoit tout un tas d'affirmations, d'idées, que nous ne sommes pas systématiquement capables de filtrer. Lorsqu'on se place devant un film d'horreur, et qu'on commence à l'apprécier, à s'en amuser, en fin de compte, on est en train de dire à notre inconscient : c'est pas grave le sang, la souffrance, les tortures, les monstres, laisse couler, n'en soit pas choqué. C'est grave d'en arriver là.

Alors je vais peut-être paraître trop "sensible", mais ça n'a rien à voir, parce que là je parle de l'inconscient, qui est le même pour tous, c'est la capacité de notre cerveau à stocker et à classer l'information qu'il reçoit du monde et de notre Conscience. Je sais dorénavant que pour se sentir bien, il faut faire attention à tout ce que l'on donne "à manger" à notre inconscient, parce qu'il est comme un enfant sur notre dos, qui voit tout ce qu'on voit, et qui se fait sa propre idée, sauf quand on lui dit comment interpréter les choses, et qu'on a une vision juste, un conscience juste des choses. Comme celle de par exemple lui "dire" que la souffrance, les meurtres, le sang, ce n'est pas quelque chose de souhaitable, c'est violent, et alors de ne pas l'exposer à en voir sans que cela soit nécessaire. Cela fait des années maintenant que je n'ai pas regardé de films d'horreur, et je m'en porte à merveille et n'en ai clairement aucun besoin, les horreurs sont déjà en masse dans les JT qui insistent sur cela pour entretenir le mal-être des gens, qui alors sont bien plus facilement manipulables. Ils savent à quel point la suggestion, le subliminal sont des moyens de persuasions qui pour l'instant sont négligés par la plupart des personnes, qui n'y croient pas vraiment, mais qui ne se rendent pas compte qu'entre temps, ils pourrissent leur inconscient, et qu'ensuite, il va falloir creuser d'autant plus profond pour déraciner toutes les mauvaises herbes qui auront poussés sur ce terrain mal entretenu.
avatar
Immateriel

Messages : 111
Date d'inscription : 14/02/2013
Masculin Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Chimère le Lun 4 Mar 2013 - 15:10

Ensuite, si ce qu'elle transmet est un mal-être, ce n'est rien de plus qu'une copie plus ou moins fidèle de ce que cet être vit en lui-même, dans son esprit de dualité, et de ce fait, ce n'est pas de la Créativité.

Je ne crois pas qu'un poème de Baudelaire ou de Nerval (si tu en as déjà lu...) transmettent un "mal-être"... Ce qu'ils transmettent va bien au-delà de ça, ce n'est pas "morbide"... Comme je le disais, il y a une forme de lumière, de beauté dans un poème triste, mélancolique, nostalgique, la lumière de l'attente, de l'espoir... Maintenant, oui c'est une question de regard : il faut vouloir et savoir la voir, pour la voir effectivement.


Cet aspect "subliminal" est démontré, ce n'est pas de la science-fiction. Lorsqu'on regarde la télévision passivement, on reçoit tout un tas d'affirmations, d'idées, que nous ne sommes pas systématiquement capables de filtrer. Lorsqu'on se place devant un film d'horreur, et qu'on commence à l'apprécier, à s'en amuser, en fin de compte, on est en train de dire à notre inconscient : c'est pas grave le sang, la souffrance, les tortures, les monstres, laisse couler, n'en soit pas choqué.

Démontré, démontré... ça reste à démontrer...
Et permets moi de douter de ce type d'affirmation : pour ma part, je peux regarder très tranquillement un film violent (mais faut qu'il y ait un bon scénar, quand-même)... et je suis pour ainsi dire incapable d'écraser une mouche. Je ne crois pas être "contaminée", mais merci de t'en soucier... Rolling Eyes

Très honnêtement, je pense que c'est bien 2 choses différentes que de "voir" des images, et de savoir "gérer" ces images. Et savoir les gérer, c'est plus une question d'éducation (au sens propre) qu'autre chose.

De plus (même si on sort du sujet mais tant pis...) je ne crois pas plus que les JT "pourrissent" l'inconscient. Il est clair que l'on se sent mieux quand on ne les regarde pas... parce qu'on s'expose moins. Parce qu'on peut faire "semblant" (pour le coup, c'est du cinéma que l'on se joue) que personne ne souffre, personne ne meurt et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...
Après, que tu sois au courant ou pas de la guerre en Syrie ou autre, j'ai envie de dire que pour les gens qui meurent là-bas, ça ne change pas grand-chose : ils continueront de mourir, que ça te coupe l'appétit ou pas.
Mais pour ma part, je pense que la "conscientisation" passe aussi bien par la recherche de la "lumière" que par la "prise de conscience" de l'ombre... qu'elle soit revers de la lumière, ou absence de lumière...
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Hirloe le Lun 4 Mar 2013 - 15:18

Chimère a écrit:De plus (même si on sort du sujet mais tant pis...) je ne crois pas plus que les JT "pourrissent" l'inconscient. Il est clair que l'on se sent mieux quand on ne les regarde pas... parce qu'on s'expose moins. Parce qu'on peut faire "semblant" (pour le coup, c'est du cinéma que l'on se joue) que personne ne souffre, personne ne meurt et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...
Après, que tu sois au courant ou pas de la guerre en Syrie ou autre, j'ai envie de dire que pour les gens qui meurent là-bas, ça ne change pas grand-chose : ils continueront de mourir, que ça te coupe l'appétit ou pas.
Mais pour ma part, je pense que la "conscientisation" passe aussi bien par la recherche de la "lumière" que par la "prise de conscience" de l'ombre... qu'elle soit revers de la lumière, ou absence de lumière...

Complètement d'accord cheers cheers cheers
avatar
Hirloe

Messages : 646
Date d'inscription : 21/05/2012
Féminin Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Immateriel le Lun 4 Mar 2013 - 15:58

Chimère a écrit:Je ne crois pas qu'un poème de Baudelaire ou de Nerval (si tu en as déjà lu...) transmettent un "mal-être"... Ce qu'ils transmettent va bien au-delà de ça, ce n'est pas "morbide"... Comme je le disais, il y a une forme de lumière, de beauté dans un poème triste, mélancolique, nostalgique, la lumière de l'attente, de l'espoir... Maintenant, oui c'est une question de regard : il faut vouloir et savoir la voir, pour la voir effectivement.

Pourquoi interprètes-tu mes propos comme des propos qui viennent juger tel ou tel artiste ? Je n'ai mentionné personne, je parle dans l'Absolu. Mes opinions personnelles ne concernent que moi, tout comme tes perceptions et tes opinions ne concernent que toi, je parle dans l'Absolu, et dans l'Absolu, une oeuvre sombre n'est pas Créative, elle ne suscite pas le rêve, l’émerveillement, la beauté, elle ne transmet pas la Lumière, et il n'y a que l'esprit sombre qui voit le beau là où il n'y en a pas.

Chimère a écrit:
Cet aspect "subliminal" est démontré, ce n'est pas de la science-fiction. Lorsqu'on regarde la télévision passivement, on reçoit tout un tas d'affirmations, d'idées, que nous ne sommes pas systématiquement capables de filtrer. Lorsqu'on se place devant un film d'horreur, et qu'on commence à l'apprécier, à s'en amuser, en fin de compte, on est en train de dire à notre inconscient : c'est pas grave le sang, la souffrance, les tortures, les monstres, laisse couler, n'en soit pas choqué.

Démontré, démontré... ça reste à démontrer...

Il suffit de taper "preuve subliminal" dans un moteur de recherche pour avoir pleins de références, d'expériences qui montrent que notre conscience ne perçoit pas tout ce que notre cerveau perçoit, et que ce que perçoit le cerveau a un impact sur nous. Des études scientifiques ont étés faites.

Chimère a écrit:Et permets moi de douter de ce type d'affirmation : pour ma part, je peux regarder très tranquillement un film violent (mais faut qu'il y ait un bon scénar, quand-même)... et je suis pour ainsi dire incapable d'écraser une mouche. Je ne crois pas être "contaminée", mais merci de t'en soucier... Rolling Eyes

Je ne me suis soucié de personne, et je n'ai pas prétendu que tu étais "contaminée", dans le sens où en regardant un film violent tu deviennes violente. Ce n'est pas ça le principe. Le principe c'est que tu acceptes alors plus facilement ce qui est violent, inconsciemment, c'est ça l'effet du subliminal. Tu deviens moins sensibles, plus permissives, alors que c'est inadmissible, même dans une fiction.

Pour exemple, je vais prendre le film Taken par exemple, le "héros" veut sauver sa fille, et pour cela, il est prêt à tout, torturer les bandits, tuer tout le monde : au final, vaut-il mieux que les tortionnaires dont sa fille est victime ? Je ne pense pas. Et lorsqu'on regarde les commentaires de ce genre de film, on voit même des gens qui trouvent cela "normal" qu'il ait eut recours à ces méthodes. Cela, c'est le genre de pensées qui peuvent surgir à partir de l'inconscient et qui ont été inculquées dans l'esprit de ces gens qui ne sont pas totalement conscients de ce qu'ils disent.

Chimère a écrit:Très honnêtement, je pense que c'est bien 2 choses différentes que de "voir" des images, et de savoir "gérer" ces images. Et savoir les gérer, c'est plus une question d'éducation (au sens propre) qu'autre chose.

Tu parles de la conscience, de ce dont tu as conscience : mais il y a des millions de choses que seul ton cerveau capte, et que ta conscience ne capte pas, parce que le cerveau enregistre toutes les vibrations qui lui parviennent, alors que la conscience n'en prend qu'une partie, celle sur laquelle elle est focalisée justement. Il y a des exercices qui s'appellent "de pleine conscience" qui permettent d'élargir la conscience, mais tant que la conscience n'est pas élargie, la porte est ouverte pour que l'inconscient capte des choses, même des idées, sans que nous ayons eu l'occasion de les filtrer.

Chimère a écrit:De plus (même si on sort du sujet mais tant pis...) je ne crois pas plus que les JT "pourrissent" l'inconscient. Il est clair que l'on se sent mieux quand on ne les regarde pas... parce qu'on s'expose moins. Parce qu'on peut faire "semblant" (pour le coup, c'est du cinéma que l'on se joue) que personne ne souffre, personne ne meurt et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...
Après, que tu sois au courant ou pas de la guerre en Syrie ou autre, j'ai envie de dire que pour les gens qui meurent là-bas, ça ne change pas grand-chose : ils continueront de mourir, que ça te coupe l'appétit ou pas.

Les JT ne donnent qu'une vision partielle de la réalité. Dans la vraie vie, il y a beaucoup plus de Bonnes actions que de mauvaises, mais les JT ne montrent que l'aspect négatif du monde en règle général, c'est pour cela que ça induit en erreur les personnes qui alors imaginent que le monde est mauvais, et qui ne prennent pas la peine de regarder dehors, de voir les enfants rires, de voir les gens discuter tranquillement, de voir les gens passer des bons moments, etc.

Le malheur existe aussi dans le monde, mais ce n'est pas en le montrant sans arrêt qu'on le rend plus important que le bonheur qui est plus présent, et malheureusement, dans l'esprit de ceux qui regardent le JT, parfois inconsciemment donc car de manière subliminale parce qu'ils deviennent habitués à voir les mêmes choses sans arrêt, et bien une vision négative du monde se construit et les pollue au jour le jour.

Chimère a écrit:Mais pour ma part, je pense que la "conscientisation" passe aussi bien par la recherche de la "lumière" que par la "prise de conscience" de l'ombre... qu'elle soit revers de la lumière, ou absence de lumière...

Il n'y a aucune conscientisation en ce qui concerne la Lumière, parce qu'elle respecte la Liberté de chacun, elle est Amour et Bonté, il n'y a aucune volonté de nuire, ni de manipuler. Ceux qui focalisent sur l'ombre par contre, en tout connaissance de cause, le font souvent de manière inconsciente parce qu'ils sont habitués eux aussi à faire plus attention à ce qui est négatif qu'à ce qui est positif, mais parfois aussi, c'est une façon de manipuler les autres, et je le répète, les états se servent régulièrement des médias comme des piqures de rappel pour empêcher les gens d'être Libre dans leur esprit, ce qui les pousserait à s'Unir et à balayer les pouvoirs illégitimes qui sont en place. L'Humanité où chaque Homme sera dans l'Amour et Unit les uns avec les autres n'aura besoin d'aucun chef, ils le savent très bien.
avatar
Immateriel

Messages : 111
Date d'inscription : 14/02/2013
Masculin Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Chimère le Lun 4 Mar 2013 - 19:38

Sur ta dernière phrase... je dirais que je pense qu'il n'est pas besoin de voir une sorte de "complot", là où il n'y a qu'ignorance et vision à court terme... Je ne crois pas que nos "chefs" en sachent quoique se soit en réalité. Ils sont comme nous : ils font comme ils peuvent avec leurs propres conditionnements, et le "télescopage" des conditionnements donnent l'état du monde actuel. Pour le coup, le reste c'est se faire un peu un film, pour moi...

Pour exemple, je vais prendre le film Taken par exemple, le "héros" veut sauver sa fille, et pour cela, il est prêt à tout, torturer les bandits, tuer tout le monde : au final, vaut-il mieux que les tortionnaires dont sa fille est victime ? Je ne pense pas. Et lorsqu'on regarde les commentaires de ce genre de film, on voit même des gens qui trouvent cela "normal" qu'il ait eut recours à ces méthodes.

En même temps la crédibilité "réaliste" de ce genre de film d'action de série B est proche du néant... Qui voit sa fille se faire enlever par des terroristes turcs dans la vraie vie ? C'est juste s'imaginer dans une vie qui n'est pas la sienne, c'est jouer aux gendarmes et aux voleurs dans sa tête... Violent ou pas ça reste un jeu...
Les 9 sur 10, c'est vraiment que de la bouche pour être polie... c'est pas parce que tu joues au lion que t'es pas un petit chaton à l'intérieur... Razz

Et quoiqu'il en soit, même si je respecte ton discours sur la non violence, l'Amour etc... plus que louable, et que "dans l'Absolu" je suis d'accord... Dans la vraie vie (pas dans l'Absolu, donc) je ne suis pas persuadée que ça soit toujours très fonctionnel.
J'ai été agressée une fois, mais ce n'était pas une situation "extrème" (enfin peu importe... Rolling Eyes ) et j'ai eu assez peu à me défendre pour me défaire de ce mauvais pas. Maintenant, qu'est-ce que j'aurais fait si ça avait craint plus que ça ? Et si une personne qui m'est chère était dans un mauvais pas de ce genre ? Si je suis en mesure d'intervenir ? Qu'est-ce que je fais ?...
Ben je sais pas... Ce n'est peut-être pas "lumineux" de ton point de vue, mais honnêtement : je ne sais pas ce que je ferais, si je suis placée dans une situation où c'est ou "lui" ou moi/quelqu'un que j'aime...
Mais je ne suis pas persuadée que dire à un agresseur qu'il est mon frère et que ne nous faisons qu'Un se montrera la solution la plus optimale... hummm je veux bien que tu testes avant moi, pour voir... Wink

Parce que même s'il y a du bonheur dans le monde... il y a aussi des tas de trucs qui ne tournent pas rond. Et si tu regardes les exemples que tu prends, se sont des exemples de "proximité", facile à prendre... Alors oui, ils existent... mais ça ne change rien à la réalité de l'état du monde.
Et pour moi, la spiritualité c'est une manière d'être "meilleure" ou plus "aimante" en moi-même pour le monde, être plus "lucide" sur moi-même, les autres, et le monde... Pas de me construire un joli monde de Bisounours pour y exercer la méthode Coué. Et si ça doit parfois être "désagréable", et bien soit, ça le sera pas...
Après, je veux bien que le fait de se changer soi-même change le monde... et je suis d'accord avec ça (comme avec beaucoup de choses que tu dis, en fait, mais je ne réponds que sur qui me donne à répondre) cependant... nous sommes encore bien loin d'une "masse critique" qui ferait peser la balance. Peut-être que nous y arriveront, peut-être, je voudrais bien voir ce que ça donne... mais en attendant, il faut faire avec ce qu'on a...
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Immateriel le Lun 4 Mar 2013 - 23:41

Jésus a dit que si quelqu'un te frappe sur une joue, tend lui l'autre joue. La violence n'a jamais rien résolu, Bouddha a également dit : si on répond à la haine par la haine, quand est-ce que la haine finira ?

Le fait est qu'une part de nous-même, le mental cérébral/corporel, "pense" encore dans la dualité, dans l'animalité, qui par nature, par instinct, se défend lorsqu'on l'agresse. Je le comprend, et de ce point de vue là, lorsque quelqu'un raisonne avec ce mental là, il a tout à fait raison lorsqu'il dit qu'il ne pourrait pas s'empêcher de se défendre.

Mais ce que voulait signifier Jésus en disant cela, c'est que l'on surpasse l'animalité, l'instinct, on se rapproche de Dieu lorsqu'on fait confiance et qu'on se remplit d'une force qui nous permet d'endurer ce que d'autres n'auraient pas pu endurer. C'est face à cette force que la violence, la guerre, pliera, et pas face à une force brute, qui répond à la violence par la violence. Cette force c'est l'Amour.

Jésus disait aussi : aimer ses proches, ses amis, est chose facile, cela n'importe qui en est capable, même le plus mauvais d'entre nous. Ce qui est vertueux, c'est d'aimer ses ennemis comme ses amis.

A cela, également, le mental cérébral/corporel répondra que c'est impossible, qu'il ne peut pas aimer un méchant qui vient l'agresser comme il aime son père ou sa mère, ou son enfant. Mais encore une fois, dépasser le cadre du monde de la dualité, rejoindre l'Absolu, Dieu, l'Unité, c'est surpasser ces limites qui n'existent que pour ce mental cérébral, parce qu'il est dans le corps, il est dans le cerveau, il n'est pas dans l'esprit.
avatar
Immateriel

Messages : 111
Date d'inscription : 14/02/2013
Masculin Age : 38

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Chimère le Mar 5 Mar 2013 - 8:54

Encore une fois, je n'ai pas dit que tu avais tort... et dans "l'absolu", ce sont des choses très justes et très belles. Et je suis d'accord avec le fait que la haine n'engendre que la haine, et que seul l'Amour est la réponse...
Maintenant, est-ce que c'est toujours applicables dans les faits ? Est-ce qu'on peut, au non de l'Amour, laisser des choses horribles se produire sans rien faire pour ne pas être dans la "dualité" ? Jésus n'a-t-il pas chasser les marchands du temple à coups de fouet ?
Je pense que ce sont des questions compliquées, et qu'on ne peut pas dire ce que l'on peut supporter et accepter dans des situations "extrèmes" (parce qu'il faut bien avouer qu'en tant qu'occidentaux, que français, nous sommes des privilégiés, des nantis, par rapport à la majorité de nos semblables... la preuve, nous avons le temps de palabrer sur internet, et n'avons pas besoin de lutter chaque jour pour notre survie). Il ne s'agit pas de "haïr pour haïr" ou de répandre la haine ou la vengeance... mais c'est bien beau les belles théories qui lavent plus blanc que blanc, mais à un moment, je pense qu'il faut essayer d'être lucide sur soi-même et le monde qui nous entoure... Et pour ma part, je pense que c'est facile de dire de dire "Si on m'agresse ? Oh bah pas de souci, je me laisse faire en disant à mes agresseurs que je les aime en souriant... et puis je les laisse violer ma femme et ma fille tout aussi gentiment" quand on ne s'est pas retrouvé effectivement dans une situation "extrème"...

Bon, on est totalement sortis du sujet, mais c'est pas grave...
avatar
Chimère

Messages : 325
Date d'inscription : 25/07/2012
Féminin Age : 34
Localisation : Dijon

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par lounaaa le Mar 5 Mar 2013 - 13:28

Je suis assez d'accord avec toi Chimère, à un moment donné, dans la prison qu'est la matière, l'Amour ne résoud pas tout. C'est un peu ce qui m'habite particulièrement en ce moment, avec des pulsions pour changer le monde sans savoir comment vraiment le faire. Sans prétendre être arrivée à quoi que ce soit, j'ai develloppé assez d'amour en moi, aujourd'hui, pour accepter ma vie, moi même, m'aimer et aimer les autres le plus inconditionnellement possible, même si parfois cela est bien difficile. Maintenant que je me sens en paix, que la sérénité habite mon coeur, je ne peux me "reposer" sur mes lauriers et envoyer de l'amour à mes semblables en éspérant que cela changera le monde. Même si je suis pour l'introspection, la tolérance, la compassion, et tout ces grand principes qui ferait de ce monde un Eden, je suis tout aussi partisanne de l'action.
L'exemple de l'agression image très bien ceci : Si on m'agresse, oui, je me défendrais, si je peux tuer l'autre, je le ferais même par légitime défense. L'amour intervient, après l'agression si je n'ai pu y faire face, à ce moment où toute mon essence tremble de cet acte comme un caillou qui tombe dans l'eau : je dois par la suite être en paix avec ça, retrouver le calme de mon lac, et laisser le cailloux tomber au lieu d'en maintenir les ricochets.

Les phrases de Bouddha et Jésus raisonnent beaucoup en moi, et je sais bien qu'il faut rompre le cercle de la haine. Mais le monde n'est pas, à ce jour, apte à se suffir de ça. Si dans une situation proche, je peux tenter de transformé au mieux ce que j'estime négatif, je crois en revanche à l'équilibre, et que quand quelqu'un tire la corde d'un coté, un autre la tire de l'autre, sans quoi, ce qui est posé dessus se casserait la figure. Le Lion qui se régale d'une antilope n'est pas cruel, va l'expliquer au reste du troupeau...
Oui, pour moi, le "mal" doit exister, parce qu'il n'existe rien d'autre que le tout. Le bien est un revers de la médaille, le mal l'autre.
Au niveau individuel, bien sur que j'estime que le meilleur chemin de la conscience est celui de l'Amour, mais je n'entre pas dans la catégorie de ce qui croient à ce que j'appelle moi même une utopie.
Dans la cohérence de nos propres mots, le tueur a la même raison de vivre que nous même, je ne comprends pas, du coup, sans juger les gens, on peut croire qu'un seul chemin est le bon pour l'ensemble du tout? Rolling Eyes

Pour en revenir au sujet initial de l'Art, et bien en effet, pour moi une oeuvre réussit est une oeuvre qui parle. Peut importe ce qu'elle fait vibré, c'est le principe même de l'art pour moi que la vibration, consciente dans u premier temps, et surtout inconsciente. Si je me réfère comme toi à un film, "irreversible" est une oeuvre noire, douloureuse, atroce. Je haie ce film et pourtant, il est pour moi une oeuvre très réussie.
avatar
lounaaa

Messages : 682
Date d'inscription : 18/04/2012
Féminin Age : 33
Localisation : trop souvent la lune

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art, une voie de connaissance ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum