Se mettre à la place des autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Se mettre à la place des autres

Message par ananie le Mar 10 Jan 2012 - 20:22

Pour pratiquer une juste éthique, développer de l'amour et de la compassion pour les autres, ainsi que les aider au mieux, il est à mon avis essentiel et même absolument nécessaire de savoir se mettre à leur place.

En se mettant à la place des autres, on développe de l'empathie, on les comprends, on sait comment ils fonctionnent, où ils en sont et comment il faut leur parler pour être entendu.

Se mettre à la place des autres, c'est s'imaginer dans leur situation.
"Si j'étais un des membres de ce forum et que j'étais en train de lire ce que j'écris maintenant, comment est ce que je pourrais le prendre ? Qu'est ce que ça me ferait de lire cela ?" ... "Maintenant que j'imagine cela, dois je changer quelque chose dans ce post pour être mieux compris et pour respecter autant que possible la sensibilité de chacun ?".

Se mettre à la place de l'autre c'est s'imaginer dans sa situation, ses conditions extérieures, mais aussi avec sa psychologie à lui.
Et pour se mettre dans sa peau, il faut reconnaitre que nous avons aussi en nous une part des défauts et des qualités qu'il a en lui. Sinon nous ne pourrons pas contacter en nous ces défauts et qualités pour nous imprégner de son état intérieur.

Lorsqu'il nous est impossible d'éprouver de la compassion pour quelqu'un c'est souvent parce que nous refusons de reconnaitre que nous portons en nous (même de manière minime), les défauts qu'il porte en excès.
Et reconnaitre un défaut en nous, ce n'est pas simplement dire "je peux être orgueilleux" par exemple. Mais c'est reconnaitre en soi, la tendance à l'orgueil, la voir à chaque instant, très clairement, et savoir que suivant les circonstances, il serait possible qu'elle se manifeste.

Pour moi, il n'y a pas d'amour véritable possible tant que l'on ne peut pas se mettre à la place de l'autre.

C'est pourquoi les bouddhistes tibétains par exemple conseillent de s'imaginer régulièrement à la place des personnes avec qui nous entrons en contact.

Souvent on cherche à aider les gens en nous plaçant de notre propre point de vue, et généralement cela ne donne pas grand chose.
En fait, je crois que l'on ne peut répondre à quelqu'un de manière juste et appropriée que si l'on se met à sa place et que l'on s'extrait de soi-même.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Greenman le Mar 10 Jan 2012 - 21:20

Excellent, Ananie ! Merveilleux post. Essentiel. J adore pratiquer ca et tous mes modestes progres, ou presque, sont dus a cette attitude.

Je me mets a ta place... Hum... Moi, Ananie, j aimerais bien avoir un exemple pour illustrer mon propos... Ce sacripan de greenman est absent et il adorait les exemples et ne jurait que par ca... Hummm.. Fouillons notre memoire... Very Happy
Ah je me souviens d une anecdote authentique :

Beaucoup d entre vous connaissent le grand saint hindou du 19 em siecle, Sri Ramakrishna.
Il a rapporte un jour cette histoire arrivée avant sa Realisation finale de Dieu.
Un jour, un couple est venu a lui, en sanglots lourds car ils venaient de perdre leur
enfant. Ramakrishna les consola longuement, en les exhortant a la sagesse du Vedanta. Cette consolation fut efficace mais quelque peu insuffisante.
Quelques jours plus tard, un jeune ami auquel il etait passablement attaché décéda. Ramakrishna, fort de sa tres grande connaissance esoterique, se consola immediatement et se mit a vouloir consoler aussi son entourage. Soudain, Ramakrishna sentit que son propre Soi divin lui retirait brusquement toute sa connaissance occulte, il se retrouva en homme commun et fut pris de sanglots terribles tellement le deces de son jeune ami le toucha. Il subit les affres du deuil avec tout son entourage.
Puis, tres peu de temps apres, il retrouva tout son etat transcendant et ne ressentit plus aucune emotion. Ramakrishna aimait raconter cette histoire en disant que la mere divine lui avait montre par là l importance essentielle de savoir se mettre totalement a la place des autres. Ce fut une de ses dernieres experiences avant sa realisation definitive.

Voila, je suppose que greenman aurait aime raconter une histoire comme ca. clown Very Happy clown Very Happy

Bonsoir a tous.
Ananie.
Very Happy Very Happy Very Happy


Dernière édition par air le Mar 10 Jan 2012 - 22:26, édité 1 fois (Raison : Suppression de lignes vides en fin de post)
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par air le Mar 10 Jan 2012 - 22:26

Oui, très beau post ananie Sage

ananie a écrit:En fait, je crois que l'on ne peut répondre à quelqu'un de manière juste et appropriée que si l'on se met à sa place et que l'on s'extrait de soi-même.
Et selon moi, se mettre parfaitement à la place de l'autre est une capacité que seuls possèdent les maîtres réalisés et qui leur permet justement d'avoir toujours la parole la plus juste selon la personne à laquelle ils s'adressent.

Pour toute autre personne, il s'agira de faire de son mieux, mais jamais nous ne pourrons nous mettre parfaitement à la place d'autrui et avoir un discours parfaitement adapté. Il faut l'accepter et l'admettre humblement tout en tâchant de faire de son mieux.


Dernière édition par air le Mar 10 Jan 2012 - 22:51, édité 1 fois
avatar
air
Modérateur

Messages : 2585
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 48
Localisation : Voie Lactée...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Greenman le Mar 10 Jan 2012 - 22:37

Exactement, air, bien d accord, et la pratique le montre immediatement d ailleurs.
Mais avoir la posture latente de chercher a se mettre a la place d autrui permet le developpement d une compassion, et nous pousse a presque toujours reagir, ou agir, alors que sans cette posture, on finit par s eduquer a l indifference, a ne pas soulager autrui, et a reagir froidement vis a vis de quelqu un qui est dans l erreur et qui meriterait juste un peu de compassion pour s adoucir lui meme...

I love you


_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par ananie le Mer 11 Jan 2012 - 7:33

Merci pour l'histoire Greenman.

Air a écrit:Et selon moi, se mettre parfaitement à la place de l'autre est une capacité que seuls possèdent les maîtres réalisés et qui leur permet justement d'avoir toujours la parole la plus juste selon la personne à laquelle ils s'adressent.
Oui, je suis d'accord.
Mon post invitait à une pratique, à un entrainement constant. Exercer parfaitement cette vertu est, comme tu le dis, impossible. Il faudrait effectivement une pleine réalisation.
Et cela est également vrai de toutes les vertus je crois.

Greenman a écrit:Mais avoir la posture latente de chercher a se mettre a la place d autrui permet le developpement d une compassion, et nous pousse a presque toujours reagir, ou agir, alors que sans cette posture, on finit par s eduquer a l indifference, a ne pas soulager autrui, et a reagir froidement vis a vis de quelqu un qui est dans l erreur et qui meriterait juste un peu de compassion pour s adoucir lui meme...
Complètement d'accord également.

J'ajouterai juste une chose : pour savoir ce qui serait bon pour l'autre, il faut avoir compris, ce qui est véritablement bon pour nous.

Et ça, ce n'est pas du tout une mince affaire je trouve.

Ainsi ce n'est pas toujours la douceur qui est bonne pour nous : parfois c'est qu'on nous rentre dedans pour nous dire qu'on s'égare, parfois c'est qu'on nous dise "là, ce que tu me fais me blesse".
Ce sont des choses désagréables, mais cela ne veut pas dire qu'elles ne sont pas bonnes pour nous.
Elles aussi nous font grandir.
Ainsi je crois qu'il s'agit aussi de reconnaitre tous les moments de notre vie où quelqu'un a agit de manière désagréable, mais juste, avec nous, et où cela nous a été bénéfique.

Je ne parle pas ici de savoir retourner un mal qu'on nous a fait en bien.
Je parle d'un bien qu'on nous a fait, avec une intention d'amour (vraiment pour notre bien), qui nous a été bénéfique par la suite, mais qui sur le coup a été désagréable.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Sophie le Mer 11 Jan 2012 - 11:06

Le risque de cela, je crois, est de s'oublier soi-même.
En cela je rejoins ce que tu dis Ananie, quand tu dis qu'il faut d'abord savoir ce qui est bon pour soi.
Mais ça va plus loin pour moi, ça nécessite de bien se connaître, mais aussi d'avoir appris à se respecter, et à ne pas se sacrifier.

Parce que si l'on porte en soi une tendance au sacrifice, ou à l'abnégation mais dans un sens disons "négatif" (c'est à dire ne pas se respecter soi pour essayer de mieux respecter l'autre - ce qui est une illusion d'ailleurs mais bon bref...), alors quand on se met à la place de l'autre, on va se donner encore plus de "bâtons pour se battre soi-même", c'est à dire encore plus d'informations et d'éléments que notre ego conditionné va utiliser pour nous faire nous sacrifier pour l'autre, au détriment de notre propre vérité intérieure.

Autre point : il me semble que quand on cherche à se mettre à la place de l'autre, il faut faire attention aux projections possibles.

Parce que même si l'on connait bien quelqu'un, ou qu'on croit bien le connaître, on n'est pas en lui, donc on ne sait pas au fond comment il va réagir, comment il va recevoir ce qu'on lui dit ou ce que l'on fait.

Toute perception des autres est toujours - du moins jusqu'au point où l'on "perçoit" directement sans filtre, ce qui est le cas des êtres réalisés seulement - un mélange de réalité (compréhension de la réalité de l'autre) et de supposition et d'interprétation de sa réalité (et cette interprétation se fait par le filtre de sa propre réalité à soi).

Lorsqu'il m'arrive d'essayer de me mettre à la place de l'autre, j'essaye de le faire en ne m'appuyant que sur ce que la personne a pu me dire, elle-même, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle vit.
Et parfois cela n'est pas suffisant pour pouvoir se mettre à sa place, dans ces cas-là je préfère laisser, et ne plus chercher à me mettre à sa place.
Car le faire sur la base de suppositions pour "combler les blancs d'information" me semble plus nocif au final que de rester à ma propre place et depuis là, d'être la plus authentique possible, en ne prétendant pas comprendre l'autre, mais au moins en véhiculant de l'authenticité, et du respect, vis à vis de moi, en laissant l'autre le soin de faire et dire ce qu'il a à faire et dire à ce moment-là.

Il faut avoir un centrage fort pour se mettre à la place de l'autre de façon saine, sans quoi je crois que l'on peut simplement perdre toute objectivité, et au final s'être perdu soi-même sans avoir rien apporté à l'autre non plus.

NB : il se peut aussi - et j'en suis fort consciente - que ton post Ananie touche à quelque chose qui je crois chez les femmes est peut-être plus sensible que chez les hommes dans le conditionnement sexué de notre société.
On apprend presque "instinctivement" aux femmes, depuis l'enfance, à penser aux autres toujours avant elles.
Alors, brut de décoffrage comme je le pense là, en toute sincérité en tant que femme aujourd'hui, si l'on me dit de me mettre à la place de l'autre, j'ai surtout envie de dire que je préfèrerais que chacun soit à sa propre place, c'est à dire en lui-même, et apprenne à exprimer sa propre vérité intérieure, de façon claire et franche.


Par ailleurs, il me semble que quand il y a toujours quelqu'un pour "se mettre à notre place", même si ça peut faire du bien sur le moment, soulager, donner le sentiment d'être entendu etc... ça peut empêcher pour le coup de trouver cette énergie d'affirmation qui consiste à dire : bon ben voilà, je vis ça, je me sens comme ça, j'accepte cela, mais pas cela etc...



Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par ananie le Mer 11 Jan 2012 - 11:54

Maïna a écrit:En cela je rejoins ce que tu dis Ananie, quand tu dis qu'il faut d'abord savoir ce qui est bon pour soi.
Mais ça va plus loin pour moi, ça nécessite de bien se connaître, mais aussi d'avoir appris à se respecter, et à ne pas se sacrifier.
Oui il est important d'ajouter cette précision.

Je parlais un peu de cela en disant qu'il fallait savoir ce qui est vraiment bon.
Ainsi quelqu'un qui se sacrifie pour nous alors qu'on lui nuit ne nous aide pas du tout. Bien au contraire. C'est en nous disant "stop" qu'il va nous aider à nous remettre en question et à évoluer pour notre plus grand bien.

Maina a écrit:Il faut avoir un centrage fort pour se mettre à la place de l'autre de façon saine, sans quoi je crois que l'on peut simplement perdre toute objectivité, et au final s'être perdu soi-même sans avoir rien apporté à l'autre non plus.
Oui !
Quelque part dans mon utilisation des mots, "se mettre à la place de l'autre de manière non saine", ce n'est pas se mettre à la place de l'autre.
Car se mettre à la place de l'autre c'est vraiment agir pour son bien.
Or quand on se met à la place de l'autre de manière non saine, si on regarde bien en soi, on constate qu'on ne le fait pas pour l'autre. On ne le fait pas pour aider l'autre à être plus heureux. On le fait pour être agréable à l'autre afin qu'il nous reconnaisse et nous aime. C'est à dire qu'on le fait pour nous, et pas par amour de nous mêmes, mais par désir de valoriser l'image que nous avons de nous-mêmes, c'est à dire pour nourir notre égo. Et c'est ça qui change tout.

Quand on agit vraiment pour le bien de l'autre, on agit nécessairement pour le sien aussi. Cela ne peut pas s'opposer en réalité. On alors c'est que l'on confond la notion de bien avec autre chose (avec la notion d'agréable par exemple) ou celle d'amour avec autre chose (avec la notion de valorisation).

Maître Eckart dit (je ne sais pas si c'est la sitation mots pour mots): "Si un bien annule un autre bien, c'est que ce premier bien ne vient pas de Dieu".

Un véritable sacrifice, pour le bien de l'autre, sert aussi celui qui se "sacrifie".
Il agit par véritable amour et est heureux d'agir ainsi. il n'a pas l'impression de se sacrifier.
Il y a tout un passage du livre "Faucon Hurlant" qui explique le sacrifice de Jésus un peu en ce sens.

En fait je ne crois pas que l'on soit en désaccord, c'est juste que l'on n'a pas la même définition de "se mettre à la place de l'autre".

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Sophie le Mer 11 Jan 2012 - 12:46

Je ne crois pas non plus qu'on soit en désaccord, je crois que c'est une histoire de mots effectivement, et aussi je voulais simplement "ajouter" mon ressenti personnel (et non contrer ce que tu avais écrit).

Je veux ajouter aussi autre chose : c'est que pour moi, il est aussi très important et très aidant pour les autres, comme pour soi, d'apprendre surtout à poser des questions.
Je veux dire qu'une personne qu'on cherche à aider par exemple, il est parfois mille fois plus utile de lui demander "est-ce que tu te sens comme cela ? qu'est-ce qui se passe en toi ?"
Parce que ça produit plein de choses dans le même temps : la prise de conscience et de responsabilité de la personne par rapport à son ressenti et son vécu intérieur, d'où découle la connaissance d'elle-même ; une satisfaction d'avoir elle-même répondu à sa propre question, ce qui la nourrit d'une "fierté" mais dans un sens non-egotique ; cela lui montre aussi que c'est à elle d'exprimer ce qu'elle a à dire, et de reconnaître ce qu'elle vit intérieurement, et que c'est ça le plus important pour être soi-même et serein intérieurement.

Et c'est aussi ramener l'énergie à l'intérieur d'elle, donc la renforcer finalement, non par les conseils qu'on lui donne ou quoi que ce soit qui vienne de soi-même ou d'extérieur, mais par sa propre énergie et attention interne.

Je me sens très proche de la philosophie de Rosenberg qui a créé la Communication non violente.
Parce que c'est une approche d'écoute, et de faire émerger chez l'autre ce qu'il ressent, ce qu'il a à dire, lui-même, sans l'aide de personne, en lui offrant simplement une oreille très attentive et neutre.

Je crois qu'à chaque fois qu'on pose une question à quelqu'un, qui le ramène en lui-même, on l'aide bien plus que beaucoup de conseils ou toute autre attitude personnelle, à reprendre son autonomie et sa force intérieure, et à mettre en route son propre processus d'introspection, qu'il pourra ensuite faire par lui-même (les questions et les réponses en quelque sorte Very Happy).

J'aime bien quand j'ai une personne en face de moi, ressentir ce mystère de l'autre, et justement ne pas chercher à être à sa place, ou à savoir ce qu'il peut ressentir finalement, à essayer de le comprendre, mon mental essaye oui, mais quand je suis centrée, il y a juste ce calme mental, et l'écoute, la découverte de l'autre.

J'ai vécu un instant de grâce comme ça l'autre jour, avec mon compagnon, après une très forte dispute pourtant, où nos egos s'affrontaient, et où on essayait de parler, sans s'écouter, je me suis rendue compte que la seule chose que j'avais à lui offrir à cet instant, soudain c'était du silence, sans rien prendre de ce qu'il allait dire pour moi, l'écouter comme j'écouterais n'importe qui me parler de ce qu'il pense, ce qu'il veut, ce qu'il ressent, l'écouter sans a priori, en oubliant tout ce que je "sais" sur lui après deux ans de vie commune.

(Bon, mon obsidienne m'a bien aidée aussi à faire ça Very Happy)

J'ai résolument éteint la parole en moi, extérieure comme intérieure, par choix à cet instant-là.
Et j'ai seulement écouté.
Il a parlé longtemps, au début il a parlé d'émotions, ça sortait tout à trac, mais petit à petit, à force de parler, il s'est apaisé, et j'ai vu tout d'un coup quelque chose en lui se redresser, il s'est mis à parler sur un autre plan, plus "élevé", de sa vision de l'univers, de la vie, de la spiritualité.
L'instant d'avant j'avais en face de moi mon compagnon blessé par la dispute, l'instant d'après j'avais en face de moi son âme qui parlait à coeur ouvert, et plus que jamais à cet instant je savais que je devais me taire, parce que quand l'âme se dévoile pour parler librement, la seule réponse c'est le silence, et l'acceptation du mystère de l'autre.

De tout ce qu'il a dit, certaines choses je ne peux pas les comprendre car elles sont le résultat de son vécu, et même au niveau spirituel chacun finalement a son propre chemin intérieur, unique, et si je peux comprendre certaines choses intellectuellement, la vibration en moi n'est pas la même.
Mais par contre j'ai pu écouter, et j'ai eu la sensation de découvrir un être à part entière, au-delà de notre relation, et au-delà de ce qu emoi je pense, ressens, désire ou non.

A aucun moment je n'ai eu la sensation de me mettre à sa place, bien au contraire, j'étais totalement à la mienne, en moi, et lui parlait depuis son intériorité, pleinement en lui, et même si sur certaines choses je ne pouvais pas comprendre, ça n'avait aucune importance, parce que comme avec quelqu'un d'un autre pays dont on ne parle pas la langue, on peut l'écouter et ressentir les sonorités et la vibration, et seulement respecter, accepter, et n'émettre qu'un silence plein, et neutre.
Reconnaître que l'autre est, sans savoir ce qu'il est ou qui il est.


Sophie

Messages : 1834
Date d'inscription : 06/11/2011
Féminin Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Greenman le Mer 11 Jan 2012 - 13:01

Oui, superbe mise au point de vous 2 ;-))

Pour eviter les erreurs, je considere surtout les cas plus graves ou les choses sont "claires". Non pas que je n intervienne pas dans les autres cas, je le fais quand je peux, mais de facon plus light, en fonction aussi de l harmonie avec moi meme.
Je ne sais plus quel Sage disait qu il fallait privilegier les grandes souffrances car on n avait pas le temps de tout faire, et que si on s occupait d une myriade de petits soucis, on perdait le temps et l energie de s occuper des cas durs...

Tout ce que vous dites est relativement exact et tres mur, je rajouterais juste une derniere possibilite, relative a la transcendance divine. Il est difficile de juger les choses dans l absolu et quelqu un qui aurait aide autrui en se sacrifiant inconsiderement, en negligeant sa propre vie, de facon irrationnelle, n aura perdu quelque chose que dans un premier temps. Il aura en realite "amassé des tresors dans le ciel" (sic le Christ) qui lui vaudront soudainement une Grace divine qui effacera en lui, d un coup, toutes les erreurs d abnegation commises, avec nettoyage des problemes psychologiques concernés, et bien au dela...
La notion de sacrifice transcende donc l intellect. On doit d abord faire ce que vous dites, mais sans oublier que la Verite absolue n est pas "attrapable" et qu Elle s envole, tel un oiseau dans le ciel. Rien n est perdu, "en verite, chacun de vos cheveux est compté" disait Jesus.
Christ disait aussi : "quand vous soulagez quelqu un, en realite c est Mon Pere que vous avez soulagé". Enorme. Gigantesque. On croit lire une phrase, c est une encyclopedie infinie qui tient dans quelques mots...
Dans ces conditions, pourvu qu on soulage reellement la souffrance de quelqu un,
meme de facon interessee ou impure, rien n est perdu. Car Dieu, Lui, est au dela de tout.
Et comme tu le dis, Maina, les femmes ont ca en elles, et certains hommes aussi, et les sacrifices pour autrui sans tenir compte de soi, qui ont mal fini en apparence,
ne sont pas tombés dans le neant. Ces aides auraient pu etre faites autrement, comme tu le dis, oui, dans le respect de soi, et ca vaut bien mieux, mais rien n est perdu dans les autres cas... L infini continue son boulot... Le Seigneur accueille tout.
Je finis avec l histoire d une sainte de l antiquite hindoue. A ses disciples qui lui demandaient ce qu etait l amour, Elle ne repondit pas. Plus tard, elle passa au bord d une falaise tres haute au bas de laquelle Elle vit toute une famille de tigres mourrant de faim. Elle se precipita immediatement dans le vide.

Bisous et bonne journee !
I love you




























_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par ananie le Mer 11 Jan 2012 - 14:51

Ce que tu rajoutes Maïna est à mon avis essentiel pour compléter ce que j'avais écris dans ce post.

Et pour Greenman, il me semble que ce que tu dis du sacrifice je l'ai dis en moins bien et moins développé, mais j'avais un peu en tête ce que tu viens d'exprimer ci-dessus.
Ananie a écrit:Un véritable sacrifice, pour le bien de l'autre, sert aussi celui qui se "sacrifie".
Il agit par véritable amour et est heureux d'agir ainsi. il n'a pas l'impression de se sacrifier.

Merci à vous 2.

Sinon encore une chose : il n'y a pas que la compréhension intellectuelle qui permette de comprendre l'autre, il y a aussi l'empathie. Si on lâche son égocentrisme, on peut vraiment éprouver ce qu'éprouve l'autre.
Mais il faut vraiment mettre son égoisme de côté.
C'est même prouvé scientifiquement par les neurosciences maintenant : nous avons ce qu'ils appellent des "neurones miroirs" qui font une photocopie de l'état émotionnel de l'autre et nous le font ressentir.

Mais c'est vrai aussi qu'il faut prendre des précautions avec cela, parce que ça peut être polué par pleins de projections.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Greenman le Mer 11 Jan 2012 - 16:38

Oui, exactement, le coeur, l amour transcende l intellect, je le disais aussi indirectement, et Maina aussi, quand elle parle d ecoute silencieuse qui lui fait adopter l attitude juste face a quelqu un... C est une resonance d amour qu elle fait la, je crois...

Bonne soiree et merci a vous 2 pour cette discussion interessante,
I love you

_________________
Ce sont de mauvais témoins pour les hommes que les yeux et les oreilles, quand les âmes sont barbares. Héraclite
avatar
Greenman
Modérateur

Messages : 1552
Date d'inscription : 06/11/2011
Masculin Age : 53
Localisation : Val d'Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Hermann le Mer 11 Jan 2012 - 17:20

Oui, merci pour ce topic, se mettre à la place des autres est effectivement la clé pour des relations harmonieuses, et c'est aussi, je pense, très difficile à faire.
Souvent on croit qu'on se met à la place de l'autre, parce qu'on a compris ce qu'il pensait et ressentait (ou on l'a cru), mais quand on s'adresse à lui on ne fait que projeter sur lui notre propre vision du monde, nos propres conceptions, nos propres ressentis, même si ça part d'une bonne intention.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Bruno C. le Mer 11 Jan 2012 - 17:30

Passionnant votre échange. Me vient aussi en écho, le fameux "que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre". Souvent, la tentation première chez moi est de critiquer l'autre, lui reprocher quelque chose, ou l'utiliser d'une manière ou d'une autre. C'est là le signe de ma peur de l'autre, de mon égoïsme... Ce qu'il y a de fondamental, je trouve dans l'évangile, c'est que le Christ, quand il évoque les rapports interhumains, ramène toujours à soi, à ses actes, à ses pensées. Je n'oublie pas que l'amour du prochain est balisé par le "comme soi-même". Ce qu'il faut sacrifier, c'est l'égoîsme, mais pas le soi. Aimer en se mettant à place de l'autre suppose effectivement d'identifier ce que l'on veut de bon pour soi-même, ce qui permet de l'étendre aux autres.
Bonne soirée.
avatar
Bruno C.

Messages : 56
Date d'inscription : 26/12/2011
Masculin Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Hermann le Mer 11 Jan 2012 - 17:33

Très juste ! sunny

J'émettrais un petit bémol sur ce passage :
Bruno C. a écrit:Aimer en se mettant à place de l'autre suppose effectivement d'identifier ce que l'on veut de bon pour soi-même, ce qui permet de l'étendre aux autres.
Le risque est d'arriver à ce que je viens de décrire. On croit que ce qui est bon pour nous est bon pour l'autre, ce qui est loin d'être toujours le cas.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par ananie le Mer 11 Jan 2012 - 18:11

Bruno a écrit:Passionnant votre échange. Me vient aussi en écho, le fameux "que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre". Souvent, la tentation première chez moi est de critiquer l'autre, lui reprocher quelque chose, ou l'utiliser d'une manière ou d'une autre. C'est là le signe de ma peur de l'autre, de mon égoïsme... Ce qu'il y a de fondamental, je trouve dans l'évangile, c'est que le Christ, quand il évoque les rapports interhumains, ramène toujours à soi, à ses actes, à ses pensées. Je n'oublie pas que l'amour du prochain est balisé par le "comme soi-même". Ce qu'il faut sacrifier, c'est l'égoîsme, mais pas le soi. Aimer en se mettant à place de l'autre suppose effectivement d'identifier ce que l'on veut de bon pour soi-même, ce qui permet de l'étendre aux autres.
Magnifique !!! Sage
Avec la nuance de Hermann qui complète.
Décidément on se complète bien sur ce sujet Very Happy

Et comme le dit Greenman, on dit un peu tous la même chose avec des mots différents.


Je voulais aussi rajouter un truc parce que tout à l'heure je n'ai pas eu le temps :
Maina a écrit:Je crois qu'à chaque fois qu'on pose une question à quelqu'un, qui le ramène en lui-même, on l'aide bien plus que beaucoup de conseils ou toute autre attitude personnelle, à reprendre son autonomie et sa force intérieure, et à mettre en route son propre processus d'introspection, qu'il pourra ensuite faire par lui-même (les questions et les réponses en quelque sorte Very Happy).

J'aime bien quand j'ai une personne en face de moi, ressentir ce mystère de l'autre, et justement ne pas chercher à être à sa place, ou à savoir ce qu'il peut ressentir finalement, à essayer de le comprendre, mon mental essaye oui, mais quand je suis centrée, il y a juste ce calme mental, et l'écoute, la découverte de l'autre.
Nous n'avons pas la même définition de "se mettre à la place de l'autre" car ce que tu décris là entre justement dans le procesus de se mettre à la place de l'autre, selon la définition que j'ai adoptée.
Ce n'est pas : "si moi j'étais à sa place". C'est : "Si moi j'étais lui (ou elle) et que j'étais à sa place".
Il faut d'abord s'identifier à l'autre, et pour cela bien l'écouter et s'ouvrir à son mystère, lui poser des questions... Vraiment se mettre à la place de l'autre demande d'abord de bien prendre le temps de comprendre son monde intérieur.

De plus pour faire cela, il faut comme tu l'as dit plus haut Maïna, être très ancré en soi même. Car pour pouvoir se laisser, se quitter temporairement, il faut se sentir en sécurité : savoir que s'il y a un soucis, on saura en un instant retrouver son intégrité et poser des limites à l'autre si nécessaire.

Ce truc de se mettre à la place de l'autre c'est le travail de toute une vie je crois.
Et s'y entrainer fait parti à mon sens de tout chemin spirituel.

Enfin j'ajouterai que sur un forum c'est un super bon entrainement : car étant donné qu'il n'y a pas le ton, les gens sont beaucoups plus sujets aux projections et aux erreurs de compréhension. Il faut donc faire encore plus attention à leur sensibilité en se mettant à leur place, tout en sachant aussi poser des limites.

En fait j'ai l'impression que la recherche d'équilibre entre se mettre à la place des autres et se positionner en posant des limites, et un ajustement constant : dès que l'on développe un de ces deux pôles, il faut développer l'autre, et ainsi de suite.
C'est comme un mouvement de balancier : j'augmente poser des limites, puis j'augmente l'empathie, puis j'augmente poser des imites, puis j'augmente l'empathie, et ainsi de suite.
Tant que ça se balance c'est vivant. Le soucis c'est quand ça reste bloqué d'un côté : si on ne cherche qu'à poser des limites ou qu'à développer l'empathie, très vite on ne peut plus progresser.

_________________
Maranatha
avatar
ananie
Modérateur

Messages : 4495
Date d'inscription : 04/11/2011
Masculin Age : 38
Localisation : Dans mon corps

http://ananie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Hermann le Mer 11 Jan 2012 - 18:24

Super ce post !

Et ce passage correspond tout à fait à ce que je voulais dire :
ananie a écrit:Ce n'est pas : "si moi j'étais à sa place". C'est : "Si moi j'étais lui (ou elle) et que j'étais à sa place".
Il faut d'abord s'identifier à l'autre, et pour cela bien l'écouter et s'ouvrir à son mystère, lui poser des questions... Vraiment se mettre à la place de l'autre demande d'abord de bien prendre le temps de comprendre son monde intérieur.
Bien souvent, on croit que se positionner en terme de "si moi j'étais à sa place" revient à se mettre à la place de l'autre (ce qui est mon cas), alors que ce n'est pas suffisant, et ça peut mener à des malentendus et déceptions.
avatar
Hermann

Messages : 1442
Date d'inscription : 07/11/2011
Masculin Age : 47
Localisation : Paris

http://arbresacre.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Se mettre à la place des autres

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum