Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par ananie le Mer 20 Mar 2013 - 16:55

Je ne savais pas trop où mettre ce sujet.
J'aurai pu le mettre dans une rubrique sur la spiritualité, mais en fait ce dont je parle est très lié au conditionnement psychologique, alors j'ai mis ça là.



Nous avons tous ou presque tous, nous occidentaux, des ancêtres qui avaient une vision complètement faussée du christianisme.
Une vision avec un ensemble de règles morales : "ça c'est bien, ça c'est pas bien", "si tu fais ça tu iras au paradis, si tu fais ça tu iras en enfer".
Une vision avec un Dieu extérieur qui juge ou récompense.

Mais cette vision n'est absolument pas celle transmise dans les enseignements chrétiens (Voir notamment le sujet sur le bien et le mal), c'est celle de nos parents, grands parents, arrières grands parents, qui n'ont pratiqué cette religion que par convention sociale, mais sans en comprendre le sens et en réinterprétant les choses à leur sauce, sans aller chercher dans les enseignements et la pratique chrétienne qui leur aurait donné une vision bien plus juste, profonde, et miséricordieuse.


Cette vision des choses, elle fait partie de nous, même si nous n'avons reçu aucune éducation religieuse (c'est mon cas et j'ai eu à purifier ce genre de conditionnements), car elle se transmet et fait partie de l'inconscient collectif des occidentaux.
Et elle s'exprime, même si nous rejetons le christianisme et avons une autre voie spirituelle.

Je vois par exemple beaucoup de bouddhistes occidentaux qui n'ont pas fait ce travail intérieur par rapport aux conditionnements de leurs ancêtres, qui rejettent totalement l'idée d'un Dieu qui punit et récompense (ce qui est en contradiction avec l'enseignement chrétien), mais qui transposent cela, avec les sentiments de culpabilité qui vont avec, sur la loi du karma : "si je fais les choses bien j'aurai un bon karma et je serais récompensé ; si je fais les choses mal j'aurai un mauvais karma et je serais punit".
Mais la loi du karma est un principe naturel, et elle se passe en nous, ce n'est pas un système de punition et de rétribution (on pourrait dire la même chose au sujet des conséquences négatives d'une mauvaise éthique dans les enseignements chrétiens).

Tant que l'on a pas purifié ces conditionnements, même si on choisit une voie toute autre que la voie chrétienne, cela va se transposer sur la voie que l'on suit.

J'ai lu il y a quelques temps l'interview d'un psychiatre français qui a été formé par les chamans du Pérou.
Il explique que beaucoup d'occidentaux viennent le voir et sont dans un rejet de leur culture chrétienne. Mais quand ils sont en transe, au lieu de voir des symboles de la culture péruvienne, ils voient tous des Christs, des Vierges Marie... parce que cela imprègne leur inconscient.

Et ce psychiatre chaman expliquait que ce rejet de leur culture était assez dommage puisque ces personnes n'avaient plus les codes et la compréhension pour comprendre leurs visions et leur propre inconscient.


Dernière édition par ananie le Mer 20 Mar 2013 - 17:10, édité 5 fois

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par ananie le Mer 20 Mar 2013 - 17:05

Je précise que je ne dis en aucun cas qu'il faut être chrétien.

Je crois que chacun a une voie appropriée qui lui correspondra plus qu'une autre.
Pour certains ce sera la voie chrétienne la meilleure, pour d'autres le bouddhisme, pour d'autres un mélange...etc.

Ce que je dis c'est qu'il faut se libérer de ces conditionnements.

Mais cette purification ne peut pas se faire en rejetant toutes les idées chrétiennes.

Un tel rejet est justement l'expression même de ce conditionnement.

Souvent on rejette la notion de Dieu, ou du bien et mal, justement parce que cela éveille en nous de vieilles colères, des culpabilités, des peurs d'être jugé inconscientes.

Et je crois qu'il faut regarder cela, toutes les émotions qui s'éveillent en nous lorsque l'on entend parler de christianisme, et les purifier. Sinon ces émotions se transposeront dans notre cheminement spirituel, et nous limiterons dans notre évolution.

Cette purification nous permettra de nous réconcilier avec notre culture qui imprègne notre inconscient et donc avec nous mêmes.

Et cela nous permettra de pratiquer ensuite une spiritualité, quelle qu'elle soit, sans être pollués par ces vieux conditionnements de nos ancêtres.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par ananie le Mer 20 Mar 2013 - 17:13

Un autre exemple de conditionnement : la croyance que les chrétiens enseignent que Dieu est extérieur à nous.

Mais il n'y a rien de plus faux.

Voici quelques citations des docteurs de l'église que j'avais déjà mises ailleurs, mais qui ont bien leur place dans ce sujet.
Les docteurs de l'église sont les fondateurs et dépositaires de la théologie catholique, les plus reconnus dans l'église. Leurs enseignements sont vraiment LA référence.
Mais on retrouvera de telles idées dans tous les enseignements chrétiens.

« Jonas a crié du ventre de la baleine, non seulement du fond de la mer mais des entrailles d'un monstre ; ni la masse de la bête, ni les flots de la mer n'ont empêché sa prière d'atteindre Dieu. Elle a tout traversé, elle a brisé toutes les barrières, pour parvenir aux oreilles de Dieu. Pouvons-nous même dire qu'elle a brisé des barrières, puisque l'oreille de Dieu était dans le cœur du suppliant. ». (Saint Augustin).

« Bien tard je t'ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t'ai aimée !
Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c'est là que je te cherchais, et sur la grâce de ces choses que tu as faites, pauvre disgracié, je me ruais !
Tu étais avec moi et je n'étais pas avec toi ; elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant, si elles n'existaient pas en toi, n'existeraient pas ! » (Saint Augustin).

"Si, en effet, nous sommes le temple de Dieu, et si l'Esprit de Dieu habite en nous, ce que chaque fidèle porte en son âme a plus de valeur que ce que l'on admire au ciel". (Saint Léon le Grand).

« Dieu demeure en nous. Nous reconnaissons que nous demeurons en lui et qu’il demeure en nous à ce qu’il nous a donné de son Esprit. Et Dieu, le Père, étant en nous, le Fils est aussi en nous puisqu’il dit : " Nous viendrons, le Père et moi, et nous ferons en lui notre demeure. " ». (Saint Athanase d'Alexandrie).

« Dieu, au-dedans et au-dehors, est toujours présent à l'origine des créatures, qu'il est à la fois transcendant et immanent, c'est-à-dire répandu autour de toutes choses et en elles. (…) infini qu'il est, il n'est rien dont il soit absent et rien non plus qui ne soit en lui, qui est infini. (...) Aucun lieu n'est privé de Dieu; il n'en est aucun qui ne soit en lui. Il est aux cieux, il est dans les enfers, il est par-delà les mers. Au-dedans il habite, il déborde par dehors. Ainsi tout en possédant, il est aussi possédé ; il n'est enfermé dans rien, mais il n'est rien où il ne soit" » (Saint Hilaire de Poitiers).

« Aussi longtemps donc qu'une chose possède l'être, il est nécessaire que Dieu lui soit présent, et cela selon la manière dont elle possède l'être. Or, l'être est en chaque chose ce qu'il y a de plus intime et qui pénètre au plus profond, puisque à l'égard de tout ce qui est en elle il est actualisateur, nous l'avons montré. Aussi faut-il que Dieu soit en toutes choses, à leur intime. » (Saint Thomas d'Aquin).

« Je sais par expérience ‘Que le Royaume de Dieu est au-dedans de nous.’ Jésus n’a point besoin de livres ni de docteurs, il enseigne sans bruit de paroles… Jamais je ne l’ai entendu parler, mais je sens qu’Il est en moi, à chaque instant, Il me guide et m’inspire ce que je dois dire ou faire » (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus).

« Ce soleil resplendissant (elle parle de Dieu) qui se trouve au centre de l'âme ne perd ni son éclat ni sa beauté ; il est toujours au dedans de l'âme, et rien ne peut lui ravir sa magnificence. » (Sainte Thérèse d'Avila).

« Le centre le plus profond de l'âme, c'est Dieu » (Saint Jean de la Croix).

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par Marie le Lun 25 Mar 2013 - 11:37

Je trouve ce sujet capital en ce qui me concerne. Comme je le disais ailleurs, je suis plusieurs chemins que je trouve compatibles mais cette culpabilité apprise et projetée me freine. Pas le temps d'aller plus loin pour l'instant. Merci pour le sujet.
avatar
Marie

Messages : 1121
Date d'inscription : 07/11/2011
Féminin Age : 55
Localisation : Nord Isère

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par ananie le Lun 25 Mar 2013 - 16:21

Je crois qu'il est important de se défaire de ces conditionnements.
En creusant en soi pour les découvrir, les mettre à jour, et faire sortir les émotions associées.

Et ensuite, si l'on est dans une voie chrétienne, je crois qu'il est intéressant de lire des auteurs chrétiens contemporains (parce que beaucoup plus faciles à lire que les auteurs anciens qui ont un vocabulaire particulier) qui vont redonner une juste vision des choses par rapport à la tradition chrétienne.

Il y en a 3 que je trouve excellents pour ma part :

- Jean Yves Leloup qui présente la tradition orthodoxe mais connait bien aussi la catholique parce que c'est un ancien dominicain.

- Charles Rafael Payeur qui est catholique (faisant partie d'une église dissidente de l'église romaine), mais beaucoup plus sur le versant hermétisme, ésotérisme, kabbale.
Avec des interprétations bibliques en revenant à vrai sens du texte hébreu originel qui sont de toute beauté.
Pour ceux que ça intéresse il est aussi très branché travail sur soi par la visualisation.
Il a également beaucoup travaillé sur l'énergie des pierres, des encens, des couleurs...etc.

- Et Anselm Grün qui est un moine bénédictin qui est aussi thérapeute et très enraciné dans le monde contemporain puisque c'est lui qui gère les finances de son monastère. C'est donc aussi en quelque sorte un homme d'affaire même s'il ne dépense presque rien pour lui même, sauf pour s'acheter de temps en temps un capuccino sur la route quand il va donner des conférences.
Ce dernier parle aussi bien aux chrétiens qu'aux non croyants car il a un langage qui résonne chez un large public, et parce qu'il comprend très bien les problèmes de notre vie contemporaine.


Dernière édition par ananie le Lun 25 Mar 2013 - 16:27, édité 1 fois

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par Jean-Yves le Mar 26 Mar 2013 - 8:41

Marie a écrit:Je trouve ce sujet capital en ce qui me concerne. Comme je le disais ailleurs, je suis plusieurs chemins que je trouve compatibles mais cette culpabilité apprise et projetée me freine. Pas le temps d'aller plus loin pour l'instant. Merci pour le sujet.

Bonjour

Voici ce que ceci m'inspire... Smile

Oui je crois que l'on a tous (ou presque... et encore ?) des images comme ceci, des conditionnements issues de notre enfance. Ainsi selon le milieu dans lequel on a grandi, on a reçu certains "types" de conditionnements, d'une part, à travers l'éducation qu'on a reçu, mais aussi, ("surtout" je pense), à travers les images véhiculées par la présence de nos parents ou des personnes qui nous ont servies de référence à cette époque-là.

Déjà, avoir le recul par rapport à ces marques (traumatismes-conditionnements), est super, car cela signifie que l'on est sorti de cette identification à "elles" ; c'est-à-dire qu'à ce stade, on n'est plus la personne qui culpabilise, mais celle qui a conscience que l'on a été marqué par des notions de culpabilité... De là à dire que ces "marques" nous freinent et nous empêchent de progresser, je ne pense pas...

Toujours est-il que de mon point de vue, il n'y a rien "à faire" avec elles ; elles sont vues, elles sont là... et elle apparaissent comme une sorte de blessure, une "trace" laissée par la vie et on ne peut rien faire pour les enlever. Car la processus de guérison, de dépassement de leur réalité est un peu comme la guérison d'un blessure, il se fait de lui-même mais il n'est pas "notre" action. (de la même façon que "ce n'est pas nous" qui guérissons la blessure lorsque nous nous sommes coupés par exemple)

sunny
avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par Jean-Yves le Mar 26 Mar 2013 - 8:58

Oui, un petit complément par rapport à ce que je disais ci-dessus...

Comprendre que ce n'est pas "nous" qui activons le mécanisme de guérison me semble important (bien que cette compréhension est sans doute liée à une prise de conscience), car alors, dans cette compréhension, on reste immobile à l'intérieur de soi (dans le sens "on ne fait rien pour guérir") ce qui revient à dire qu'on "lâche"...

sunny
avatar
Jean-Yves

Messages : 367
Date d'inscription : 08/05/2012
Masculin Age : 57
Localisation : Var

http://spi.laique.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par ananie le Dim 28 Juil 2013 - 16:12

Le soucis à mon sens, par rapport à la méconnaissance du catholicisme, c'est que beaucoup de catholiques, notamment en France, sont catholiques par tradition familiale et non par conviction personnelle.

Du coup il n'y en a pas beaucoup qui approfondissent et connaissent vraiment leur religion. Ils restent dans l'aspect extérieur : se faire baptiser, et aller à la messe. ça en reste là.

Mais cette façon de faire est très éloignée de l'enseignement des chrétiens (catholiques et autres).

Et malheureusement, c'est cette vision très superficielle qui est connue du grand public.
Mais ce n'est pas du tout représentatif de l'enseignement chrétien.


Il y a moins ce problème là avec les pratiquants bouddhistes ou hindouistes en France, parce que les gens pratiquent ces traditions par véritable conviction (je parle ici des personnes qui vont vraiment dans des centres bouddhistes ou des ashrams, pas de ceux qui ont lu quelques livres) et non pour perpétuer une tradition familiale (parce que cela ne fait pas partie de leur tradition). Du coup, ils ont plus souvent une compréhension profonde et une vraie pratique de leurs traditions spirituelles.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les conditionnements du catholisisme de nos grands parents

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum